Tension lors du match RCK contre l’USM Alger : Le ministre en charge de la Communication invite l’AJSB à recadrer « les choses… »

Par DCPM/MCRP

Publié le lundi 20 mars 2017

Tension lors du match RCK contre l’USM Alger : Le ministre en charge de la Communication invite l’AJSB à recadrer « les choses… »

Le ministre de la Communication et des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, a rencontré le président de l’Association des journalistes sportifs du Burkina (AJSB), Jérôme Tiendrébéogo et des membres du bureau, ce lundi 20 mars 2017 à Ouagadougou.

Au cœur des échanges, le communiqué de l’AJSB demandant à l’Etat burkinabè de ne pas livrer de visas aux journalistes algériens pour le match retour entre le Rail club du Kadiogo(RCK) et l’USM Alger et la tension qui s’en est suivie au stade du 4 août, à la fin du match, le samedi 18 mars 2017.

Le ministre Dandjinou a invité l’AJSB à travailler à apaiser la tension dans le domaine du sport burkinabè en évitant de servir des batailles qui ne sont pas les siennes. Il a suggéré à l’association de jouer pleinement son rôle d’acteur majeur du football burkinabè, à équidistance des intérêts partisans.

Pour finir, le ministre Dandjinou a déploré ce qui est arrivé aux journalistes lors du match, eux qui ont été victimes de gaz lacrymogène et de bastonnade.
Les responsables de l’AJSB ont dit prendre bonne note des échanges, empreintes de cordialité, avec le ministre Dandjinou, tout en promettant de poser des actions fortes en vue de renforcer le fair-play dans le paysage sportif burkinabè.

Lire aussi : Ligue des champions africaine : Le RCK éliminé, le match finit en bagarre généralisée

Lire aussi : Match USMA # RCK : L’Association des journalistes condamne le refus de visas à ses membres par l’ambassade d’Algérie au Burkina

DCPM/MCRP

Messages

  • Laissé les gens ici, vous êtes comme cela quand les Algeriens ont refusés les visas vus n’avez rien dit c’est maintenant a notre tour vous faite des délégations pour venir parler, c’est votre histoire d’intégrité qui va nous tuer ici, Jesus a été plus intègre que nous mais vs avez été temoin de la suite.
    vive le football burkinabé sans violence.

  • Et voilà ! Encore une fois, faut-il comprendre que la responsabilité se mérite ! On est responsable que par sa maturité et sa clairvoyance par rapport aux autres. A quoi bon s’échauffer au point de déclencher des actes répréhensibles, si c’est tout juste pour le regretter après, en reconnaissant sa culpabilité. Donc cher Président de l’AJSB, prends-en bonne note, pour la conduite à tenir à l’avenir.

  • "Le ministre Dandjinou a invité l’AJSB à travailler à apaiser la tension dans le domaine du sport ". J’imagine que les algeriens ont dis celà à leur équipe en 2014 aussi.
    Si vous êtes incapable de defendre l’honneur des Burkinabè à l’étranger, ne nous emmerder plus jamais.
    J’étais pas au stade le jour J, mais je ne regrette en rien ce qui est arrivé à la délégation algérienne. Présentez vos regrets à votre propre nom, pas celui des burkinabè.

    • Bien dit AC, notre humilité va nous créer trop de soucis un jour. Ces magrébins n’ont aucun respect pour nous.
      Quand ils nous ont refusé les visas quelle autorité de l’Algérie a parlé.

  • Quelqu’un avait écrit pour attirer l’attention et dire NON À l’AJSB et rien n’a été fait pour les calmer ; alors qu’Est-ce que vous cherchez à prouver après que le mal est fait. Merci à lefaso.net qui avait publié l’article avant que le match ne se déroule avec toute la catastrophe qui a suivi.

  • « JAMAIS L’ALGERIE N’A #CONDAMNE CE QUE LES BURKINABE ONT SUBI EN #ALGERIE EN 2013 » (#LASSINA SAWADOGO, JOURNALISTE SPORTIF)

    En 2013, lorsque les Etalons ont mis le pied sur le sol algérien à 2h du matin, il y avait des supporters algériens à l’intérieur du stade pour accueillir le Burkina... Avec des « one two three vive l’Algérie »... Arriver à Blida au petit matin, un comité attendait encore l’équipe. Des sifflets tout autour de l’hôtel. Pour dormir il fallait doter chaque joueur de bouche-oreilles. C’est la première fois que je dormais dans le même hôtel que les Etalons presque par obligation puisque c’était pour des raisons de sécurité. Les membres de la délégation avaient interdiction d’aller hors de l’hôtel. Le personnel de l’hôtel a été pour la circonstance remplacé par des policiers. Pour aller au stade la veille du match, les Etalons ont dû parcourir deux à trois fois la distance normale... L’entraînement était prévu de 18h à 20h. Malgré l’arrivée en retard de l’équipe, à 20h les lumières du stade ont été éteintes. Les Etalons ont terminé les échauffements à l’aide des torches des portables. Le jour du match était un autre calvaire. Un trajet encore plus long, des intimidations à la limite de l’acceptable. Quant à nous les journalistes il a fallu menacer pour avoir accès au stade mais pas à la tribune de presse qui nous a été interdite. Le résultat du match, on le connaît malgré toutes ses fautes constatées. De retour du stade et malgré la défaite le car a été « caillassé ». Une fois à l’hôtel, l’ascenseur a été bloqué. Le personnel de l’hôtel a compté cuillère après cuillère, fourchette après fourchette, serviette après serviette. De retour au Faso, jamais l’on a vu une quelconque protestation ou écrit de l’Algérie pour condamner tout ce que les burkinabè ont subi en Algérie. Le président Sita Sangare était bien présent et doit se rappeler. L’Algérie avait même dit qu’elle ne pouvait pas assurer la sécurité de nos supporters sur place. Les éliminatoires de la coupe sont plus médiatisés qu’une ligue des champions. De ma jeune carrière, je ne pense pas pouvoir oublier cet épisode tant j’ai été marqué. Et voilà que pour un match de ligue des champions l’on tend à donner le fouet pour se faire battre. En ce qui me concerne, je ne ferai jamais l’apologie de la violence dans un stade. Restons digne mais ce communiqué (du ministère des sports) est bien laid et n’honore pas son initiateur. Sportivement....

    Lassina Sawadogo, Journaliste sportif

    • Oui et d’accord avec cette analyse le frère. Pas pour la violence contre le prochain et encore moins contre soi-même.

    • Merci de nous témoigner votre calvaire en Algérie ! Les autorités burkinabè ont toujours été comme cela. Quand Guillaume SORO a fomenté le coup contre burkina faso, ils ont préféré régler cela de façon diplomatique et on connait la suite. Voila que nous n’avons rien fait aux Algériens et ce sont des réunions en pagaille comme si le budget de l’Etat était financé par l’Algérie.

    • Dans tout métier il y a une éthique, j’ai suivi la presse algérienne et contrairement à ce que vous dites il y a des journalistes qui ont condamné la violence lors des débats télévisés. Quand un joueur a dit que si prochainement le RCK venait en Algérie il le regretterait. Il a été contredit vivement par des journalistes. Dans quelques jours, nos jeunes iront en Algérie pour des sports de main et peut-être des journalistes. Alors si on va continuer à chauffer la toile comme des enfants sans prendre en compte sa responsabilité de communicateur, alors il faut réfléchir. On ne peut pas se lancer dans un boulot aussi exigeant que le journalisme pour sa passion et en oublier l’éthique. C’est plutôt toi tes propos qui n’honore ni toi ni ta profession. Avec mon tout le respect de notre profession.

    • d’avis avec toi Las. quand on se fait mouton dans ce jungle non dis du football ; on se fait émiété copieusement par les autres. nos déléguation on toujours subit ces genres de brimade sur ce même continent sans rendre la monnai. qu’avons nous reçu des autres si ce n’est le dedain. qu’un arbitre vienne nous spolier de la sorte d’une victoire me fait fondre en larmes. j’étais au stade et j’ai vu que c’est l’arbitre qui a provoqué la violence. juste après le coup de siffle il y a eu un joueur algérien qui est aller souffle quelque mots à l’arbitre et lui tapotant l’épaule comme pour le félicité. allez y comprendre. après ce que vous venez de décrire immaginez vous un arbitre siffle aussi médiocrement un match en défaveur de l’algérie sur leur sol ? je vous laisse immaginé. on va commencer à se faire respecter. et ça commence par ça. le reste d’hypocrisie on s’en fou. on juste le respect mutuel entre les peuple. la réciprocité est de mise jusqu’à ce que l’adversaire comprenne qu’il faut faire balle à terre.

  • Bien dit Lass.La fédération Algérienne finance la FBF où quoi ?

  • Quel était le but de la rencontre du ministre avec l’AJSB ? Je pense qu’elle aurait dû se tenir après le refus d’octroyer les visas aux journalistes burkinabè pour aplanir le choses. Que c’est pathétique d’entendre un ministre de la république parler ainsi. En lisant entre les lignes, il accuse l’AJSB d’avoir été irresponsable et même responsable de la situation qui a prévalu à l’issue de la rencontre, en servant des batailles qui ne sont pas les siennes. A propos, quelle bataille nos chères autorités ont menées en vue de sauver la face du peuple burkinabè humilié par l’ambassade d’Algérie au Burkina. Voilà une méthode pour continuer à humilier le Burkina Faso et jeter les Burkinabè en pâture lorsqu’ils se rendront dans certains pays réputés pour leur mauvais accueil. Tout en condamnant la violence, d’où qu’elle vienne, je pense que la situation dont le peuple burkinabè a été témoin à l’issue du match RCK-USM montre que désormais, les burkinabè ne suivront plus les aveuglements de ceux qui devaient travailler à respecter le Burkina qui a un peuple digne. Désormais, le peuple restera toujours digne et ferme devant l’adversité malsaine, même si certaine de nos autorités préfèrent piteusement se vautrer dans l’aplaventrisme.

  • On s’en moque de ce qui est arrivé. On ne regrette rien. vous vous êtes comment même ?

  • Si ces algériens ne changent pas leur manière de coopération footballistique avec les BURKINABÈ, ça tournera toujours au vinaigre,et on vous l’assure que nous Burkinabè nous nous laisserons plus piétiner de la sorte,parce que c’en est de trop.
    Si parfois nous réagissons pas,cela ne veut pas dire que nous sommes "bêtes" mais c’est une bonne éducation que nous avons héritée de nos grands parents

    Ce qui s’est passé au stade n’est pas venu subitement,c’est une crise profonde dont les germes se situent depuis 2013 à Blida avec le très très très mauvais accueil et traitement de l’équipe nationale du BURKINA FASO.Et elle ira en s’engravant si les autorités algériennes ne prennent pas leur responsabilité pour raffermir les liens d’amitiés.PEACE

  • Comme les gens sont naïfs, vous ne voulez pas tout de même que le ministre vous dise bravo après vos erreurs d’AJSB. Comme d’habitude c’est les haut-parleurs de la haine qui polluent encore la toile et j’ai l’impression que lefaso.net leur donne plus de place, mais si c’est équilibré c’est normal, c’est la liberté d’expression. La maturité n’est pas donnée à tout le monde, on regrette déjà le départ de Alexis Konkobo de la tête de cette structure. Quand les jeunes ont quelque chose dans leur main ils pensent que c’est par les vociférations qu’ils se font respecter. Ils ne faut pas jouer au populisme sinon c’est vous qui perdrez. Ne vous mettez pas au niveau des brigands et des casseurs ; prenez de la hauteur.

    • On ne demande pas au ministre de féliciter qui que ce soi . Au moins qu’il se tait comme les autorités algerien. Un point, un trait !

  • TOUT MON SOUTIEN MONSIEUR LE MINISTRE IL FAUT LEUR DIRE DEUX MOTS À CES PETITS JOURNALEUX

  • Mrs LASSINA SAWADOGO c’est déplorable pour un aussi jeune journaliste.Qu’adviendra si vous devenez grand.Vous êtes toujours au cœur des polémiques sportifs j’en ai pour preuves vos injures à des entraineurs du faso foot et surtout SABOTEUR.Il faut avoir de la sagesse car le journaliste peut provoquer des conflits graves entre des peuples.En lançant votre appel vous avez été à la base des tensions au stade et vous serez responsables en cas de sanctions ou de représailles sur toutes équipes du BURKINA en ALGERIE car vous connaissez bien l’esprit de ces gens en témoigne les matchs algériennes et égyptiennes.Oui nous déplorons le cas des visas mais cela n’a rien a voir avec le jeu.

    • Désolé M. Borodougou, mais comme vous-même le dites "... car vous connaissez bien l’esprit de ces gens, en témoignent les matchs algériens et égyptiens...", il y a donc nécessité de créer un incident diplomatique, remettre la coopération à plat pour un nouveau départ empreint de respect mutuel entre nos deux pays.
      Nous ne devons pas toujours être perçus comme des "idiots" ou des "médiocres", "pauvres types" à l’extérieur. Et ce combat, c’est celui du politique surtout !

  • médecin après la mort
    le match est fini depuis samedi 18h, cette rencontre du ministre est plus énervant que le refus des visas de l’ambassade d’Algérie aux journalistes et l’AJSB se devait de bouder cette plaisanterie

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.