SIAO 2012 : « Le Japon sera très présent »

Publié le mardi 16 octobre 2012

SIAO 2012 : « Le Japon sera très présent »

Du 26 octobre au 4 novembre prochain, le Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) battra son plein dans la capitale burkinabè. Pays invité d’honneur à cette édition, le Japon promet d’être présent avec des objets d’art très anciens. L’information a été donnée au cours d’un échange à bâton rompu de l’ambassadeur du Japon au Burkina, Tsutomu Sugiura, avec des journalistes. La crise au Mali et les conflits frontaliers qui opposent le pays nippon à ses voisins chinois et sud-coréen ont aussi alimenté les échanges.

Associé à la tenue de la prochaine édition du SIAO, le Japon entend jouer sa partition. Pour ce faire, il a déjà réalisé sur le site de l’évènement, un pavillon dénommé « Soleil levant ». D’un coût global d’environ 3 milliards de francs CFA, ce pavillon va abriter l’exposition d’objets d’arts japonais lors du prochain SIAO. « C’est un pavillon que nous offrons au SIAO. Il revient aux responsables de s’occuper de sa gestion », a indiqué Tsutomu Sugiura. Les produits japonais qui seront exposés seront essentiellement des pagnes aux motifs façonnés à la main, des bougies japonaises, des marques d’engins venant du Pays du soleil levant. Le Japon mettra également à la disposition du public des kimonos fabriqués dans les années 1858. Des associations burkinabè, évoluant dans divers domaines et soutenues par l’ambassade, auront aussi l’occasion d’exposer les fruits de leur travail. « Nous comptons vraiment être aux côtés du SIAO », a ajouté son excellence Sugiura.

Très informé sur les crises en Afrique dont celle en cours au Mali, l’ambassadeur a réaffirmé la position de son pays : « Nous souhaitons qu’une solution pacifique soit trouvée à la situation au Mali. Pour cela, nous préconisons les négociations », a-t-il indiqué. La position du Japon s’explique, en partie, par le coût exorbitant de la guerre. Selon Tsutomu Sugiura, une guerre au Mali coûterait environ 500 millions de dollar soit près de 250 milliards de francs CFA. Le diplomate a, en outre, dit la crainte de son pays de voir les terroristes répandre leurs activités dans d’autres pays de la sous-région dont le Burkina Faso.

Revenant sur les conflits frontaliers qui opposent son pays à la Chine et à la Corée du Sud autour des îles de Senkaku et de Takeshima depuis le mois d’août, l’ambassadeur a dénoncé une surenchère inutile des voisins. Selon Tsutomu Sugiura, ces îles ont toujours été partie intégrante du territoire japonais. Ces regains de tension entre le pays nippon, selon l’ambassadeur, ressurgissent à l’approche des élections présidentielles. « Les présidents en exercice dans ces pays jouent sur la fibre nationaliste pour se faire réélire. Mais une fois la fièvre électorale passée, les choses rentrent dans l’ordre », a-t-il expliqué. Afin de sécuriser ces territoires convoités par les voisins pour leurs richesses naturelles, le gouvernement a proposé de saisir la Cour internationale de Justice. Mais pour les îles de Takeshima, le régime sud-coréen avait déjà rejeté la proposition sans explication. Mais le Japon compte faire la même proposition à la Chine. En attendant cela, les agressions se succèdent et des manifestations anti-nippones sont monstres à Pékin.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.