Centre-sud : « Chacun vient apporter de la terre à la terre. Aujourd’hui, c’est nous, demain, c’est d’autres personnes », Modeste Yerbanga, président du Conseil régional

LEFASO.NET | Oumar L. OUEDRAOGO

Publié le samedi 12 août 2017

Centre-sud : « Chacun vient apporter de la terre à la terre. Aujourd’hui, c’est nous, demain, c’est d’autres personnes »,  Modeste Yerbanga, président du Conseil régional

Depuis 2006, le Burkina s’est résolu à la communalisation intégrale, qui consacre le droit des collectivités territoriales à s’administrer librement et à gérer des affaires propres en vue de promouvoir le développement à la base et de renforcer la gouvernance locale. Dès lors, le pays est organisé en collectivités territoriales que sont : la région et la commune. Au terme de la loi qui opérationnalise ce modèle de gouvernance, l’Etat déconcentre ses services dans le but de renforcer les capacités d’action des collectivités territoriales. Une collectivité territoriale étant comprise comme une subdivision du territoire dotée de la personnalité juridique et de l’autonomie financière. Ainsi, si nous avons à la tête de la commune, le Conseil municipal comme exécutif (et le maire comme premier responsable de cet organe), au niveau région, c’est le Conseil régional (avec pour premier responsable, le président du Conseil régional). Pour mieux cerner certains contours de cette organisation territoriale, nous avons approché Modeste Yerbanga, président du Conseil régional du Centre-sud. Pharmacien de formation et jeune entrepreneur, Dr Modeste Yerbanga tient, il y a à peine une année, les rênes de cette collectivité territoriale située à une centaine de kilomètres au sud de la capitale. A travers cette interview qu’il a bien voulu nous accorder, Modeste Yerbanga, qui se considère avant tout comme un commis au service des populations, nous décline sa perception de développement. Interview !

Lefaso.net : Dans l’organisation actuelle, le Conseil régional n’est pas trop familier aux populations. Comment peut-on succinctement définir un Conseil régional ?

Modeste Yerbanga : La loi 055-2004/AN du 21 décembre 2004, portant Code général des collectivités territoriales au Burkina Faso, consacre la communalisation intégrale du territoire. Le Burkina a été organisé en collectivités territoriales. La collectivité territoriale est une subdivision du territoire dotée de la personnalité juridique et de l’autonomie financière. La région constitue donc un espace territoriale, économique, de planification et de coordination du développement regroupant un certain nombre de communes.

Lefaso.net : Combien de communes compte le Conseil régional du Centre-sud ?

Modeste Yerbanga : Le Conseil régional du Centre-sud regroupe 19 communes, reparties dans les trois provinces que sont le Bazèga (chef-lieu, Kombissiri), le Nahouri (Pô) et le Zoundwéogo (avec Manga pour chef-lieu). Ainsi, dans le Bazèga, nous avons les communes de Doulougou, Gaongo, Ipelcé, Kayao, Kombissiri, Saponé, Toécé. Dans le Nahouri, on compte Guiaro, Pô, Tiébélé, Zecco, Ziou. Quant à la province du Zoundwéogo, elle comprend Béré, Bindé,Gogo, Gomboussougou, Guiba, Nobéré et Manga (Chef-lieu de la région).

Lefaso.net : De façon résumée, quelles sont les missions d’un Conseil régional ?

JPEG - 40 ko
Rencontre d’échanges entre la Coordination du Projet Centre régional de Barefoot college au Burkina et le Président du Conseil régional (PCR) du Centre- Sud, Modeste Yerbanga (à droite).

Modeste Yerbanga : Il faut relever que la loi 055 (article 145 du Code général des collectivités territoriales) consacre les missions du Conseil régional, tout comme la commune. Ainsi, le conseil régional définit les orientations en matière de développement dans la région et ce conformément aux grandes orientations nationales, actuelles qui est le PNDES (Plan national de développement économique et social).

Lefaso.net : Quel type de rapport existe entre le Conseil régional et les communes du même espace territoriale ?

Modeste Yerbanga : Sur le plan règlementaire, il n’y a pas de rapport hiérarchique entre la région (Conseil régional, ndlr) et la commune (Conseil municipal, ndlr). C’est vrai que le Conseil régional est constitué de conseillers municipaux provenant des communes (deux conseillers par conseil municipal), mais il n’y a pas de rapport hiérarchique. Le Conseil régional s’occupe du développement de l’ensemble des communes, alors que la commune intervient uniquement dans sa circonscription.

Lefaso.net : Comment est organisé un Conseil régional ?

Modeste Yerbanga : Il faut noter que le Code général des Collectivités territoriales consacre également l’organisation à ce niveau. Ainsi, nous avons la présidence du Conseil régional, deux vice-présidents et trois commissions permanentes : la Commission affaires générales, sociales et culturelles, la Commission affaires économiques et financières, la Commission environnement et développement local.
En outre, nous avons le secrétariat général et des directions opérationnelles (direction de l’action économique, direction des matières transférées, direction des affaires économiques et financières) qui appuient quotidiennement le travail du Président.

Lefaso.net : On note que le Conseil régional est une organisation politique (à partir du moment où il est composé des deux conseillers par commune de la région). Est-ce que cette réalité ne rend pas la tâche difficile, quand on sait qu’à l’échelle commune, ce n’est déjà pas facile avec ces calculs politiques ?

JPEG - 34.1 ko
Ouverture de la première session ordinaire du Conseil régional en mars 2017 avec le Secrétaire d’Etat en charge de la Décentralisation (à gauche)

Modeste Yerbanga : C’est vrai que ce sont des acteurs politiques qui composent le Conseil régional, mais il y a aussi des services techniques d’appui comme je l’ai dit précédemment. Il ne saurait être assimilé à un organe politique pur. Sa vocation, c’est vraiment le développement à la base (c’est-à-dire que les populations décident pour elles-mêmes) et la politique menée par le Conseil régional doit s’inspirer de la politique nationale (ici, c’est le PNDES qui est un outil national). Du coup, le Conseil régional n’est pas un organe politique en tant que tel ; il est animé à la fois par des acteurs politiques et des techniciens. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Interview réalisée par Oumar L. Ouédraogo
(oumarpro226@gmail.com)
Lefaso.net

Messages

  • "apporter de la terre à la terre".
    Nous voulons bien vous suivre. Mais à mon humble avis, il est toujours honnête de "Rendre à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu"
    La phrase première est de Me Pacére Titinga François. Et c’est même son zabyuré.
    L’axiome, pour ne pas dire le proverbe, a été modifié et employé sans que son auteur n’en soit cité. Et cela ça s’appelle le "PLAGIA".
    Sans rejeter le contenu de la communication, je voulais seulement dire que plus, on est clair, plus on se fait comprendre.
    Je connais personnellement Me Pacéré, ayant lu tous ces ouvrages jusque-là, et c’est pourquoi je réagis.
    Bonne continuation, on vous suit toujours et souhaitons que votre message soit compris pour le bien du pays des hommes intègres pour lequel je ne reculais jamais.

  • Du courage à vous Mr le président, Que le bon Dieu vous assiste. Vous seriez l un des meilleurs président de la région d.

  • Félicitation Dr. pas de progrès sans efforts conjugués ! Mes encouragements avec tout mon soutien.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.