Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La vraie noblesse s’acquiert en vivant, et non раs еn nаissаnt.» Guillaume Bouchet

Trait de plume : Un chien pour un chat

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Justin L. Zongo • • mercredi 16 mars 2011 à 14h04min

Ce n’est pas en apprenant à votre chien à miauler que vous ferez de lui un chat ! Même le changement climatique n’y peut rien. En ces temps de forte chaleur doublée de délestage, il est difficile de faire une lecture claire de la stratégie et du jeu de certains acteurs de la situation qui prévaut en ce moment au Burkina Faso : des policiers sont en tenue civile et des civils en tenue de policier ; certains loups de la scène politique se font passer pour des agneaux ; des vandales se déguisent en scolaires et étudiants ; des journalistes sont devenus des sprinters… Dans ce climat de mutation générale ou généralisée, certains ont malgré tout, préservé leur identité. Heureusement que les sapeurs-pompiers ne sont pas devenus des pyromanes.

On a pu ainsi sauver certains édifices des flammes et éviter par endroit “l’immolation” du bitume. Une bataille de gagner. Une belle victoire à saluer. Mais la bataille contre le développement de la pensée unique sur la terre des Hommes intègres semble perdue d’avance. Dites à un casseur que ce n’est pas la meilleure façon de procéder et il déduira tout de suite que vous êtes contre lui.

Dites à des élèves et étudiants que vous ne leur souhaitez pas un destin d’enfants de la rue et ils penseront que vous leur souhaitez le pire dans la vie. Vous avez beau répondre à une question précise sur les chiens que d’aucuns se demanderont pourquoi vous n’avez pas parlé de chats dans votre réponse ! Ainsi, certains en arrivent à vouloir dire que le Président du Faso aurait dû dire ceci ou cela, pour telle ou telle question, très précise, à lui posée, dans le cadre de l’affaire Justin Zongo de Koudougou…

Même dans la mauvaise foi, on ne doit pas oublier que les chiens ne font pas des chats. La situation est telle que certains hésitent à partager avec autrui leur plat de peur que ce dernier ne pense que par cet acte, on veut dire qu’il n’a pas de quoi se nourrir. S’entendre comme chien et chat n’est pas le genre d’idylle qu’il faut actuellement pour une cohésion sociale, base nécessaire et indispensable pour la construction de notre pays.

Rabankhi Abou-Bâkr ZIDA (rabankhi@yahoo.fr)

Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 16 mars 2011 à 09:32, par TKS En réponse à : Trait de plume : Un chien pour un chat

    Bel article M. Zida. Effectivement il y a confusion dans cette situation. Que Dieu protège le Burkina Faso de ces malhonnêtes qui croient que leurs malheurs et conditions de vie misérables est totalement imputable à l’État. Au lieu de se demander ce que l’État fait pour nous , interrogeons sur ce que nous faisons pour l’État. Et même si on a un petit esprit pour comprendre cela, on doit au moins être en mesure de comprendre qu’on ne peut être fier de participer à la destruction de son pays.
    Bonne chance au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2011 à 09:41, par Warizen En réponse à : Trait de plume : Un chien pour un chat

    Bel article. Chapeau bas !
    Si seulement il nous restais ne serait-ce qu’un de conscience.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2011 à 10:34 En réponse à : Trait de plume : Un chien pour un chat

    MERCI BIEN POUR CET ARTICLE

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2011 à 12:32, par Soldat modi En réponse à : Trait de plume : Un chien pour un chat

    d’un journaliste de sidwaya, je comprends parfaitement cet article. mais de grâce, ne demandez a tt le monde de partager cela.Et tt le monde s’en portera mieux

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2011 à 17:36, par senadja En réponse à : Trait de plume : Un chien pour un chat

    Senadja

    je suis d’accord avec ce article. mais il faut reconnaitre que dans une soit disant nation un groupe ou un clan ou une famille s’accapare tous les secteurs vitaux de la société,et finissent par croire qu’ils sont les maitres intouchables, le peuple ne peut que reclamer ces droits par lui meme. et c’est ce qui se constate malheureusement dans notre chère patrie que nous aimons tous.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2011 à 22:29, par Hamane En réponse à : Trait de plume : Un chien pour un chat

    Dieu est bel et bien burkinabè. Tout ce qui nous arrive est ce qui est bien pour nous. le peuple du Burkina Faso a les dirigeants qu’ils méritent, les dirigeants ont le peuple et les élèves bruleurs qu’ils méritent. Nous méritons le Blaiso, nous méritons Me Sankara, nous méritons Hermann. Ouaga mérite Simon, Bobo mérite Salia, etc. la preuve est que Koudougou en voulait plus de son gouverneur et de son DR de police, ils ont été changé un weekend. le Burkina Faso veut le Blaiso il est au pouvoir depuis 24 ans. Si le peuple le veut à vie, ensemble on modifiera l’article 37. si el peuple en le veut pas à vie, nos stagiaire reviendront du Niger, de l’Egypt ou de la Tunisie pour nous dire que faire. Nous nous méritons et rien n’est beau que ces mérites réciproques. "an lara, an sara" ou "ni min lara a sara"

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2011 à 22:55, par dba En réponse à : Trait de plume : Un chien pour un chat

    merci bien cher journaliste. je doute fort que la mort de justin zongo soit encore l’élément justificatif de ce comportement déraisonnable que tiennent certains de nos compatriotes. la mort injuste et ignoble de justin par la folie d’un frère policier, au lieu d’être vraiment déplorée, est l’aubaine politique offerte à certains de nos hommes politiciens pour manifester encore une fois leur ignorance de ce qu’est fondamentalement la politique et leurs carences en la matière. "la politique doit être comprise comme la plus haute forme de la charité" qui, dans son exercice, construit et non détruit, pacifie et non envenime, protège et valorise la vie et non l’avilie ou la supprime. si les uns et les autres pouvaient revenir à la raison ! si élèves et étudiants pouvaient éprouver une petite pitié du sort de leur système scolaire et académique ! en tout cas, j’ose espérer que les uns et les autres reviendront à la raison. car à vrai dire, on est bien loin de défendre justin.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés