Ministère de l’Agriculture : Le 2e conseil d’administration examine et valide le programme d’activités de l’année 2018

LEFASO.NET | Yvette Zongo

Publié le vendredi 12 janvier 2018

Ministère de l’Agriculture : Le 2e conseil d’administration examine et valide le  programme d’activités de l’année 2018

Le deuxième Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de l’année 2017 du ministère de l’agriculture et des aménagements hydrauliques s’est tenu le vendredi 12 janvier 2018 dans la salle de conférence de la Direction générale des douanes de Ouagadougou. A l’ouverture de ce CASEM, le ministre de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques, M. Jacob Ouédraogo, parrain de ladite cérémonie, a signifié qu’il s’agissait de faire le point des activités menées en 2017 et promouvoir celles de 2018.

« Quels modes de consommation et de production pour une transformation structurelle de l’agriculture burkinabè », c’est le thème retenu pour le deuxième et dernier CASEM de l’année 2017. Un CASEM qui a pour objectif global d’examiner et de valider la programmation des activités 2018. Et de façon spécifique, il s’agit de communiquer sur des actions innovantes des structures orientées vers la transformation du système de consommation et de formuler des recommandations pour des interventions efficaces.

Pour cela, le ministre en charge de l’agriculture, M. Jacob Ouédraogo, a indiqué que ce CASEM permettra de faire la promotion des activités concourant à l’accroissement de la productivité et de la production agricole du Burkina Faso. Une croissance qui selon lui, permettra aussi de voir dans quelle mesure, les produits burkinabè peuvent être diversifiés, transformés et mis à la consommation des populations. Dans cette vision, la mission dudit ministère « sera de booster la production agricole au cours de l’année 2018 puisse que la saison 2016-2017 n’a pas été à la hauteur des attentes ; au lieu de 5 800 000 tonnes attendues, c’est finalement 4 550 000 tonnes qui sont enregistrées comme résultat prévisionnel » a-t-il souligné.

JPEG - 69.2 ko
Le ministre de l’agriculture et des aménagements hydrauliques, M. Jacob Ouédraogo explique les grandes lignes du dernier CASEM 2017

Face ce déficit, le gouvernement a pris plusieurs mesures pour résoudre un tant soit peu la crise alimentaire et nutritionnelle pour 2018, selon les explications du parrain. Ces mesures sont entre autres, l’engagement d’accompagner la production de saison sèche, la mise en disposition des intrants nécessaires à l’accroissement de la productivité, des semences améliorées, des engrais minéraux et organiques et ainsi que l’accompagnement en matière de conseil sur l’agriculture, a laissé entendre le ministre en charge de l’agriculture. Et pour terminer l’énumération de ces mesures prises, il a montré qu’il sera également question de la mise en disposition des matériels agricoles nécessaires avec le concours des partenaires techniques et financiers afin d’atteindre les objectifs fixés.

Yvette Zongo, Lefaso.net

Messages

  • C’est bien mais il faut que le ministère travaille à ce que les intrants offerts aux paysans n’arrivent plus avec un retard.

    • M. Ramdé, c’est un sujet que j’évoque à chaque-fois qu’on parle d’agriculture dans le faso.net. J’ai des amis du monde rural dans pratiquement toutes les contrées du pays, la plupart sont instruits et suivent les techniques agricoles. Au téléphone ce sujet revient chaque-fois : le retard de la semence améliorée, des engrais recommandés qu’on ne trouve pas. Ceux qui sont chez les commerçants sont d’origine et de qualité douteuses. Malgré nos écrits et au regard de ce qui se passe dans notre administration publique, certainement nous en reparlerons en début de campagne agricole. Que Dieu sauve le Burkina.

  • Soyons sérieux ! s’il y a un ministère qui pose question, c’est bien celui-ci car incapable de faire face aux défis du temps. Sans jeux de mots, il s’agit de s’adapter et être résilient face aux changements climatiques. Et, les quelques points évoqués par le ministre ne sont pas du tout à la hauteur ! S’il ne pleut pas, votre matériel agricole et vos intrants ne sont pas une réponse idoine au problème soulevé. La preuve c’est faite par l’absurde avec cette mauvaise campagne agricole 2017. A quand un ministère de la transition agroécologique pour booster l’agriculture familiale et relever ces défis ? Que dire enfin de la transformation en panne avec le superbe éléphant blanc (ou rouge car destiné à la tomate) de Loumbila qui a englouti des milliards à cause de la gloutonnerie de son ancienne directrice et ses valets complices ! Qu’attendez vous bordel de merde pour saisir les biens de tous ces voleurs aux cols blancs avérés ? Ce n’est plus admissible de continuer ainsi alors que d’autres n’ont même pas 300 F CFA par jour pour survivre ! Battez vous enfin pour interdire les pagnes importés à coût de milliard et produits en Chine alors que nous ne transformons même pas 1% de notre soitdisant or blanc qui enrichit les autres et appauvrit les producteurs tout en dégradant son environnement ! Attention, une insurrection populaire a eu lieu en 2014 et la prochaine pourrait se tenir d’ici la fin du mandat en cours de Rock avec des sinistroses tel que Jacob ou Simon ! A bon entendeur, salut !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.