Mouvement d’humeur des policiers : Simon Compaoré appelé à maîtriser les contours de son ministère

LEFASO.NET | Nicole OUEDRAOGO

Publié le jeudi 20 avril 2017

Mouvement d’humeur des policiers : Simon Compaoré appelé à maîtriser les contours de son ministère

Le syndicat de la police nationale, Union police nationale (UNAPOL), qualifie la rencontre du ministre de la sécurité avec la police nationale, suite aux mouvements d’humeur des éléments du groupement des compagnies républicaines de sécurité (GCRS), de « tentative d’intimidation ». Se disant consterné par l’intervention du ministre d’Etat Simon Compaoré, le syndicat a signifié à travers cette rencontre, apporter une réponse à la sortie médiatique du ministre. Une occasion pour l’UNAPOL d’apporter son soutien au GCRS, de dépeindre le climat qui règne au sein de la police et de convier leur ministre de tutelle à satisfaire les 6 points de la plateforme minimale de novembre 2016.

Pour l’UNAPOL, ces mouvements d’humeur ne sont que l’expression d’un ras- le-bol des agents de la police nationale. Pour les animateurs de la conférence de presse, rien ne va à la police depuis l’arrivée de Simon Compaoré. « Le moral de la troupe n’a jamais été aussi bas (...), nos gradés que nous respectons nous font franchement pitié (…) sous des qualités humiliantes de conseillers techniques, de chargés de mission, (…), notre hiérarchie vous a vu arriver avec des personnes émanant normalement d’autres services pour occuper nos postes au ministère de la sécurité », a déclaré le SG de l’UNAPOL, le commissaire Wakilou Senou. Et que dire du « manque de valorisation de la hiérarchie policière, de l’absence de matériels ou de budget pour le ministère, pas une goutte de carburant pour un service de police, chacun se débrouille » a-t-il déploré.

Et si Simon Compaoré semble « ignorer ce qui se passe au sein de la police nationale parce que ses collaborateurs ne lui disent pas la vérité », l’UNAPOL se charge de le faire, histoire de permettre au ministre de « voir clair dans son ministère et attacher sa ceinture parce que rien ne va …. ».

A ce sujet, ils confient avoir annoncé les prémisses des récents mouvements sur la fameuse question du service privé (SP) qui figurait d’ailleurs parmi les 6 points de la plateforme minimale. « Le SP n’est qu’un sous-point d’une plateforme minimale composée de 6 points. En novembre 2016, lorsque nous déposions la plateforme, nous avions garanti à monsieur le ministre que s’il donnait satisfaction à ces 6 points, il pouvait être tranquille … », a rappelé le SG de l’UNAPOL.

Ce n’est pas le montant du SP qui pose problème

Vétusté des textes (les textes datent de 1979), manque de transparence dans les contrats et la clé de répartition (30% étant retenus pour le fonctionnement du service), voici les problèmes qui caractérisent le service payé. « Ce qui pose problème au niveau des éléments de la CRS, ce n’est pas le montant du SP en tant que tel. C’est la transparence ; même si on leur donne 500 francs CFA par mois, qu’on leur justifie d’où vient cette somme. Leur revendication est légitime, ils refusent d’enrichir certains individus » a noté Wakilou Senou, précisant que le SP concerne tous les services de la police nationale sur toute l’étendue du territoire.

Quand le ministre demande des preuves

Pour Wakilou Senou, l’intervention du ministre de la sécurité dans la soirée du mardi était teintée de mauvaise foi. Lors du mouvement d’humeur du mois dernier dit –il, « Les éléments se sont rendus dans une entreprise qui traitait directement avec le DG et au sein d’une institution financière pour s’entretenir avec le premier responsable qui a certes refusé de leur donner des preuves …. » a-t-il cité en exemple. Et d’ajouter que : « Après cela, le ministre d’Etat nous a immédiatement fait appeler dans son bureau pour dire que nous n’avons pas le droit de nous rendre au sein de ces institutions pour mener des investigations. Quand il nous dit d’apporter des preuves, je ne sais pas d’où est-ce que ces preuves peuvent venir » s’est –il interrogé. L’UNAPOL invite par ailleurs le ministre à régler les problèmes réels plutôt que de chercher des boucs émissaires du genre : « le syndicat est instrumentalisé par des mains invisibles ».

Une Tentative d’intimidation ?

Pour l’UNAPOL, face à cette mauvaise gestion qui caractérise la direction générale de la police nationale, notamment la gestion du SP, le « ministre s’est lancé dans une tentative d’intimidation de la troupe pour faire miroiter le monstre de 2011 comme quoi, il y a des gens qui risquent de perdre leurs postes ». Puis de poursuivre : « Les policiers de 2011 ont regardé faire parce que le régime de Blaise Compaoré était chancelant (..). Cette fois-ci, nous n’allons plus nous chercher, si nous devons aller jusque-là, nous n’allons plus laisser sacrifier certains de nos camarades » a promis Wakilou Senou.

S’ils essaient de prendre des sanctions…

A en croire le SG de l’UNAPOL, certaines personnes accusent le syndicat d’être le principal instigateur de tout ce qui se passe, mais dit – il, « ils se trompent lourdement. Bien au contraire, c’est l’UNAPOL qui essaie de calmer les ardeurs » a-t-il témoigné, avant d’ajouter : « S’ils essaient de prendre des sanctions contre ces gens qui ont eu le courage de revendiquer ce qui leur revient, l’ensemble des policiers risquent de rentrer dans la danse (…) En ce moment, je ne suis plus convaincu de pouvoir contrôler l’ensemble de la troupe ».

A propos de la revendication du départ du DG de la police, le syndicat soutient n’en avoir pas fait la demande, mais dit faire un constat : « il y a un problème de commandement au sein de la police nationale et nous disons que l’autorité doit en tirer les conséquences ».

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Messages

  • On pourrait faire une action générale au niveau de tous les corps de la Fonction publique. Il faut diligenter des enquêtes pour tous ceux qui dans la hiérarchie bloquent les avantages et même les moyens de travail des agents subalternes. Que ce soit au niveau de la gendarmerie, des directions régionales et provinciales, je crois que la pratique existe bel et bien. Il y a même des directeurs régionaux qui ne donnent pas tous les moyens de travail à leurs agents, qui créent beaucoup de frustrations et incitent les agents à mal travailler. Il y a vraiment beaucoup de détournement ! Pour apaiser les cœurs dans le cadre de la réconciliation, il faut voir tout cela. La meilleure façon d’obtenir rapidement les informations ,c’est d’associer les syndicats.

  • - En Effet Simon COMPAORÉ, au lieu de traiter cette affaire avec sérieux, a préféré verser dans la démagogie en s’agitant comme un épouvantail. Croit-il faire encore faire peur à quelqu’un dans ce Burkina Faso ? Il vaut mieux régler les problèmes pour que les gens se calment. L’ère des CDR-brouettes, des cagoules et des agitations va-t-en-guerre est terminée au Faso !! Et Simon doit le comprendre pour de bon à l’image de Salif DIALLO qui commence petit-à-petit à s’assagir.

    Mais tout ceci est la faute de Roch Marck-Crhistian KABORÉ, et il va le payer cher s’il n’y prend pas garde. Au moment où il a pris le pouvoir après les élections, il fallait immédiatement changer le DG de la Police, le CEMGA et celui de la Gendarmerie. Non, monsieur dans son opportunisme légendaire, a préféré les laisser or que c’est Blaise COMPAORÉ qui les a nommé à ces postes. Il a fallu que les terrories lui montrent ses limites pour qu’il change le CMGA qui est maintenant Oumarou SADOU  !

    Par Kôrô Yamyélé

    • Il me semble que le DG de la police fut nommé sous la transition mais bref,le problème est ailleurs.En tout cas si j’étais en responsabilité,je couperai court avec cette histoire de SP car c’est pas la mission première de la police national de jouer au vigile devant des propriétés privées alors que pendant ce temps,des établissements publics sont à l’abandon et en insécurité totale pour ne prendre que ce qui se passe à nos frontières avec le Mali,le Niger

  • Slt

    Je pense que notre Tonton SIMON saura avec toute la Sagesse qu’on lui connait calmer ces policiers par la négociation.
    Que le Seigneur fasse descendre sur les protagonistes sa divine sagesse afin que le différend soit clos.
    Bye

  • Évitez simplement les menaces à l’égard de l’autorité. Quelque soit ses limité, c’est une autorité légitime et vous savez qu’en ces temps d’insécurité, l’autorité est soutenue. Sachez aussi que le ministre à la liberté de nommé qui il veut et où il veut et cela est politique. Vous êtes un corps paramilitaire et vous devez pas oublier que les burkinabé n’aiment pas vos menaces. Force doit rester à la loi.

    • c’est une bonne chose que la police ait un syndicat et revendique ce qui revient de droit aux police. vous savez sur les coupures pour fait de grève, le gouvernement à dit que tous travail mérite salaire donc pas de travail pas de salaire donc ici c’est un cas pratique, les policiers prennent la garde chez des privés et doivent être payés à la hauteur du travail fait. Point barre. courage

    • - Biensûr, avec des esprits tordus, bouchés et bornés tel que le tien, le Burkina Faso n’ira pas loin !

      Par Kôrô Yamyélé

    • Tu n’as vraiment rien compris quoi !!! Tu es vraiment Piong Yang.

    • Dans ce cas la hiérarchie ne doit pas respecter la discipline donc ? Le vol des services privés, c’est le respect de l’honneur ? L’affaire a trop duré et Mr lee Ministre semble ne pas vouloir trancher dans la légalité ? En une journée les mêmes Policiers peuvent lui apporter les preuves s’il le veut bien ? On peut bien imaginer que le Ministre a reçu sa part, donc difficile pour lui de manœuvrer pour une transparence ? Le compte 49 va faire des victimes ? Les policiers connaissent le contenu, mais l’utilisation faite est obscure ? Que le ministre essaye d’être un peu honnête pour laisser la hiérarchie se chercher ?
      Où la police manque de cadres capables ? Pourtant il y en a de plus diplômé que....?

  • Imbouge les gars ! il faut que tout soit clair. Les RSS pensent que c’est à cause d’eux que les gens sont sortis le 30 et 31 oct non c’est à cause de toutes ces mauvaises pratiques.Donc des gens ne peuvent pas sacrifier leur vie pour que des vampires viennent sucer le sang des pauvres citoyens.Tant que nos autorités ne comprendront pas que le peuple en a marre du favoritisme,le clientelisme,la gabegie,la patrimonisation du pouvoir,ils n’auront jamais la paix." L’enfant qui ne veut pas que sa maman dorme, c’est que lui aussi va pas dormir".A bon entendeur salut !

  • Quand dans des "negociations", une partie demande la TRANSPARENCE et l’autre semble tergiverser ou tente de diverter, nous savons ou se trouve la mauvaise foi.

    Et qui fait croire au ministre Compaore que les policiers qui ont besoin de preuves n’ont pas le droit de se rendre dans CES institutions pour collecter les preuves ?

    Messieurs de la presse, pour l’amour de Dieu, allez a l’aide des policiers qui ont vraiment besoin de vos services !

  • Courage aux braves policiers qui nuit et jours travaillent pour la securité des personnes et des biens. Si Simon veut des preuves il a raison, Il est venu trouver de miliers de policiers qui sont dans la situation. Donc si la situation que vous critiquée est réelle, (je le sait bien que c’est réel), l’UNAPOL n’a qu’à nous donne des preuves et nous citoyens nous allons vous aider. Des policiers ( de sur croit des commissaires), c’est faites vos enquêtes et les bonnes pour nous prouver ce que vous dites. Je connais des cadres, des fonctionnaires de police dignes et travailleurs. Je ne suis pas contre les policiers mais je dis de faire votre travail et prouve au ministre que vous connais votre travail. Il faut de transparence , je pense bien que c’est que l’UNAPOL et tous les fonctionnaires de ^police demandenT.
    A chaque niveau il faut aussi des conseilllers et des charges de missions pour dire les réalites que les policiers vivent. Si ceux ci sont clairs dans leur travail, les policiesr seront dans les meilleures conditions. Bon courage aux policiers et a l’UNAPOL Respectons les. Wakilou mes respect ?

  • ouvrez l’œil et le bon mes petits frères car lorsque ces contrats battront de l’aile au profit des professionnels privés vous auriez lutté dans le vide. Attention à force de tirer la corde se cassera et un 3eme larron s’emparera du gâteau. Ne donnez surtout pas raison à la radiation de vos autres frères qui souffrent en ce moment.
    Je suis choqué par la souffrance que les radiés vivent comparés à vous.
    Juste un conseil

  • salut tout d’abord merci pour ce que vous faites comme bon boulots dans ce pays, il faut un peu plus de sagesse et vous réussirez la lutte. sachez que votre revendication est légitime mais mauvais dans le comportement, vous n’êtes pas l’Autorité de contrôle de l’Etat. Même si le Ministre n’a pas la bonne version et l’aura après ce bruit

  • LES PROBLÈMES RELEVÉS DANS LA GESTION DU SERVICE PRIVE AU BURKINA EXISTE IL YA LONGTEMPS ET VOUS AVEZ TOUT FAIT RAISONS DE POSER LE PROBLÈME.
    MAIS SOYEZ PATIENT POUR QUE LE MINISTRE EXAMINE LA SITUATION. LE PROBLÈME EST GÉNÉRAL ET VOUS DEMANDER A CE QU ON RELÈVE UNE SEULE PERSONNE LE DG DE SON POSTE. S IL VOUS PLAIT ON EST OU LA.
    VOUS ÊTES DES INTELLECTUELS MÊME QUAND ON SOUPÇONNE QUELQU’UN DE QUELQUES C’EST APRÈS ENQUÊTE QU’ON PEUT AGIR.

    SOYEZ PATIENTS VOS REVENDICATIONS SERONT EXAMINER. UN CONSEILLE SACHEZ QU’AU BURKINA IL N’YA PAS D’HOMME OU DE GROUPE D’HOMME FORT.

  • Il serait inadmissible que des policiers qui assurent une mission avec les armes du peuple sur le temps de service pour lequel ils perçoivent un salaire, se partagent les revenus de ce service. Qu’ils aillent créer une entreprise privée pour partager le bénéfice

  • Effectivement comme dit le syndicat il y a un problème de commandement à la police pour qu’il y ait un tel désordre sans sanction. Tous les fauteurs de troubles habillés en tenue de policier doivent être chassé de ce noble corps de police. C’est inacceptable ce genre de comportement de voyous habillés en policiers dans une république démocratique.

    • Sidnaba arrête tes inepties , tu rêve debout ou quoi ?? Tu penses que revendiquer son droit s’est être voyou ? ? Ce n’est pas parce que s’est des policiers qui revendique un mieux être pour leurs travaille que tu vas les traité de voyous. Ses policiers sont avant tout nos frères et soeurs, mari et mère , ils laissent leurs familles la nuit pour mettre leurs vie en danger pour surveiller nos biens et protéger nos vies pendant que nous , surtout toi ronfle les narines et la bouche ouverte . Il ya des choses dans la vie ou il faut parfois être objectif et dire simplement la vérité s’il y a des gens qui volent les dûs de ses policiers qu’ils soit dénoncer point barre alors prochainement si tu n’as rien à dire tu la ferme ok ?? S’est vous autres qui avez induit l’ancien président blaise compaoré en erreur avec vos idées à la con .aujourd’hui ou se trouve t’il . Au lieu de bien analyser la situation et d’encourager le gouvernement a se penché sur ce problème des policiers tu les traite de voyous et tu demande qu’on les virent de la police juste pour une revendication t’es vraiment ridicule

      Je te laisse à ta réflexion peut être que t’as pas bien compris l’objet de revendications des policiers sinon tu allais les soutenir .
      Je suis pas policiers mais je soutiens leurs revendications .et j’espère que monsieur Simon compaoré saura quoi faire .

      Sougri de paris

  • Le fusil se tait mais il n’est pas muet . Je m’adresse spécialement à Salif Diallo et ceux qui raisonnent comme lui. Les agents du trésor ne partaient en grève ou en sit-in de peur de mettre l’économie du pays à plat, mais malheureusement mes excellences députés croyaient et croient tjrs que ces agents sont nantis raison pour laquelle ils ne sont pas sortis pour une quelle conque revendication . Yaako tonton président du Faso , je vous plaint pour vos deux éléments proches qui veulent saboter votre mandat.

  • Les policiers ont raison de demander la transparence. On ne peut pas comprendre qu’après une insurrection populaire, ce sont les mêmes pratiques qu’on a décriée sous l’ère COMPAORE qui gouvernent l’administration. On a perdu combien de burkinabè pour demander le changement, bien sûr avec le soutien de nos FDS.
    Vous décevez trop la population par les actes que vous posez et cela ne sera pas sans conséquence tôt ou tard.
    Allez jusqu’au bout. Le peuple vous soutient !

    • Mr LE SAGE ; mais apparemment vous n’êtes pas du tout sage ! croyez vous que l’on peut d’un coup magique balayer juste du revers de la main les mauvaises habitudes ? N’avez vous jamais entendu dire que les mauvaises habitudes ont la peau dure ??? comment en 1 ou 2 ans vous voulez voir le BF débarrasser de toutes ces pratiques ? tenez, essayez sur vous-même voir : essayez d’éviter de boire une bière ou ce que vous aimez faire et que vous savez que ce n’est pas bien pour votre santé par exemple pendant une journée ou une semaine ! puis revenez m’écrire le résultat !! ensuite on continuera la conversation ! salut, sans rancune LE SAGE

  • Mon ami Kôrô Yamyélé, je suis de ton avis : Et comme je l’avais dit dans un de mes messages, le président Rock Marc Christian Kaboré peut réussir sa mission dans les trois ans à venir, car Il n´est pas encore tard pour corriger le tir : Pour cela Il devra faire un nettoyage dans son entourage. Pourquoi ne pas dire la vérité à son ami Simon Compaoré le CDR, de laisser la place à une personne plus compétente ? Et quand au Gorba la bête de la politique Burkinabè, le faiseur de rois et des premiers ministres immatures, il est temps qu’il prenne sa retraite comme toi et moi, surtout comme toi dans une ferme à TITAO. S’il ne sait quoi faire dans une ferme, il peut écrire comment il a fait des introvertis comme Blaise Compaoré, comment les crimes impunis de l’air Compaoré ont réussis, comment diviser pour régner sans partage exect….

  • Je sais que votre ministre est un mal causeur mais c’est pas pour autant qu’il faut prendre l’exemple sur lui.C’est quand même sidérant d’entendre des propos pareils à l’encontre de sa hiérarchie mais comme tout agonise dans ce pays,plus rien ne me surprend

  • Les corps habillés ont une particularité remarquable qui est l’attachement à la discipline et à l’obéissance vis-à vis de la hiérarchie. Il importe que la jeune génération d’hommes de tenue s’emploie à respecter ces valeurs cardinales qui ont toujours fait la noblesse de ce métier. Si les hommes de tenue ont des revendications légitimes, ils peuvent les soumettre d’abord discrètement aux autorités et ensuite publiquement si cela peut aider les autorités à apporter des réponses adéquates à leurs doléances. Cependant, toutes ces procédures doivent se mener dans la courtoisie. Des policiers expriment des griefs contre certains de leurs supérieurs relatifs à des primes pour des services privés payants. Ils estiment être payés en monnaie de singe par rapport à la consistance des contrats conclus entre leurs supérieurs et les sociétés privées (banques, assurances, hôtels) sécurisées par des agents publics de police. Le ministre d’Etat en charge de la sécurité, Simon Compaoré qui a, en toute humilité ,rencontré les policiers frondeurs, leur a rappelé la nécessité de concilier leurs revendications avec l’accomplissement normal des missions qui leur sont confiées pour éviter d’être sous le coup des procédures disciplinaires de désertion ou d’abandon de service. Le ministre par mesure de jurisprudence, a fait savoir aux policiers qu’il attend le rapport circonstancié sur cette situation de revendication avant de prendre les décisions idoines. C’est ainsi que les choses doivent se faire dans un état républicain où il faut éviter des atteintes aux droits et devoirs des citoyens. Les policiers ont outrepassé leurs prérogatives en exigeant la démission dans des délais précis de certains de leurs supérieurs. Ils se doivent de respecter la réciprocité de la courtoisie dont le ministre de la sécurité a fait preuve à leur égard. Alors, au travail policiers en attendant la suite du rapport qui sera soumis au ministre pour décision à prendre.

  • bonsoir aux freres policiers , j’ai simplement une question à l’endroit des policiers mais également aux non policiers qui pourront m’apporte un éclaircissement : en quoi consiste se résume une journée normale de travail pour un policier qui n’est ni affecté à des taches administratives ni au renseignement (d’infiltration) ? merci bien et excusez moi de mon inculture si je peut me le permettre.

  • « pas une goutte de carburant pour un service de police, chacun se débrouille » a-t-il déploré. » Ceci gagnerait à être vérifié par les services de contrôle (Inspection générale des finances, Haute autorité de lutte contre la corruption), car il semble que depuis la fin de la Transition, plus rien ne va dans la gestion de carburant de ce Ministère. En effet, certains services ont été dotés seulement 4 à 5 mois sur les 12 mois de 2016. Et le scénario est entrain de se répéter car sur les 4 mois déjà écoulés de 2017, une seule dotation viendrait d’être faite. C’est dans ces conditions que les Autorités de tutelle du Ministère veuillent assurer la sécurité des populations.

  • Vraiment mon pays ! On est où là ! C’est dans le Faso qu’on voit des policiers qui sont sensés assurés la sécurité des hommes et des biens et services se comporter de la sorte ! Je ne suis pas contre les policiers mais leur manière de lutter et de s’exprimer devant le public les déshonorent et les rabaissent, même s’ils semblent avoir raison. Est-ce que c’est maintenant que vous assuriez la sécurité du secteur public ? En vous lisant « Vétusté des textes (les textes datent de 1979), manque de transparence dans les contrats et la clé de répartition (30% étant retenus pour le fonctionnement du service), voici les problèmes qui caractérisent le service payé. « Ce qui pose problème au niveau des éléments de la CRS, ce n’est pas le montant du SP en tant que tel. C’est la transparence ; même si on leur donne 500 francs CFA par mois » Donc pourquoi n’est pas posé clairement vos doléances et aller étapes par étapes. Pourquoi c’est à votre ministre que vous parliez ainsi. Depuis 1979, c’est lui seul qui a été le seul ministre de la sécurité durant tout ce temps ? Mes frères soyez patients et coordonner vos luttes avec respect de la hiérarchie sinon vous risquez de perdre malgré votre lutte noble. Je ne suis ni pour Simon COMPAORE ni pour personne, mais revoyez vos démarches qui ne vous n’honorent pas du tout. Même si vous aviez un problème avec votre DG, ayez une démarche sage et cohérente et vous seriez attendus et non d’agir de la sorte, car le peuple du Burkina vous suit et vous observe. L’avenir nous dira le reste.
    Juste un conseil
    Merci

  • Nous soutenons les policiers car je suis d’avis que dans ce pays il y a trop d’abus des chefferies de services. Nous regrettons le manque de contrôle des fameux chef nommés au conseils de ministre pour le bord politique uniquement de fois médiocre pour racketter les services au profit de leur mentor politique. La même politique qui a amené à l’insurrection est toujours là ,sinon pire ou la compétence est remplacé par le clientélisme.
    Je me moque quant on parle de civisme, de retard au service ou l’absentéisme des agents de la fonction publique cela commence toujours par les patrons qu’il nomme tous les mercredi .
    Quant on parle de l’intégrité la lutte contre la corruption on voit toujours les petits voleurs mais jamais les gros poissons qui nagent dans des villas et grosses caisses.
    Le Burkina sera bien quand on aura un président intègre et sincère dans son projet de développement. En attendant il une opposition des agents de tous les services contre la délinquance patronale .Chacun doit être un lanceur d’alerte citoyenne contre l’esclavage du faible par le bourreau.

  • Mes frères policiers vous avez crier partout dans ce Burkina là que vous êtes bien payé et maintenant vous crier à cause de 5000f,soyer plus claire et précis dans vos revendications à n à mourir

  • Tous ces agissement prouvent que les burkinabé ne veulent pas de la démocratie. Je crois sincèrement qu’il faut une grosse sanction pour que les gens se calment. Méthode SANKARA ou Méthode COMPAORE. Ce dommage que ce soit les privilégiés de la république qui se comportent de la sorte. Ils oublient que plus 10 000 000 de burkinabé ne gagnent pas 10 000 frs par mois. Or ce sont les salariés de l’Etat qui ne partent au boulot que quand ils veulent ou quand y a un séminaire en vu qui se plaignent tout le temps. Ils oublient aussi qu’ils sont minoritaires ( l’ensemble de salariés de l’Etat tous corps confondu sont moins d’un millions qui se partage plus de 50% des ressource du pays sur 18 000 000 habitants). Seul au Faso cela est possible.
    Seul au Faso un policier peut traiter son ministre de la sorte. Dans aucun pays du monde. Le pire n’est pas le comportement de nos travailleurs du public qui ont prouvé qu’ils veulent seulement du matériel (parcelle, voiture) et non servir le peuple, mais, surtout le silence du peuple. Je suis contre personne, je constate qu’il plus de 17 000 000 de burkinabé qui vous observent.

  • je suis vraiment déçus que c’est genre de pratique qui existe toujours dans les rangs il est temps de mettre fin a c’est pratique de vampires. mr Simon COMPAORE on a lutté ensemble pour un changement, mais ou ce trouve ce changement ? on vous avez crus on vous est suivit, mais hélas c’est la désolation mr le ministre ne perturber pas le pouvoir de mon chère rock

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.