Œuvres pontificales missionnaires : Pour une animation efficace des communautés chrétiennes du Burkina et du Niger

Publié le mardi 14 novembre 2017

Œuvres pontificales missionnaires : Pour une animation efficace des communautés chrétiennes du Burkina et du Niger

Les travaux du conseil national des Œuvres pontificales missionnaires (OPM) ont débuté ce mardi 14 novembre 2017, à Ouagadougou. Il s’agira, au cours de cette traditionnelle rencontre du mois de novembre, d’évaluer l’animation missionnaire du mois d’octobre 2017, de préparer les différents rapports d’activités, de déterminer un nouveau thème et les multiples aspects du dossier de l’animation missionnaire du mois d’octobre 2018. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le cardinal Philippe Ouédraogo.

« Il est connu que même si s’asseoir sous l’arbre à palabre ne cultive pas le champ, il permet de trouver des solutions à certaines situations soit urgentes soit d’une certaine importance » a noté Mgr Gabriel Sayaogo, évêque accompagnateur des OPM, par ailleurs évêque de Manga. En effet, la présente rencontre qui se déroule au Centre spirituel Saint Jean Paul II de Ouagadougou servira de cadre de concertation entre les membres de l’Eglise famille du Burkina et du Niger. « La rencontre permettra d’évaluer les activités de l’année pastorale qui se dresse et de trouver son point culminant au mois d’octobre 2018 » a indiqué Mgr Sayaogo.

A travers ses quatre œuvres que sont : la propagation de la foi, l’enfance missionnaire, Saint Pierre Apôtre et l’union pontificale missionnaire, les OPM, selon l’Abbé Oscar Zoungrana, directeur national des OPM Burkina –Niger, sont « un service, une institution de l’Eglise, qui se donne pour objectif commun d’ éduquer, de former le peuple de Dieu à l’Esprit missionnaire, afin que chacun de ses membres puissent s’acquitter de son devoir d’annoncer l’évangile ».

Relevant l’importance de cette institution, le cardinal Philipe Ouédraogo, a signifié que l’élaboration de projets entrant dans le cadre des OPM a eu un impact certain sur la conscientisation missionnaire et sur la généreuse progression des contributions financières au sein du peuple de Dieu, à travers les diocèses du Burkina et du Niger. Pour lui, si les « Ouvres pontificales missionnaires n’existaient pas, il faudrait les inventer ».

Pas de comparaison …

Si au-delà de l’esprit missionnaire, « les OPM se donnent le devoir de susciter la générosité des fidèles pour provoquer une collecte de subsides au profit de toutes les missions », l’abbé Oscar Zoungrana soutient : « Les fondateurs de OPM ne font pas partie de ceux qui disent que l’argent n’est pas important ou vient en deuxième lieu ». A ce propos, il confie que l’Eglise famille du Burkina et du Niger a pu rassembler en 2016 la somme de 306 391 756 francs CFA. « C’est beaucoup, dira-t-on. Nous en sommes fiers, vu la situation de pauvreté de nos populations, mais savez-vous combien nos diocèses et nos populations ont bénéficié du fond universel pour les projets » a-t-il lancé.

Selon le directeur national des OPM Burkina-Niger, des efforts doivent être fournis car plus de 60% du fonds universel de solidarité sont toujours offerts. A cet effet, l’Abbé Zoungrana soutient que l’Eglise du Burkina et du Niger a bénéficié d’un soutien d’environ 1 milliard 12 millions de francs CFA pour les activités entrant uniquement dans le cadre de la propagation de la foi. « Il n’y a pas de comparaison entre ce que nous donnons et ce que nous recevons. Merci à tous pour les efforts fournis, mais redoublons d’efforts » a-t-il interpellé.

Tout en souhaitant que le présent conseil soit fructueux, l’Abbé Oscar Zoungrana a convié l’ensemble des participants à s’engager individuellement et collectivement à l’élaboration d’un travail de qualité en vue d’une meilleure animation des communautés chrétiennes.

En rappel, les œuvres pontificales missionnaires ont leur siège international à Rome et sont présentes dans 140 pays. Depuis leur fondation, les OPM ont comme objectif principal le soutien de l’évangélisation proprement dite sans exclure cependant l’aide dans le domaine caritatif, social, médical, etc. Elles soutiennent les communautés catholiques (diocèses, paroisses, institutions et associations ecclésiales) dans les pays dits du Sud afin de les aider en priorité à faire face à leurs engagements pastoraux.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.