Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Tout arbre qui vit en tranquillité finit un jour par être secoué.» Proverbe vietnamien

SIAO 2008 : A la conquête du public français

Accueil > Actualités > DOSSIERS > SIAO 2008 • • mardi 9 septembre 2008 à 13h37min

Jean-Claude Bouda

Créé pour valoriser la diversité des richesses culturelles du Burkina, le SIAO est devenu au fil des ans un rendez-vous international incontournable pour les professionnels du secteur de l’artisanat. Et une formidable carte postale pour « Le pays des hommes intègres »

A quelques semaines de l’ouverture de la 11eme édition du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) qui se tiendra du 31 octobre au 09 novembre 2008, son directeur général, Jean-Claude Bouda et quelques uns de ses collaborateurs ont entrepris une tournée européenne destinée à promouvoir ce rendez-vous biannuel consacré à l’artisanat africain. Le 2 septembre, la délégation était à Berlin où elle a animé, avec le soutien de l’ambassade du Burkina en Allemagne une conférence de presse dans la salle Axica. Pour cette première en Allemagne « l’objectif était de faire connaître le SIAO au public allemand, de rencontrer les organisateurs de salons Outre-rhin et les potentiels acheteurs professionnels » explique Stella Tapsoba, chargée de la communication et des relations publiques.

Le 5 septembre à Paris, c’est au Centre d’accueil de la presse étrangère (CAPE) de Radio France, et non à l’ambassade du Burkina comme par le passé, que la conférence de presse a eu lieu. Selon Jean-Claude Bouda, le CAPE représente juste une autre tribune offerte au SIAO pour s’adresser à la presse et au public français, mais c’est promis, « nous retournerons à l’ambassade la prochaine fois ». L’explication de cette « délocalisation » est peut-être ailleurs. Lefaso.net a appris de bonne source que l’ambassade de France au Burkina, entre autres partenaires du SIAO, aurait fortement contribué au financement de l’ensemble des opérations de communication de cette édition. Ceci explique t-il le fait que l’organisation de la conférence de presse ait été confiée à Delphicom International, une société de communication dont la directrice, Delphine Sabourault séjourne régulièrement au Burkina depuis de nombreuses années ? Après tout, l’actuel Secrétaire d’état chargé de la coopération et de la francophonie, Alain Joyandet n’a t-il pas expliqué à plusieurs reprises et avec une franchise inhabituelle, que les aides et financements français à destination de l’Afrique doivent profiter aux entreprises françaises ?

Face à des confrères venus nombreux, Jean-Claude Bouda a expliqué que cette 11e édition dont le thème est « Artisanat africain et circuit de distribution » et qui coïncide avec le 20e anniversaire du SIAO vise à « renforcer le positionnement international du SIAO, à promouvoir et accroître une offre artisanale de qualité, à poursuivre la professionnalisation des prestations offertes aux acteurs du salon et à rentabiliser la manifestation ».

Au fil des années, le Salon de Ouagadougou a acquis une dimension internationale avec la présence régulière d’acheteurs venant d’Europe, d’Asie, d’Amérique et d’Australie, et est devenu un rendez-vous incontournable pour les professionnels de l’artisanat. Il constitue une vitrine unique en Afrique de promotion des produits artisanaux et un cadre de réflexion sur l’avenir de l’artisanat africain dans un contexte de mondialisation économique et culturel. Près 30 pays venant de toutes les zones géographiques du continent, 1000 acheteurs professionnels contre 225 en 2006 et 300 000 visiteurs grand public sont attendus à Ouagadougou.

Cette année, l’invité d’honneur est le Brésil, une occasion de mieux découvrir, au delà de la Samba et du football, ce pays qui entretient des liens historiques et culturels avec l’Afrique.
Comme à chaque édition, celle de 2008 comporte des innovations avec notamment la création d’allées thématiques qui se traduira par le regroupement des exposants par secteurs d’activités afin de mieux assurer la visibilité des produits. Outre le pavillon de la créativité où sont exposées les meilleures œuvres en compétition, il est prévu un espace muséal consacré aux masques, un espace Arts et Métiers dédié à l’artisanat utilitaire, un hall des stylistes et créateurs de la mode ou encore le hall de l’artisanat alimentaire.

Face à une offre en stands qui est très insuffisante pour satisfaire la demande en dépit du coût de location relativement élevé, 700 000 F CFA pour 10m2 dans le pavillon climatisé, 300 000 F CFA dans le pavillon ventilé, le directeur général du SIAO se veut ferme. « Seuls ceux qui ont remplis et envoyé leurs demandes à temps, c’est à dire au 31 août, seront satisfaits ». Malgré cette mise en garde faite déjà en 2006, il est fort possible que des exposants de dernière minute fassent à nouveau le siège du bureau du directeur général, argent en poche, pour payer la location de leur stand !

Le public ouagalais aura l’occasion de découvrir et d’admirer les œuvres du grand artiste sénégalais Ousmane Sow, parrain du SIAO 2008. Très connu en France, en Italie, en Allemagne, en Belgique et en Amérique, il reste encore malheureusement méconnu du grand public africain. En mars 1999, l’exposition de ses sculptures sur le pont des Arts à Paris a connu un immense succès populaire avec une moyenne de 40 000 visites par jour, et la mairie de Paris avait dû prolonger l’exposition au-delà de la date de clôture initialement prévue.

Le Salon, c’est aussi l’occasion pour les professionnels de se rencontrer et d’échanger, à travers des tables rondes, séminaires et ateliers, sur la contribution de l’artisanat dans la valorisation des matières premières et l’accès aux marchés internationaux. En marge du SIAO, se tiendra également l’assemblée générale du Comité de coordination pour le développement et la promotion de l’artisanat africain (CODEPA), la plus importante structure censée donner une impulsion au développement de l’artisanat africain puisqu’il réunit tous les ministres en charge de l’artisanat. Seulement voilà sur les 29 pays qui en sont membres, seuls cinq étaient à jour de leurs cotisations en 2006, fixées à 5 millions de F CFA (le Burkina qui abrite le siège, le Sénégal, le Bénin et Madagascar). La galerie virtuelle, un des projets phare du CODEPA qui devait servir de vitrine aux artisans pour faire connaître leurs œuvres reste encore à l’état virtuel.

Côté festif, il est prévu un défilé de mode international, des animations quotidiennes sur le site du SIAO et une soirée gala.

Joachim Vokouma,
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
SIAO 2008 : Un bilan à mi-parcours globalement positif
Ibrahim Komi, un soldat artiste au SIAO
CODEPA : Les pays membres du appelés à s’acquitter de leurs cotisations
La vision commerciale des artisans potiers au SIAO
Centre Aney Univers des Arts : l’artisanat au profit des orphelins
L’Ethiopie au SIAO : “Travailler ensemble pour le continent“
SIAO 2008 : Ouaga sous les feux de la rampe
SIAO 2008 : Les organisateurs annoncent un événement grandiose
SIAO 2008 : Des innovations majeures
SIAO 2008 : A la conquête du public français
SIAO 2008 : Le Délégué Général rencontre la presse allemande à Berlin
SIAO 2008 : Installation du commissariat général
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés