Diplomatie : Trois ambassadeurs ont présenté leurs lettres de créance à Roch Kaboré

LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo

Publié le mercredi 6 décembre 2017

Diplomatie : Trois ambassadeurs ont présenté leurs lettres de créance à Roch Kaboré

Le président du Faso, Roch Kaboré, a reçu dans la matinée du mercredi 6 décembre, les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs accrédités au Burkina Faso, avec résidence à Ouagadougou. Il s’agit de leurs excellences Rahmatu Dunama Ahmed du Nigeria, Naa Bolina Saaka du Ghana et Edmond Raphael Dejon Wega du Canada, en qualité d’ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires.

Sous les honneurs militaires, madame Rahmatu Dunama Ahmed de la république du Nigéria, a été la première à fouler le palais présidentiel de Kossyam, au cours d’une cérémonie solennelle de présentation de lettres de créance. Celle qui représente désormais son pays au Burkina Faso, est titulaire d’une maitrise en droit et relations internationales de l’université de Lagos. Née le 13 octobre 1960, madame Ahmed a auparavant servi à l’ambassade de son pays à Tunis et à Moscou, comme chargée de l’administration générale et des finances. Ancienne directrice en charge de l’Union africaine de 2013 à 2014, madame Rahmatu Dunama Ahmed est mariée et mère de trois enfants.

JPEG - 86.3 ko
Ambassadeur du Ghana, Naa Bolina Saaka

A sa suite, l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Ghana, Naa Bolina Saaka. Cet ancien professeur de français, diplômé de l’université de Montpellier (France), ne découvre pas le Burkina Faso pour la première fois. Ancien directeur du lycée de Tamalé, il a travaillé comme coordonnateur de programmes d’échanges entre ce lycée et le prytanée militaire du Kadiogo. Né le 27 novembre 1947, monsieur Saaka est marié et père de sept enfants.

JPEG - 82.4 ko
Ambassadeur du Canada, Edmond Raphael Dejon Wega

Dernier à remettre ses lettres de créances, Edmond Raphael Dejon Wega du Canada. Né le 4 août 1972 à Ebolowa (Cameroun), monsieur Wega a suivi une formation en administration des affaires, option (finances), à l’université de Québec (Montréal). Ouagadougou constitue pour lui son premier poste d’ambassadeur, mais pas sa première expérience en Afrique, ni en diplomatie. En effet, au sein de l’administration centrale canadienne, il a été au service de l’Afrique subsaharienne en qualité de Directeur général de l’Afrique australe et de l’Est et directeur du fonds canadien pour l’Afrique. Entre 2008 et 2015, monsieur Wega a occupé les fonctions de ministre conseiller, chef de la coopération pour le développement à l’ambassade du Canada en Ethiopie et à Maputo.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Messages

  • Nos potentats de dirigeants africains ne veulent pas de leurs fils alors ils s’exportent brillamment.Et comme un pied de nez,certains reviennent sur leur terre et le tapis rouge leur est déroulé.En tout cas bon vent à son Excellence Edmond Raphael Dejon Wega et soit à la hauteur d’un certain Tulinabo Mushingi,ancien ambassadeur des USA au Faso qui a fait du good job lors de son passage au Faso

  • Toujours marrant de les voir jouer aux blancs... knfdgfdghdf fdgdfg dfg dfg dfg df g

    • Pol75 , toi tu es un frustré.
      Saches que c’est tout un combat de parvenir à se hisser à des responsabilités dans les pays occidentaux quand tu es noir. Donc devenir ambassadeur, je dis respect.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.