Migrations : « Je conseille à mes frères et sœurs qui projetaient d’aller en Libye d’y renoncer » (un rapatrié)

LEFASO.NET | Par Soumana A. Loura (Stagiaire)

Publié le samedi 13 janvier 2018

Migrations : « Je conseille à mes frères et sœurs qui projetaient d’aller en Libye d’y renoncer » (un rapatrié)

En partenariat avec l’Organisation Internationale des Migrations(OIM) et l’Union Européenne, le Burkina Faso rapatrie ses ressortissants victimes d’exactions en Libye. Une vingtaine d’entre eux, ont de ce fait regagné la mère patrie dans la nuit du 11 janvier 2018.

C’est aux environs de 20 heures que les vrombissements de l’Airbus de la compagnie Tunisair ont brisé le silence précaire qui régnait sur l’aéroport de Ouagadougou en cette nuit du 11 janvier. Au nombre des voyageurs de ce vol commercial, dix-neuf (19) Burkinabè qui à la poursuite du bonheur ont plutôt vécu l’horreur de la négrophobie ambiante qui prévaut en Libye. « Même les animaux sont mieux considérés que nous. Lorsqu’on voit un Noir dans la rue, on le met en prison. Après quoi, on somme ses parents d’envoyer de l’argent pour sa libération au risque de le voir mourir. Plus chanceux, certains sont rackettés où se voient refuser d’être rétribués pour les services qu’ils ont rendus », relate Mohamed Compaoré, 23 ans, originaire de Boulgou qui dit être parti en Libye, il y a environ quinze(15) mois.

Tout en remerciant le gouvernement pour les avoir sauvés, ce jeune l’exhorte à tout faire pour rapatrier les autres Burkinabè qui y sont toujours. A ceux qui seraient tentés par l’aventure, il conseille d’y renoncer au plus vite : « Il arrive qu’on tue des gens parce que leurs parents n’ont pas payé la rançon. Je regrette amèrement d’être parti en Libye. » « Moi, j’avais fait quelques économies, mais des policiers ont tout retiré y compris mon téléphone portable. Nous n’avons plus rien » confie un autre migrant.

JPEG - 61.3 ko
L’arrivée des migrants porte le nombre des rapatriés de Libye au nombre de 1405 selon la ministre déléguée chargée de la Coopération régionale

Pour la ministre déléguée chargée de la Coopération régionale Rita Solange Agneketoum qui les a accueillis, il s’agit d’un retour volontaire organisé par l’ambassade du Burkina en Libye appuyée par l’OIM. L’option d’un vol commercial s’explique par le fait du faible effectif des migrants, ce qui ne permettait pas un vol spécial. Depuis 2011, le Burkina a rapatrié 2958 de ses ressortissants de Libye et ce retour porte à 1405 le nombre de rapatriés pour la seule année 2017. Les Burkinabè dans ce pays sont estimés à environ 4000, même si « leur grande mobilité fait qu’on ne peut pas avoir des chiffres précis » a-t-elle indiqué.

Ils seront hébergés au centre de transit sis à Somgandé où ils se verront procurer des soins médicaux et psychosociaux nécessaires administrés par une équipe composée des volontaires de la Croix-Rouge, de l’OIM et du Conseil National pour le Secours d’Urgence et de Réhabilitation(CONASUR). Le lendemain, des kits contenant des articles de toilettes et une somme symbolique de 30 000F leur seront octroyés pour leur permettre de rentrer dans leurs localités respectives.

En plus de ces dons et grâce au partenariat entre différents organismes, ils vont bénéficier d’une assistance technique qui leur permettra de s’auto-prendre en charge à travers des activités génératrices de revenus, et ce, en fonction des besoins que chacun aura exprimés.

Soumana Loura
Lefaso.net

Messages

  • Mohamed Compaoré, 23 ans, originaire de Boulgou qui dit être parti en Libye, il y a environ quinze(15) mois. Toi Mohamed tu peut dire qu’avant ces 15 mois tu n’as entendu parler de ce pays. Les tous premiers rapatriement de nos compatriotes date au-delà de 15 mois. Vous voyez, vous entendez et vous y allez quand même. L’état n’a qu’à user de son temps à aider ceux qui sont làbà il y a longtemps avant que cette bavure n’arrive, et quand aux nouveaux têtus, ils n’ont qu’à se débrouiller. C’est exagéré.

  • Moi, personnellement même si c’est Rock même qui va en mission en Lybie et on me dit de venir voyager avec l’avion présidentiel pour y séjourner dans ce pays, je n’en veux pas. Je ne rêve même pas. Même si je vais ramasser les ordures des gens au 10 yaar ils vont me payer un peu un peu, je suis d’accord. S’il vous plait, chers jeunes, oubliez ce pays et le kowète aussi. Même si c’est dans 1000 ans que ce pays sera stable, n’oubliez pas que leur ethnie reste la même.

  • Mon Frère. Saches que ceux ont ce projet en tête ne t’entendent même pas. Ils sont convaincus dans leur fort intérieur qu’ils iront solidairement à l’aventure et qu’ils reviendront un jour avec une immense fortune pour se venger de la vie. Est ce que toi même tu pourras me lire encore ?

  • Vous, les jeunes du Burkina, ne tentez jamais de venir en Europe ou en Lybie sans papiers, vous y serez traités plus mal que des animaux et ne trouverez jamais de travail. Vous n’obtiendrez pas le droit d’asile et serez renvoyés en vol spécial après avoir été peut-être emprisonnés. C’est comme ça qu’on traite les migrants en Europe ou ailleurs.

  • - Mon frère, tu as raison de conseiller aux jeunes de renoncer d’aller en Lybie, mais alors propose-les quelque chose pour qu’ils restent au pays. Demande au Gouvernement de leur faire des propositions concrètes de boulot ici et non pas les travaux HIMO. Merci.

    Par Kôrô Yamyélé

  • Moi je pense que ces rapatriements organisés par l’état profitent à des individus qui avaient juste besoin de revenir cadeau voir leurs parents et repartir dès que possible en Lybie. Depuis des années c’est le même scénario. On les rapatrie et ils repartent le plus vite possible. Est ce que ça va continuer comme ça indéfiniment ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.