Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La vraie noblesse s’acquiert en vivant, et non раs еn nаissаnt.» Guillaume Bouchet

COLLECTIF DES JEUNES POUR LA VERITE ET LA JUSTICE : Démasquez-nous les policiers arrêtés

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Justin L. Zongo • • jeudi 17 mars 2011 à 00h23min

Le Collectif des jeunes pour la vérité et la justice, né au lendemain des manifestations de Koudougou (22, 23 et 24 février 2011), a tenu une assemblée générale le lundi 14 mars 2011 sur la place du théâtre populaire de Koudougou. L’ordre du jour a porté sur les récents événements. Les jeunes du collectif exigent dans leurs revendications que leur soient présentés les policiers dont le gouvernement fait cas de l’arrestation.

Le porte parole du Collectif des jeunes pour la vérité et la justice, Abou Daoud Traoré, a présenté aux militants et sympathisants du collectif le lundi 14 mars dernier au cours d’une assemblée générale les actions menées par le collectif depuis sa création ainsi que ses objectifs. Le collectif a rendu visite aux blessés et a présenté ses condoléances aux familles éplorées suite aux récents événements survenus à Koudougou, Poa et Kindi.

Selon Abou Daoud, "mille poussins rassemblés font toujours peur à l’épervier", la lutte ne fait que commencer et le collectif ne fléchira pas devant le pouvoir de la IVe République. "Si vous êtes prêts à présenter au public, à travers la presse, des malfrats, présentez-nous également les policiers présumés coupables que vous avez arrêtés. Nous allons faire comprendre à ce pouvoir que la jeunesse est plus que jamais déterminée à ce qu’il y ait vérité et justice dans l’affaire Justin Zongo et ceux qui ont perdu la vie au cours de ces manifestations", a-t-il laissé entendre.

Nous sommes en train de vouloir nationaliser le collectif et envisageons dans les jours qui suivent partir pour Ouagadougou et Bobo-Dioulasso en vue de mettre en place un collectif national et des démembrements afin de mener une lutte comme cela se doit. Nous allons nous battre jusqu’à la dernière énergie, a ajouté le porte-parole du collectif.

La question de la prise en charge des blessés n’est pas effective, selon toujours les propos du porte parole du collectif, car, dit-il, il y a 2 catégories d’ordonnance qui sont prescrites aux blessés : une de couleur rose à moindre coût à la charge de l’Etat et une autre de couleur blanche supportée par le patient et dont les frais sont plus élevés tout en ayant par devers eux les 2 types d’ordonnances médicales qui, selon eux, sont des preuves palpables. Le collectif condamne le gouvernement et exige une commission d’enquête élargie afin que vérité et justice soient rendues à Justin Zongo et autres manifestants tués.

Placide ZOUNGRANA

Le Pays

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés