Hôpital Saint-Camille de Ouagadougou : Un bloc opératoire est désormais disponible

LEFASO.NET | Rita Bancé/Ouédraogo

Publié le samedi 15 juillet 2017

Hôpital Saint-Camille de Ouagadougou : Un bloc opératoire est désormais disponible

Afin de contribuer à une meilleure prise en charge des patients, l’hôpital Saint-Camille de Ouagadougou (HOSCO) s’est doté d’un nouveau bloc opératoire. L’inauguration de l’infrastructure a eu lieu ce vendredi, 14 juillet 2017 en présence du Chef de l’Etat, Roch Kaboré, et de plusieurs autorités politiques et religieuses.

C’est ce jour, 14 juillet 2017, fête patronale de Saint-Camille de Lellis, patron des Caméliens et des malades, que la direction de l’Hôpital Saint-Camille de Ouagadougou a choisi pour inaugurer son nouveau bloc opératoire. Prestation de chants religieux, allocutions, bénédictions de l’infrastructure, visite guidée, coupure du ruban, signature du livre d’or par le président du Faso ont été les temps forts de cette belle cérémonie. En effet, c’est grâce à une donation de la présidente de la Fondation Pietro Annigoni, et Consul honoraire du Burkina à Florence, Rosella Annigoni, que les travaux de construction du bloc ont pu démarrer en 2013.

D’un coût global de deux milliards de francs CFA, cette infrastructure qui promet de démarrer ses services à partir du 1er octobre 2017, vient, selon le directeur général de l’hôpital, Père Paul Ouédraogo, renforcer le bloc existant de la maternité et celui de l’ophtalmologie fonctionnels depuis deux ans. Egalement, le premier responsable de l’hôpital a précisé que ce bloc, doté de trois salles opératoires, quarante-quatre lits d’hospitalisation, une salle de réveil et une salle de réanimation à six lits, permettra de réaliser la chirurgie spécialisée en faveur des malades sans discrimination de religion ni de sexe.

« La présente infrastructure que nous inaugurons a les éléments de base pour démarrer en fin septembre comme prévu, mais pour être pleinement fonctionnelle, elle devra être complétée par l’installation d’un ascenseur pour les malades, de six cents panneaux solaires prévus sur les toits en vue d’abaisser les coûts de gestion et pour diversifier les sources énergétiques de l’hôpital, de l’aménagement d’un espace pour les parents et accompagnants des malades, de l’acquisition d’un amplificateur de brillance…, le gap financier est estimé à 650 000 000FCFA », a expliqué Père Paul Ouédraogo.

A la question, pourquoi attendre jusqu’en fin septembre pour démarrer les activités du bloc chirurgical ? Le directeur général de l’HOSCO répond : « Le bloc est déjà opérationnel, nous avons voulu donner du temps à notre personnel local pour qu’il puisse bénéficier d’un accompagnement par rapport à l’utilisation des nouvelles technologies qui ont été mises en place dans le bloc. Ainsi, il ne mettra pas en danger la vie des patients. C’est ce qui explique ce décalage ».

Le président du Faso, Roch Kaboré, a, quant à lui, salué l’action des Caméliens et de l’église Catholique pour avoir apporté leur contribution à la santé des Burkinabè. « Je voudrais simplement dire que la réalisation de ce bloc opératoire est une victoire sur la maladie », a lancé le Chef de l’Etat, patron de la cérémonie. Il a également saisi l’occasion pour saluer le consul Honoraire du Burkina-Faso à Florence, Rosella Annigoni, pour son engagement car, dit-il : « ce n’est la première fois qu’elle agit dans ce domaine au Burkina et particulièrement à l’hôpital Saint Camille de Ouagadougou. Elle a participé à la mobilisation des ressources et je voudrais la saluer pour ce travail qu’elle a accompli avec abnégation », a-t-il révélé.

Rosella Annigoni a, en ce qui lui concerne, fait savoir qu’elle a opté depuis une vingtaine d’années, de faire du Burkina son cher pays. Son souhait est de voir que le bloc opératoire contribue efficacement à soulager toute douleur, à tarir à la source toute larme et à bercer toute détresse.

Rita Bancé/Ouédraogo
Lefaso.net

Messages

  • Gloire à Dieu ! Que le Seigneur Jesus vous bénisse et guérisse les malades d’âmes et de corps ! Félicitations

  • Félicitations aux vaillants religieux camilliens pour leur soucis du bien-être intégral du malade.Nous demandons à l’État burkinabè de les soutenir dans leur œuvre de charité car ceux-ci font la fierté de notre pays en matière de prestation sanitaire.Courage aux camilliens et merci à tous ses bienfaiteurs.

  • Le Président du Faso en assistant le 14 juillet 2017 à l’inauguration des services de chirurgie de l’Hôpital Saint-Camille de Ouagadougou(HOSCO), s’est émerveillé de constater la valeur de la technologie médicale de pointe de ce centre hospitalier fondé par l’Eglise catholique. Le Président a même déclaré qu’il s’agit là d’une victoire sur la maladie. J’exprime ma profonde indignation du fait que les premières autorités du Burkina aient adopté une attitude coupable, qui frise l’abandon des hôpitaux publics dans un état piteux d’équipement. Pendant ce temps, elles passent le temps à entonner le refrain nauséabond, que la santé est une préoccupation de leur politique de gouvernement. Le Chef de l’Etat s’est laissé tromper par l’ex ministre anarchiste de la santé, qui lui a fait de fausses promesses de finalisation de l’hôpital de Bogodogo depuis 2016, ce qui n’est toujours pas une réalité actuellement à cause de certains mauvais choix d’entreprises chargées de travaux de finition de l’hôpital au plan de l’équipement informatique notamment. Par ailleurs, comment se fait –il que l’HOSCO soit la seule structure hospitalière au Burkina à disposer de la dernière génération d’imagerie médicale, en l’occurrence, l’Imagerie par Résonance Magnétique(IRM) qui est plus performante que le scanner ? C’est la honte du gouvernement. Regardez chez nous ici à Bobo-Dioulasso, le dénuement révoltant du Centre Hospitalier Universitaire Sanou Souro(CHUSS).Le CHU Yalgado de Ouagadougou n’est pas non plus nanti en termes d’équipements. Quant aux Centres Hospitaliers Régionaux(CHR), leurs plateaux techniques sont lamentables. La politique sanitaire du gouvernement ne doit pas être essentiellement synonyme de la gratuité de soins pour des enfants de moins de 5 ans, à qui l’on distribue souvent que du paracétamol sirop, les autres molécules faisant fréquemment défaut par des ruptures intempestives de stocks. Il faut éviter de passer le temps à faire croire aux citoyens que leur hypothétique salut viendra du PNDES, du PPP, de véritables serpents de mer, qui n’inspirent nullement confiance, au regard du pilotage à vue dont plusieurs départements ministériels font acte. Les hôpitaux publics sont les services hospitaliers qui regorgent de médecins spécialisés et compétents mais qui sont mal payés Les cliniques privées sont obligées de recourir à leurs compétences. Quel paradoxe .L’Etat forme t-il ainsi des médecins pour le privé au détriment du trésor public ? On comprend alors pourquoi beaucoup de médecins donnent des rendez-vous à leurs patients des hôpitaux publics, dans des cliniques privées, pour plus de confort de soins et de primes de travail. Pauvre Etat du Burkina Faso !

  • Tout concours au bien de ceux qui aiment Dieu ; félicitations aux camilliens. O mon cher gouvernement imitez cet engagement des religieux aux côtés des malades et faites vraiment de la santé votre cheval de bataille.Réduisez le confort de nos dirigeants au profit des plus démunis. Merci

  • Que le Seigneur continue de bénir ces Camilliens qui travail avec abnégation pour la santé des Burkinabè. Ils font œuvre utile et travaillent sans discrimination en ce qui concerne les soins des malades. Que l’HOSCO vive ad vitam æternam !

    L’état quand à lui devrait au moins tricher les efforts et merveilles que l’HOSCO est entrain de réaliser. L’HOSCO se préoccupe sincèrement de la santé des Burkinabè que nous sommes. Nos dirigeants quand à eux préfèrent aller se soigner en occident laissant nos hôpitaux publics en piteux états. Shame on you guys ! Long live HOSCO !

  • Toutes mes félicitations aux responsables de Saint Camille et honte au governement burkinabe qui est incapable de fournir le méme matériel technologique aux hopitaux publiques ! l’Etat doit revoir cette situation inacceptable en équipant les hoputaux publiques avec les moyens technologiques nécessaires ! trop de gens meurent pour rien !

  • Désolée de ne pas partager votre enthousiasme, mais ma cousine viens de perdre son bébé dans cette même Clinique la semaine dernière.
    Avoir un nouveau bloc opératoire c’est bien, encore faut-il avoir des gynécologues compétents pour l’utiliser.
    Ma cousine est arrivée à terme à l’hôpital en début de semaine. Après 4 jours de travail sans que le col ne s’ouvre, et malgré les demandes répétées de la famille, le gynécologue n’a pas voulu effectuer de césarienne.
    Selon ses propres mots aux sages-femmes : « laissez la comme çà, que personne ne la touche, elle va accoucher comme ça ». Résultat le bébé n’a pas survécu. C’est un assassin.
    Si vous avez mes médecins incompétents, peu importe que vous ayez du matériel dernier cri ou non, le résultat est le même.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.