Lutte contre la désertification : Les unités de production de foyers améliorés bientôt fonctionnelles

Publié le dimanche 25 février 2018

Lutte contre la désertification : Les unités de production de foyers améliorés bientôt fonctionnelles

Dans le cadre de la lutte contre la désertification, le ministre de l’environnement a effectué des visites sur les sites de réalisation des unités de production de foyers améliorés de Fafaso le jeudi 22 Février 2018 à Bobo-Dioulasso. Cette visite est une initiative de la GIZ en collaboration avec le Ministère de l’Environnement de l’Economie Verte et du Changement Climatique.

Au Burkina Faso, dans certains ménages et dans les cabarets, le bois est prisé pour les préparations de repas, dolo… Cette consommation du bois expose la nature à la désertification. Pour contrer cette menace, des initiatives ont été développées ça et là. C’est ainsi que la Deutsche Gesellschftfür Internationale Zusammenarbeit GIZ intervient au Burkina depuis 1973 à travers la mise en œuvre des programmes et projets dans plusieurs domaines dont l’environnement, suite à la signature d’un accord de coopération économique et technique signé entre les gouvernements burkinabè et allemand.

En ce qui concerne l’environnement, le projet Foyers améliorés du Faso (Fafaso) fait partie du partenariat de développement énergétique energising développement (Endev) qui est un programme international à l’initiative des gouvernements allemand, néerlandais, norvégien, britannique, suisse et suédois. L’objectif du programme qui intervient dans plusieurs pays est de permettre un accès durable à un service énergétique moderne.

Au Burkina Faso, le Fafaso a pour objectif de créer un marché autonome durable des foyers améliorés pour les ménages, les institutions, les petites et moyennes entreprises pour lutter contre la désertification et réduire la pression sur les ressources naturelles.

Selon Daniel Fuchs responsable du projet Fafaso et porte-parole de la directrice résidente au Burkina Faso Angelika Friedrich, beaucoup de résultats ont été enregistrés depuis 2007. Ainsi, une chaine de production et de commercialisation a été établie, plus de 750 artisans de producteurs actifs au Burkina, des associations de producteurs de foyer Roumdé créées et fonctionnelles, un chiffre de vente d’environ 1000 foyers par an, des créations d’emplois et une amélioration des revenus des producteurs et revendeurs.

C’est dans cette optique que Fafaso s’est engagé avec son partenaire le ministère de l’environnement de l’économie verte et changement climatique pour mettre en place des unités de production de foyers améliorés. Ces unités de production permettront d’accroitre la capacité de production tout en mettant l’accent sur la qualité de ces foyers améliorés. Le Fafaso qui interviendra dans toutes les régions du Burkina a débuté les travaux dans 4 villes : Fada, Kaya, Dédougou et Bobo.

Comme le souligne Mme Da/Soura Aoua, ces unités permettront de réduire la consommation en bois de chauffe. Par ailleurs la trentaine d’artisans formés ont déjà la technique de fabrication de ces foyers et une capacité de production de 5 foyers par jour pour satisfaire la demande de plus en plus croissante.

Sur le terrain, le ministre Nestor Batio Bassiere a pu découvrir deux unités de production de foyers améliorés : La première en état de finition située à la direction provinciale de l’environnement et la seconde au secteur 24 toujours en chantier. Selon le ministre, « la question de déforestation est une question préoccupante due aux actes de l’homme et au changement climatique. Même si nous n’avons pas la capacité de lutter contre les changements climatiques qui ne dépendent pas forcement de nous, nous pensons que l’action de l’homme peut être maitrisée.

C’est la raison pour laquelle nous avons redynamisé le projet de foyer amélioré pour réduire la consommation du bois et lutter efficacement contre la désertification. Et nous avons entrepris avec les partenaires financiers la construction du centre pour permettre aux artisans burkinabé de produire des foyers améliorés à la portée de la population, d’avoir des revenus, et permettre aussi au ministère de lutter contre la désertification. Voilà pourquoi nous sommes venus constater l’évolution de la construction et nous reviendrons bientôt avec nos partenaires pour lancer le début de la commercialisation des foyers améliorés ». Lire la suite

Messages

  • Si c’est pour lutter contre la désertification, tout cela ne mène à rien si la coupe de bois organisée par les premiers responsables ne s’arrête pas. Actuellement les camions vont dans la région de Gaoua pour remonter le bois à Ouaga.
    La solution est la suivante : tout commerçant de bois doit disposer d’une plantation qu’il exploite et non aller dans la nature abattre les quelques essences encore disponibles. Sans une telle solution tout le combat mené n’aboutira pas à contrer la désertification.

  • Pourquoi pas introduire la mise en transformation du biogaz par les dechets de nos latrines, et les ordures du quotidien des menages. La technologie existe. Il faudrait une volonte politique pour venir about de cette initiative. Cette tehnique produit de l electricite propre dans beaucoup de villages au Congo, au Cameroun.

    Les ordures sont des ressources dans une economie circulaire de transformation en Europe. Pourquoi pas chez nous ? On dirait que nos dirigeants sont aveugles quand ils voyagent en Europe ? Ou bien cela ne fait pas parti de leurs priorites ?

    On ne peut pas parler de dessertification sans introduire de tehniques de substitutions pour que les menages arretent la consommation du bois qui detruisent nos savanes et contribuent a l avancee du desert.

    Mieux prevenir que de guerrir. C est une question de survie.

  • je suis sidéré que le Burkina est toujours à ce niveau alors que ce travail était déjà fait il y a 3 décennies sous la révolution (foyer amélioré à 3 pierres et de nombreuses animatrices qui tournaient dans les villages). On se demande quelquefois si le Burkina avance, recule ou fait du surplace ! Et, toujours, pour faire ce travail, des financements de nos PTF et, sauf erreur, la GTZ (GIZ aujourd’hui) à l’époque était déjà sur ce créneau ! J’oserais dire que nous nous ridiculisons nous même et, tout autant nos PTF !

  • Bonjour. je suis sidérée que le moyen de lutte contre la désertification à soutenir de nos jours est l’utilisation des foyers améliorés.J’ose affirmer que notre cher pays avance en reculant.Depuis des décennies avant même que je ne sois née c’est toujours les mêmes idées.Partir du foyer traditionnel au foyer amélioré est certes un pas vers l’avant mais ce stade devait être dépassé depuis très longtemps. Il y’a des moyens plus propres à valoriser. Exemple : le biogaz , l’énergie solaire... Dieu a béni le Burkina Faso. Essayons d’avancer.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.