Mutineries : Nous sommes fatigués !

Publié le vendredi 3 juin 2011

Mutineries : Nous sommes fatigués !

Diantre ! Quand est-ce que tout cela prendra-t-il fin et que le Burkina Faso redevienne le pays de paix et de sécurité tant chanté à l’intérieur et à l’extérieur il n’y a pas encore longtemps ? Une question que nombre de Burkinabè, d’amis du Burkina Faso et d’observateurs se posent sans se hasarder à répondre au regard des mutineries à répétition qui ponctuent son actualité.

On a la désagréable impression qu’il suffit d’un oui ou d’un non pour que des militaires prennent des armes et tirent en l’air avec l’intention malveillante de semer la panique au sein des populations et se servir à l’occasion dans des actes de vandalisme, de vol et de violence gratuite. Quelle mouche a bien pu piquer les militaires burkinabè jusque-là reconnus pour leur professionnalisme, leur patriotisme et leur courage !

Où sont allés la fierté de porter la tenue, la joie de servir sous les
drapeaux ? C’est à ne rien comprendre quand les militaires en rébellion invoquent des raisons financières pour justifier leurs actes à répétition.

On avait cru qu’une fois, cela pouvait s’assimiler à un coup de sang et que des négociations pouvaient faire revenir l’ordre et la discipline dans les rangs et redorer le blason terni l’instant d’une colère. Voilà pourquoi les Burkinabè avaient quelque peu pardonné leurs actes inqualifiables et leurs écarts de conduite qui mettaient en cause leur éducation à la base. Il semble que nous avons tous eu faux.

Nos militaires ont-ils pris goût à la chose parce qu’ils ont été jusque-là écoutés et suivis ? Il semble que ce soit le cas et pour notre plus grand malheur. Comment comprendre autrement que depuis quatre mois ils nous imposent leur force brutale malgré les efforts de l’Etat pour satisfaire leurs revendications dont nous sommes maintenant légitimement en droit de douter du bien-fondé.

Pourquoi éprouvent-ils du plaisir à faire souffrir leurs frères, sœurs, mères et pères avec ces bruits assourdissants d’armes de guerre, ces vols, ces pillages, ces bastonnades, ces humiliations, ces viols ? Pourquoi tant de crimes contre les populations qu’ils sont censés défendre et contre leur pays dont ils doivent défendre l’intégrité territoriale ? Sans nul doute qu’ils ne se posent pas ces questions, sinon il y a longtemps qu’ils seraient revenus à un minimum d’humanisme.

Il s’agit bien d’humanisme car comment expliquer autrement qu’ils cherchent à traumatiser des citoyens aux mains nues pour des intérêts uniquement pécuniaires ces messieurs. Assurément, ils ne sont dans notre Armée que pour l’argent. L’honneur, la dignité, la patrie et la loyauté ont vraisemblablement foutu le camp chez certains militaires et l’avenir s’annonce sous de mauvais auspices si rien n’est fait pour mettre un terme à la dérive.

Ce n’est pas faire un mauvais procès à nos militaires que de penser qu’ils vont pourrir notre avenir et nos vies et que nous n’en avons pas fini d’en baver. En effet rien, absolument rien ne nous garantit qu’ils seront satisfaits un jour de leurs conditions de vie. En poussant la réflexion on peut même les imaginer faisant le coup de feu pour piller chaque fois que « le mois sera loin ou difficile ». C’est tout dire. Nous espérons fortement avoir tort mais avec ce qui s’est passé les 29 et 30 mai derniers dans certaines villes nous avons des raisons d’être pessimistes.

Voilà pourquoi nous préférons dire ce que nous avons sur le cœur et rompre avec le silence coupable et irresponsable de certaines ONG, de certains acteurs sociopolitiques pourtant prompts aux dénonciations lorsque c’est l’Etat qui prête le flanc ; de l’immense majorité des militaires qui se démarquent des actes de vandalisme et pourtant ne disent rien ; et de la majorité silencieuse des citoyens qui préfère se terrer. En fait il faut le dire « trop c’est trop ! Et basta ! ». Il y a-t-il des militaires intègres dans ce pays ? C’est la question qu’il faut se poser. N’ont-ils pas le devoir de s’élever contre ceux d’entre les militaires qui ont la gâchette aussi facile qu’ils sont alertes à s’asseoir sur leur honneur ?

Et la hiérarchie dans tout çà ; n’a-t-elle pas encore pris les choses en main ? N’est-ce pas l’occasion pour elle de marquer le terrain et de définir les lignes rouges à ne plus franchir ? Et l’Etat censé nous protéger que fait-il ?

En l’occurrence, cet Etat doit assumer pleinement ses devoirs de protection des populations fût-ce contre des éléments dégénérés de sa propre armée. Il est temps, nous semble-t-il, de sévir contre tous ceux qui n’ont aucune pitié pour nos populations, les traumatisent et volent leurs biens ; qui n’ont aucun respect pour notre pays qu’ils transforment en pays craint et évité par les investisseurs et nos amis ; qui n’ont aucun égard pour la tenue qu’ils portent. Il faut rétablir la discipline dans les casernes par tous les moyens. Notre pays ne peut pas continuer à être l’otage de gangs au sein de notre Armée.

Cette Armée n’y a d’ailleurs aucun intérêt puisque non seulement elle perd l’estime du peuple mais aussi la confiance de la communauté internationale qui lui fait appel pour des missions de maintien de la paix. Qui va oser appeler des militaires potentiellement indisciplinés et peu regardants sur les notions de loyauté et d’honneur ? Personne ! En attendant, nos mutins doivent comprendre une fois pour toute : Nous sommes fatigués !

Cheick Ahmed (ilingani2000@yahoo.fr)

L’Opinion

Messages

  • D’accord avec cet article, on est vraiment fatigué. Si ça continue comme ça, ces militaires nous trouveront sur leur chemin.

    • Il faut aller tu connais la route de bobo non ? Va et le premier en tenu et en arme prêt à tirer que tu vois, transmet lui ton ras-le-bol ! Je pense qu’il aura peur et va retourner dans sa caserne... Foie de ozon...

  • Trop c’est trop ! Si les militaires refusent de se calmer, il faut les y contraindre. A defaut que le gouvernement demissionne. Et on verra comment Blaise va gerer cette histoire. S’il ne fait pas preuve de fermete tres rapidement je crois que la prochaine sortie de nos comediens d’opposants pour son depart sera beaucoup plus suivie que la premiere.
    Y’en a marre !

  • Mon frere tu as tout dit.On ne sait plus a quel saint se vouer .Nous sommes abandonnes a nous memes.Mais comment tout cela a pu arriver ? Je pense que pour trouver une solution a ce que nous vivons,Il faut que les gouvernants recherchent les vraies causes sur tous les plans y compris :sociologigue, psychologue, organisationnel,administratif,et relationnel.

  • Salut l’artiste ! ne vous méprenez pas en comptant sur les supérieurs hiérarchiques de ces jeunes militaires délinquants !
    ils sont au courant de tout et la manière dont se passent les choses ne doit pas laisser les gens indifférents.
    Les faits n’ont que trop duré et maintenant certains officiers ont peur de leur propre troupe ! La raison ? ils sont mouillés jusqu’au cou !
    Les erreurs commises par le "commandement"( mon œil)sont trop criardes aux yeux des militaires de grades intermédiaires :
    - Les premières rebellions auraient dues être matées afin de donner l’exemple aux éventuels candidats,
    - Les groupes qui font ce sabordage ne peuvent rien contre la majorité des militaires qui les observent,
    - En un clin d’œil ils peuvent être interceptés et réduits ! Je sais qu’un bon effet de surprise va les faire faire caca ds leur caleçon.
    - Etc.
    Il faut décoiffer l’armée et faire la place a ceux qui "peuvent" et qui "osent"...suivez mon regard, dans la direction de mon bras !
    Y a en marre et laissons le peuple juger !!!

  • Honte aux soldats Burkinabes qui jette l’opprobe sur le pays

  • On n’arrêtera jamais de le dire. Ces militaires qui sillonnent dans la rue les armes en main pour terroriser et piller les civils ne sont pas dignes du Faso. Ils sont en train de ternir l’image de marque du soldat burkinabè qui avait commencé à s’imposer sur le plan international. Qu’ils soient manipulés ou pas, ces genres d’agissements mettent en évidence des carences sur le plan professionnel. J’en appelle au bon sens des militaires consciencieux et dignes du Burkina à se mobiliser pour mettre fin à cette forme de violence qui ne fait pas honneur à l’armée burkinabé toute entière. Il faut peut-être commencer par revoir les modes de recrutement de contingentement militaire pour remédier à ces genres d’horreurs. La plupart des marcheurs viennent du campus universitaire et scolaires et savent comment contourner les règles pour se trouver un job en se faisant recruter dans l’armée en suivant des chemins non recommandables, à un âge très avancé, susceptible de faire écran à l’éducation militaire. Piller des civils pour revendiquer des droits au gouvernement est un acte délictueux. Si tu renies ceux pour qui tu dois ta raison d’être, à quoi tu pourrais alors servir dans ce cas ? A rien. Il s’agit d’un comportement délinquant et incivique qui mérite que des mesures disciplinaires soient prises.
    Il faut absolument arrêter de caresser les poils à de tels plaignants. Cela pourrait leur faire croire au bien fonder de leurs actes. Récompenser son enfant qui commence à voler ne ferait que l’encourager à le faire. A mon avis, je pense qu’il faut que les autorités du pays prennent leurs responsabilités. Autant il faut répondre à des revendications légitimes, autant il faut situer les responsabilités et sanctionner les écarts de comportements délictuels. Nous sommes dans un état de droit. Nous sommes fatigués de supporter ces genres de comportement. Il ne faut absolument pas laisser perdurer de tels agissements. Il faut agir vite et bien. Ne laissons pas notre chère Burkina devenir une jungle.

    Que Dieu bénisse le Burkina Faso.

  • A chaque fois que je cogite sur la situation nationale, indignation et déception trament mon cerveau.Mon esprit est comme une balance agitée à la recherche de la juste mesure.Devant cette surenchère des populations qui revendiquent dans les règles de l’art sans compter le comportement éhontée des délinquants en colle blanc(militaires),je vous avoue que l’horizon est sombre.Le gouvernement doit reconnaitre que les résolutions cas par cas sont inadaptées à cette crise. La crise, reconnaissons qu’elle est complexe et multidimensionnelle donc tout remède se veut totalisant. Les sociologues en savent mieux.Mais avant tout il faut que l’Etat recouvre le crédit qui reste le sien.Sans autorité, l’Etat burkinabè s’apparente actuellement à une enveloppe vide.Que Dieu sauve les burkinabè !

  • Très bel article en description comme en analyse. On pourrait craindre le fait que dans l’avenir, les conflits individuels entre millitaire et civil vont s’exacerber du fait que de plus en plus, peu de civils portent encore les militaires dans leur coeurs. A la moindre étincelle avec un militaire, certains groupes de jeunes civils vont riposter et bonjour les milices.

    On doit sévir. Il faut que la hiérarchie dans chaque camps militaire regroupe ces troupes, discute du problème, de ces conséquences facheuses et que les autres (je parle de ceux qui sont encore militaires de part leur discipline et leur loyauté en vers leur peuple) se prononcent et prennent leur responsabilité. A la limite, il faut les insciter à s’opposer aux délinquants.

    Il faut en fin que chacun de ces soldats sache, que de plus en plus, les armées nationales telles qu’elles sont aujourd’hui (à part attendre une hypothétique guerre, les militaires sont payer sans véritablement rien produire comme travail)constituent un luxe pour nos pays en ces temps ou la communauté internationale joue de plus en plus son rôle. par exemple en côte d’Ivoire, c’est la communauté internationale qui a aidé au retablissement de l’ordre face à l’armée. En clair, même sans armée, on est mieux protégé si l’on est en démocratie car la communauté internationale combattra pour vous la moindre guerre qui vous sera déclarée. Attention donc à ne pas frustrer le peuple qui vous paye de sa sueur sans contrepartie de travail évident.

    Bonne chance nous tous !!!

    • suis d’accord avec toi.y’a pas que des militaire au burkina.le pouvoir doit sevir et on doit les aligner sur la même grille salariale que nous tous et now pour les prochains recrutement je propose qu’on prenne seulement des bidasses ayant le niveau bepc.et s’il n’ont rien à faire qu’on amenage un lieu pour eux ou ils feront la culture.c’est ma contribution

  • Y en a marre ! Vivement que les populations s’organisent pour assurer leur propre défense. On est fatigué devant un gouvernement amorphe et des militaires félés.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.