Coopération Burkina Faso - Wallonie-Bruxelles : La 7e session mixte permanente s’est soldée par l’adoption du programme de travail 2018-2022

LEFASO.NET | Aïssata Laure G. SIDIBE

Publié le mercredi 15 novembre 2017

Coopération Burkina Faso - Wallonie-Bruxelles : La 7e session mixte permanente s’est soldée par l’adoption du programme de travail 2018-2022

Les rideaux de la 7e session mixte permanente de coopération entre le Burkina Faso et la Fédération de Wallonie-Bruxelles sont tombés dans l’après-midi du mardi 14 novembre 2017 à Ouagadougou. Les travaux des experts des deux parties ont permis d’enregistrer « une réelle satisfaction » relative à l’évolution de la mise en œuvre de projets de développement et aux nouvelles perspectives qui se présentent.

« L’adoption du programme de travail 2018-2022 qui couvre les secteurs porteurs tels que déclinés dans le procès-verbal qui vient d’être signé nous permettra de coopérer dans le sens des aspirations de nos populations respectives », a déclaré le secrétaire général du ministère en charge des Affaires étrangères, Dieudonné Sougouri, lors de la cérémonie de clôture des travaux organisée le mardi 14 novembre 2017 à Ouagadougou.

Ce programme porte au total sur 10 projets pour lesquels la Fédération Wallonie-Bruxelles a octroyé une enveloppe financière de 1 million d’euro par an, soit 5 millions d’euros pour les cinq prochaines années repartis sur les axes d’intervention que sont : l’eau, l’environnement, la santé, la coopération culturelle et la protection des droits humains. En plus, dans le cadre des programmes de cofinancement spécifiques, M. Sougouri a mentionné la coopération indirecte et celle décentralisée.

Visiblement satisfait des conclusions, le secrétaire général de la diplomatie burkinabè a donc félicité les experts des deux parties pour l’esprit de franche collaboration qui a prévalu tout au long des travaux. Ce qui est, selon lui, le reflet de l’excellence des relations qui unissent la Fédération de Wallonie-Bruxelles et le Burkina Faso. Par ailleurs, le SG du MAECBE a laissé entendre qu’en acceptant de prendre en compte les préoccupations du Burkina Faso dans le choix des projets prioritaires en conformité avec le PNDES, Wallonie-Bruxelles témoigne sa volonté à accompagner le pays sur les chantiers du développement. S’inscrivant dans cette dynamique, il a assuré la disponibilité des partenaires burkinabè à s’engager davantage à la bonne exécution des projets. Aussi, a-t-il réitéré, la gratitude des autorités burkinabè aux gouvernements de Wallonie-Bruxelles « pour leur contribution au développement socio-politique, économique et culturel du Burkina Faso ».

Malgré une santé fragile, l’administratrice générale de Wallonie-Bruxelles international, Pascale Delcomminette, a tenu à être présente à la clôture des travaux. « C’est un plaisir réel et une véritable gratitude que je veux manifester à l’égard de tous ceux qui se sont investis dans le bon aboutissement de ces travaux », a-t-elle exprimé. Son vœu est de revenir en 2018 pour participer à une mission économique. En effet, explique-t-elle, « j’étais ce matin à la Maison de l’entreprise du Burkina Faso et je suis ressortie enchantée d’une visite qui démontre tout le dynamisme des entreprises burkinabè et des structures qui l’accompagnent ».

Deux évènements majeurs sont entendus en 2018 et 2019. « Pour 2018, ce sont les 20 ans de notre coopération qu’il conviendra de commémorer. Pour 2019, c’est toujours le FESPACO qui sera mis à l’honneur (…). Nous prenons l’engagement, en fonction des moyens disponibles, de renforcer la présence des écoles de formation et bien sûr des festivals amis du FESPACO comme le FIFF de Namur et le FIFA de Mons pour cet anniversaire », a conclu Mme Delcomminette.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.