La CEDEAO salue les avancées notables dans le processus de mise en œuvre de sa monnaie unique

Communiqué de presse

Publié le mardi 12 septembre 2017

La CEDEAO salue les avancées notables dans le processus de mise en œuvre de sa monnaie unique

Le Commissaire chargé des Politiques macroéconomiques et de la Recherche économique de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), Mamadou Traoré, a loué les avancées significatives enregistrées dans le processus de mise en œuvre de la monnaie unique ouest-africaine.

S’exprimant, le lundi 11 septembre 2017, à Bamako, au Mali, à l’ouverture de la réunion du Comité technique chargé des politiques macroéconomiques de la Cedeao, M. Traoré, a indiqué l’adoption d’une feuille de route, la désignation de chefs d’Etat pour la supervision du processus et la mise en place d’une Task Force pour conseiller ces derniers, la rationalisation des critères de convergence, le fonctionnement des Comités nationaux de coordination, ainsi que la mise en œuvre du mécanisme de la surveillance multilatérale.

Il a invité les participants à faire des propositions devant permettre de renforcer davantage le processus d’intégration, et d’accélérer la réalisation des objectifs du programme de coopération monétaire, notamment la création de la monnaie unique de la Cedeao.

Abondant dans le même sens, le ministre malien de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé, a exhorté les participants à formuler des recommandations concrètes et pertinentes tenant compte des réalités ouest-africaines, et permettant d’engager des actions clés pouvant garantir à l’espace communautaire des progrès économiques solides.

Il a toutefois déploré l’insuffisance du nombre de réunions du Comité technique chargé des politiques macroéconomiques de la Cedeao, et souhaité une révision de leur fréquence.

« Dans le processus de mise en œuvre des activités d’intégration, il ne peut être fait l’économie des rencontres de concertations pour voir le chemin parcouru, et convenir des mesures et dispositions à prendre pour mieux poursuivre le processus d’intégration », a indiqué M. Cissé.

Au cours de cette rencontre, les experts des Etats membres et les représentants des institutions régionales se prononceront sur le rapport de convergence au titre de l’année 2016, l’état de mise en œuvre du programme de coopération monétaire de la Cedeao, et l’état de mise en œuvre des activités de la feuille de route par les différentes institutions.

Ils suivront également un exposé sur les derniers développements du Programme de développement communautaire de la Cedeao (PCD).

Les conclusions et recommandations de leurs travaux seront soumises à la 10ème réunion ordinaire du Conseil de convergence du mécanisme de la surveillance multilatérale de la Cedeao, prévue le 14 septembre 2017, toujours dans la capitale malienne.

.

Messages

  • Certains chefs d’état des pays francophones, bons serviteurs de leur maître créeront certainement tous les blocages possibles dans le processus de création de cette monnaie. Vivement que nos frères anglophones viennent nous sauver.

    • Warzat il faut appeler un chat un chat . Tant que les farouches serviteurs de la France comme Allassane Ouattara et Macky Sall seront toujours au pouvoir ,cette monnaie de la CEDEAO ne verra jamais le jour.

  • Ne vous excitez pas trop. La seule avancée notable sera de balayer les administrateurs français de vos sièges et services.

  • Bravo à la CEDEAO c’est la voie de notre développement mais soyons attentif car les mauvais types la nous attendent impatiemment .On n’a pas besoins d allez à l école pour savoir que c’est en creant une monaie unique que l Afrique sera indépendant economiquement

  • Il y a contradiction dans ce que les responsables de la CEDEAO disent : J’ai lu dans un journal ces derniers jours où certains responsables disent que la monnaie de la communauté ne verra pas le jour en 2020 car il y a des retards dans la mise en œuvre. Ce matin d’autres responsables de la même institution nous disent qu’ils saluent les avancées notables dans le processus de mise en œuvre de sa monnaie unique.
    S’il vous plait "gros fonctionnaires de la CEDEAO", le peuple vous suit de près.
    Trouvez-nous vite une monnaie au lieu de faire des discours contradictoires.
    Nous sommes très impatients pour sauver notre peuple de la servitude !!!

  • Le franc CFA , Symbole de la servitude volontaire des nègres d’Afrique de l’ouest et du centre doit rapidement disparaître. Si les francophones se mettre à travers cette marche, il conviendrait de les virer tous. Une monnaie unique CEDEAO est ce qui nous faut pour nous affranchir et amorcer notre développement économique.

  • En avant pour une nouvelle momma is autre que le ca qui nous asservit.

  • Il y a contradiction dans ce que les responsables de la CEDEAO disent : J’ai lu dans un journal ces derniers jours où certains responsables disent que la monnaie de la communauté ne verra pas le jour en 2020 car il y a des retards dans la mise en œuvre. Ce matin d’autres responsables de la même institution nous disent qu’ils saluent les avancées notables dans le processus de mise en œuvre de sa monnaie unique.
    S’il vous plait "gros fonctionnaires de la CEDEAO", le peuple vous suit de près.
    Trouvez-nous vite une monnaie au lieu de faire des discours contradictoires.
    Nous sommes très impatients pour sauver notre peuple de la servitude !!!

  • Si nos chefs d’Etats des pays francophones réfléchissaient un tout petit peu. cette même France qui veut nous empêcher a adhéré à une monnaie commune Européenne non. ouvrez les yeux.

  • Là il y’a une confusion totale ! Dans l’article de Fasonet intitulé : Espace UEMOA-CEDEAO : « La monnaie unique ne peut pas naître en 2020 »

    du vendredi 8 septembre 2017, Mr de Souza affirmait qu’il n’était pas possible pour la monnaie unique de naître en 2020.

    Si maintenant ce que vous affirmez aujourd’hui est vrai, cela représente une contradiction. Selon mes analyses la première information provient de l’UEMOA, où sont câlés les sbires et les valets locaux de la France que sont les Alassane Ouatara et tous ces traitres (les chefs d’état sénégalais, ces sous-préfets francais) de la cause des noirs africains basés à Dakar, ce pôle de commandement de l’Afrique Occidentale Francaise (AOF). Les valets locaux, loin de reconnaître les signes du temps, n’ont d’autre chose dans leurs sens que de saper les plans des africains, qui refusent désormais la servitude volontaire, afin de rendre leur dernier service à leur maître la France, quasi en faillite et qui se retrouve en chute libre. Les peuples africains disent maintenant que ca suffit : non, non et non à la servitude volontaire qui n’a que trop duré et non à la monnaie coloniale Franc CFA.
    La deuxième information provient certainement de la CEDEAO qui veut vraiment l’intégration des peuples d’Afrique Occidentale dans une unité régionale indépendante et souveraine. Et si cela arrivait (ce qui va aussi arriver) la France n’aura plus aucune importance sur le plan mondial. Ce qui fait vraiment peur, vue la grande merde qu’elle a sémée partout dans le monde depuis des siècles. La CEDEAO devrait se consacrer à respecter rigoureusement cette étape importante de la création de la monnaie unique. Les peuples d’Afrique Occidentale veulent cette monnaie en 2020. Ceci est plus important que de perdre du temps à négotier avec le Maroc pour son admission au sein de cette communauté économique. Donc je propose de géler toutes les négotiations avec ce pays pour concentrer toute l’énergie à la création de la monnaie unique dans des délais fixés.

  • Y-en-a marre de ces commissions et autorités politiques africaines qui confisquent le sort de leurs populations et qui se disent, à tous les coups, satisfaites de la situation et de leurs travaux, alors que sans cesse, leurs populations sont tondues comme des moutons dociles par des puissances étrangères. Voilà cette commission de la CEDEAO qui salue les prétendues avancées du processus, mais qui en est seulement à solliciter de propositions et recommandations ! Drôles d’avancées pour un processus aussi ancien que ce projet de monnaie commune. Pour ce que je sais, cette monnaie commune devait commencer à circuler en 2005, mais on a préféré reporter en 2010 puis en 2015 puis en 2020 et maintenant en 20... Si ce n’est pas de la démission et de l’irresponsabilité ça !!!

    Puisque ceux qui nous gouvernent ne sont pas assez courageux pour décider et qu’ils demandent des prépositions, moi je propose que dans chaque état, un referendum soit organisé pour demander le passage à une monnaie unique dans le délai limité et obligatoire de 3 ou 5 ans, quelque soit le niveau de préparation des états concernés. Les pays qui ne veulent pas ou qui ne sont pas à jour ne feront pas partie de cette nouvelle zone monétaire. C’est anormal de plomber la politique financière de tous ces états sous prétexte que certains ne sont pas encore prêt. Fixons le cap et partons, aux retardataires de prendre le train en marche, quand ils seront prêt à monter à bord !

    D’ailleurs, ils est évident que certains pays ou ne règnent que les dictateurs amis de la mauvaises gouvernance ne seront jamais prêt. Ils faut permettre au peuples de se prononcer sur la nécessité et le délai de mise en circulation de la monnaie commune et obliger ainsi ceux qui gouvernent à se mettre au sérieux pour travailler au développement ou alors à étaler leur incompétence au vu et au su de tout le monde. Halte à la prise d’otage politique et à la confiscation du sort des populations ouest-africaines qui sont très en avance sur l’intégration sous-régionale par rapport à l’intégration politique financière et administrative qui trainent par la faute de hommes politiques et leurs prétentions égocentriques.

    Il est nécessaire de trouver la méthode contraignante de passer à la monnaie commune sans plus trop attendre et résoudre les problèmes qui en surgiront au lieu de rester dans cette idée qui semble venir d’une peur paralysante qui pousse à vouloir sans fin se préparer. On ne sera jamais assez préparé pour avoir une monnaie sans difficultés. Toutes les monnaies, y compris l’actuel cfa, ont leurs difficultés gérées de manière souveraine par leur propriétaires. Nous n’aurons jamais une monnaie sans difficultés. Le CFA appartient à la France et dépe’d de la politique financière de celle-ci et c’est normal ainsi. C’est donc la monnaie de l’irresponsabilité encouragée des utilisateurs de cette monnaie.
    Si elle était si vertueuse pour l’économie, pourquoi donc le France qui en est le propriétaire lui préfère l’Euro ? Et pourquoi le peuple français a eu droit à u’ référendum pour adopter l’Euro et que nous n’avons même pas eu droit à des consultations parlementaires pour décider de l’arrimage du CFA à l’Euro ? Et avec tout es ces incohérences, on trouvera toujours des experts-charlatans de la finance pour nous étaller leurs poissons mortifères en tentant veinement de nous démontrer que le CFA est à notre avantage. Oui on se rappelra aussi qu’en France même, un certain Sarkozy avait voulu, dans la même idéologie de domination, imposer par la loi que soit enseigné dans les classes d’écoles les aspects positifs de la colonisation française en Afrique. C’est tout simplement révoltant de voir que des institutions chargées de l’intégration d’une Afrique qui a été divisée au fin d’une entreprise coloniale qui perdure sous des formes déguisées d’aides aliénantes, soient encore là à discuter à l’infini sur les conditions de démonnétisation de l’ancien franc des Colonies Françaises d’Afrique (CFA). C’est proprement honteux, ridicule et humiliant pour l’esprit africain !

  • Y-en-a marre de ces commissions et autorités politiques africaines qui confisquent le sort de leurs populations et qui se disent, à tous les coups, satisfaites de la situation et de leurs travaux, alors que sans cesse, leurs populations sont tondues comme des moutons dociles par des puissances étrangères. Voilà cette commission de la CEDEAO qui salue les prétendues avancées du processus, mais qui en est seulement à solliciter de propositions et recommandations ! Drôles d’avancées pour un processus aussi ancien que ce projet de monnaie commune. Pour ce que je sais, cette monnaie commune devait commencer à circuler en 2005, mais on a préféré reporter en 2010 puis en 2015 puis en 2020 et maintenant en 20... Si ce n’est pas de la démission et de l’irresponsabilité ça !!!

    Puisque ceux qui nous gouvernent ne sont pas assez courageux pour décider et qu’ils demandent des prépositions, moi je propose que dans chaque état, un referendum soit organisé pour demander le passage à une monnaie unique dans le délai limité et obligatoire de 3 ou 5 ans, quelque soit le niveau de préparation des états concernés. Les pays qui ne veulent pas ou qui ne sont pas à jour ne feront pas partie de cette nouvelle zone monétaire. C’est anormal de plomber la politique financière de tous ces états sous prétexte que certains ne sont pas encore prêt. Fixons le cap et partons, aux retardataires de prendre le train en marche, quand ils seront prêt à monter à bord !

    D’ailleurs, ils est évident que certains pays ou ne règnent que les dictateurs amis de la mauvaises gouvernance ne seront jamais prêt. Ils faut permettre au peuples de se prononcer sur la nécessité et le délai de mise en circulation de la monnaie commune et obliger ainsi ceux qui gouvernent à se mettre au sérieux pour travailler au développement ou alors à étaler leur incompétence au vu et au su de tout le monde. Halte à la prise d’otage politique et à la confiscation du sort des populations ouest-africaines qui sont très en avance sur l’intégration sous-régionale par rapport à l’intégration politique financière et administrative qui trainent par la faute de hommes politiques et leurs prétentions égocentriques.

    Il est nécessaire de trouver la méthode contraignante de passer à la monnaie commune sans plus trop attendre et résoudre les problèmes qui en surgiront au lieu de rester dans cette idée qui semble venir d’une peur paralysante qui pousse à vouloir sans fin se préparer. On ne sera jamais assez préparé pour avoir une monnaie sans difficultés. Toutes les monnaies, y compris l’actuel cfa, ont leurs difficultés gérées de manière souveraine par leur propriétaires. Nous n’aurons jamais une monnaie sans difficultés. Le CFA appartient à la France et dépe’d de la politique financière de celle-ci et c’est normal ainsi. C’est donc la monnaie de l’irresponsabilité encouragée des utilisateurs de cette monnaie.
    Si elle était si vertueuse pour l’économie, pourquoi donc le France qui en est le propriétaire lui préfère l’Euro ? Et pourquoi le peuple français a eu droit à u’ référendum pour adopter l’Euro et que nous n’avons même pas eu droit à des consultations parlementaires pour décider de l’arrimage du CFA à l’Euro ? Et avec tout es ces incohérences, on trouvera toujours des experts-charlatans de la finance pour nous étaller leurs poissons mortifères en tentant veinement de nous démontrer que le CFA est à notre avantage. Oui on se rappelra aussi qu’en France même, un certain Sarkozy avait voulu, dans la même idéologie de domination, imposer par la loi que soit enseigné dans les classes d’écoles les aspects positifs de la colonisation française en Afrique. C’est tout simplement révoltant de voir que des institutions chargées de l’intégration d’une Afrique qui a été divisée au fin d’une entreprise coloniale qui perdure sous des formes déguisées d’aides aliénantes, soient encore là à discuter à l’infini sur les conditions de démonnétisation de l’ancien franc des Colonies Françaises d’Afrique (CFA). C’est proprement honteux, ridicule et humiliant pour l’esprit africain !

  • Il est temps de créer une monnaie unique pour toute la CEDEAO, il faut la créer sans demander l’avis des présidents comme Macky Sall et Alassan outtara parce que c’est des tirailleurs français. Basta CFA, cette monnaie de servitude !!!
    Nous voulons notre propre monnaie.

  • Pure diversion : animée par la partie française de la CEDEAO pour calmer le mécontentement des anti-CFA. Mais vos esprits sont bien petits. On vous voit venir depuis. Le CFA est rejeté sans ambiguïté, et c’est sans appel. La date précise du démantèlement effectif du CFA est donc simplement une question de temps, le principe est acté par les peuples concernés.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.