Rentrée scolaire et universitaire : Odile Bonkoungou sur les chantiers de la réforme

Publié le lundi 1er octobre 2007

Rentrée scolaire et universitaire : Odile Bonkoungou sur les chantiers de la réforme
JPEG - 11.2 ko
Odile Bonkoungou

Finies donc les vacances scolaires et universitaires, la rentrée 2007-2008 s’effectue ce lundi 1er octobre aux quatre coins du Faso. A l’occasion, le ministre de l’Enseignement de base et de l’Alphabétisation, porte-parole des ministres en charge de l’éducation, a choisi de tendre la main à tous les acteurs.

A travers le message de rentrée qui suit, Odile Bonkoungou rappelle en effet à tous que le chantier de la réforme de notre système éducatif est ouvert et il appartient à chaque acteur de jouer pleinement sa partition, pour faire de l’école le fer de lance du développement du capital humain.

Chers étudiantes, étudiants et élèves,
Chers enseignantes, enseignants et encadreurs pédagogiques, Animateurs et animatrices du préscolaité,
Personnel d’administration et de gestion de l’éducation,
Animateurs et superviseurs des centres d’alphabétisation et d’éducation non formelle ;
Opérateurs en alphabétisation et éducation non formelle,
Chers parents d’élèves,
Partenaires de l’éducation,
Mesdames et messieurs,

En cette rentrée scolaire 2007-2008, je voudrais, au nom du Gouvernement et de tous les responsables en charge de l’éducation, souhaiter une excellente reprise des activités éducatives à l’ensemble des acteurs de l’éducation. Au regard des résultats enregistrés, au cours de l’année scolaire écoulée, dans les domaines de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle ainsi qu’aux différents examens scolaires et universitaires, je voudrais vous féliciter et vous inviter à redoubler d’efforts pour des résultats encore plus significatifs.

Chers acteurs et partenaires de l’éducation, Mesdames et messieurs, La presse nationale a fait largement écho de l’adoption par l’Assemblée nationale le 30 juillet dernier d’une nouvelle Loi d’orientation de l’éducation. Cette loi, récemment promulguée, constitue la base légale de la réforme de notre système éducatif dont les principes de base sont : • l’obligation scolaire de 6 à 16 ans et la gratuité de l’enseignement de base public ; • l’effectivité des cycles terminaux et des passerelles ; • le développement des compétences par cycle en lien avec l’évolution socio-économique du Burkina Faso à travers un curriculum réformé et mis en cohérence sur l’ensemble des ordres d’enseignement et de formation ; • la valorisation des langues nationales et leur intégration dans les nouveaux curricula ; • l’amélioration de l’encadrement juridique du système d’éducation et de formation ; • la transversalité de la formation technique et professionnelle. Pour la mise en œuvre de la réforme du système éducatif, la démarche préconisée par le gouvernement, conformément aux dispositions de la loi d’orientation de l’éducation, est progressive. Elle démarre par une première phase d’application effective de la gratuité au niveau des classes de CP1 et de 6e dans 45 départements à raison d’un par province. Dans les autres départements et en attendant de parvenir à la gratuité totale de l’enseignement de base public, il sera appliqué dans tous les établissements publics une réduction de 50% sur les frais de scolarité de la 6e à la 3e.

Mesdames, Messieurs, Le lancement par son excellence monsieur le Premier ministre, le 27 août dernier, de l’opération "Distribution gratuite de manuels et de fournitures scolaires" est un signal fort de la volonté du gouvernement de tout mettre en œuvre pour assurer le droit à l’éducation de tous les enfants burkinabé en âge d’aller à l’école. Cette opération, faut-il le rappeler, consiste à mettre gratuitement à la disposition des écoles primaires publiques comme privées des manuels scolaires ainsi que des guides du maître. Toutes ces mesures visent à faciliter l’accès et le maintien des élèves à l’école jusqu’à la fin du cycle d’éducation de base afin de mieux préparer leur insertion socioprofessionnelle.

Pour accroître l’offre éducative, le gouvernement s’engage à poursuivre et à développer le système éducatif à tous les niveaux, notamment par :
- la construction et l’équipement de complexes scolaires et d’infrastructures pour le préscolaire ;
- la réhabilitation d’infrastructures éducatives ;
- l’ouverture de nouveaux CEG ;
- la transformation de CEG en lycées ;
- la création de l’université de Ouaga II ;
- le recrutement d’enseignants et d’encadreurs pédagogiques aussi bien pour le primaire que pour le secondaire. Le gouvernement entend accorder une attention particulière au sous-secteur de l’alphabétisation, convaincu que l’amorce d’un développement humain durable passe par le développement de ce sous-secteur. D’où la campagne d’information/communication et de levée de fonds en faveur de l’alphabétisation. C’est le lieu d’exprimer une fois de plus nos remerciements au Conseil économique et social réuni dernièrement en session extraordinaire, pour ses conclusions de nature à favoriser la promotion de l’alphabétisation dans notre pays.

Mesdames et Messieurs, Ce serait peine perdue si tous les efforts consentis par l’Etat ne visaient qu’à l’amélioration des indicateurs d’accès. Le souci de la qualité est permanent et c’est un tel souci qui s’exprime dans le choix que nous avons fait d’opérer la réforme des curricula selon l’approche par les compétences afin d’aider les apprenants à construire des connaissances opérationnelles sur les plans cognitif, psychomoteur et psychoaffectif.

En attendant la mise en œuvre de cette réforme, devront être développés dans les écoles au cours de cette année, des thèmes émergents tels que l’éducation environnementale, l’éducation au civisme et à la citoyenneté, l’éducation à la sécurité routière, la santé, l’hygiène et l’assainissement, l’éducation à la prévention IST/VIH/Sida, les technologies de l’information et de la communication, les droits de l’enfant, l’art et la culture.

Actrices et acteurs de l’éducation, Le chantier de la réforme de notre système éducatif est ouvert et il appartient à chaque acteur de jouer pleinement sa partition pour faire de l’école le fer de lance du développement du capital humain.

Chers élèves, étudiantes et étudiants, Vous êtes les premiers bénéficiaires des efforts de la nation entière. Ayez le cœur à l’ouvrage, car votre avenir et celui de la nation en dépendent. Entretenez en vous le jardin de la motivation et cultivez sans relâche le goût de l’effort et du travail bien fait, car les véritables succès s’obtiennent dans la discipline et la volonté de réussir et non dans la facilité.

Chers enseignantes et enseignants, partenaires sociaux, A la veille de la Journée mondiale de l’enseignant, je voudrais vous exprimer toute ma reconnaissance pour votre inestimable contribution à notre dispositif d’éducation et de formation. C’est vous qui ensemencez les graines du développement par vos savoirs, savoir-faire et savoir-être que vous mettez à la disposition des apprenants et de la communauté toute entière.

Je vous invite à sortir des sentiers battus et à oser affronter les nouveaux défis qui se présentent à vous à travers la réforme du système éducatif. Des mesures d’accompagnement sont envisagées pour vous permettre d’être pleinement à la hauteur des nouveaux défis. Je sais compter sur votre légendaire esprit de sacrifice et votre sens élevé de la responsabilité et je puis vous assurer de la volonté des autorités à œuvrer sans cesse dans le sens de l’amélioration de vos conditions de vie et travail. Je voudrais réaffirmer à l’endroit de vos organisations syndicales notre disponibilité au dialogue dans l’intérêt supérieur des élèves, étudiantes et étudiants de notre pays

Administrateurs et gestionnaires du système éducatif, Vous êtes des acteurs-clés au coeur du système éducatif et je voudrais saluer votre action discrète au sein des départements ministériels en charge de l’éducation. Je vous invite à être les garants d’une gestion rationnelle, rigoureuse et transparente de nos ressources humaines, financières et matérielles.

Chers parents d’élèves,

Je vous lance un appel solennel, car vous êtes les premiers éducateurs et premiers partenaires de l’école afin qu’ensemble nous puissions relever le défi majeur d’une éducation de qualité pour tous.

Comme nous ne cessons de le répéter, vos associations de parents d’élèves ou de mères éducatrices ont un droit naturel de s’intéresser à la vie et à la gestion des écoles. A cet égard, je réaffirme votre droit légal de vous organiser en toute liberté pour apporter votre contribution à l’action de l’Etat pour la bonne marche de nos établissements d’enseignement et de formation. En admettant la contribution des communautés de base, la loi d’orientation de l’éducation reconnaît l’existence des cotisations des parents d’élèves. Mais ces cotisations ne sont pas assimilables à des frais d’inscription ou de scolarité. N’hésitez donc pas à appuyer les enseignants pour faciliter leur tâche quotidienne et à les aider dans l’encadrement de notre jeunesse.

Aux promoteurs de l’enseignement privé, Je voudrais également réaffirmer le droit de tous les acteurs privés de l’éducation à agir pour faire avancer la cause éducative dans notre pays. La gratuité de l’enseignement de base public telle que consacrée par la loi ne remet nullement en cause votre contribution essentielle au développement du système éducatif.

Chers partenaires techniques et financiers, Je saisis cette occasion pour vous exprimer une fois de plus notre gratitude pour les efforts importants que vous ne cessez de consentir pour nous accompagner dans le développement de notre système éducatif. Je vous invite comme vous avez toujours su le faire, à nous accompagner sur le vaste chantier de la réforme du système éducatif, étape indispensable pour une éducation de qualité pour tous.

Mesdames et messieurs, Actrices et acteurs de l’éducation, En fondant l’espoir qu’en nous donnant la main, et en conjuguant nos efforts dans le combat contre l’ignorance et le sous-développement, nous surmonterons tous les obstacles sur notre chemin. Je souhaite à tous et à toutes une bonne et heureuse année scolaire 2007-2008. Je vous remercie.

Le ministre de l’Enseignement de base et de l’Alphabétisation, porte-parole en charge de l’éducation

Marie Odile Bonkoungou Chevalier de l’Ordre national

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.