Nuit de l’excellence : L’USTA a récompensé ses meilleurs étudiants

LEFASO.NET | Yvette Zongo (stagiaire)

Publié le lundi 20 mars 2017

Nuit de l’excellence : L’USTA a récompensé ses meilleurs étudiants

Les meilleurs étudiants de l’université Saint Thomas d’Aquin (USTA) ont vu leurs performances récompensées à travers la « nuit de l’excellence ». C’est une cérémonie qui a été présidée par le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, M. Alkassoum Maiga. Au cours de cette cérémonie, l’on a assisté à des remises de cadeaux à plusieurs lauréats. La cérémonie a eu lieu le samedi 18 mars 2017 à Ouagadougou.

La promotion de l’excellence est l’une des options d’encouragement et de motivation des études à l’USTA. C’est dans cette perspective que l’institution a organisé la nuit de l’excellence pour récompenser les meilleurs étudiants de l’année académique 2015-2016 de la première session. A cet effet, l’on a assisté à la remise du prix de la première de l’USTA. Il s’agit de Mlle Linda Cletchio Gabriella Traoré. Elle est étudiante en troisième année de licence dans le département des sciences et technologies, elle a obtenu une moyenne de 17,14. Mlle Traoré a reçu une attestation et une enveloppe de cent vingt-cinq mille FCFA. Pour elle « il n’y a pas de secret pour être major, il faut seulement être persévérant, travailler beaucoup et être assidu aux cours ». Celle-ci a dit être animée par un sentiment de joie, de fierté et de gratitude envers l’USTA qui a eu l’initiative de promouvoir l’excellence.

Les premiers de chaque promotion dans chaque faculté ont été également récompensés. Ceux-ci ont reçu une attestation et une enveloppe de vingt-cinq mille FCFA. Dans la faculté des sciences économiques et de gestion, l’on dénombre sept étudiants méritants. Il s’agit de Sosthène Tapsoba avec une moyenne de 16,09, Pegdwendé Damiba avec une moyenne de 15, 45, Toro Boro avec une moyenne de 15,25, Epiphanie Kafando avec une moyenne de 14,75, Otcheke Watime avec une moyenne de 14,04, Geoffroy Sawadogo avec une moyenne de 15,32 et Traoré Nessah avec une moyenne de 15, 26. L’institut supérieur des métiers du tertiaire quand à lui compte trois lauréats. Il s’agit de Paulette Diolompo avec une moyenne de 14,74, Samiratou Koura avec une moyenne de 15,65 et Souleymane Zamtako avec une moyenne de 13, 01. L’on a aussi la faculté des sciences juridiques et politiques.

Celle-ci est représentée par ses six meilleurs. L’on a Simporé Fabrice avec une moyenne de 13,48, Brice Kabore avec une moyenne de 14, 16, Timothée Sawadogo avec une moyenne de 12, 96, Emmanuel Somé avec une moyenne de 14,38, Sébastien Zoungrana avec une moyenne de 14, 38 et Laetitia Guibré avec une moyenne de 14,09. La faculté des sciences de l’homme et de la société par contre a trois lauréats : Bertrand Meda avec une moyenne de 15, 34, Aimé Sankara avec une moyenne de 14, 61 et Meda Kousiele avec une moyenne de 15, 14. La faculté de médecine est représentée par Ramata Savadogo (13,68), Blaise Sawadogo (14, 64), Adélise Kagambega (16,70), Salah Sow (15, 82), Issouf Naré (14, 26) et Landry Ilboudo (15,98).

Et enfin, les cinq meilleurs représentants la faculté des sciences et technologie que sont Ingrid Otoidobiga (14,54), Anderson Dah (12,68), Gabriella Traoré (17,14), Audrey Zoundy (15,06) et Donald Kagambega (13,01). Reconnaitre le mérite des étudiants contribue à renforcer l’identité d’une université. Le ministre Alkassoum Maiga a indiqué que la meilleure manière de rehausser l’image des universités, c’est de reconnaitre la valeur de ceux qui se distinguent par de meilleurs résultats. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Messages

  • Merci à l’USTA pour cette belle initiative qui galvanisera sans doute les étudiants et bravo aux élus. J’espère vivement que ce sont des notes méritées en toutes transparence quand on voit ce qui se passe dans les établissements secondaires et supérieurs depuis quelques années. Courage à tous !

    • - Une mère, excellente Remarque our les notes ! Mais pour la fête ce n’est pas si extraordinaire vu les frais de scolarité à l’USTA (de 415.000 fcfa à 700.000 cfa). L’enfant de Tiiga du village de Sogodjankoli (Commune rurale de Sami dans la Boucle du Mouhoun) ou du fils de Basson du village de Nagarpoulou ou de Essapoun (Commune rurale de Khyon dans le Sanguié) n’entreront jamais à l’USTA à moins que leurs pères vendent tous leurs boeufs, ânes, chèvres et moutons.

      Par Kôrô Yamyélé

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.