Ram Ouédraogo à Kombissiri, Nobéré, Manga et Pô : « ...considérez que vous êtes déjà élu... »

Publié le mercredi 9 novembre 2005

Ram Ouédraogo à Kombissiri, Nobéré, Manga et Pô : « ...considérez que vous êtes déjà élu... »

Le candidat du Rassemblement des écologistes du Burkina (RDEB), Ram Ouédraogo était dans le Centre - Sud, le lundi 7 novembre 2005. Il est allé porter sa « bonne nouvelle » aux populations de cette région dans le but de susciter leur adhésion à son projet de société.

Quatre jours nous séparent du 13 novembre, jour de l’élection présidentielle. Et les candidats à cette compétition multiplient les sorties dans le pays profond pour toucher, chacun, le maximum les électeurs acquis à sa cause. Ainsi, le candidat du Rassemblement des écologistes du Burkina, Ram Ouédraogo est allé à la conquête des électeurs de Kombissiri, Nobéré, Pô et Manga dans la région du Centre-Sud.

Dans ces quatre localités, le candidat n’a, certes, pas rencontré une foule des grands jours partout, mais il a pu avoir une certitude : les électeurs adhèrent à son programme pour « un Burkina nouveau ».

Ram Ouédraogo n’a donc pas à se faire des soucis, à en croire Boukari Compaoré, coordonnateur de la campagne du candidat et secrétaire général de la section provinciale du parti dans le Bazèga. « Nous ne sommes pas nombreux ici, mais sachez que ceux qui vous soutiennent et qui n’ont pas pu faire le déplacement sont les plus nombreux. Nous ne sommes qu’un échantillon. Nous allons oser le changement avec vous... », a-t-il souligné.

Pour le coordonnateur provincial du Nahouri, le chemin de la victoire est parsemé d’embûches mais les Nahouriens sont prêts à tout pour que le candidat Ram Ouédraogo sorte victorieux de l’élection le 13 novembre 2005. « Considérez que vous êtes déjà élu... », a lancé la représentante des femmes du Nahouri. Les jeunes, pour leur part, attendent que Ram Ouédraogo vienne leur apporter ce que « les 18 ans de pouvoir de Blaise Compaoré » n’ont pas pu leur procurer : des emplois, surtout. « L’avenir radieux du Burkina est entre nos mains.

L’occasion nous est donnée d’opérer enfin le changement. Et nous allons le faire avec Ram Ouédraogo, le seul à même de sortir le Burkina de sa situation de misère... », a indiqué le coordonnateur provincial du Zoundwéogo, Appolinaire Congo. Tous ces soutiens ne sont pas pour déplaire au candidat qui a appelé les électeurs à sortir massivement le 13 novembre 2005 pour le porter à la tête du pays. Fustigeant les 18 ans de pouvoir de Blaise Compaoré qu’il qualifie de chaotiques, Ram Ouédraogo a expliqué aux électeurs du Centre - Sud que le programme qu’il entend mettre en œuvre, s’il est élu, répond aux aspirations du peuple burkinabè.

L’emploi, la santé, l’éducation, la sécurité, la justice, l’agriculture et l’élevage, l’environnement... figurent en bonne place dans le projet de société que le candidat propose pour mettre le Burkina sur la voie d’un développement durable. « Vous êtes appelés à choisir le 13 novembre, un nouveau président. Ne vous trompez pas dans votre choix, car celui qui doit diriger le pays doit être un homme droit, juste, aimant son peuple. Cet homme, c’est Ram Ouédraogo. Le 13 novembre, nous devons mettre fin à la dictature de Blaise Compaoré et de son CDP sur le peuple... », a-t-il soutenu avec force.

Ram Ouédraogo croit fermement que l’alternance est possible et se fera avec la détermination du peuple qui veut absolument le changement. « Il ne faut pas avoir peur car nous savons que beaucoup sont dans cette situation. Refusez l’achat des consciences. Si l’on vous donne des tee-shirts, de l’argent... prenez. C’est votre argent. Mais dans l’isoloir, votez pour le changement, Ram Ouédraogo... », a-t-il insisté à l’endroit des électeurs du Centre - Sud.

Etienne NASSA (paratena@yahoo.fr)
Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.