Meeting du 30 avril 2011 : Non au chemin de la courte échelle !

Publié le jeudi 28 avril 2011

Meeting du 30 avril 2011 : Non au chemin de la courte échelle !

A la faveur de la crise socio-économique de ces dernières semaines où il n’a joué aucun rôle, Bénéwendé Stanislas Sankara, candidat de l’Union pour la Renaissance/ Parti sankariste, qui a été l’ombre de lui-même, battu à plate couture par le vieux Arba Diallo, lors de la présidentielle du 21 novembre 2010, a décidé de récupérer la situation avec un seul mot à la bouche et pour tout programme : le départ de Blaise Compaoré. Toutes les femmes et tous les hommes épris de paix devraient se démarquer des opportunistes. C’est l’appel que lance l’auteur de cet écrit.

Cinq mois après l’élection présidentielle du 21 novembre 2010 où il n’a enregistré que 06,34%, battu à plate couture par le vieux Arba Diallo, le chef de file de l’opposition est convaincu et conscient que dans quelques mois à la faveur des élections couplées, il n’occupera plus cette position. En effet, les résultats de la présidentielle ont clairement situé le niveau des forces politiques en présence.

Cette perte de vitesse qui ira en s’accentuant avec l’occupation du terrain par d’autres forces politiques telles que l’UPC de Zéphirin Diabré, qui ne s’étaient pas manifestées lors de l’élection du 21 novembre inquiète sérieusement Me Sankara. Profitant à profusion de son patronyme, alors que beaucoup d’observateurs soutiennent qu’il n’est pas le plus qualifié des sankaristes, encore moins le plus représentatif de l’opposition, il croit dur que son jour est arrivé. Peu importe la manière : la courte échelle.

Tous les hommes et toutes les femmes épris de paix devraient se démarquer de cette vision, qui est en réalité la satisfaction d’une soif inextinguible du pouvoir, en évitant d’être les dindons de la farce.

Il est indéniable que cette crise socio- économique, partie des événements de Koudougou, consécutifs au décès du jeune Justin Zongo, des manifestations d’élèves, d’étudiants et plus tard de militaires doit trouver des solutions idoines. Le nouveau gouvernement s’y attèle et toutes les composantes de la société burkinabè éprises de paix travaillent pour un retour à la paix et à la cohésion sociales.

Pendant donc que les différentes confessions religieuses, les patriotes sincères sont mobilisés pour recoller les morceaux, des voix discordantes appellent au chaos. Oui, pour des réformes en profondeur afin de conférer au Burkina Faso toute la noblesse d’où il tire son nom !

Oui, pour un Burkina Faso où ses fils et filles libres et responsables se donnent la main pour avancer malgré l’adversité de la conjoncture économique internationale ! Oui, pour un Burkina Faso de dialogue, d’hospitalité et de paix ! Burkinabè des villes et des campagnes, éloignons-nous des faux messies, refusons de suivre les mouvements qui nous mèneront tout droit au chaos. Et que Dieu sauve le Burkina et touche les cœurs de ses fils égarés !

Wenceslas B. KABORE

Messages

  • c’est vrai k c’est pas faux ce que dit cet écrit.maître SANKARA est battu par d’autres membres de l’opposition et donc il essaye un passage en force.
    c’est claire que nous ne voulons pas de lui.
    Mais le Blaiso quant a lui, ne devrait plus se représenté pour un autre mandat.qu’il finisse son mandat et passe la main à d’autres personne.28 ans de pouvoir c’est kan mm assez pour lui.

  • M. KABORE
    Qui appelle au chaos et comment ? Les Burkinabès sont assez mûrs pour choisir leur voie ! Alors, inutile de vociférér, ils sauront faire un choix entre votre "courte échelle" et autres options sans l’avis de qui que ce soit !

  • Je suis d’accord avec votre analyse mais je pense pas que Bénéwendé veut créer le chaos comme vous le dites. C’est bien normal qu’il joue le rôle de l’opposition. La formation du gouvernement si elle se veut un gouvernement d’ouverture on devait trouver des gens issus de l’opposition ce qui n’est pas le cas. C’est toujours l’entourage du président il faut qu’il ouvre un peu à l’opposition en fait la vraie opposition. La crise pour le moment les militaires se sont exprimés à travers les pillages mais les civils ,n’ont rien dit et je pense que c’est l’occasion pour les civils de dire ce qu’ils pensent à travers l’opposition.
    Vive le Burkina Faso !

  • je ne veux pas rentre dans la polemique mais l’auteur de ce ecrit doit savoir que nous sommes en democratie et meme avec 0.001% Me sankara a le droit de dire sa pense. je suis d’accord avec toi que l’heure est a l’apaisement mais tu t’es egare dans ton commentaire. Aussi, sache qu’en democratie l’opposition meme infine doit etre associee dans les negociations de sortie de crise. chose que le blaise n’a pas encore compris. Quand on negocie on ne fait pas de difference. A l’heure actuelle, il ya des militants de tout bord dans les manifestations meme ceux qui ont vote Blaise. de grace quand on veut retrouver des valeur on fait profile bas et on discute avec toutes les couches sociales. le malaise est tellement profond et enracine depuis belle lurette que seul la hauteur d’esprit peut nous eviter une crise durable. Ce n’est qu’a ce prix que le Burkina retrouvera son lustre d’antant. que Dieu benisse notre beau pays, le BURKINA FASO. Comme dirait l’autre

  • Ohp ! En voici un Mahama Prime. C’est une analyse à la Mahama. On n’a pas le droit de dire une pense qui va à l’encontre des intérêts de nos dirigeants, en particulier Blaise. Qu’est-ce que le score de maître Sankara a à avoir avec son point de vu qu’il donne ? penses-tu que l’élection de Blaise à 80% est une réalité ? Qu’il y a 80%de Burkinabè qui sont d’accord avec Blaise ? Comment explique tu que 5 mois seulement après une victoire éclatante de ton candidat, celui-ci soit dans la tourmente ? C’est exactement pareil que Mahama a réagi à propos du point de vue que les évêques du Burkina avait donné il y a à peine un an. Au lieu de chercher une solution à la crise on passe le temps à dire que des gens veulent récupérer. C’est une fuite en avant.

  • Me Sankara est toujours celui la meme qui discredite l’opposition burkinabe.Tout le monde est inanime quant au depart de blaise compaore.Cependant la facon donc benewende veut faire c’est de creer une crise grave qui va d’avantage compromettre le quotidien des burkinabe.D’ailleurs je suis convaicu que ce Messieur donc je connais bien pour avoir milite pendant 7ans dans son parti ne fera pas mieux que blaise.Nos delegues dans les comites de base nous etaient imposes situation qui nous trop frustre et beaucoup d’entre nous ont deserte les rangs.Que les gens ne repondent pas a ce piroman,opportuniste.Oui pour un depart pacifique de blaise pour preserver l’interet national.

  • L on peut avoir des membres sans defaut, mais lorsque la tete ne peut definir ses fonctions alors les membres ne peuvent accomplir rien qui puisse prosperer.la presse est le moyen d education que le peuple possede, alors cesser de critiquer maitre sankara , nous n imposons aucun membre de l opposition comme president , mais nous avons besoin d un nouveau president elu par la population , d une maniere differente que nous connaissaons tous ,par un regime militaire . merci camarade pour le traitement de cette maladie que connait notre pays ;qui est l ignorance. merci.

  • "Oui, pour un Burkina Faso où ses fils et filles libres et responsables se donnent la main pour avancer malgré l’adversité de la conjoncture économique internationale !".Monsieur KABORE, on est fatigué de patoger dans l’adversité et la conjoncture pendant que ceux d’en face (toujours les memes dépuis 24 ans) pillent continuellement les ressources du pays et cela encore DEPUIS 24 ANS.Que faites vous de la justice sociale, de la distribution équitable des fruits de la croissance ? N’a t-on toujours dit que"les uns mangent, les autres régardent, ainsi naissent les révolutions".Et dans notre cas, cela se passe dépuis 24 ans.Alors trop c’est trop, on veux le CHANGEMENT.Et puis Maitre SANKARA qui lutte pour ce changement n’a jamais insinué qu’après le départ de blaise c’est lui qui devrait le succeder a KOSSYAM.

  • Pour moi c’est toute la classe politique burkinabé qui déçoit. Qu’est ce nous avons pu bien faire pour mériter cela ? Quand je pense au nombre de partis politiques au BF, j’ai envi de vomir. Plein du n’importe quoi et chacun veut être président de parti. Ils sont tous égoïstes et médiocres. Impossible de se surpasser de leur intérêt personnel pour s’unir.
    Regarder le modèle ivoirien ; comment les élections étaient animées. Imaginer un peu si Bédié et ADO étaient partis en rang dispersé.
    Mon souhait qu’aux prochaines échéances électorales au Faso plus de 60% des électeurs votent bulletin blanc pour montrer leur déception vis-à-vis de nos politiciens. Là nous allons confier la transition aux notables et hommes religieux toujours un peu propre.

  • tout changement n’est pas synonymes de progrès . Suivez mon regard dans un pays voisin 10 ans de gachie parce qu’ils croyaient en un changement.

  • Écoutez les gars.Arrêtez de fustiger l’opposition car qqu’un a dit que chaque pays a l’opposition qu’elle mérite.Reconnaissons qu’être opposant sous ce régime n’est pas du tout chose facile.Dans ce pays on a travaillé à réduire à néant l’opposition voilà ce qu’on récolte.

  • Je suis du même avis que l’auteur de cet écrit. Je conviens que la crise actuelle est grave et profonde ; mais de là à prôner davantage de soulèvements...
    Je pense que Bénéwendé fait trop de zèle à propos de cette crise. Opposition ou pouvoir, nous devons tous oeuvrer à l’apaisement et envisager le changement dès la fin du mandat de Blaise. Le pouvoir se conquiert par les urnes : honte à qui tenterait de se servir du désordre.
    Quant à Bénéwendé, il est clair que le peuple sait distinguer entre le vrai Sankara et ceux qui se servent de son nom aujourd’hui : les résultats des élections passées en sont une preuve cinglante.
    PUISSE DIEU PROTEGER LE BURKINA, AU NOM DE SON FILS JESUS !!

  • Bel appel
    les opportunistes à bas
    les apatrides à bas

    le Départ de Blaise ne sera pas consécutif à un cahot organisé par un qui n’a jamais représenté le millième de Thomas SANKARA "Paix et Honneur à ce nom"
    Asseyons nous et discutons au lieu d’organiser des marches qui vont nous ramener encore en arrière
    Bénéwendé, cherches une autre manière de combat et laisse ça
    Tu ne seras jamais un Président du Faso car tu as montré ta limite objective en appelant à quelque chose que le Faso ne connait pas. Inspire-toi du 03 janvier 66. Tu as encore beaucoup à apprendre mais rien ne te servira encore dans ta vie car ici, tu manœuvre mal.
    Avoir pour conseiller ou collaborateur Maitre YAMEOGO Hermann comme toi c’est lamentablement incroyable pour toi

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.