Coopération : L’Union européenne entend soutenir davantage les organisations de la société civile

Publié le jeudi 1er mars 2018

Coopération : L’Union européenne entend soutenir davantage les organisations de la société civile

La délégation de l’Union européenne (UE) de Ouagadougou, a abrité ce mercredi 28 février 2018, une journée de rencontre intitulée ‘’l’Union européenne et la société civile en action !’’ Il était question au cours de cette rencontre de faire non seulement le point de la coopération entre l’Union européenne et le Burkina Faso, mais aussi de consulter les différentes entités (nationales et internationales) de la société civile sur les contenus des appels à propositions programmés pour l’année 2018.

Ce sont en tout 150 participants issus d’associations locales, de faitières de la société civile et d’Organisations non gouvernementales (ONG) internationales, ainsi que des représentants du gouvernement et cadres de délégation qui ont pris part à cette journée de rencontre dont l’un des objectifs est de promouvoir le dialogue régulier et continu avec la société civile burkinabè.

En effet, selon l’ambassadeur et chef de délégation de l’Union européenne auprès du Burkina Faso, Jean Lamy, la coopération de son organisation ne se limite pas aux seules autorités burkinabè, mais inclut également les OSC, qui jouent un rôle clé de complémentarité avec le gouvernement dans la mise en œuvre de l’aide au développement. Ainsi, dit-il, cette rencontre vise plus exactement à améliorer l’implication et la participation de cette société civile dans la mise en œuvre de la coopération de l’Union européenne avec le Burkina Faso, voire le renforcement de la gouvernance participative et inclusive au Burkina Faso.

JPEG - 78.7 ko
Ambassadeur et chef de délégation de l’Union européenne auprès du Burkina Faso, Jean Lamy

De l’avis d’Oussoumana Sawadogo, coordonnateur général de l’association burkinabè d’aide à l’enfance (KEOOGO), il est question au cours de cette rencontre de partenariat entre l’Union européenne et les organisations internationales et nationales du Burkina. Il s’agit plus concrètement, avoue-t-il, de voir dans quelle mesure peut être amélioré ce partenariat. « Cette rencontre a pour sens de donner beaucoup plus de facilité d’accès au financement avec une stratégie qui est désormais que les organisations internationales qui interviennent doivent aller en consortium avec des organisations nationales et même communautaires », a-t-il expliqué.

Pour Alimata Sawadogo, représentante pays de l’ONG SOS Faim-Belgique, son organisation a été conviée afin de réfléchir sur les différentes approches de l’Union européenne et dans le but de développer des synergies entre les ONG internationales et locales. Et surtout réfléchir sur le transfert de compétences entre ONG internationales et locales. A l’écouter, cette journée de rencontre va également consister à réfléchir sur les défis et perspectives de l’année 2018. « Aujourd’hui nous sommes ensemble pour réfléchir sur le renforcement des capacités des ONG locales, leur légitimité et représentativité… », note-t-elle au titre des défis.

JPEG - 106.2 ko
Alimata Sawadogo, représentante pays de l’ONG SOS Faim-Belgique

Consciente que le financement est une composante cruciale pour un environnement propice aux OSC, l’UE prévoit soutenir la société civile burkinabè avec un montant estimé à 100 millions d’euros (plus de 65 milliards de F CFA) pour la période 2017-2018, a annoncé l’ambassadeur Jean Lamy au cours de son allocution. Ce soutien financier concernera les secteurs de la gouvernance, des droits humains, de la démographie, de la santé, de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, etc.
Pour rappel, cette rencontre de dialogue se tient après une première rencontre tenue le 10 mai 2017, poursuivie en octobre et décembre 2017.

Tambi Serge Pacôme Zongo
Lefaso.net

Messages

  • (plus de 65 milliards de F CFA) pour la période 2017-2018, a annoncé l’ambassadeur Jean Lamy au cours de son allocution. Soyons sérieux ! combien en réalité en 2017 ? je crois que le GAP n’est pas loin du chiffre annoncé ! Bref, je ne voudrais pas que l’U.E prend les acteurs de la société civile pour des idiots, et, pire, pour de simples garibouts ! Wait and see ! pour savoir si c’est juste un effet d’annonce sans changement !

  • Méfiez-vous de cette approche de la part de l’UE.
    C’est par ces pratiques que les états européens destabilisent ou sèment le désordre dans nos pays. les valets locaux se recrutent à travers ce genre d’approche.

  • Une "Charte de transparence et de non conflits d’intérêts" puis la tenue un forum-action annuel des OSC et des délégations de l’EU , peuvent être des points importants pour apporter pour la cohérence de projets , leurs finalités et leurs pérennités ainsi que leurs financements complété par des processus concrets de suivi de manière concomitant. Ce mouvement de prise en compte de la société civile est un peu nouvelle, mais elle se traduit aussi comme cela en Europe et en France, tandis que dans un second temps leurs financements tendent à diminuer , c’est un paradoxe.

  • L’UE est-elle en train de devenir l’instrument par lequel les ONG du Nord vont pouvoir mieux asseoir leur contrôle sur cette société civile du sud innovante, entreprenante, ? That’s the question ???

  • Attention : Ce financement, s’il est effectif met fin aux OSC africaines puisqu’elle devraient agir conformément aux directives de l’UE. Mes frères africains ouvrez vos yeux, si l’UE devient bailleur de fonds de OSC, j’aurais compris définitivement que l’Afrique est pris en otage sur toute la lignes.
    Qui exploite l’Afrique ? C’est l’impérialisme basé en Europe qui exploite l’Afrique par la prise en otage des dirigeants africains et la main mise sur nos ressources. Et maintenant toute la société civile sera prise en otage... (Recrutement de mercenaires osc pour détruire les osc et exploiter l’Afrique, recrutements d’espions dans le camp des osc pour espionner les osc et l’afrique en vue de nous exploiter...).
    Ne participons pas à nous maintenir en pays de MERDE. Une OSC n’a pas besoin d’argents, elle a besoins de membres convaincus et d’adhésions massives aux appels de défense des libertés et droits des peuples africains, de défense de l’identité et de l’émergence des peuples d’Afrique.
    Abat l’impérialisme,
    Abat le néocolonialisme,
    Vives les peuples d’Afrique,
    Gloire aux OSC affranchies d’affairisme et de corruption !

    Que Dieu protège l’Afrique.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.