Fonds monétaire international : Le Directeur général adjoint en visite de travail au Burkina

LEFASO.NET | Moussa DIALLO

Publié le mardi 12 septembre 2017

Fonds monétaire international : Le Directeur général adjoint en visite de travail au Burkina

En visite de travail au Burkina Faso, le Directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI) a été reçu en audience par le chef du gouvernement burkinabè, Paul Kaba Thiéba, le 11 septembre 2017. Pour sa première au Burkina, Mitsuhiro Furusawa était accompagné d’une forte délégation. Un nouveau programme du FMI avec le Burkina est actuellement en discussion et le n°2 de l’institution a assuré que tout sera conclu très bientôt. Il n’a pas manqué non plus de se réjouir des réformes en cours au Burkina pour accélérer le développement.

C’est sous le coup de 10h que le cortège du Directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI), Mitsuhiro Furusawa est entré à la primature. Il était accompagné par la ministre burkinabè de l’économie, des finances et du développement, Rosine Coulibaly/Sori et ses proches collaborateurs. Les échanges avec le Premier ministre Paul Kaba Thiéba ont duré environ une heure. Puis, une photo de famille sur le perron de Koulouba. Avant que l’hôte de marque ne s’adresse aux Hommes de médias sur l’objet de sa visite.

JPEG - 64.2 ko
Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint du FMI

« C’est ma première visite au Burkina Faso. Je suis venu pour célébrer les bonnes relations entre ce pays et le Fonds monétaire international. J’ai eu une très bonne discussion avec le Premier ministre et la ministre de l’économie et des finances. J’ai appris beaucoup de choses et je suis vraiment touché par l’enthousiasme du Premier ministre dans sa volonté d’accélérer le développement à travers des réformes majeures », a-t-il confié.

Ensuite, il a tenu à rassurer que le pays des Hommes intègres peut compter sur l’accompagnement de l’institution internationale. « Croyez-nous, le FMI est disposé à continuer d’appuyer et soutenir les efforts des autorités pour accélérer le développement du Burkina, à accélérer les réformes. Le Burkina est appuyé par le FMI. On a commencé à discuter du nouveau programme et maintenant, je crois que ça va être conclu bientôt », a-t-il précisé.

JPEG - 86 ko
Paul Kaba Thiéba entouré par le DGA du FMI et la ministre de l’économie du Burkina

Mitsuhiro Furusawa a pris ses fonctions de Directeur général adjoint du Fonds monétaire international le 2 mars 2015. Il a rejoint le FMI après une carrière prestigieuse au sein du gouvernement japonais, durant laquelle il a notamment occupé plusieurs postes de haut rang au ministère des finances. Avant son entrée au FMI, il était Conseiller spécial du Premier ministre Shinzo Abe et Conseiller spécial du ministre des finances.

Titulaire d’une licence en droit de l’université de Tokyo obtenue en 1979, M. Furusawa est également diplômé de l’École nationale d’administration (ENA) de Paris (1983).

Moussa Diallo
Lefaso.net

Messages

  • Quelles interminabled reformes ?La seule reforme neccessaire est de nous debarasser avec cette devise sans statut international qu est le franc cfa.

    Tout pays qui se respecte ne va se laisser embourber par cette servitude coloniale envers la France, qui d ailleurs a son nom colle a cette monnaie de duperies ehontees. Avec la benediction de nos nos chefs d etat sous l influence francaise. Apart le President du Chad, le reste sont allignes a la cause pour proteger leur fauteuil par les faiseurs des Presidents africains.

    La BECEAO avec ses cadres en herbes ne font rien pour nous debarraser de servitude monetaire. Du Franc-francais a lEuro nos richesses naturelles pouvaient stabilisees notre propre monnaie. NOus produson du petrole en Afrique, de l Or, de l Uranium. Pourquoi des pays deurope de l Est malgre leur pauvrete vis a.vis de ceux de lOuest ont leur propre monnaie.

    Un pays comme la Pologne est bien lotie aujourdhui que nous africains. Pourquoi ? La Pologne apart son exportation de sa main d oeuvre qualifier au marche commun n a pas de matiere premiere. La devaluation du Ffanc CFA pour les interets economiques de la France. Cet impot de la colonisation qui nous empeche a satisfaire les besoins elementaires, droits humains et des peuples.

  • Bonjour,
    Ces institutions nous perturbent beaucoup. S’il vous plait laissez nos dirigeants penser et exécuter leurs programmes. Depuis des dizaines d’années que vous existez et il y a plus de disparité dans le monde. Le faussé se creuse davantage entre les pauvres et les riches.
    Avant tout excusez-vous auprès des populations africaines du fait que vous avez imposé un faut programme de développement aux africains avec votre Programme d’Ajustement Structurel (PAS) qui a ruiné l’Afrique.

  • Tout s’éclaircit de jour en jour. On finira par tout comprendre.
    L’après GORBA donne le visa au FMI pour encore fouler le sol du Burkina. En était-il l’obstacle ?? On se rappelle que Salif Diallo de son vivant était farouchement opposé à une quelconque collaboration avec ce FMI. Maintenant qu’il est mort. L’a-t-on "fait" pour donner un boulevard au FMI ?? Au vu de ce qui se passe déjà on est enclin à y croire.

    • Hakika la vérité tout comme ngoonga qui est aussi vérité. Le monde est économique maintenant selon eux ; après le FMI c’est Macron ensuite .......et le Burkina dans tout çà ??? L’axe avec l’URSS risque d’être stopper. Gorba est aller vite en voulant s’opposer à leurs intérêts sans se rappeler de Sankara.

    • Gorba est celui qui encourager Blaise à aller vers les institutions de bretonwood après la révolution. Ne modifier pas l’histoire SVP.

    • Qu’est ce que ces institutions (chauves souris vampires) nous ont historiquement apporté ? Rien, si non la pauvreté et l’endettement.
      Ayons de courage de dire non, comme Salif Diallo l’a fait, haut et fort. L’histoire est là , têtue sert a mieux éclairer le présent et le future. Qu’en dis-tu ?

  • Tout à fait plausible. Gorba empêchait certainement tout rapprochement avec le FMI.
    Rock a maintenant les mains libre.

  • Une chose est certaine, les pays qui sont les chouchous du FMI et de la Banque Mondiale ne se développent pas. Quand un banquier est content de vous, c’est qu’il se sucre bien dans votre affaire.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.