Mise en œuvre du PNDES dans le Kourweogo : Le député Kouama Raphael sollicite les ‘’bonnets rouges’’

LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo

Publié le jeudi 18 mai 2017

Mise en œuvre du PNDES dans le Kourweogo : Le député Kouama Raphael sollicite  les ‘’bonnets rouges’’

Le député Kouama Raphael a invité les chefs coutumiers et traditionnels de la province du Kourwéogo le 14 mai 2017 à Boussé. Il a été question de parler du développement de la province et surtout du rôle de ces leaders d’opinion dans la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES). L’initiateur de la rencontre s’est dit convaincu que la réussite des différents projets prévus dans ce référentiel de développement passe aussi par l’implication des ‘’bonnets rouges’’.

Le représentant de la province du Kourwéogo à l’Assemblée nationale est convaincu que la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) ne peut être une réalité, sans l’implication des chefs traditionnels et coutumiers. Malgré le ‘’pouvoir du blanc’’, ces derniers sont incontournables pour la réussite de toute action de développement dans les villes et compagnes. « L’idée c’est que les chefs comprennent le PNDES, se mobilisent pour que dans le Kourwéogo, ce qui est prévu puisse se réaliser », a expliqué le député Kouama Raphael.

En invitant les chefs traditionnels ce 14 mai, il a donc voulu partager avec eux les grandes lignes du PNDES. Pour ce faire, deux communications ont été faites. La première a été animée par le Dr Patrice Kouraogo, enseignant chercheur au Centre national de recherche scientifique et technologique (CNRST), récemment nommé conseiller spécial du Président du Faso. Il a entretenu son auditoire autour du thème, « Rôle et place de la chefferie traditionnelle pour une mise en œuvre réussie du PNDES ».

Pour le conférencier, les chefs religieux et coutumiers ont une part contributive dans la réalisation de ce plan quinquennal. D’abord à travers leur rôle de garants de la paix et de la cohésion sociale, sans quoi aucun développement n’est envisageable. Le premier élément pour la réussite de ce plan, c’est la paix et la cohésion. Les chefs qui sont des leaders d’opinion agissent souvent en amortisseurs de tensions sociales. Dr Patrice Kouraogo a pris l’exemple du rôle joué par le Mogho Naba durant les crises que le pays a traversées en 2014 avec l’insurrection population et en 2015 avec le coup d’Etat.

Les chefs peuvent également accompagner la mise en œuvre du PNDES à travers l’accompagnement des élus et autres acteurs de l’administration locale, pour qu’autour de chaque projet qui doit être réalisé, dans chaque commune et village, il y ait consensus. « …souvent le choix de certains sites qui doivent accueillir des infrastructures peut poser des problèmes. Le chef est là pour apaiser, servir de médiateur en cas de conflit entre les parties », a indiqué le conférencier. Pour le chercheur, le chef est celui qui rassemble, au-delà des clivages politiques et religieux, son action étant orientée seulement pour le bien-être de sa communauté.

« On consulte pour savoir comment faire participer les femmes, les commerçants, les jeunes…les chefs sont des acteurs de proximité. Venir les rencontrer, demander leur adhésion, contribution et participation, c’est important et on gagne… », a poursuivi le conseiller spécial du chef de l’Etat pour qui, une fois que les chefs prennent connaissance du PNDES et de son importance, il seront des relais pour sa mise en œuvre, toute chose qui contribuera au développement de leur commune, province et partant du Burkina Faso. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Messages

  • La culture est la seule valeur pour identifier tout un peuple. Et ceux qui sont les porteurs de ses valeurs culturels sont nos chefs coutumiers, dont leurs continuités des coutumes de l’ancêtre au grand-père allant au père en fils, restent une référence de notre jeune démocratie qui cherche son vrai chemin. Travaillé avec les chefs coutumiers qui maîtrisent et règlent les différences entre jeunes ou vieux, peuvent faire la différence dans un pays comme le nôtre en quête de développement avec toutes les compétences de tous bords. Cette initiative doit être étendue dans tout le territoire du pays. Bravo aux décideurs de Kourweogo.

  • - Voilà !! On est entrain de politiser et monarchiser le PNDES ! C’est pourquoi en 2020 il ne sera qu’un torchon de chiffon usé à balancer dans la poubelle car n’ayant servi à rien du tout !

    Par Kôrô Yamyélé

  • Merci Honorable pour cette initiative louable. Si les autres députés pouvaient s’en inspirer car nous remarquons qu’un projet à beau etre porteur tant que les populations ne sont pas impliquées il est voué a l’échec. Merci au conférencier pour son exposé limpide.

  • Merci pour l’initiative. Je voudrais proposer au député de se pencher sur la jeunesse et les femmes au lieu des chefs coutumiers. Il doit penser à cette jeunesse du Kourweogo qui est délaissée hier au profit de Ziniaré et aujourd’hui Zorgho dans le plateau central. Si l’on prend les actions de développement dans la région du plateau central, le Kourweogo est pratiquement oublié. Il doit lutter pour amener des réalisations au profit des populations au lieu de faire sa pré campagne électorale.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.