Éducation nationale : Les élèves de Bobo-Dioulasso manifestent pour soutenir leurs enseignants

LEFASO.NET | Par Romuald Dofini

Publié le vendredi 8 décembre 2017

Éducation nationale : Les élèves de Bobo-Dioulasso manifestent pour soutenir leurs enseignants

A l’instar d’autres localités du Burkina Faso, ce jeudi 07 décembre 2017 à Bobo-Dioulasso, les élèves des lycées et collèges ont observé un mouvement d’humeur pour soutenir leurs professeurs qui revendiquent de meilleures conditions de vie et de travail. En plus des préoccupations de leurs enseignants, ces élèves exigent des autorités burkinabè, la reprise des cours et surtout des évaluations dans les salles de classe.

Réunis devant le Lycée Ouézzin Coulibaly de Bobo-Dioulasso (LOC), très tôt dans la matinée du jeudi 7 décembre 2017, les élèves des établissements publics surtout ont tenu à manifester pour apporter leur soutien aux enseignants dans leur lutte. « Un bras de fer » qui oppose l’État burkinabè à travers son ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation et ces enseignants.

JPEG - 53.7 ko
Porte-parole des manifestants, Kaboré Cheick Amed Tidiane

En effet, selon le porte-parole des manifestants, Kaboré Cheick Amed Tidiane, cela fait déjà plus de trois semaines que les cours ne sont pas faits normalement. « Et pour cause nous avons appris de nos professeurs qu’ils ont déposé des revendications au niveau de l’État et ils n’ont pas eu gain de cause. Et les professeurs disent qu’ils ne vont plus revenir en classe et qu’il n’y aura plus d’évaluation », s’est inquiété ce dernier.

Ainsi, soucieux du déroulement de cette année scolaire car certains n’ont pas été évalués jusqu’à aujourd’hui, ces élèves ont battu le pavé ce matin. Fredonnant l’hymne national et des slogans comme « Soutien à nos professeurs » ou encore « On veut nos copies !!! », ils ont convergé vers le gouvernorat de la région des Hauts-Bassins pour disent-ils, livrer un message au gouverneur qui selon eux représente le gouvernement burkinabè dans la région. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Messages

  • Bonne démarche, vivement qu’une solution soit trouvée pour le bonheur de ces enfants.

  • Je félicite vraiment ces élèves pour leur démarche. Elle traduit leur hauteur d’esprit et leur sens de responsabilités. Pour une jeunesse appelée à être aux commandes demain, une telle attitude ne peut que réconforter ; car il est grand temps que nos élèves et étudiants montrent que la nation peut compter sur eux pour assurer son développement. Encore bravo et que cela serve d’exemple pour les élèves des autres localités. Comme quoi on peut se faire entendre sans faire de la violence l’arme de prédilection. Bon courage à eux. Mais, attention ! Je profite interpeller nos autorités à écouter leur voix pour éviter qu’ils se sentent obligés d’utiliser à un moment donné la violence pour se faire entendre. Encouragez-les chères autorités en trouvant un terrain d’entente avec les syndicats des enseignants. Que Dieu bénisse le Burkina Faso

  • C’est bien les enfants de vous faire entendre dans la paix. La grandeur d’un homme se passe dans la tête et non dans la violence. Certaines "rebellions" que dise-je certaines associations ne sont pas dignes de représenter les étudiants car pour elles, tout doit se régler par la violence. Vous, vous êtes petits mais grands d’esprit et je vous tire mon chapeau. L’université est un endroit où l’Homme acquiert l’intelligence et les bonnes manières de vivre. Mais certains étudiants aigris sont là-bas pour être des hors-la- loi. Vivement que l’État prenne ses responsabilités face à ces individus qui ne font pas honneur à la nation. Il doit impérativement mettre de l’ordre dans tout ça. Aussi le gouvernement doit tout mettre en œuvre pour satisfaire les enseignants enfin d’éviter ces dérives scolaires dans le pays.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.