25e Journée mondiale de la liberté de la presse : il faut sauver le professionnalisme

Publié le vendredi 11 mai 2018

25e Journée mondiale de la liberté de la presse : il faut sauver le professionnalisme

Le Service d’information des Nations Unies et le Bureau de liaison de l’UNESCO à Genève ont organisé, le 3 mai dernier, un panel pour célébrer la 25e Journée mondiale de la liberté de la presse. Ils ont convié des représentants de gouvernements, d’organisations internationales et de médias pour discuter sur le thème de la journée « Médias, justice et État de droit : les contrepoids du pouvoir ».

« Liberté de presse et accès à l’information, le système judiciaire au service d’un journalisme libre et sécurisé ; liberté d’expression et d’information en ligne et les risques liés à la réglementation » ont été aussi des sujets débattus au cours de ce panel.

S’il est établi que le droit à l’information est un droit humain qui doit être protégé par la loi et un pouvoir judiciaire indépendant, force est de reconnaître que 25 ans après la proclamation de cette Journée mondiale de la liberté de la presse, le bâillon est toujours de rigueur dans de nombreux pays à travers le monde et les professionnels des médias font face à un danger croissant.

Deux jours seulement avant la célébration de cette 25e Journée, dix journalistes afghans ont été tués et six autres grièvement blessés dans un attentat « délibérément ciblé », selon l’ONU. Plus de 40 journalistes ont été tués dans le monde depuis le 1er janvier 2018, soit près de 60% de plus par rapport à la même période l’an dernier. Reporters Sans Frontières indique qu’avec 65 journalistes tués, l’année 2017 fut la plus meurtrière depuis 14 ans pour la profession. La probabilité est donc très grande que 2018 batte ce triste record. Et il faut savoir que 90% des crimes commis contre les journalistes sont restés impunis.

Cela a fait dire à Noel Curran, directeur général de European Broadcasting Union et orateur principal du panel qu’« il y a davantage de revendication de la liberté de la presse que durant les 25 dernières années ». Et l’on note une montée de l’hostilité envers les médias, certains pouvoirs allant même jusqu’à qualifier les journalistes d’« ennemis du peuple ».

Haro sur les « fake news »

Ce panel a également été l’occasion d’évoquer les nouveaux défis en matière de liberté de la presse, parmi lesquels l’expansion des médias sociaux. Ils prennent une place de plus en plus importante, maîtrisent l’audience, accaparent la publicité et menacent l’existence même de certains médias traditionnels. Les recettes des journaux, selon certaines sources, auraient chuté de 60%. Mais le plus grave, c’est que ces réseaux sociaux, bien qu’étant des outils d’émancipation et d’ouverture, s’avèrent parfois être des vecteurs de fausses nouvelles. Ces fake news, qui répandent de la désinformation et des stéréotypes, présentent parfois des risques de déstabilisation des institutions. Les panélistes étaient unanimes sur un fait : les démocraties doivent réagir et lutter contre la désinformation en ligne. Comment y parvenir et surtout sans attenter à la liberté d’expression ? Comment faire la part entre l’erreur qui est humaine et l’intention délibérée de nuire ? C’est le grand débat du moment.

Même si l’avenir de la liberté de la presse ne semble pas se présenter sous les meilleurs auspices, les professionnels des médias auraient tort de verser dans la fatalité. La liberté de la presse est loin d’être une cause perdue. Les organisations professionnelles de journalistes devraient continuer inlassablement à se battre pour le pluralisme des sources, convaincues comme la directrice du Service d’informations des Nations Unies à Genève, Alessandra Vellucci, qu’« une caméra, un micro, un stylo peuvent ébranler des dictatures ».

Mathieu Bonkoungou

Ambassade Mission permanente du Burkina à Genève

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.