Koudougou : Journée tumultueuse après la mort d’un élève

Publié le mercredi 23 février 2011

Koudougou : Journée tumultueuse après la mort d’un élève

Hier mardi 22 février, Koudougou a été le théâtre d’affrontements entre les élèves, les étudiants et les agents des forces de sécurité. Manifestant leur colère sous le motif qu’un de leurs camarades a été tabassé à mort par des policiers pour une histoire de copinage avec une fille, les scolaires ont rencontré sur leur chemin des éléments des forces de l’ordre qui n’ont pas fait d’économie de leurs gaz lacrymogènes. Bilan : beaucoup de blessés, tant du côté des élèves que de celui des agents de sécurité.

Koudougou s’est endormie le lundi sur la rumeur qu’un élève, Justin L. Zongo du collège privé le Guesta Kaboré en classe de 3e, serait mort dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 février à 2h du matin, par suite de bastonnades qu’il aurait subie de la part de policiers. La même rumeur avançait que cette histoire serait liée à une relation qu’un flic entretiendrait avec une fille, Aminata Zongo, qui est dans la même classe que le regretté et avec qui elle a eu une altercation.

Les milieux scolaires ont fait cas de marche que les élèves projetaient d’organiser le lendemain mardi afin d’exprimer leur mécontentement. Et de marche il a été effectivement question, car, hier, très tôt, les élèves ont vidé les classes, se sont rassemblés et ont convergé vers la Direction régionale de la police nationale. C’est à cette étape que les choses ont mal tourné et la course-poursuite a débuté.

Selon le directeur régional de la Police nationale du Centre-Ouest, Alfred Bancé, les agents ont usé de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants et protéger les bâtiments et les infrastructures publics. Lacrymogène à profusion, jets de cailloux en riposte, barricades et incendies sur les voies, toute la matinée, l’après-midi et la soirée n’ont été que désordre au centre-ville et dans certains quartiers. Les petits commerçants et des individus qui n’ont rien d’élève ni d’étudiant se sont joints au mouvement compliquant la tâche des policiers, des CRS et des gendarmes rappelés en renforts.

Tous les commerces ont été fermés et la zone commerciale s’est vidée de ses occupants. La traque a fait beaucoup de blessés du côté des agents de sécurité et dans les rangs des élèves, des étudiants et de certains petits commerçants. Certains de ces derniers ont été des victimes collatérales, car touchés alors qu’ils étaient devant leurs boutiques ou hangars. Il faut dire que quand les étudiants ont rallié le mouvement pour soutenir ‘’nos jeunes frères’’ selon eux, la manifestation a pris de l’ampleur et les éléments des forces de l’ordre ont semblé, par moments, être débordés.

Les sapeurs-pompiers n’ont pas chômé qui ont fait la navette entre l’hôpital et le centre-ville pour évacuer les blessés : près d’une dizaine a été emmenée au service des urgences chirurgicales. Nous y avions trouvé des jeunes, gémissant, avec de profondes blessures au torse, aux membres, à la tête. Un élève a même été grièvement touché à l’œil et il est à craindre qu’il n’en perde l’usage. A côté de ces cas, ceux qui ont été appréhendés par la police puis relâchés devant nous font office de chanceux.

Intox ou cruelle vérité ?

Nous avons dû suivre le mouvement un peu partout en ville, mais dans ce cafouillage, difficile d’avoir les délégués des élèves. Beaucoup des croquants que nous avons interrogés ont expliqué que les délégués les ont informés qu’un policier a tué un des leurs et qu’il fallait sortir pour marcher. La question qu’on se pose est de savoir si cette affaire est le fruit d’une banale rumeur comme Koudougou sait en fabriquer, si les élèves ont été intoxiqués et ont eu une version tronquée de l’affaire, ou si vraiment une histoire de libido a coûté la vie au pauvre Justin Zongo. Après nous avoir reçus, le directeur régional de la Police nationale nous a autorisé à échanger avec les frondeurs arrêtés, composés aussi bien de garçons que de filles. Selon Rihanata Semdé, ‘’nous sommes sortis marcher dire notre mécontentement, et la police s’est jetée sur nous en lançant des gaz. Nous sommes en colère, car un élève est mort’’.

Cependant, Rihanata, sur les raisons du décès de l’élève, a avancé qu’on aurait dit qu’il a été victime de bastonnade. ‘’Je n’ai pas de confirmations, mais des camarades en ont été témoins. Ils ont dit que c’est une fille qui en est à l’origine’’. Pour Salifou Badiel, c’est leur délégué qui leur aurait demandé de marcher pour protester contre les bastonnades administrées par des policiers et qui ont entraîné la mort d’un élève. Il a précisé que c’est le mardi matin que l’information sur le décès de leur camarade leur a été donnée.

C’est presque la même version qui est sortie de la bouche de Bézouma Landri Anselme Kinda quand il a indiqué que ‘’c’est ce matin que notre délégué à l’information est venu nous donner l’information sur le décès de notre camarade, en nous disant que c’est un policier qui est à la base de cela. Il nous a demandé de marcher pour que justice soit rendue à notre camarade’’. Ces témoins ont soutenu qu’avant d’être conduits à la police, ils ont été molestés. La plupart présentaient des traces de coups. Le témoignage le plus précis est celui de Salimata Yaméogo que nous avons rencontrée autour de 15 heures et qui est dans la même classe que deux des protagonistes du drame : Justin L. Zongo et Aminata Zongo (Voir encadré).
‘’Aucun de mes policiers ne sort avec Aminata Zongo’’

En tout cas, voici le son de cloche du DR de la police sur cette fronde des élèves : ‘’Le 17 décembre, nous avions reçu la plainte d’une fille sur un différend qui l’oppose à un camarade de classe. Nous avons enregistré la plainte et convoqué le garçon, Justin Zongo, par trois fois sans qu’il ne daigne répondre. Des policiers sont allés alors le chercher, et quand il est arrivé, on a dû le bousculer pour le faire entrer dans le poste, car il refusait d’y entrer pour être interrogé. Il nous a donné les raisons qui l’ont poussé à frapper la fille et il s’est engagé à rembourser les frais des ordonnances, qu’il avait du reste commencé à verser. Mais quand il est sorti du commissariat, il est allé se plaindre auprès du procureur d’avoir été battu. Nous y avons envoyé les deux policiers qui ont été chargés de recueillir sa plainte, et l’affaire a été tranchée chez le procureur. Ce n’est que le lundi dernier que nous avons appris que l’élève est décédé.

On a appris que les élèves projetaient de marcher, car ce seraient les policiers qui seraient à l’origine de sa mort. On s’en est rendu à l’hôpital, aux urgences et on y a appris que Justin Zongo avait été interné le 12 février pour méningite. Il s’en est évadé le lendemain 13 février et est rentré chez lui. Il y a été ramené le 17 février pour la même cause, mais dans un état plus grave. Et c’est à la suite de ça que nous avons appris qu’il est mort’’.

Concernant une liaison entre un policier et Aminata Zongo, le DR de la police a juré, la main sur le cœur, qu’aucun de ses éléments ne fait la cour à la fille. ‘’Elle a prétendu avoir un parent ici, mais je n‘ai jamais vérifié si cela est vrai et qui serait ce parent’’, a ajouté le DR. Il a appelé la population au calme et invité les parents à raisonner et à calmer leurs enfants, promettant de mener des enquêtes pour éclaircir l’affaire. En entendant, il a exhorté la population à chercher chaque fois la vérité et à privilégier les voies légales de règlement des litiges.

Espérons que son appel sera entendu et qu’on œuvrera à ramener le calme à Koudougou, qui sait malheureusement et bien souvent, s’illustrer dans la démesure. Car, il est à craindre que les élèves et surtout les étudiants ne prennent mal les nombreux cas de blessures dont leurs camarades ont été l’objet, ces blessés pouvant être considérés comme des martyrs par leurs camarades. Déjà dans leurs rangs, on entendait des expressions telles que ‘’Révolution jasmin’’, ‘’La Tunisie est à Koudougou’’, ‘’Le Burkina aura son Egypte’’, ‘’Tuez-nous, on veut un martyr’’. Et il se susurre qu’aujourd’hui, la population va descendre dans la rue. Gare à la contagion et aux imitations. Du reste, quand nous tracions ces lignes, les étudiants avaient convoqué au campus une assemblée générale autour du sujet.

Les autorités régionales et communales sont aussi en alerte. Hier dans la soirée, le gouverneur, Seydou Baworo Sanou, le maire, Seydou Zagré, le procureur du Faso, Valérie Jean Prospère Silga, rejoints par le ministre de la Santé, ont organisé en urgence une rencontre avec les couches représentatives de la population, les associations des parents d’élèves, les chefs d’établissements primaires, secondaires et universitaires.

Nous y reviendrons dans nos prochaines éditions avec entre autres le bilan des dégâts, mais d’ores et déjà, au cours de cette rencontre, il a été exposé à l’assistance la cause de la mort de l’élève Justin L. Zongo, qui serait la méningite. De plus, le gouverneur, Seydou B. Sanou, a annoncé la fermeture des établissements primaires, secondaires et universitaires à partir d’aujourd’hui et ce, jusqu’à nouvel ordre. Espérons que la nuit aura contribué à calmer les esprits. Vers 18h 30, il y avait toujours des échauffourées entre des forces de l’ordre et des manifestants, visiblement pas des scolaires, ceux-là.

Cyrille Zoma


Voici la version de Salimata Yaméogo qui fréquente la même classe que Justin Zongo et Aminata Zongo :

‘’Nous étions en classe et l’histoire est venue d’une discussion entre notre professeur de Physique Chimie (PC) et la fille Aminata Zongo. Par la suite, le professeur s’est retiré de la classe. Ce qui n’a pas été du goût de Justin Zongo et il a voulu le faire savoir à la fille, qui a proféré des injures à son égard. S’en est suivie une bagarre par suite de laquelle Aminata a convoqué Justin à la police.

On a remarqué que chaque fois qu’il revenait de la police, il avait des blessures : une fois, il est venu à l’école avec la bouche enflée ; selon lui, c’était dû aux coups reçus à la police. Justin Zongo a même déposé une plainte à la Justice à ce propos. Le lundi dernier, par suite de la plainte d’Aminata Zongo, la police à fait une descente dans l’établissement pour arrêter le garçon. Il est sorti de la classe et a rejoint l’administration, où l’attendaient les policiers. Un des policiers l’a même giflé avant qu’on le conduise au commissariat.

Après ce jour, il est tombé malade et on l’a conduit à l’hôpital, où il a fait 2 jours. Le samedi 19 février, nous lui avons rendu visite et il avait du mal à reconnaître les personnes autour de lui. Il se plaignait de maux de tête et avait les deux membres inférieurs paralysés. J’ai appris son décès le dimanche vers 8h’’.


La version du ministère des Enseignements secondaire et Supérieur

Des rumeurs faisant état du décès d’un élève suite à des sévices corporels qu’il aurait subis à la police ont entraîné des manifestations des scolaires dans la ville de Koudougou ce jour 22 février 2011.

Contrairement à ces rumeurs, l’élève du nom de ZONGO L. Justin a été admis le 10 février 2011 au CHR de Koudougou par suite de crise de méningite et de source hospitalière est décédé le 20 février 20 11 de cette maladie.

Le Gouverneur de la Région du Centre-Ouest a présenté les condoléances à la famille éplorée. Par conséquent, les élèves et étudiants sont invités à la retenue.

L’Observateur Paalga

Messages

  • Je suis profondement desole pour cet eleve mais cela demontre la n eme fois la maladresse de nos element de securite. Je pense que tout le monde doit soutenir la cause de cet jeune eleve. La population doit prouver son mecontentement face a cet acte ignoble. C’est aussi une porte de sortie pour nous les Burkinabe de dire a ce regime de tyranie et qu’on a mare. On en veut plus.

    • Après analyse faite, même si cet élève était malade de méningite, les coups des forces de l’ordre ont accéléré sa mort. PAIX à son âme et du courage à la famille éplorée !
      J’espère seulement que ces abus cessent et que Justice soit faite.
      Que Dieu fasse régner la Paix au Burkina ...

    • Bien dit paix à son âme et courage à la famille éplorée. La dérive doit être éviter à tout même s’il necessaire que justice soit rendue.

    • Bonjour à la famille internautes.Je ne sais pas ce que vous avez vraiment compris de tout ceci, mais pour ma part, il y a du vent dans l’air.Aussi, il y a la décision du procureur qui manque, qu’on essait de nous en informer de sa substance. Je profite tirer l’attention sur un fait non négligeable : nos agents de sécurité ne respectent pas le droit dans leurs arrestations et les gens ne s’en plaingnent pas parce qu’ils ne savent pas le leur. Plus d’un vous confirmeront cela. Une politique d’information des citoyens sur leurs droits en l’espèce ne sera pas mauvais. ANET

    • Certe si l’élève est décédé des suites de sa maladie il faut savoir aussi que les forces de l’ordre abusent de l’autorité qui leur à eté confié par l’etat .

    • Paix à l’ame de l’inocent
      je regrette pour nos forces de sécurité, je pense qu’ils ont été formé pour protéger les honettes citoyens et non pas les tués et de surcroi à cause d’une fille

      Mais Dieu est grand

  • C’est ce qui s’appelle ajouter de la maladresse à de la maladresse. Supposons que la mort du jeune soit due à la méningite et non aux coups reçus - la coïncidence est quand même assez bizarre mais soit - la prudence voudrait que la police, déjà accusée fasse preuve de retenue. Au lieu de cela, elle a usé de la force contre les jeunes manifestants à mains nues. Les photos sont la preuve de la répression inacceptable. Les autorités publiques gagneraient à mettre aux arrêts le DR de la police qui a ordonné cette répression sous peine de voir la contagion prendre tous les établissement et toutes les villes. Quand un Zongo meurt et dans un contexte révolutionnaire mondial, il faut craindre le pire... A bon attendeur salut !

  • c,est vraiment triste pour cette eléve,Paix a son ame

  • il va falloir que les forces de l’ordre(armée, police, gendarmerie, douane, eaux et forêts) changent leurs fusils d’épaule. Avec le vent qui tourne en ce moment dans toutes les parties du monde en particulier au moyen orient, les burkinabè ne sont plus prêts à subir sans broncher les abus de toutes sortes comme on a souvent vu : exemple descente de militaires ou de policiers pour s’en prendre à tout un quartier pour un collègue. Il va falloir dorénavant plus de respect et de civilité chaque fois qu’ils auront à faire à un administré, à un citoyen. A bon entendeur salut sinon gare.

  • IL FAUT EVITER DE MONTRER CES GENRES D’IMAGES. C’EST QUELLE FACON DE FAIRE LE JOURNALISME COMME CA ?

    • C’est au contraire une très bonne façon de faire le journalisme. Ce n’est pas parce qu’on va cacher ces images qu’elles n’existeront pas pour autant. Ça dérange ta conscience ? Ne regarde pas !!! Il ne faut pas vouloir condamner ceux qui souffrent à le faire en silence parce que des gens repus veulent digérer sans se sentir mal à l’aise !!! Mais bon sang ! C’est de là que viennent les frustration

    • et toi mon ami tu voulais k le journaliste la presente comment ses images si tu n’a rien à dire tai toi

    • Pourquoi arrêter de montrer ces genres d’images ?C’est un fait que le journaliste nous montrent et les images nous permettent de voir la gravité de la situation.Si ces images vous dérangent,passez la-dessus.Merci !

    • pourquoi ? ne voulez vous pas voir la réalité ? cè comme ça on dit qu’il est mort de méningite. mon frère, fait ton travail.donne l’info telle

    • n’importe quoi, au lieu de t’en prendre aux pauvres journalistes qui n’ont fait que leur travail, il faut plutôt que tu en veuille aux policiers qui ont fait un sale boulot.

    • et pour toi, le journalisme ce n’est pas dire et faire voire ce qui est vrai ?

    • As tu peur de la réalité ? Ce n’est pas le journaliste qui a fabriqué ces faits, il a relayé une réalité.
      pour ne plus voir ces images, évitons de les provoquer.

      Et j’espère que le policier est déjà aux arrêts, son commissaire suspendu pour les besoins d’une enquête qui, je l’espère, est déjà ouverte.

  • qel trist nouvel, problem de class, on convoq la police directmen car on na un relative laba,
    c peu etr vra q le jeune soufrai de la meningite mais "On a remarqué que chaque fois qu’il revenait de la police, il avait des blessures : une fois, il est venu à l’école avec la bouche enflée" il nai pa voleur k mm.
    bn on continu les etudes tt en esperan q ca n va plu c repeter

    • je pense que l’on doit sensibiliser nos forces de l’ordre parce qu’ils croient qu’avec la tenue, tout leur est permis. ils ont été formés pour protéger les citoyens ainsi que leurs bien et non s’ériger eu boureau tout en servant leurs propres intérêts. c’est vraiment dommage pour l’élève.
      Paix à son ame.

    • Non on continu rien il faut que ca prenne fin ces injustices sinon nous somme tous des cadavres ambulants.Qui n’a jamais eu à faire à la police ou à la gendarmerie pour des histoires à la con,moi j’ai été menacé à cause d’une fille et je n’en ai rien à foutre de ces conneries !n’aillons pas peur de nous exprimés car nous sommes tous mort depuis fort longtemps !
      J’ai remarqué qu’on publie pas certains commentaires car c’est la vérité on dit !arrêtez de publier des commentaire qui vont jamais nous sortir de cette galère !LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS !!

  • mais c’est triste nos Autoriter que vous faites ca, une simple marche pour montrer un mecontantement ne doit pas faire l’objet de sortie de troupe de policier ou gendramme. Essayer un jour de comprendre cela, car nous nous disons que nous somme en democratie pas en revolution.
    vous les policiers, vous etes la pour preserver les hommes et leur bien, meme si une personne a fait du mal, on ne le bastonne pas, vous devez laisser la justice faire son travail.
    Et a vous les auotauriter et meme le President, sachez que la violence, n’a jamais ete sujet de resolution d’une crise.
    Envoyez les policiers, les gendrammes, les militaires dehors pour frapper et detruire la population ne pourra jamais etre la bonne solution.
    Merci et que Dieu garde le Burkina Faso.Amen

    • Nous regrettons ces actes que posent nos hommes de tenues, ceux la qui étaient sensés assurer notre sécurité nous détruisent.Partout au Burkina c’est de la sorte qu’ils se comportent surtout quand il s’agit de femme.

      Paix à l’ame de Justin L zongo

    • le policier n avait pas du tout le droit de toucher l’eleve en question. cet eleve est pas mort de la meningite que la justice soit faite pour cet eleve

    • Paix à son âme, et beaucoup de courage pour sa famille et tous ses proches.

      Dieu est grand.

      Les forces de sécurité doivent vraiment mieux penser leur action.

      Et les journalistes ne doivent pas laisser l’affaire, IL FAUT UNE SUITE, CE NE SERA PAS POUR RIEN.

  • C’est vraiment révoltant ! Surtout à lire les déclarations du Directeur Régional de la police, on sent non seulement de la maladresse mais aussi du mépris pour la colère pourtant justifiée de la population. En tout cas c’est une cause qui mérite largement d’être soutenue ! Et à cette allure le Burkina finira bien par avoir sa révolution !!!

  • Je pense qu’il faut un contrôle approfondi dans le recrutement des agents de la police. Je prend le cas des policiers qui sont à l’accueil au sein des ministères ou institutions, leur comportement laisse à désirer. En effet,après avoir identifié les visiteurs, ils exigent quant aux femmes et filles à laisser leur numéro de portable à la sortie. Ils utilisent ces numéros pour harceler ces dames et filles. C’est vraiment triste pour ce corps.La hiérarchie doit revoir la copie de ces agents qui ne savent pas gérer leur libido.

  • ces quelle histoire encore sa depuis des annees les meme scenarios se repeat les policier pour il se prenne des roi ou des dieu ??? comment vous pouvez faire un t elle crime au lieu de proteger vos citoyens vous fait le contraire. mais qu’attendons nous pour foutre ce sale regime dehors si le gouverment ne veut pas faire son boulot contre ces sale coup de mort non explicable qui non pas de sense on risk de les foutre dehor comme l egypt ou la tunisi ces a cause des morts non explicable et la malgouvernage resemblable comme sa qui a declancer la collere dans les pays comme la tunisie et l epgypt et meme le libye.....il faut qu on met fin a ces mortalite et eliminer les sale flics de la police...et un petit conseil au government faite tres attention ce qui se passe a heur peut arriver chez vous aussi
    bientot sa peut etre votre tour de foutre le camp comme ben ali..ect.....ces just une question de temp.....

  • Des forces de sécurité qui deviennent des semeurs de troubles. Il faut les deqager tous. C’est quoi ce pays sans justice.
    Mais c’est vraiment inadmissible.

    • c n’est plus la sécurité q cè policier mènent dan ce pays mai le désordre.il fo les rèmete a leur place.c nè q des inconscien,ils savent mème plu la définition de leur boulo. toute mè condoléance ala famille du défun !!

  • wi on ve le changement

  • C’est très sérieux. Les autorités parlent très peu des coups que Justin a subis. Il faut la vérité car ces coups y sont pour quelques chose dans la mesure où il a été fragilié. On dit bien qu’il a été gifflé avant d’être envoyé à la police. C’est-à-dire qu’à la police, on l’a pas laissé. Ou pensez-vous que le policier qui a le courage d’infliger des giffles deavant tout le monde peut s’en empêcher une fois à la police ? Il y a de quoi s’interroger

  • mes condoléances à la famille éplorée. S’il ya un menteur dans tous ces propos, ce sont ceux du DR de la police qui affirme gratuitement qu’aucun de ses éléments ne sort avec Aminata Zongo. c’est très grave pour un responsable surtout un DR. Est-il mariés à ses agents ? et même ça, il est difficile pour une femme de savoir qui sort avec son mari. Il ne mérite pas son poste de DR.
    Un autre problème qu’il faut stopper impérativement avant qu’une guerre civile ne se déclenche au BF est celui de l’agression des civils par les hommes de tenue(principalement les militaires et les policiers) pour des histoires qui n’en valent pas le peine(problème de filles, simples propos,...). plusieurs cas se sont déjà produits. comme exemple, à Dédougou en 2007, les militaires ont envahi le secteur 2 de la dite ville,blessant des innocents.Il faut prendre des mesures fortes concernant ce sujet, allant même jusqu’au déshabillement de l’agent.

  • Je reste profondement déçu du comportement des forces de l’ordre de nos pays. Je me demande qu’est-ce qu’ils apprennent à l’école pendant leur formation ? A violenter les citoyens sans défense ? Quand le responsable du commissariat dit que le jeune a été bousculer, de quoi s’agit-il exactement ? Nous connaissons la bousculade de la part de nos brutes qui portent indignement la tenue.
    Avant qu’il ne mène une enquête quelconque il jure qu’aucun de ses agents ne courtise la jeune fille ! Sur quelle base ? A moins que ce soit lui-même qui sort avec la fille.
    Il y a des non-dits dans cette affaire qui méritent une attention de la part de la justice s’il y avait encore une dans nos pays où l’impunité est la règle d’or !

  • Vraiment, que Dieu punisse les injustes qui maltraitent et mentent au peuple ! Amen !

  • J’espère qu’à la fin de cette histoire 2 policiers iront en prison. Mais, malheureusement on est dans un des plus grands pays de l’impunité. Le DR n’a même pas ouvert d’enquête qu’il a déjà classé l’affaire. C’est pas comme ça on fait.

    Pour ça, surtout si vous êtes sûrs de vous, vous constituez un dossier que vous soumettez au procureur qui charge les gendarmes de faire l’enquête. 2 mois plus tard, le gouverneur et les DR et les commandants donnent une conférence de presse, présentent les résultats et les procédures judiciaires à suivre.

    Et là, même si c’est une rumeur, ceux qui l’ont transformé en trouble doivent payer et si c’est vrai... Lahilahilalaaaa !!!!!!

  • on est fatigué des brimades de nos forces de l’ordre cette fois ci trop c’est trop.il faut qu’on le fasse savoir au pouvoir en manifestant de manière pacifique en créant des pages facebook

    on est fatigué

  • paix a son ame , je crois que le ministre de la defence doit les remercier de leurs fonction ces policiers, si je comprends bien c’est la raison du plus fort que le pauvre n’aura jamais droit a la parole ??????ou usage de son maingre titre de policier pour abuser les innocent, qu’on les licentie a fin cela puisse service de lecon aux autres,

  • Franchement l’article est nul ; pardon le journaliste manque de professionnalisme. « Quelqu’un a été interpellé par la police et un peu bousculé et 48 heures après, il meurt de méningite ». Voici un sujet et il appartient au journaliste de faire le lien entre les événements en question : méningite, interpellation musclée. Il y a des acteurs : la police, l’hôpital, les parents des deux camps… Nos journalistes ont du boulot. Je ne veux pas commenter la version du MESSRS car Dieu voit chacun. Franchement, on ne vous demande pas de dire qui a raison car il y a mort d’homme mais de là à brouiller les pistes, cela relève de la volonté manifeste de vouloir cacher le soleil avec la main.
    Condoléances à la famille du petit. Nous sommes tous des parents

    • mon ami tu ne comprends rien.Il a été interpellé depuis Décembre et il es mort en février c’est pas 48h après qu’il est décédé. J e pense que les gens devraient vraiment analyser cette affaire de près. Aucun vrai parent de la victime n’a vraiment pas intervenu d’abord. Prenons les choses avec réserve et ne nous excitons pas trop.

  • En fait j’ai l’impression que les membres de secirité ne savant pas qu’un individu brigandé, bafoué ou meme indigné est un criminel plus feroce qu’on ne peut en connaitre ! Quelle sale meningite ca ! Le ministre prend les gens pour des attarder ou quoi ? Touchez a son fils et on verra sil parle de meningite !! C’est clair il a été tabassé et a succombé a ses blessures ! Assumez vos responsabilités et ne soyez laches !!
    Nous battrons ! LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS§§
    ASTA LA VICTORIA SIEMPRE !!!!!!!!!!!

  • En fait j’ai l’impression que les membres de secirité ne savant pas qu’un individu brigandé, bafoué ou meme indigné est un criminel plus feroce qu’on ne peut en connaitre ! Quelle sale meningite ca ! Le ministre prend les gens pour des attarder ou quoi ? Touchez a son fils et on verra sil parle de meningite !! C’est clair il a été tabassé et a succombé a ses blessures ! Assumez vos responsabilités et ne soyez laches !!
    Nous battrons ! LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS§§
    ASTA LA VICTORIA SIEMPRE !!!!!!!!!!!

  • Meme si cet éleve etait malade, c’est sur qu’il a subi des sévisses corporels. Pourquoi venir le chercher à l’école ? Il a tué quelqu’un ? Est ce un bandit de grand chemin ? Une bagarre entre camarades de classe ça arrive tous les jours dans nos écoles. Si la police a jugé que son acte méritait une sanction pourquoi ne pas le défféré tout simpliment et laisser la justice faire les choses ? Condoléances à la famille éplorée et paix à son ame.

  • bjr par ici c’est le commissariat de wemtenga par là c’est la police de KDG et par fini le BF fairait coe l’Egypte, Lybie ou tunisie. Que la paie revienne à KDG.

  • LA POPULATION CIVILE A REAGI, CELA N VA SAN CONSEQUENCE. EVITON LA VIOLENCE AU MIEU KON PE ; K DIEU NOUS PRESERVE DE TOUT MAL ET KON EST LA SOLUTION A NOS PROBLEM SAN AVOIR RECOURS A LA VIOLENCE. NINCITONS PA LES GENS A LA REVOLTE ;

    POSONS LA QUESTION A NOS AMIS JURISTES. KAVONS NOU COM VOI DE RECOURS FIABLE A CE GENRE DE PROBLEM ?

    IL FO VOIR EN CELA LA TRANSPARENCE DAN LA GESTION DES DOSSIERS

  • paix à son âme. mais dans tout ça ou est aminata zondo elle qui est l’auteur de tout ça

  • Bonjour et vivement que le calme regagne cette ville qui j’allais dire semble maudite.
    Seulement en toute chose il faut éviter de prendre position de façon partiale. Aujourd’hui chacun (jusqu’aux premiers responsables) cherche à tirer la couverture de son coté. TENEZ !
    Le DR police : Nous avons enregistré la plainte et convoqué le garçon, Justin Zongo, par trois fois sans qu’il ne daigne répondre.
    La camarade de Justin : chaque fois qu’il revenait de la police, il avait des blessures
    y a t-il deux commissariats à Kdg ? Le DR sait-il ce qui se passe réellement chez lui ?
    Le DR police : on a dû le bousculer pour le faire entrer dans le poste
    La camarade de Justin : Un des policiers l’a même giflé avant qu’on le conduise au commissariat.
    Celui qui a pu gifler Justin au lycée n’est il pas capable du plus au Commissariat ?
    Le DR police : il est allé se plaindre auprès du procureur d’avoir été battu... et l’affaire a été tranchée chez le procureur.
    Dites nous exactement comment « l’affaire a été tranchée »
    le DR de la police a juré, la main sur le cœur, qu’aucun de ses éléments ne fait la cour à la fille.
    Pourquoi prendre pareil position. Nos policiers ont-il l’obligation de dire avec qui ils sortent ? pourquoi jurer dans tel contexte ?

  • je suis presqu’en larme bravo cher force du désorde pauvre de tw bas peuple

  • POURQUOI VOULEZ VOUS FORCER LES GENS à CROIRE QUE L’ELEVE EST DECEDE DE SUITE DE MENINGITE.LES POLICIERS N’ONT QU’A RECONNAITRE QUE C’EST DE LEUR FOTE ET DEMANDER PARDON A LA FAMILLE DU DEFUNT.

  • Bonjour, que l’âme de ce garçon repose en paix. C’est triste que le reporteur n’as pu recueillir la version de la famille du garçon. Avoir une méningite et ne pas être en quarantaine, cela me surprends beaucoup. Le journaliste, il faudra faire un peu plus que cet article.

    Apparemment nos forces de l’ordre sont sur le qui-vive, sinon comment comprendre qu’une marche de protestation des élèves soit si sévèrement réprimée.

  • où met on les franchises scolaires ?
    LLe chef d’établissement est un v&ritable iresponsable, il ne peut pas autoriser une descente musclée dans l’enceinte scolaire et pire il laisse embarquer l’élève comme un vulgaire délinquant. I l aurait dù accompagner l’élève au commissariat pour éviter ces bavures.
    Après Norbert Zongo voilà le tour d’un autre ZONGO. Paix à ton âme

  • Faisons la part des choses : une personne peut être admise dans un hôpital suite à un accident de circulation et mourir d’autre chose que des blessures provoquées par cet accident.
    Ceci dit,il plus que probable que les policiers en ont fait voir au garçon suite à son refus d’obtempérer à la convocation, mais nous pouvons également faire confiance au personnel médical,qui en a la compétence, et qui attribue les causes de son décès à la méningite.Ce qui n’exclue pas, non plus, que même si le jeune est décédé de méningite que le traitement dont il a été victime à la police y ait contribué.
    C’est dans ce doute là que les autorités devraient afficher une volonté réelle de faire toute la lumière sur cette affaire et prendre les mesures pour que cela ne se reproduise plus, au lieu de laisser certains responsables nous servir des niaiseries et de la langue de bois:comment le DR de la police peut" jurer, la main sur le cœur" qu’aucun de ses éléments ne fait la cour à la fille ? A quel point il est impliqué dans la vie privée(sexuelle et sentimentale) de ses agents ? Quand il dit que " Des policiers sont allés alors le chercher, et quand il est arrivé, on a dû le bousculer pour le faire entrer dans le poste, car il refusait d’y entrer pour être interrogé",il met quoi dans la "bousculade" ?
    Par ailleurs, un autre niais qu’il faut indexer,c’est le proviseur de l’établissement.Pour une affaire née entre des élèves dans le domaine scolaire,il lui revenait de gérer cette affaire à travers l’instance disciplinaire scolaire qui sied et ça existe.Au lieu de cela, c’est dans le domaine scolaire que la police vient gifler le garçon avant de l’embarquer.Qui est garant de la sécurité des élèves dans le domaine solaire ? Et en tant que responsable de l’établissement s’est-il rendu à la police quand le jeune a été embarqué avec la brutalité qui a commencé au sein même de son établissement ?

    • « ...Pour une affaire née entre des élèves dans le domaine scolaire,il lui revenait de gérer cette affaire à travers l’instance disciplinaire scolaire qui sied et ça existe.Au lieu de cela, c’est dans le domaine scolaire que la police vient gifler le garçon avant de l’embarquer.Qui est garant de la sécurité des élèves dans le domaine solaire ? Et en tant que responsable de l’établissement s’est-il rendu à la police quand le jeune a été embarqué avec la brutalité qui a commencé au sein même de son établissement ?... »

      Yamâam, je rejoins ton point et je pense que l’établissement n’a pas fait ordre de son règlement. Et de plus, si ce n’est pas une anarchie, comment la police peut-elle se rendre dans un établissement et se comporter de la sorte ?, C’est les responsables de l’établissement qui auraient dû se répondre à la police des actes du regreté face à Aminata Z. et y prendre les mesures nécessaires (sanctions disciplinaires...). La direction de l’étab + le DR du commisariat devraient tous être démis de leur fonction sans délai.

      Toutes mes condoléances à la famille. Paix à son âme et Que le Dieu tout puissant l’accueil dans son humble demeurre. Amen

  • le DR de la police a juré, la main sur le cœur, qu’aucun de ses éléments ne fait la cour à la fille" ne soyez pas naif Mr le DR, vous ne pouvez pas le savoir, d’autant plus que vous êtes incapable de vérifier si la fille a un parent chez vous.ça aurai eu le merite de s’assurer que vos gars ne traiteron pas cette affaire avec du zèle.vous êtes nuls

  • Paix à l’âme du défunt élève. En attendant les résultats des enquêtes,je crois que les élèves ont le droit de manifester pacifiquement leur mécontentement.
    Je demande aussi aux populations d’avoir la même compassion pour les hommes de tenues(policiers, Forestiers,Douaniers, Gendarmes) tués dans l’exercice de leur service à la nation.

  • je ne sais pas si ces forces de l’ordre se rendent compte de ce qui se passe actuellement dans le monde.pour un rien se pays va basculer parceque les gens en ont marre.

  • salut, je crois bien que le DR de la police reconnaît implicitement sa négligence de cette affaire, tout en jurant’’la main sur le cœur’’ qu’aucun de ses policiers à lui ne sort avec cette élève ; la connait-il ? Il a bien dit qu’il n’a pas cherché à vérifier les liens de parenté entre celle-ci et un éventuel parent qui n’est autre que le vandale qui a perpétré le forfait de meurtre d’un pauvre élève.
    Paix à l’âme de l’élève et toutes condoléances très attristées à la famille ZONGO.

  • je suis vraiment choqué de voir de tels agissements de la part de nos forces de l’ordre, il leurs manque tant d’actions pour s’enprendre à un pauvre élève de la sorte, mais ou est la justice dans ce pays ? Et dire que nos autorités ont tjs eu la manie de se cacher derriere des bouc et mistere, je suis certain que la maladie du petit n’est pour rien, un peu de respect aux citoyens svp, c’est deja pas facil de survivre dans ce pays, preservons la paix et la tranquilite. Que Dieu veille sur nous.

  • je suis convaincu que c’est une bavure des forces de l’ordre qui fera que blaise et sa clique s’en iront un jour, croyez moi.

  • Chaque peuple merite ses dirigeants et aussi ses forces de l ordre et du desordre,c est selon.
    j avais du mal a comprendre comment a Wemtenga, un commissariat pouvait faire tant de veuves et d orphelin sans que la population ne reagisse.
    C est ce genre d inpunite qui fait croire au policier qu il peu tout se permettre car il porte une arme et est en face d un peuple de peureux.
    ce n est pas pres de finir.

  • Des forces de sécurité qui deviennent des semeurs de troubles. Il faut les deqager tous. C’est quoi ce pays sans justice.
    Mais c’est vraiment inadmissible.

  • "policiers, des CRS et des gendarmes rappelés en renforts"
    Quelles differences y a t-il entre un policier et un CRS ? aucune difference car le CRS est un policier et est regi par les textes de la police.
    Reconnaissons que dans les rangs des forces de securite, surtout de la police, il y a des brebis galeuses parce que aucun texte precis ne les regissaient et ....

  • Que c’est malheureux d’en arriver là. Au moins pour plus de crédibilité de la police il fallait convoquer d’abord le chef de l’établissement en question ainsi que les parents des deux élèves avant de prendre une décision quelconque. Ne disons nous pas que le Burkina est un pays de dialogue, de médiation.Où est donc passé ce sens de médiation, de communication. Je me dmande souvent si nos forces de sécurités ont été eduqués que pour la barbarie, la méchancété,l’animosité. Cela s’explique par le privilège qu’on accorde à ces foux de sécurité. Mais sachiez que toute chose à une fin et que les âmes de ses homicides ne vous laisserez entrer au Paradis. Blaise Compoaré a fait trop de gaff mais.......Tout ce qui arrive chez le voisin peut arriver ici aussi.Le peuple burkinabé est mecontent sachez le. Que Dieu vou aide mais sachiez que vous êtes à la fin. Ce n’est qu’une question de mois.

  • “Espérons que son appel sera entendu et qu’on œuvrera à ramener le calme à Koudougou, qui sait malheureusement et bien souvent, s’illustrer dans la démesure”
    Monsieur le journaliste je suis déçu par votre analyse et certains de vos propos. Apprenez à faire du vrai journalisme

  • resoudre un problème par la violence complique d’avantage le problème. Que nos autorités prennent leçon de ce qui se passe dans le monde arabe, car nous ne sommes pas epargnés de ces mouvements au BF. La population en a mare mais ne sait pas comment débuter les grèves car on attend un brun d’allumette pour mettre le feu au foudre.
    Attention et controlons nos actes.
    Merci

  • Paix à son ame. Ce regime est un régime de laisser faire ; trop d’impunités ; ce que je vois c’est à la population de se reveiller.

  • Il y a trop d’incohérence dans cette histoire. Ils affirment que le jeune Justin ne se présentait pas aux convocations, celle qui a témoigné parle de chaque fois qu’il y revenait !!! Deuxième incohérence, un CSPS ne fait pas de prélèvement lombaire systématique et ne fait jamais mais alors la jamais d’analyse sur liquide céphalo-rachidien de 1 par manque de personnel qualifié et de 2 par manque de plateau technique et ce en accord avec ses attributions. Ensuite de quel type de méningite s’agit-il ? bactérienne ou mécanique par compression ou facteurs extérieurs comme des coups à la tête ! C’est juste dommage qu’une fois de plus nos autorités s’attelelent à mentir à la porte

  • paix a son âme, c’est moins bon ce que les policiers font actuellement surtout la nouvelle promotion c’est un peu partout maintenant les autorités n’ont cas revoir ça sinon ça sera catastrophique. Que Dieu nous guide dans le droit chemin

  • Paix à ton âme ! c’est toujours comme ça ! on te tue et on cherche encore des astuces bidons pour justifier ta mort.
    Mais Dieu est fort, et tout a une Fin.

  • C’est terrible tout ce desordre !
    Quelque soit la version qu’on donne, les faits sont là. Etudiants frustrés, policiers débordés, administration sans autorité.
    Le moins qu’on puisse dire c’est que tout le système est à revoir. Et sans être alarmiste, je crois que c’est une vase dejà pleine, que la goutte d’eau à déborder.
    A suivre donc de près...

  • pour moi cet élève est mort par suite des tortures comme tant d’autres (DABO Boukary) et que l’histoire de la méningite un montage administratif pour apaiser les coeur

  • Quelle triste nouvelle ! Que la terre lui soit légère. Pour ce soit disant DR comment peut-t’il juré la main au coeur qu’aucun de ses éléments ne sort avec la fille en question alors qu’à chaque fois le jeune homme revenait chaque fois avec des blessures ? Comme quoi la fille prétendait avoir un parent à la police. Pourquoi ce DR n’a t’il pas chercher à savoir qui est le parent de cette dernière ? C’est une négligence.Je pense que c’est une coïncidence sinon ce n’est la méningite la principale cause de la mort de l’élève. Il faut que les changent de mentalité. Soyons de vrais burkinabé ; des hommes intrègres. Les agents de la santé n’ont pas dit la vérité. Et vous les soit disant agents de sécurité apprenez à respecter les droits de vos prochains. On en a assez là !!!!!!!!!!!!!!!!!

  • salut, Paix a son ame, mais il ya quelque chose que la population(eleves etudiants etc..) refuse de comprendre, l’eleve a certe ete bastonner mais les service de santé ont bien affirmer que c’est a la suite de maladie qu’il est decedé,pourquoi des revoltes inutile ? ne pensez pas que les forces de securités sont la pour s’attaquer aux civiles encors moin aux enfants,non ! il faut souvent bien ce renseigner avant de ce lancer a des actes de vandalisme, je ne suis ni militaire ni paramilitaire mais je ne suis pas d’accords avec ce que font les eleves, c’est mieux de rester dans vos etablissements et de bosser, cela va plus vous aider que de sortir dans les rues et de vous faire blesser gratuitement par la police, ce sont vos parents qui en souffrent.

  • Quelle triste nouvelle ! Que la terre lui soit légère. Pour ce soit disant DR comment peut-t’il juré la main au coeur qu’aucun de ses éléments ne sort avec la fille en question alors qu’à chaque fois le jeune homme revenait chaque fois avec des blessures ? Comme quoi la fille prétendait avoir un parent à la police. Pourquoi ce DR n’a t’il pas chercher à savoir qui est le parent de cette dernière ? C’est une négligence.Je pense que c’est une coïncidence sinon ce n’est la méningite la principale cause de la mort de l’élève. Il faut que les changent de mentalité. Soyons de vrais burkinabé ; des hommes intrègres. Les agents de la santé n’ont pas dit la vérité. Et vous les soit disant agents de sécurité apprenez à respecter les droits de vos prochains. On en a assez là !!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Chers burkinabé

    Lévons nous pour revendiquer l’impunité qui se passe dans notre pays Suite à la mort de notre petit frère.
    Les forces de l’ordre, je pensais que vous êtes là pour maintenir la sécurité des burkinabé mais à ce que je constate, vous êtes là pour faire régner la tereur, resaisissez vous car il est tant que vous agissez comme les dignes burkinabé.
    Quant au Ministre je l’invite à tenir des propos qui consolent mais pas ces types de reactions, car ça manière de parler ne reflète pas les propos d’un ministre mûr d’esprit.

  • Je présente mes condoléances à la famille éplorée. Je pense que la majorité des gens se précipitent sur le sujet. Je pense que toutes les versions de cette histoire sont vérifiables. Le prof en question est toujours vivant je pense, les élèves de la classe également. Quand un patient est interné à l’hôpital, ça laisse forcément des traces.Les enquêteurs pour une fois doivent éviter de couvrir qui que ce soit et reconstituer fidèlement les faits pour que les gens soient fixés. Le (ou les) responsable(s) doivent être punis conformément à la loi s’il s’agit d’un assassinat pour calmer la population.

  • en lisant les lignes de cet article, je pense bien que l’élève était malade. Mais les tortures de la police ont aggravé son état de santé qui s’est solvé par la mort. La police doit répondre de ses actes. Mème si l’élève était malade, le fait de venir le faire sortir de sa classe, de le conduire à la police et de la maltraiter devant ses camarades contribue sans doute à aggraver son état de santé. Tout le monde ne supporte pas les humiliation morales, encore moins les brimades physiques. La preuves est que ses camarades de classe ont témoigné qu’il avait des blessures à son retour de la police. Il faut faire la lumière sur cette affaire. et la presse aussi doit jouer sa partition puisque c’est elle qui nous a donné l’info
    TROP c’est TROP. On en a marre de ces abus dans ce pays

  • Bonsoir à tous,
    Il y a trop de confusions qui laissent entendre que cette histoire n’est pas claire ?

    D’abord comment des policiers peuvent-ils entré dans la cours d’un établissement scolaire pour arrêter des élèves et c’est même le proviseur qui se permet de livrer un élève pour qu’on parte tuer. Je me rappel qu’à notre lycée, le proviseur s’est interposé avec plus de 3 véhicules de CRS qui sont venus pour arrêter des élèves qui ont marchés. Les policiers sont répartis bredouilles.

    Est-ce qu’il n’existe pas une loi qui interdit des policiers d’intervenir dans les établissements scolaires ?
    Pourquoi convoquer quelqu’un à plusieurs reprises au commissariat pour une simple bagarre entre scolaire ?

    Est qu’une personne atteinte de méningite peut elle décider d’elle-même sur simple décharge de quitter un centre hospitalier (vu que c’est la santé de toute la population qui est en danger) ?

    Le médecin parle d’évasion, est ce quand un patient quitte l’hôpital on parle d’évasion ? Soit ce petit y été conduit par la police, soit il est fou pour qu’on parle d’évasion.

    Est-ce que quelqu’un atteint d’une méningite déclarée peut il retourner allègrement suivre les cours à l’école jusqu’à ce que la police vienne l’arrêter.

    Le médécin dit que le petit y à été admis. Par qui ?

  • Slt à tous. (La méningite est une maladie infectieuse pouvant être grave qui provoque une inflammation des méninges et du liquide céphalo-rachidien (LCR). Les méninges (pour spécialistes, composé de la dure mère, de la fibreuse et de l’épaisse) sont des enveloppes qui protègent le cerveau (encéphale et moelle épinière).
    Une méningite peut avoir des conséquences très sévères (dans ce cas souvent causées par des méningites bactériennes) notamment en provoquant une sépticémie (infection du sang), la mort peut alors survenir en quelques heures sans un traitement adapté) Je penses que nous sommes intéligent et quand on nous raconte les faits, penser un peut à ceux qui écoute. Quand on nous parle de méningite (elle est une trouble des méninges ou l’affaissement de la boite crânienne,)je pense que si l’enfant recoit des coups sur la tête cela peut conduire à une hémoragie interne et si les méninges sont atteint, je pense qu’à l’hopital on ne peut que dire que c’est la méningites (a cause ???) c’est les coups !!!!!!
    Donc ce problème était simple à resoudre dite la vérité aux gens et faites comprendre au gens qu’une sanction serait prise à l’encontre de ses auteurs.Mais à ce rythme on irra nul part et la situation de fait que s’empirer (une boutique briller, maqui Zaka sacagé, Gouvernorat et véhicule de service bruler, et un élève suite à une bal sur le ventre vien de sucomber ce soir avec tant de bléssé à l’hopital. donc......................) que Dieu nous aide
    Merci la presse

  • il faillais que les autorités locales acceptes de rencontrer les elèves et reçoivent leur requètes reconaitre que la police a infliger des sevices corporelles a l’élève,peut etre cela aurais calmeé la situation,aulieu de jetter la police a leur trouces.

  • remarquons que lorsqu’il y’a altercation entre homme de tenu et civil,affaire de femme le plus souvent est en dessous.
    De toute façons ces policiers sont solidaires de leurs collègues et les autorités les couvres pour se couvrir eux même.
    Méningite et quoi encore !! Il parait que Tom Samk est décédé de causes naturelles. Alors pour pourquoi s’étonner de constat de nos braves médecins venu du campus où eux même ont dus est gazé à plusieurs reprises.
    Petit frère, fait ce qu’il faut d’où tu est pour que ces genres d’actions cessent définitivement dans ce Faso. Y’a n’a mare pour "petit cu de femme". & Excusé moi, mais...&
    Que ton Âme repose en paix ; God meet and bless you, young brother !!

  • salut les amis, je suis d’avis avec certains d’entre vous qui disent que la coincidence est trop evidente et que les autorites,en apprenant la marche,se sont fabriquées une preuve vite faite de meningite avec la complicité d’une personne dans ce centre de sante. sinon de quoi avez peur,meme le gouverneur s’y interesse. mais sa ne peut plus continuer ainsi:ou bien vous punissez les vrais coupables que nous connaissons ou encore vous voulez toujours encourager ses comportements ;dans le deuxieme cas, alors il faudra vous attendre a nous voir encore a la rue.

  • Paix à son âme !


    La liberté est chère très chère que sa valeur s’estime en Vie humaine

    Il faut que la tuerie des nos forces de l’ordre cesse.

  • c’est de là que nait la revolte. Alors bonjour à la democratie de la rue... Le peuple en a marre !!!!!

  • De Norbert ZONGO à Justin ZONGO. Ca ne se pardonne plus !!!!

  • TOUT CElA A CAUSE DU DERRI*RE D UNE PETITE FILLE !!! PFFFFF !!
    QUE LES AMES DES DEFUNTS REPOSENT EN PAIX !!

  • Vraima le peuple a souffert des reglements de compte de ces policiers.Il faut qu’il yait un eclairage dns cette affaire.Ce nest pas normal quon continue a tuer ns freres sans raisons.Dieu reglera le compte de tout un chacun de nous

  • Ma première fois de réagir a des informations..." Celui qui ne regarde jamais les mensonges de la télé" ... Rien de nouveau sous le soleil (l’Ecclésiaste) !!!
    Bref ! Cela signifie beaucoup pour moi et il me faudra plusieurs nuits pour calmer ébullition cérébrale provoquée.
    J’ai tenue a appeler a Koudougou pour confirmation :
    En addition, il y’a des blesses graves a évacuer sur Yalgado et 3 morts probables a ajouter a la liste... Information a vérifier mais tout de même entendue qui devrait faire réfléchir plus d’un.
    Bref ! Le mécontentement, la pauvreté est la... mais chaque chose en son temps...
    Pour ce qui est de ce DRAME, je ne peux en dire plus que les commentaires précédents, mais IL Y’A DU FLOU qui met en accusation
    1. le corps médical ayant suivi le petit « macchabée »,
    2. la police (Je prie le ciel qu’il ce soit pas couplé a une affaire de C... ...pubère... :-( )
    3. la justice qui a été impliquée dans une affaire d’adolescents...
    4. l’établissement qui devrait avoir consigné l’acte avant la police...

    CONCLUSION : IL faudrait au minimum une autopsie indépendante... CETTE AFFAIRE SOUFFRE DE FLOU et tout le monde a commencer par le gouvernement & la justice a intérêt y faire LA lumière « CONVAINCANTE ».
    LES FORCES DE L’ORDRE NE PEUVENT RENVERSER UN RÉGIME SI LES CITOYENS dont ils font d’abord parti (Cf. Pr. Laurent BADO) NE SONT PAS CONSENTANTS MAIS LE CONTRAIRE EST FAUX. EN CAS DE MÉSENTENTE, LE CHOIX TANT SOCIAL, POLITIQUE, ÉCONOMIQUE ... EST DONC TRIVIAL pour qui veut y réfléchir...
    DIPLOMATIE AVANT TOUT...LA FORCE NE FAIT PAS LA VICTOIRE COMME LE MEILLEUR GÉNÉRAL NE LIVRE JAMAIS COMBAT...
    NB : J’ai beaucoup d’admiration pour les forces de l’ordre du Burkina et je crois qu’il faudrait les nettoyer des confréries de voyous infiltrés... CHOISI PAR LE PEUPLE POUR SERVIR LE PEUPLE D’ABOOORD !

  • mes chers burkinabe il faut rapeler a ces bidasses des temps coloniaux(de part leur formation) que leur pitance de fin du mois provient des impots payes par les citoyens qu’ils passeent leurs temps a tabasser pour des raisons personelles ,et qu’ils sont payes pour proteger les biens et personnes.Ils pensent qu’ils sont une force autonome et pas de compte a rendre a personne. VIvement que lumiere et justice soit faite sur cette affaire pour le repos de l’ame du regrette frere JUSTIN ZONGO.
    N.B:Le D.R EST UN MENTEUR(pardon de le dire), JE L’EXHORTE A RELIRE SES PROPOS INCONGRUS

    • C’EST SEULEMENT UN SINGE QUI GATE LE NOM DE TOUS LES AUTRES.

      hier jai été profondement ecoeuré de voir la souplesse et la delicatesse avec lesquelles, le journal parlé a survolé cette affaire. c’est une insulte à l’endroit de toute la nation.svp, nous parlons là de mort, des morts memes à l’heure actuelle.
      c’est tellement facile d’indexer les eleves et etudiants.
      A l’agent de santé qui a eu le courage d’avancer une cause de meningite, je lui dirai de penser à ses collegues car i salit le nom de son metier. c’est purement de l’egoisme. qu’ un agent de santé en vienne à mentir !où est donc notre integrite ?
      Nos autorités doivent cesser de penser que la population entiere est analphabète et que nous pouvons avaler n’importe quoi ! c’est triste que tout un DR avec tout le respect que je lui dois en arrive à banaliser des actes aussi ignobles. c’est cette negligence et volonté manifeste de tjrs dissimuler la verité qui entrainent des frustrations. vraiment Trop c est trop ! cette affaire ne doit pas rester impunie.
      Pensons à la famille eploréé.il est peut etre le seul enfant de ses parents. toute une vie vient de s’effondrer pour eux. ils ne comptent que sur nous, la population pour les soutenir. on ne peut pas les dedommager.l’ argent ne peut remplacer une vie, la joie et la disparition d’un etre.

      IL EST TEMPS DE REAGIR ET FAIRE COMPRENDRE AUX AUTORITES QU’ELLES SONT LA POUR NOUS ET NON LE CONTRAIRE.
      SANS PEUPLE,PAS D’AUTORITES, PAS DE PRESIDENT.

  • Il faut qu’on apprenne une fois pour de bon que l’expression "On te fait et il n’ya rien" a bien fait son "boly banna" (fin de la course) avec l’atroce et ignoble assassinat de Norbert ZONGO le 13 décembre 1998 par des carnivores d’un accabit à peine supérieur à la condition d’hyiène sauvage ! Je m’insurge contre cette manière de traiter les humains que nous vivons hélas depuis quelques décennies au Burkina Faso. Et comment des forces de l’ordre (que nous avions à juste titre surnommées "Forces du désordre") du temps ou nous étions étudiants en 1998 peuvent-elles se permettre de telles sévices à cause d’une paire de cuisses (d’une mineure en plus). Je le dis et je l’assume : c’est hélas une de ces nombreuses bavures policières dans un Etat "dit de Droit". Quelque soit la cause du décès de ce jeune élève, il n’en démeure pas moins que la Police l’a brutalisé et ce n’est pas normal ! Non, monsieur le DR ! Vous ne pouvez pas occulter cela ! Pire, vous ne pouvez pas jurer qu’"aucun de vos policiers" ne rentre sous la jupette de cette fillette (mineure en plus). Vous ne pouvez jurer que de vous mêmes et rien de plus (à moins que vos agents ne soient suivis). Il ne faut pas tenter de nous endormir car pour qui a été à l’école, il y’a des choses qui s’analysent et qui se déduisent d’elles-mêmes !

    Soit, comment expliquez-vous qu’il y’ait encore des bléssés et des morts à présent si ce n’est le fait de la barbarie de "vos policiers" ? Epidémie de Méningite généralisée encore ? Non ! Il faut vous assumer et sanctionner (pardon ! déshabiller) ce policier coupable d’une faute grave au nom d’un copinage ! Je tranche net ! Cette affaire mérite d’être traitée de façon énergique et en très haut lieu pour éviter la généralisation. Déjà à Ouahigouya, ça a commencé... Ouagadougou est l’épicentre des étudiants et des élèves ! GARE A LA REVOLUTION JASMIN ! Alors, messieurs : prenez vos responsabilités et toutes vos responsabilités. Que la fillette aussi les prennes en quittant l’établissement. Elle aura de toutes façons cela dans sa conscience, si plus est, elles est si impolie qu’elle a tenu tête à son prof de PC qui a dû quitter la classe ! Quelle sale éducation et quelle honte au vu de ce gâchi !

    Pour la victoire radieuse des masses populaires contre l’arbitraire, je souscris ! Total soutien aux élèves et étudiants assoiffés de justice face à la barbarie et à l’impunité ! Vive la conscience libre et affranchie ! W. Modeste SOUBEAGA

  • Tout d’abord, mes sincères condoléances à la famille du jeune décédé. Je pense que fasse à une telle tragédie, il faut se montrer très prudent. Nous n’avons pas les éléments nous permettant d’avoir un jugement serein ; toute passion peut conduire à l’irréparable. S’il y a eu faute, alors, il est normal qu’elle soit sanctionnée avec la plus grande sévérité . Il faut tout d’abord faire confiance aux Autorités Judiciaires de Koudougou , les seules compétentes pour instruire cette affaire. Malheureusement dans ce type de situation, il y a toujours des individus prés à en découdre, à tord ou à raison, avec la puissance Publique. Respectons la vie, soyons à l’écoute de l’autre afin de tenter de vivre un peu mieux dans ce bas monde , en un mot soyons solidaires. Que la calme revienne très vite à Koudougou, ville que je connais bien, où, j’y ai beaucoup d’amis.

  • l’on ne dit pas dans nos langues nationales que la sagesse s’apprend ou se copie chez le voisin ? je pense que les autorités doivent faire beaucoup preuve de retenue en mesurant la force à utiliser dans telle ou telle situation. avec la vague des pratestations arabe, il faut faire attention. et puis entre arabe et noir c’est seulement une rue à traverser !!!!!

  • Il faut qu’on apprenne une fois pour de bon que l’expression "On te fait et il n’ya rien" a bien fait son "boly banna" (fin de la course) avec l’atroce et ignoble assassinat de Norbert ZONGO le 13 décembre 1998 par des carnivores d’un accabit à peine supérieur à la condition d’hyiène sauvage ! Je m’insurge contre cette manière de traiter les humains que nous vivons hélas depuis quelques décennies au Burkina Faso. Et comment des forces de l’ordre (que nous avions à juste titre surnommées "Forces du désordre") du temps ou nous étions étudiants en 1998 peuvent-elles se permettre de telles sévices à cause d’une paire de cuisses (d’une mineure en plus). Je le dis et je l’assume : c’est hélas une de ces nombreuses bavures policières dans un Etat "dit de Droit". Quelque soit la cause du décès de ce jeune élève, il n’en démeure pas moins que la Police l’a brutalisé et ce n’est pas normal ! Non, monsieur le DR ! Vous ne pouvez pas occulter cela ! Pire, vous ne pouvez pas jurer qu’"aucun de vos policiers" ne rentre sous la jupette de cette fillette (mineure en plus). Vous ne pouvez jurer que de vous mêmes et rien de plus (à moins que vos agents ne soient suivis). Il ne faut pas tenter de nous endormir car pour qui a été à l’école, il y’a des choses qui s’analysent et qui se déduisent d’elles-mêmes !

    Soit, comment expliquez-vous qu’il y’ait encore des bléssés et des morts à présent si ce n’est le fait de la barbarie de "vos policiers" ? Epidémie de Méningite généralisée encore ? Non ! Il faut vous assumer et sanctionner (pardon ! déshabiller) ce policier coupable d’une faute grave au nom d’un copinage ! Je tranche net ! Cette affaire mérite d’être traitée de façon énergique et en très haut lieu pour éviter la généralisation. Déjà à Ouahigouya, ça a commencé... Ouagadougou est l’épicentre des étudiants et des élèves ! GARE A LA REVOLUTION JASMIN ! Alors, messieurs : prenez vos responsabilités et toutes vos responsabilités. Que la fillette aussi les prennes en quittant l’établissement. Elle aura de toutes façons cela dans sa conscience, si plus est, elles est si impolie qu’elle a tenu tête à son prof de PC qui a dû quitter la classe ! Quelle sale éducation et quelle honte au vu de ce gâchi !

    Pour la victoire radieuse des masses populaires contre l’arbitraire, je souscris ! Total soutien aux élèves et étudiants assoiffés de justice face à la barbarie et à l’impunité ! Vive la conscience libre et affranchie ! W. Modeste SOUBEAGA

    • Bonjour a tous. Mes sincères condoléances à la famille de ZONGO justin et à toute autres familles rassurez vous ça viendra car tant que ce regime sera en place le sang des honnetes citoyen sera tjr verser et ces pas aujourd’hui que cela a commence. Ces forces du desordre sont mille fois pire que tous ces gens emprisonné a la MACO, MACB et autres ! Ces ça la democratie ? tuer quelqu’un comme une poule ! Non peut être la democratie du sang ? Quelle est le rôle de nos forces de l’ordre ? Qu’ils sache que même s’ils échappent au tribunal du Burkina,et sils n’ont aucune conscience ils n’échapperont pas au TRIBUNAL DIVIN.on en a mare, absolument mare ! LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS !

  • ceux n’est pas étonant et c’est la premiére fois avec les policiers, millitaires, qui ce croit tout permis dans les quartiers. ceux qui laisse à croire que tout est permit aux Burkina Faso, il suffit d’avoir son copain policier, militaire, gendarme, … et j’en passe. On peut maltraiter qui on veut cher frères et sœurs il est tant d’ouvrir les yeux et de prend l’exemple sur la Tunisie, l’Egypte… car aujourd’hui c’est l’enfant du voisin demain cella peut être nous… ils sont entrait monopoliser le pouvoir que le peuple leurs a donné au sien de leurs famille belle sœur, beaux frère, petit frère, cousin cousine… tous on le droit de ce foutre du peuple

  • Je viens juste apporter quelque précision que j’ai glanée ça et là et qui peuvent orienter les décisions de qui de droit.

    1.Il m’est revenu que le parent de Ami ZONGO, celle par qui tout arriva est un policier du nom de ZONGO (son oncle m’a t’on dit). De sources sûres, ce dernier aurait eu quelques problèmes à Réo dont la nature ne m’a pas été revelée, information à vérifier donc dans les milieux concernées c.a.d la Police car il est clair que son DR ne veut pas le "vendre" en disant qu’il n’a pas cherché à savoir ! Pas de nouvelle donc, si en plus elle y avait un copain ! Il n’en demeure tout de même pas moins que du zèle, il y’en a eu et de la légèreté aussi, sinon du laxisme autant de la part du Proviseur ou des autorité du Lycée ayant assisté à l’interpellation du petit comme un bandit de grand chemin (non assistance à personne en danger), que du DR et du procureur (qui se sont contentés d’être complaisants et complices de ces maltraitances) se contentant pour le premier de jurer "mains sur le coeur" qu’"aucun de mes policiers ne sort avec la petite" et pour l’autre, de conseiller les policier au lieu de les inculper pour coup et blessures et de consieller au petit d’aller se faire soigner. Celui qui a montré qu’il connaît ses droits, c’est bien sûr le Petit Justin puiqu’il est allé se plaindre !

    2. Elle n’est pas du tout mineure (puisqu’elle en serait au moins à sa 4ème tentative du BEPC selon mes sources) mais vulgaire, impertinete et bagareuse (parce que Diaspo à ce qu’on dit alors que diaspo rime très souvent avec ambiance plutôt qu’avec impolitesse.

    3. Certains CRS à leur arrivée à Koudougou auraient déclaré : "On dit que Koudougou est une ville rebelle et pas facile mais c’est faux car il n’ya même pas de bons manifestants". Ca veut dire quoi ça ? Qu’ils sont venus pour protéger ou pour "mater". Ils en auront eu pour leur grade ! Mais à mon avis, on gagne mieux à taire ce qu’on est pas obligé de dire et personne ne veut que Koudougou soit une ville difficile ou rebelle ... quel intérêt ? Sont-ils des pyromânes qui allument le feu pour ensuite l’éteindre ?

    4. Ces mêmes CRS (ou la Ploice) garderaient actuellement le domicile de Miss Ami ZONGO. Contre qui ? Contre quoi ? Alors que Justin (paix à son âme) a "corrigé" Ami de son impertinence (ne dit-on pas en Afrique que l’éducation de l’enfant incombe à tous) et a été maltraité et traumatisé à répétition à mort. Et elle, Ami, n’a jamais été inquiétée et c’est elle qu’on a toujours protégée et qu’on protège toujours. A t’elle été menacée ? SI oui, qu’elle se réfugie à la Police ou qu’elle quitte simplement Koudougou car elle y sera de toute façon "personna non gratta" même si elle n’est pas inquiétée. Elle est comme marquée du sceau du Diable ! Mieux, les policiers coupables de ces traitements indignes sont toujours protégés. Justice à 2 niveaux... Attention à la révolution !

    5. Nos hommes de DIEU ont encore été mis à contribution pour calmer la tempête sociale et je loue à juste titre leur travail d’apaisement et leur recommandation "Aucun homme de tenue de doit encore se présenter dans la rue". Mais attention à vous chers hommes de DIEU car vous perdrez vite votre crédibilité si à chaque fois on égorge et que vous venez absoudre comme ça a été la cas de ce 30 mars 2011 de mascarade de "Jounée du pardon" avec le tristement célèbre Président du Conseil des Sages qui est bravement passé de la trilogie "Vérité, Justice, Réconciliation" à l’illogie "Réconciliation, Justice, vérité peut être) et qui a ainsi désacralisé (profané le pardon). Apprnez cher Hommes de DIEU à leur dire la vérité et même à les laisser se dépatouiller tous seuls comme de grands garçons de leurs merdes pour ne plus en commettre !

    Conclusion : Des gens doivent payer pour la forfait et même le Médécin s’il s’avère qu’il a voulu berner les gens ou a été corrompu ! Que l’enquête qoit diligentée au plus vite pour établir les responsabilités et sanctionner. Sinon, comme le disait le célèbre PR Laurent BADO : "Cocotte minute, la chose se prépare et ça va exploser un beau matin !". Que DIEU BENISSE ET SAUVE LE BURKINA ET LES BURKINABE !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.