Majorité présidentielle : De nouveaux partis en renfort pour la mise en œuvre du programme du président du Faso !

Publié le jeudi 1er mars 2018

Majorité présidentielle :  De nouveaux partis en renfort pour la mise en œuvre du programme du président du Faso !

Désormais, l’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP) est forte de 38 membres, avec l’entrée dans la faîtière de sept nouvelles organisations politiques. Le pacte a été scellé ce jeudi, 1er mars 2018 à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse.

Ces sept arrivants sont l’Alliance pour la Démocratie au Faso (ADEFA), l’Alliance pour la Démocratie et le Développement (ADD, lancée en juillet 2017) par l’ancien directeur général du SIAO, Moussa Traoré ; le Parti pour la Démocratie et la Jeunesse (PDJ) ; le Parti pour la Protection de l’Environnement/Conservation de la Nature (PPE/CN) ; le Parti des Patriotes Progressistes (PPP) ; le Parti du Peuple Républicain (PPR) et la Renaissance Démocratique et Patriotique au Faso (RDPF).

Selon Me Bénéwendé Stanislas Sankara, un des leaders de l’APMP, président de l’UNIR/PS, l’APMP se veut un cadre de regroupement de soutien et de défense du programme du président Roch Kaboré. Pour son coordonnateur, … cette alliance est globalement comptable de toutes les actions au niveau des institutions de l’Etat ; puisque c’est elle qui anime l’essentiel de la vie de ces institutions (gouvernement, Assemblée nationale, les collectivités territoriales, …). « Les présidents de parti, qui constituent la conférence des présidents de l’Alliance, jouent aussi un rôle de veille ; parce qu’ils placent leurs militants à ce niveau, mais veillent aussi à ce que chacun s’acquitte convenablement de sa mission. Cette conférence se réunit régulièrement, à peu près toutes les deux semaines, pour regarder les questions d’intérêt national… », a soutenu le 2ème vice-président du MPP, chargé des relations avec les partis politiques et les alliances au niveau national, Clément Sawadogo, qui donnait ainsi un aperçu du fonctionnement de l’APMP.

Il précise également qu’au-delà de ces actions, l’APMP, à travers chacun de ses membres, travaille à la mobilisation politique et sociale sur le terrain pour soutenir la mise en œuvre du programme du président Roch Kaboré. A en croire Clément Sawadogo, tout se passe normalement et le groupe se réjouit de l’adhésion des sept arrivants. Mieux, d’autres partis frappent encore à la porte et leur dossier sera examiné, confie-t-il.

L’APMP contribue ainsi activement à la mise en œuvre et à la réussite du Plan national du développement économique et social (PNDES). « A ce titre, l’APMP voudrait se féliciter de sa cohésion organisationnelle qui lui a permis non seulement d’entreprendre avec sérénité des activités de renforcement et de mobilisation sociale autour des acquis de notre peuple, mais aussi et surtout d’aller à l’écoute des populations en vue d’apporter des solutions concrètes à leurs préoccupations pressantes. (…). Sans aucun risque de se tromper, l’APMP a la ferme conviction que notre peuple qui s’est insurgé pour le changement a des attentes fortes et souvent pressantes qui interpellent le gouvernement sur les dures réalités sociales et économiques de notre pays et les réponses à y apporter. Ainsi, pour rester en cohérence avec le programme présidentiel qui est de bâtir avec tous les Burkinabè un pays de démocratie, de justice sociale et de paix, le gouvernement s’efforce de répondre aux préoccupations fondamentales de nos populations », a salué Me Sankara.

Forte de son analyse de la situation nationale, et en rapport avec le contexte international, l’APMP salue « la clairvoyance » du président Roch Kaboré qui, de son avis, a su mettre aux devants, les intérêts fondamentaux du peuple, en privilégiant le compromis politique et le dialogue social.

« Aujourd’hui, les résultats sont visibles en termes d’acquis et de réalisations avec la perspective de diminuer de façon significative le taux de pauvreté à l’horizon 2020. En témoignent la relance économique avec une croissance établie à 6,5% en 2017 (contre 4,3% en 2014 ; 3,9% en 2015 et 5, 4% en 2016) et des mesures fortes en matière de santé, d’éducation, d’emploi des jeunes et des femmes, d’accès à l’eau potable, d’infrastructures et d’énergie pour ne citer que ceux-là », a étayé Me Bénéwendé Stanislas Sankara. Il salue dans cette dynamique, le remaniement ministériel intervenu le 31 janvier dernier ainsi que l’opérationnalisation du Haut conseil pour le dialogue social, appelé à réfléchir sur le système de rémunérations de la fonction publique.

Tout en affichant leur satisfaction par rapport à ces nouvelles adhésions, les responsables de l’APMP ont affirmé que c’est aussi l’élection de 2020 qui se prépare.

OL
Lefaso.net

Messages

  • Des petits partis l’ombre d’eux même ou de leur présidents. Chacun peut créer un parti à la Maxime Kaboré ou bien. Peut-être que Maxime Kaboré vaut mieux

    • ha ha haaa... sacré Maxime Kaboré ; celui qui tout eu avec son parti : femme, popularité, argent et adresse. bravo. Bien jouer Maxime !!

  • Et ça fait combien de députés et de conseillers municipaux ?

  • Ha ha ha...suffit-il d’avoir des idées pour être qualifié de parti oubien faut-il le nombre pour l’être.En tout cas bonne chance 2020 c’est dans 2ans.
    Bien à vous parti de 7 copains.

  • Il y aura autant de partis que de citoyens.......
    Raisonnablement, si les gens ne peuvent pas se discipliner dans la création des partis, il faut une loi pour limiter les partis ou préciser la création des partis ; actuellement que de partis ont les mêmes idéaux et sont du même bord !

  • ’’’’A’’’’ l’intervenant Kpiérou :’’’’Si l’Afrique est toujours à la traine c’est sa copier-coller avec les pays occidentaux. Depuis 1995 en France, les personnes morales (entreprises, fondations.) ne peuvent pas financer un parti. A l’exception des partis politiques eux-mêmes, qui peuvent se faire des dons entre eux. Pour contourner les limitations, les politiques ont créé de nombreux « partis satellites ». En France ce système mafiosi a permis aux élections présidentielles a des personnes qui ne devaient pas être président de l’être.

    C’est ce qui se passe actuellement dans notre pays ou le parti au pouvoir aide à créer et financer des partis satellites pour les contrôler après. Pourtant la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques devait sévèrement contrôler ces alliances d’intérêts entre parti au pouvoir et des petits partis qui s’accrochent uniquement dans l’espoir de pouvoir piller les ressources du pays d’une manière encore que ceux qu’on combat. C’est affiliations des partis satellites a un grand parti au pouvoir, est une aubaine, car rien n’empêche ces petits partis de reverser ce qu’ils touchent à un grand parti. Ce n’est pas illégal, on ne peut même pas parler de magouille, car c’est une astuce pour récolter plus de cotisations.

    • Tout à fait d’accord avec vous et c’est cela qu’il faut dénoncer. Il faudrait une loi pour nous préserver de ces associations de partis. N’existe que comme parti, tout parti qui défend des idéaux non encore présentés par un parti déjà créé, par exemple, etc....
      Merci pour cet éclairage.

  • N’importe quoi !!! des opportunistes !!! trop de partis et alliances dans ce pays..on en a plus que des entreprises...

  • Ce ne sont que des poltrons qui sont à la solde de qui peut nous donner mieux des billets de banque. A voir ses gens de prêt qui très honnêtement ils n’ont plus d’idées sur les maux qui minent la société BURKINABE actuelle, pour la simple raison que le pouvoir des gains faciles a envahi leur QI ( quotient intellectuel), ils tirent les couvertures de l’histoire politique pour toujours tenir sur un seul pied à fin de montrer aux ignares qu’ils constitue une force politique
    Des partis politiques que ne représente que leur président.
    PAUVRE BURKINA FASO !!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Vraiment, c’est malhonnete de votre part, vous qui comdamner cette alliance ou qui estimer que ce sont des partis de petite taille. A leur creation, vous n’aviez rien dit, aujourd’hui qu’ils soutiennent la majorite, vous vous excitez comme des fourmis.
    Question. S’ils apportaient leur soutien a l’opposition ? vous diriez quoi ?

    • Parler de ces partis à leur création c’est leur accorder de l’importance car ils sont l’ombre d’eux-mêmes. Pourquoi veux-tu nous obligé à parler de quelque chose dont on ne connait même pas l’existence depuis sa création ?

  • Clairvoyance de Rock !!! Laissez-moi en rire ! Il faut vraiment être complaisant pour voir en la façon Rockienne de diriger le Faso une quelconque clairvoyance. Une malvoyance plutôt teintée d’une inaction, d’une mollesse apathique, d’un pilotage au toucher et d’une patience déraisonnable à tous les niveaux ! Mais nom de Dieu qu’attend donc Rock pour agir ? Pour mouiller le maillot et saisir toutes ces opportunités qui assaillent le Burkina mais que la cécité de Rock et compagnies semblent ignorer royalement ? Ils n’ont pas encore fini de siroter le bon vin apparemment !! Chaque jour quand je vois le gâchis !! Les projets sont rangés sous les tiroirs ! Les porteurs de projets qui repartent déçus ! L’incapacité à financer les études de faisabilité pour permettre aux nombreux projets du PNDES de trouver preneurs ! Les factures de prestations du privé impayées du fait de l’affairisme ou de la méchanceté des fonctionnaires déguisés en procédures ubuesques ! Des projets portés intelligemment par des citoyens épris d’amour pour ce pays qui ne reçoivent aucun appui de Rock et compagnies, des centaines de jeunes et investisseurs qui présentent des projets avec brio au Palais,qui en ressortent béatement optimistes mais qui déchantent quelques jours après parce Rock et compagnies n’ont aucune stratégie au-delà des applaudissements, de la complaisance, l’auto-congratulation et les félicitations face aux projets pertinents ! Claire-voyance !! Tu parles !! Maitre Bénéwendé, je comprends ta complaisance mais sincèrement est ce que tu crois que le Rocko fait mieux que le Monsieur des 27 ans au pouvoirs qui a été chassé ? Le gar que tu as insulté toute ta vie !! Tu manges mais quand même !! A défaut, il faut taire et manger !

  • Toute cette vague de pseudo-partis qui ne pesent pas plus qu’un clou qui, deferlent vers la majorite’ n’ont seul objectif que de se trouver chacun un poste pour le bonheur de leurs familles. On peut contribuer au developpement de son pays sans etre de la majorite presidentielle.Il faut une loi pour conditionner la formation d’un parti politique pour nous eviter que de petits comediens viennent nous presenter des associations de quartier en lieu et place de parti politique . On a l’impression que dans ce pays la seule courte echelle pour atteindre son objectif c’est de s’associer et creer un partillon et se greffer a la majorite’ pour se faire une place au soleil. Je ne souhaitais pas un tel desordre pour mon pays, mais helas.

  • Tout ce cinéma fait vraiment pitié !!! Maître Sankara qui s’accroche à sa part de gâteau ,prêt à sacrifier toutes ses vertus pour pratiquer la politique que le CDP a toujours pratiqué. Ils (MPP et toute sa suite) ne seront pas prêts à reconnaître leur défaite au cas ou ils perdront les élections de 2020,eux tous commencent à ne plus entrevoir une vie en dehors de celle du pouvoir ! Qu’ALLAH veille sur notre patrie....

  • Aaaah ! C’est bien malin et intelligent, M. Moussa TRAORE ! Après les malversations au SIAO révélées par la presse, on se réfugie dans la majorité présidentielle. C’est vraiment génial, mais le peuple arrive.

  • de petits partis certes mais ensemble ça devient quelque chose à prendre en compte. le nombre ou la taille ne compte pas trop mais la qualité des acteurs. or la qualité n’est pas lié à la taille, donc attention.
    décompte :7 partis, 7 groupes, 7 nouveaux réseaux. le réseau de l’APMP s’étend donc c’est un bon point pour la majorité

  • Au lieu de vous occuper des problèmes sérieux du pays c’est à ce genre de fanfaronnades auxquelles se livre le ministre de la Sécurité Clément SAWADOGO ; Quelle est la plus value qu’apporte cet alignement de sigles dont la totalité des militants ne peuvent même pas remplir une cabine téléphonique ? Voilà que les terroristes s’en donnent à cœur joie ce jour 2 mars en attaquant le BURKINA FASO en plein jour ,en plein centre-ville , aussi facilement que l’on coupe du beurre avec un fil . Que voulez-vous si le président RMCK préfère confier la sécurité de tout un pays à un grabataire notoirement connu comme malade et dont beaucoup doutait de sa capacité à occuper un tel poste . La gestion mouta- mouta du pouvoir a encore de beaux jours devant elle au BF .

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.