Ministère de l’Action sociale du Burkina : La 30ème promotion de l’ENSS s’approprie le PNDES

Publié le samedi 15 juillet 2017

Ministère de l’Action sociale du Burkina : La 30ème promotion de l’ENSS s’approprie le PNDES

« La contribution du ministère de la Femme, de la solidarité nationale et de la Famille dans la mise en œuvre du PNDES ». C’est le thème autour duquel, la 30ème promotion de l’ENSS (Ecole nationale de service social) a organisé un panel, samedi, 8 juillet 2017 dans la salle de Conférences Elie Saré dudit ministère à Ouagadougou. Cette activité, qui a été placée sous le patronage du ministre de la Femme, de la solidarité nationale et de la Famille, Laure Zongo, était inscrite dans une série d’activités dont une soirée d’échanges directs avec des responsables du département.

Activité de réflexion aux allures de retrouvailles entre membres de la promotion ! « Ensemble pour la solidarité, la cohésion sociale au sein du ministère ! », c’est le slogan sur lequel repose l’action de ce cadre amical et de réflexion. Pour le délégué de la promotion, Adam Régis Zougmoré, l’initiative est partie depuis Gaoua, il y a maintenant deux décennies.

En effet, dit-il, « lorsque nous nous sommes retrouvés en 1995, à la formation à l’Ecole nationale de service social, nous avons cultivé un esprit de groupe. Nous avons donc mis en place un cadre de solidarité, de cohésion sociale. Nous avons passé donc trois années à Gaoua et nous avons continué d’avoir les liens tout au long de notre parcours professionnel ». A en croire M. Zougmoré, il fallait capitaliser ces acquis en termes des rapports humains et de contribution aux efforts de construction nationale. Les participants sont venus de plusieurs localités du pays. Mieux, l’activité n’était pas réservée aux seuls membres de la promotion (la 30ème), elle était ouverte à tout le personnel du département.

‘’Donc, l’idée est venue du fait qu’on s’est dit que 20 ans de contribution au développement économique et social de notre pays, il était de bon ton qu’on fasse une pause avec ceux qui étaient en poste en son temps (notre directeur général, le directeur d’études, notre marraine et avec les autorités actuelles de notre département ministériel), pour s’interroger sur ce qui a marché au sein de la promotion, ce qui n’a pas marché, et également avoir une pensée pieuse pour ceux de la promotion qui ont été rappelés à Dieu. On a senti ensemble la nécessité de fédérer les énergies, de se retrouver et de partager et consolider les liens entre les membres de la promotion. Nous étions 85, c’est la première plus grande promotion en terme d’effectif, six nous ont quittés (nous avons une pensée pour eux) et également nous situer dans un cadre actuellement qui est la mise en œuvre d’un référentiel de développement. Nous, en tant que travailleurs, en tant que cadres de ce département, qu’est-ce que nous pouvons avoir comme contribution dans la mise en œuvre de ce référentiel. C’est dans la dynamique de recherche de réponse à cette interrogation, que nous avons bien voulu traiter du thème sur la contribution de notre département à la mise en œuvre du PNDES (Plan national de développement économique et social)’’, a-t-il développé en substance.

De l’avis des promoteurs de ce cadre qui, en plus des membres de la 30ème promotion, compte en son sein des agents d’autres promotions souhaitant apporter leur réflexion à la mise en œuvre du PNDES au ministère de la Femme, de la solidarité nationale et de la Famille à travers les indicateurs-clés qui entrent dans ses missions.

« C’est rappeler également à tous les agents que nous avons un référentiel, une position et nous devons nous battre pour que notre position et nos indicateurs, nous puissions effectivement les atteindre. Et cela se fera par la réflexion et après, aller au charbon ; c’est-à-dire se donner les moyens et la motivation pour aller sur les chantiers pour que les indicateurs listés et concernant le département puissent être évalués à leur juste valeur. Et nous n’allons pas faillir, nous allons jouer notre partition, et les plus hautes autorités de notre département peuvent compter sur la 30ème promotion et sur l’engagement de tous dans la mise en œuvre de ce référentiel », a affirmé le délégué, M. Zougmoré, soulignant qu’il n’y a pas d’amalgame entre cette initiative et la politique. Seulement, pense-t-il que tous sont appelés à mettre la main à la patte pour un Burkina du mieux-être pour une réduction du fossé entre riches et pauvres. Il souhaite donc que l’exemple fasse tache d’huile.

O.O
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.