Epidémies en Afrique de l’Ouest : 28 spécialistes prêts à riposter sur le terrain

LEFASO.NET | Herman Frédéric BASSOLE

Publié le samedi 15 juillet 2017

Epidémies en Afrique de l’Ouest : 28 spécialistes prêts à riposter sur le terrain

Le programme sous-régional de formation en épidémiologie de terrain de l’Afrique de l’ouest (WAFETP, en anglais) a livré sa deuxième cohorte d’épidémiologistes d’intervention, ce vendredi 14 juillet 2017 à Ouagadougou. Au nombre de 28, les récipiendaires ont reçu leur parchemin au cours d’une cérémonie qui a vu la participation du secrétaire d’Etat chargé de la recherche scientifique et l’innovation, du secrétaire général du ministère de la santé et des représentants des partenaires dudit programme.

Après deux ans de dur labeur et d’insomnie passés à l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo, les stagiaires du programme de formation en épidémiologie de terrain sont désormais aptes à intervenir et à riposter en cas d’épidémies, là où le besoin se fera sentir partout en Afrique de l’ouest. Car, les maladies n’ont pas de frontières.

Originaires des huit pays de l’espace UEMOA (Union économique monétaire ouest africain), ces 28 spécialistes ont pris pour nom de baptême « Pr Mamadou Sawadogo », « cet avion Airbus » qui les a transportés à bon port depuis leur embarquement le 6 juillet 2015. Ils ont empoché leur parchemin au cours d’une cérémonie solennelle organisée ce vendredi matin, en présence des autorités de la recherche scientifique, de la santé et des partenaires que sont le Centre de prévention et de contrôle des maladies (CDC) d’Atlanta, l’Organisation ouest-africaine de santé (OAAS) et le Réseau africain d’épidémiologie de Terrain (AFENET).

Former pour renforcer les systèmes de surveillance des maladies

JPEG - 120.6 ko
Xavier Crespin, directeur général de l’OAAS

Cette sortie entre dans le cadre du Projet régional de renforcement des capacités en surveillance des maladies et de la riposte en Afrique de l’Ouest (WARDS). Mis en œuvre par l’Organisation ouest-africaine de la santé (OAAS) et financé par la Banque mondiale, ce projet, selon le directeur général de l’OAAS, Dr Xavier Crespin, vise à renforcer le système de surveillance des maladies des Etats dont les failles ont été mises à nu par les récentes épidémies, telle que la maladie à fière Ebola. La formation des récipiendaires du jour est donc une réponse en termes de renforcement de ressources humaines compétentes, capables de détecter très rapidement des foyers de maladies, d’apporter une réponse prompte et efficace afin de minimiser les pertes en vies humaines.

Se mettre au service des communautés

JPEG - 100.3 ko
Pr Mamadou Sawadogo, parrain de cette 2e cohorte

Représentant le président de l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo, Claudine Lougué, directrice de l’UFR/Sciences de la Santé, a indiqué que le WAFETP s’inspire des techniques modernes de formation dispensée par un corps enseignant des plus performants et dévoué. Ce, grâce à la collaboration avec des universités internationales. Aux récipiendaires, elle a exhorté à se lancer dans la vie professionnelle en menant avec bravoure, intelligence et courage, des combats constructifs qui élèvent et honorent.

Après avoir reçu un standing ovation de la part de ses filleuls, le Pr Mamadou Sawadogo leur a demandé de croire à leur patrie, de se mettre au service des communautés et de ne pas penser à ce qu’ils doivent gagner. Et le secrétaire général du ministère de la santé, Jean Claude Kargougou, de renchérir en ces termes : « Vous devez cultiver l’empathie avec les communautés afin d’obtenir une interface efficiente, gage d’une satisfaction du travail bien fait ».

JPEG - 116.3 ko
Les éminentes personnalités à la cérémonie de graduation

Message bien reçu par les récipiendaires qui ont, à travers la voix de leur représentant, Assane Hamadi, promis de donner le maximum d’eux-mêmes sur le terrain. D’ailleurs, au cours de la cérémonie, le mérite de quelques-uns a été reconnu par les responsables du programme WAFETP. Le Burkinabè Séogo Amadou a raflé, à lui seul, deux prix spéciaux dont celui du meilleur mémoire et du meilleur travail de terrain.

Se mettre vite au travail

JPEG - 113.4 ko
secrétaire d’Etat chargé de la recherche scientifique et l’innovation, Urbain Koulidiati

Dans son allocution, le secrétaire d’Etat chargé de la recherche scientifique et l’innovation, Urbain Koulidiati, représentant le ministre de l’enseignement supérieur, a annoncé la formation de 25 stagiaires en épidémiologie par l’Université de Ouagadougou en septembre 2017. Mais avant, il a invité l’ensemble des ministres de la santé des huit pays de l’espace UEMOA à assurer la mise en service des 28 spécialistes « le plus tôt possible, car les épidémies ne préviennent pas ». L’assurance lui a été donnée par M. Kargougou que le personnel sera déployé à bon escient.

Il est prévu l’opérationnalisation prochaine d’un Centre régional de surveillance et de contrôle des maladies dont le siège sera basé à Abuja au Nigéria et la mise en place des équipes nationales et régionales d’intervention rapides.
En rappel, les stagiaires étaient 30 au départ. Mais, au cours de la formation, l’un d’eux est décédé et un autre, pour raison de maladie, n’a pas pu prendre part aux épreuves.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.