Affaire Auguste Denise Barry : « Il est ressorti clairement qu’un projet de soulèvement populaire était prévu pour le 30 décembre 2017 », dixit Alioun Zanré

LEFASO.NET | Par Cryspin Masneang Laoundiki

Publié le vendredi 11 mai 2018

Affaire Auguste Denise Barry : « Il est ressorti clairement  qu’un projet de soulèvement populaire était  prévu pour le 30 décembre 2017 », dixit Alioun Zanré

Dans un entretien exclusif accordé à notre confrère Sidwaya, le procureur militaire Alioun Zanré s’est prononcé sur l’affaire Auguste Denise Barry et le déroulement du procès du putsch manqué du 16 septembre 2015. Retour sur quelques éléments de cette interview.

Le procureur militaire Alioun Zanré s’est prononcé d’abord sur l’affaire Auguste Denise Barry, interpellé le 29 décembre 2017, puis conduit au parquet en début de janvier après les formalités d’investigations de la gendarmerie. A la question de savoir ce qui est reproché à l’accusé, Alioun Zanré estime qu’au regard des faits, il y avait manifestement complot au sens de l’article 109 du Code pénal et des faits d’incitation à commettre des actes contraires à la discipline au sens de l’article 207 du Code de justice militaire. « Le complot, c’est lorsque des individus se concertent en vue de renverser un régime par la violence ou inciter les populations à s’armer les unes contre les autres. Tandis que l’incitation à commettre des actes contraires à la discipline, c’est le fait d’inciter, par la parole, des gestes ou des écrits, des militaires à poser des actes contraires à leur statut », a-t-il expliqué.

Les éléments précisant les accusations

Afin de savoir si les accusations contre Auguste Denise Barry sont fondées ou pas, le procureur militaire a indiqué que dans les Procès-verbaux (PV) de la gendarmerie, « il est ressorti clairement qu’un projet de soulèvement populaire était prévu pour le 30 décembre 2017, avec pour but ultime de contraindre le régime légalement élu du président Roch Marc Christian Kaboré à démissionner ». Comment cela devait-il se passer ?

« Il y avait des relais au niveau de la société civile et de la classe politique également. Il consistait dans un premier temps à recruter des jeunes, selon ce qui est ressorti des témoignages des personnes appréhendées. Il paraît que des personnes bien définies étaient chargées de recruter ces jeunes, à qui on a d’abord fait croire que c’était pour obtenir des financements pour mener des activités génératrices de revenus. Le responsable de ce financement, appelé le « boss », devait rencontrer les jeunes dans plusieurs quartiers, dès le 27 décembre, mais cela n’a pas été possible, compte tenu de son indisponibilité. Le 28 décembre au soir, on a signifié aux jeunes en question que le « boss » demandait à ce qu’ils aillent à la place de la Nation pour manifester en vue d’exiger le départ du régime légalement élu. C’est tout cela mis bout à bout qui nous fait dire qu’il y a eu une concertation en vue de contraindre un régime légal à partir, d’où la qualification de complot que nous avons donnée au comportement », explique-t-il.

Et il ajoute qu’entre le 25 et le 27 décembre 2017, des officiers ont été approchés pour demander leur appui à l’insurrection en cours, contre de l’argent. « Beaucoup ont pris l’argent, pour ensuite aller dénoncer le complot, car ils étaient loyalistes. Nous avons estimé qu’en demandant à ces militaires de venir en aide aux civils pour contraindre le régime à partir, il y avait incitation à commettre des actes contraires à la discipline militaire. Certains officiers ont reçu 1 million ou un 1,5 million de francs CFA, et l’un d’entre eux a même perçu la somme de 20 millions de francs CFA pour la logistique. Ce sont ces faits qui ont conduit à l’arrestation du colonel Barry, le 29, puisque la date fatidique était le 30 décembre », relate-t-il.

En ce qui concerne les autres détails (complicité à l’étranger, date du procès, etc.), M. Zanré insiste sur le fait que les investigations sont en cours et il faut du temps au juge afin de continuer son travail.

Quant aux peines encourues par le colonel Barry, si sa culpabilité venait à être établie, le procureur militaire s’est référé aux dispositions de l’article 109 du Code pénal qui disposent que le complot est passible d’une peine d’emprisonnement de 5 à 10 ans, puisque c’est un fait criminel. Pour l’incitation à commettre des actes contraires à la discipline militaire, au sens de l’article 2017 du Code de justice militaire, il est passible d’une peine d’emprisonnement de six mois à deux ans.

Déroulement du procès du putsch 2015

Dans un premier temps, il était question pour Alioun Zanré d’apprécier le déroulement du procès de putsch manqué de 2015, qui « a pris les allures d’une bataille judiciaire avec les avocats de la défense ».

« Un procès, c’est un combat juridique. Naturellement, chaque partie développe ses arguments et ses moyens de droit. C’est tout à fait logique, et je pense que le procès se déroule bien en toute sincérité. L’essentiel est qu’à l’issue du procès, on se rende à l’évidence que les droits des parties ont été respectés », a été sa réaction.

A la question de savoir si la « non-reconnaissance du tribunal » jugé illégalement constitué par les avocats de la défense, n’explique pas au fond leur déport, le procureur militaire affirme que c’est un dilatoire pour bloquer la procédure.« Dès l’ouverture du procès, le décret de nomination du président du tribunal a été mis en cause par les avocats de la défense, car n’étant pas entré en application. On a renvoyé le procès.

Ensuite, ils sont revenus pour remettre en cause la composition du tribunal. Pendant ce temps, les mêmes avocats ont déposé des demandes devant cette juridiction non-reconnue et ont récusé des juges assesseurs militaires appelés. Après cela, c’est la question de citation des témoins que l’on veut imposer la charge au parquet par déduction de l’article 105 du Code de justice militaire. (…) Dans les grands procès de cette nature, les avocats de la défense savent que le procès se gagne sur les batailles de forme et travaillent donc à ne pas entrer dans le fond, sur lequel ils n’ont pas grand-chose à dire », a-t-il affirmé.

Les témoins des accusés

Au cours de cet entretien, la question de savoir si les témoins cités par les accusés seront entendus ou pas, a été soulevée. Selon Alioun Zanré, si au cours des débats, le président estime que le nom d’une personnalité intervient régulièrement, il lui appartient de prendre toutes les mesures pour entendre la personne. « Entendre une personne ne veut pas forcément dire qu’elle doit venir dans une salle d’audience, lever la main droite et jurer. Même dans notre loi, on peut entendre un témoin par visioconférence. Toute personne dont le témoignage s’avère indispensable, en dehors des obstacles juridiques, doit être entendue. Le fait de dire qu’on a privé certains accusés de faire citer des témoins n’est pas vrai. Chaque partie peut faire venir ses témoins avant l’ouverture du procès en respectant les règles de procédure ou pendant les débats si elle le désire. Si le nom de X revient dans les débats, la défense peut demander au président de le faire venir », a-t-il précisé.

Le cas du journaliste Adama Damiss Ouédraogo

L’on se rappelle encore de la récente lettre ouverte au président du Faso où le journaliste Adama Damiss Ouédraogo accuse le tribunal militaire d’avoir refusé de lui donner une autorisation d’aller se faire soigner à l’extérieur. Alioun Zanré donne quelques précisions. « Nous avons lu l’écrit de mon frère Damiss et cela nous a fait un peu sourire. Il ne maîtrise pas les règles. (…) Certains de ses avocats sont venus nous présenter leurs excuses. (…) Le parquet ne donne jamais une permission à un accusé ou à un prévenu. Ce n’est pas notre rôle, c’est celui du juge. Quand nous avons reçu la demande, nous avons répondu à Me Kéré, pour lui dire que nous sommes incompétents pour accorder la permission à son client d’où le rejet de sa demande.

Sur la question de la suppression du tribunal militaire sous prétexte que c’est une juridiction d’exception, Alioun Zanré n’est pas passé par quatre chemins : « La création d’une juridiction relève de la compétence du législateur. Si à un certain moment, le législateur estime qu’une juridiction n’a plus son importance, il peut décider d’y mettre un terme ».

Synthèse de Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Messages

  • Pour le cas AUGUSTE BARRY, c’est leur ’’révolution’’ qui devait voire le retour de leur patron zida et en même temps faire disparaitre le Gle Gilbert pour qu’aucune vérité ne se sache.

    • C’est quelle vérité Guenguéré peut révéler ? Attendons de voir . Vous vous faites des illusions. Car il n’osera pas dénoncer son boss dont les seules vérités dont vous rabâchées ne concernent que ce dernier.

  • Pour le Cas BARRY, c’est vraiment à dormir débout ! Je ne sais pas comment on peut organiser un soulèvement en un semaine ! Demandez à vos mentors, experts en organisation de soulèvements populaires si c’est techniquement faisable ! En tout état de cause, j’ose croire qu’il y a un brin de vérité dedans ! Sinon, cette position que vous occupez en l’usant de cette façon, vous devrez un jour ou l’autre rendre des comptes à l’histoire et au peuple burkinabè ! Tout tort se paie tôt ou tard !

    • Bien dit.Barry aussi est entrain de payer pour le tord commis avec Sherif avec leur loi d’exclusion aux elections 2015.

  • Pour le cas D. Auguste Barry, ce n’est pas convaincant. Essayez autre chose.

    • Si ce n’est pas convaincant, dites ce qui l’est alors. Qu’en savez-vous ? Venez aider et Barry et la justice.

    • Y a rien a dire parce qu’ il n’ y a rien. Monte de toutes pieces. Ca se voit. On ne boit pas le biere par les narines.

    • Mr Djibi, citez-nous le passage ou l’argument qui vous convainc. Un soulèvement populaire avec 3 personnes et en 3 jours, soyons sérieux.

  • Débrouillez vous pour que personne ne meure à la maca pendant ce procès mouta-mouta-mouta dénoncé comme impartial par les accusés et aussi par les avocats de L’OHADA et de UEMOA.Ne nous fabriquez pas de nouveaux martyrs. Rock il faut dissoudre la justice militaire, renvoyez le dossier à la justice normale civile et sauver le soldat zanre qui a grippé le système. C’est sans issu.

  • Soulevement populaire ? je ne vois pas comment croire à cette histoire au regard de ce qui est exposé. Troubles, à la limite. Ce pays-la tremble trop et fabrique des intringues. Qui a peur d’un soulevement si celui-ci est populaire.

  • C’est quel peuple qui devait se soulever là ? Celui qui a voté pour le MPP là ou bien y a-t-il un autre ? Notre peuple est-t-il aussi mouton que çà ?

    • Mon ami Nobga, Alioun Zanré n’a jamais organisé un meeting et il croit qu’il suffit, comme dans l’armée, claquer le doigt pour que la population accourt et accomplisse tes vœux.
      S’il avait interpellé Zéphirin et Basolma, je pouvais y croire car seulement ces 2 peuvent à l’heure actuelle rassembler une importante population en un temps record et sans débloquer un sous.
      Il faut qu’Alioun sache que ce sont les mêmes méthodes d’oppression du CDP qui ont exaspéré le peuple burkinabè et l’ont poussé à la révolte !...
      Comment, dans un état dit de droit, peut-on emprisonner un citoyen, avant de chercher des preuves pour justifier son emprisonnement !
      En tous les cas, chacun paiera de ses excès de pouvoir !
      Tilaï

    • vous avez vraiment raison celui qui pense qe ses interlocuteur sont sans cervo.qel soulevement populair.

  • Une concertation en vue d’organiser un soulèvement populaire dans le but de renverser l’autorité légale est une infraction à la loi.Par conséquent,passible de peine de prison allant de 5 à 10 ans ! L’exception Burkinabe ne cesse de surprendre le monde.En effet,il ya juste 4 ans l’opposition politique utilisa la société civile pour renverser le régime légal de notre pays,crime qui occasionna l’accession du mpp au pouvoir.Où est la cohérence dans ce pays ?En français facile,notre pays a vécu 13 mois dans l’illégalité avec le cnt Kafando/Zida parce qu’issu de la violence qui contraigna l’autorité légale à démissionner.Que dire de l’actuelle coalition au pouvoir à qui le crime a largement profité ? C’est pourquoi il ne faut jamais cautionner l’illégalité quelle qu’elle soit la raison, au risque d’en être victime plus tard.

    • Soyez consequent ! Attaquez le probleme a la racine. L’illegalite c’est la tentatvie aveugle de Blaise Compaore de prendre un troisieme mandat par la force alors qu’il n’en avait plus droit. Tout ce qui s’est passe a cause de ca c’est du racommodage obligatoire afin que nous retournions a la legalite avec un pouvoir democratiquement elu.

  • Vraiment vous explications ne peuvent convaincre même un enfant !!
    En 5 jours voir 3("le boss devait rencontrer les jeunes le 27 ....)comment peut on faire un soulèvement dune nature à porter atteinte à la sécurité du pays ??
    L’usage du conditionnel par vous même procureur est déjà un aveu de la faiblesse de l’accusation.
    Libérée au plus vite et rappelez vous bien que la roue tourne !!

  • cette affaire n’est pas clair au lieu de dire certaines officiers pourquoi vous ne citez pas les noms appelons un chat un chat comme l’ancien Chef d’État major de la Gendarmerie le Colonel Serge OUEDRAOGO Qui devrait être logiquement arrêté depuis Pour l’affaire de Zida des détournements de bien public Son nom était bel et bien cité mais rien il est partout dans toute les sauces C’est ça le BURKINA C’est malheureux très malheureux

  • Quant à moi, je crois tout ce que la justice militaire dit sur cette affaire jusqu’à l’épreuve du contraire quand bien étonnant qu’il ait accepté de se faire rouler dans de tels beaux draps. Étonnant, mais l’est-il vraiment ? Qui dit RSP, dit coup d’état ! Comptons au bout des doigts le nombre de fois les militaires se sont aventurés dans les affaires de notre pays et tout cela, et à chaque reprise, c’étaient eux et eux seuls, les membres de RSP. Quoi qu’on dise de Zida, moi, je suis fermement derrière lui de nous avoir aidés à nous débarrasser de cet escadron de la mort. De plus, on disait du RSP une supériorité technique supérieure, alors qu’en réalité c’était une supériorité bidon. Rien qu’à regarder le putsch de Gilbert et pour lequel il est jugé. J’aurai pu faire mieux moi qui ne suis pas militaire. Comme si on n’avait pas assez vu, voilà un autre colonel du même groupe accusé à son tour, de la même bêtise. Pour moi, ils n’étaient pas mieux que des scouts.

  • Foutaise chasser un president en une semaine par la rue prenez nous au serieux.BARY EST UN MILITAIRE ET NON UN HOMME POLITIQUE

    • moi je me demande est que le mpp a pu organisé le soulèvement populaire en cinq jour ? bon je dis mpp parce qu’on dit que le crime est en général exécuté par celui a qui il profite. il faudrait qu’il nous édifié d’avantages.

    • Non, n’en prenons pas à la justice militaire. Si le colonel voulait jouer aux zouaves et s’est fait pincé par la justice, que le plan d’exécution de son forfait soit, ou qu’il ait été enfantin, on doit le présenter tel quel. Doit-on changer son plan d’exécution pour lui en le présentant différemment au public afin qu’il soit crédible car trop enfantin pour être présenté en public ? Le plan d’exécution rapporté par le procureur est bel et bien ce qu’ils ont trouvé sur lui. Je vois mal ce que la justice militaire va gagner en lui imputant une accusation tout à fait fausse et sans fondement, tout en sachant que la vérité s’éclatera au jour une fois au jugement. Par exemple, si un braqueur de banque conçois son plan qui comprend annoncer son arrivée à la banque et les habits qu’il porterait, dire qu’il est seul et à pied, qu’il est armé d’une branche morte, qu’il ne dispose pas d’autres armes et qu’il y serait à une heure précise. La police l’arrête pour X raison et trouve sur lui son plan d’exécution, est-ce que la police doit présenter quelque chose différent de ce qu’elle a trouvé sur notre futur braqueur quel que soit la stupidité du plan trouvé ? Ce n’est pas compliqué et je me demande pourquoi on polémique sur l’authenticité de ce que le procureur nous a présentés. Certes, à titre personnel, je voyais en ce monsieur un homme digne et sérieux. Si aujourd’hui il est impliqué dans un autre putsch aussi bête que celui de son ancien patron, en l’occurrence Gilbert Diendéré, attendons de voir ce qu’il dira à son jugement car jugement, il y en aura. N’est-ce pas ?

  • Disons tout net que le colonel Denise Barry est victime de sa compétence car je ne crois pas un seul instant aux explications un peu tirées par les cheveux du procureur militaire Alioun Zanré

  • Aux premieres heures de l´arrestation du col. Barry, j´avais apporte´ un soutien au col.Barry sans connaitre les vraies intentions de ce dernier. Apres avoir lu dans un journal de la place dont je me rappelle plus du nom,ce journal relatait les vrais intentions du Col. Barry qui etaient de ramener Blaise Compaore´ et lui accorder une retraite paisible et doree´ a Ziniare´ et j´etais tres dechu du projet de Barry bien qu´il faut souvent un coup-d´etat salvateur. Il est quasiment impossible et impensable qu´on accorde une retraite paisible a Blaise Compaore´ qui fut le bourreau du peuple. Tout militaire qui s´aventurera sur cette voie d´accorder une amnistie a Blaise Compaore´ sera suicidaire et vouee´ a l´echec. Blaise Compaore´ est libre de revenir dans son pays d´origine malgre´ qu´il ait usurpe´ une autre nationalite´ mais,il doit d´abord passer devant les tribunaux pour rendre compte de la gestion de son long regne entasse´ d´assassinats et de pillages. La tolerence zero releve du passe´.

    • Papa, Papa, Papa. Héiiii. Vous êtes mature pour vous laisser berner. Il y a une grande orchestration autour de cette affaire et il faut garder la tête froide. Ne vous laisser pas divertir. Il y a des journaux qui tapent le tam tam qu’on leur donne, car leur tube digestif les commande. Cette affaire est trop lugubre et le Colonel Barry qui connaît la réaction du peuple n’ose pas imaginer, même dans son rêve, un retour de Blaise Compaoré pour une retraite paisible. C’est du pur montage et il ne faut pas tomber dans ce piège. Ces arguments du Procureur militaire, que je respecte, sont à faire dormir debout. Même au CE (cours élémentaire) si on évoque ça aux enfants, ils vont dire que c’est inimaginable

    • Mogo, ni toi, ni la personne que tu appelles affectueusement le vieux, dispose de la vérité et donc incapable de trancher d’un côté ou de l’autre. Ne faut-il pas attendre jusqu’à ce que nous ayons les raisons ou, à la rigueur jusqu’à ce que l’accusé s’exprime avant de trancher. T’es pas capable de te prononcer de manière définitive sur cette affaire. Tu es au même niveau que ton vieux. Tes suppositions ont de la même valeur que la sienne ; ne le condamne pas car ni Barry, ni un agent du gouvernement t’ont parlé pour te permettre à trancher

    • On comprend votre logique Nabiiga, mais entre nous, comment 3 personnes fussent-elles douées comment peuvent provoquer un soulèvement populaire en 3 jours ? Qu’on nous dise autre chose pour nous convaincre, celle est trop tirée par les cheveux.

    • Oui, je te comprends parfaitement bien également mais ça ne nous appartient pas de juger sans que nous ayons eu les nouvelles de la bouche de la personne. Impossible certes, de pouvoir renverser, encore moins perturber la vie normale d’un gouvernement démocratiquement élu, mais que puissions-nous faire devant une telle situation si c’est, justement, ce que la police a trouvé sur la personne. La police n’a pas vocation de nous présenter quelque chose crédible à la place de ce qui a été trouvé si ce qui a été trouvé chez l’accusé ne leur semble pas raisonnable du tout. Je comprends parfaitement les doutes qui planent sur les explications du procureur mais puissions-nous le contrarier sans que nous entendions de la bouche du brave Colonel. La police a vocation d’arrêter et non pas d’arranger les histoires, quelques bidons soient-elles, des accusés d’après-moi.

  • Cette affaire de ADB ressemble à une histoire " d’arroseur arrosé " avec dans les rôles principaux :
    - Bandit chef : ADB ;
    - Héro sans peur : A. Zanré
    - Figurant : OSC bidon, expert en intrigues et manigances en tout genre
    - Scénario : S.C.
    - Producteur : Cartel MPP
    - Maquillage : Justice militaire
    - Sponsor : les F en C.

  • Monsieur le procureur, est-ce que vous vous entendez vous-mêmes parler ? Les 25 et 27 décembre, des officiers ont été contactés et le 28 le "Boss" devait mobiliser des jeunes à la place de la nation pour une insurrection alors que la veille il s’agissait de demande de fonds ! Si vous n’aviez jamais été militaire et de surcroit officier, j’allais vous demander d’approcher l’armée avant de parler et surtout de vous informer sur l’histoire des coups d’Etat et des insurrections dans notre pays. Car en même temps, vous insinuer que les officiers de notre armée sont manipulables comme des gens qui n’ont pas fait l’école. Vous insinuez également que les jeunes de la ville de Ouaga sont sans discernement ! Enfin, vous insinuez qu’avec 1 million de francs CFA on peut mobiliser des militaires et même des officiers burkinabè contre leur pays ! Mais enfin....

  • Tout ceci n’est pas convaincant. Tôt ou tard on saura la vérité. Mais coup d’Etat ou pas je suis déçu du pouvoir actuel qui oblige les gens à avoir de la nostalgie pour Blaise Compaoré et à permettre au CDP de renaître. C’est dommage qu’au lieu de commencer à payer des blindés pour l’armée c’est des V8 et des Berlines qui vous importent plus. Vous n’êtes vraiment pas Sankara.

    • C’est le retour de l’ascenseur. Vous pensez que les magistrats ne vont pas justifier leur salaire mirobolant ? Sauf que là, Rock a pris la direction du mur et s’il ne se ravise pas très vite, il va se fracasser le nez, pire que son prédécesseur.

    • C’est le retour de l’ascenseur. Vous pensez que les magistrats ne vont pas justifier leur salaire mirobolant ? Sauf que là, Rock a pris la direction du mur et s’il ne se ravise pas très vite, il va se fracasser le nez, pire que son prédécesseur.

  • Balivernes ! Ce colonel a la solde du pouvoir, raconte du n’importe quoi. Demandez lui seulement d’avoir de la considération pour le peuple. Si vous cherchez à inculper quelqu’un, trouvez autre argumentaire. Tout ce qui est dit ici est un montage grotesque qui fait sourire. A défaut de vouloir taire physiquement le colonel Barry, ils veulent l’accabler de charges fallacieuses. Mais voyez, la justice des Hommes a une limite, surtout si cette justice n’a pas de bons fondements. Pour l’instant, ce colonel est "fort" mais, mais, ........ le temps est notre juge. Beaucoup ont fait pire que ça, mais où sont ils aujourd’hui ? Donc allez y doucement.....

  • Voilà pourquoi nous n’allons jamais évoluer car au lieu d’utiliser nos fils et filles experts pour
    nous aider,par peur on les decourage .... Solution de ceux qui n’ont pas de solution à nos problèmes... !

  • Monsieur,

    Même un enfant de CM2 aurait monté un scénario plus intelligent pour soutenir l’ accusation du Colonel Barry. Votre scénario est simplement ridicule et pitoyable !

    Honte à vous !

    Libérez le Colonel Barry

  • hey dans cette sale histoire vous ne convainquez personne ! on sait que ce sont des hauts grades qui vous indiquent quoi faire pour ecarter Barry Et vous acceptez vous y plier pour eviter un coup d’eeat contre vous et ramener Blaise. Donnez les noms de ces officiers et on vous dira qui est qui
    attention c’est maintenat que le peuple risaue de se revolter, en plus avec cette mascarade de barry, avan tc’etait zida... comme par hasard
    on finit par croire que blaise avait vraiment pourri la hierarchie militaire
    SOME

  • Je croais que le burkinabe etait plus mur politiquement que ca. Il a suffi que des gens lisent dans les journaux des choses sans force pour croire que Barry est deja coupable. Quand meme ! L’ accusation jusque-la est tres tres faible. Revoyez ;la copie. Il devait faire le soulevement tout seul ? Le dossier est bien monte mais mal ficele comme l’ a dit Naon Babou en 2003 lors du faux proces du faux putsch de la "Compaorose"
    . Moi je suis BouBou Non.

  • Il n’est pas bète d’ètre bon,mais il est béte de croire que celui qui est bon est bète ZANRE ;ce n’est pas parce que nous ne disons rien qu’il faut nous prendre pour des gens qui ne reflechissent pas.Ayez pitié de vous méme,meme si vous n’avez pas pitié du pays.Comment à

  • Mauvais scénario en ce qui concerne le colonel. Morceaux choisis :
    "certains officiers ont pris l’argent et sont ensuite aller dénoncer le complot" : autrement dit, tous ceux qui ont pris ne sont pas aller dénoncer. Où sont donc ceux là qui n’ont pas dénoncer ? Pourquoi ne sont-ils pas aux arrêts ?
    "il paraît que des personnes bien définis étaient chargées de recruter ces jeunes..." Ha bah. On croirait entendre une conversation de rue "il paraît". Qu’on donné les investigations ? Qui sont ces personnes de la société civile et des partis politiques ? Si après 4 mois d’investigation on continue de dire "il paraît" c’est grave pour notre sécurité.
    Enfin, le colonel a été arrêté le 29 alors que l’opération était prévue pour le 30. Les supposés acteurs étaient connus et probablement sous surveillance et écoute. Même dans les mauvais films vous savez ce qu’il aurait fallu faire pour éviter de vous retrouver aujourd’hui dans les "il paraît". Conclusion, si procès il y a, la position de l’accusation serait tellement inconfortable qu’un étudiant de première année droit pourrait démontrer l’absurdité des choses. Prochainement, soyez plus professionnels.

  • Personne n’est dupe de toutes ces combinaisons et contorsions juridico-politiques pour mettre le dérangeant et indésirable colonel Barry sous l’éteignoir.
    ADB est victime de sa naîvété.On ne peut pas exiler son mentor ZIDA et lui le securocrate de la transition va dormir tranquille.Tout celà était prévisible et était à rire si l’urgence n’était pas ailleurs : au grand NORD. Au lieu de ça on s’amuse à jouer au manipulateur de procès stalinien.Pendant qu’on y est le procureur Aliounov ZANREV qui s’amuse à jouer au " Vichinsky" de service gagnerait à déployer ses talents pour identifier les individus non identifiés qui sèment la terreur dans le pays depuis des mois.Attention à utiliser les moyens de l’Etat pour fabriquer des complots imaginaires à des fins de règlements de comptes inutiles pour notre securité nationale.La roue tourne et le retour de bâton peut être fatal à tous les sbires, juges acquis des puissants du jours.
    Qui est assez ou plus fou que DIENDERE pour tenter un coup de force dans ce Faso aujourd’hui !?? Cette tendance à la complotite et à l’insurrectionnite aiguë perdra le regime en place car à force de taper à la porte du diable, il finira par ouvrir sa porte diabolique.
    A bon entendeur...

    #MOLOTOV

  • Ce sont les laudateurs qui ont "blagué ADB tué". Ti officier intelligent là, ti officier intègre là, ti kien ka yi ka. A dé ; Ka yandé ? Yam wogdogo ramba wa, a baa !!!

  • Il me semble que le Colonel s’est fait piéger sinon, un militaire de sa trempe et récent ancien ministre de la sécurité ne s’hasardera pas à fomenter un si léger coup d’état. Il faut aussi que nos autorités nous prennent au sérieux et sachent que nous ne sommes dans les années 80.

    En fait, les enquêteurs se basent sur le témoignage du pandore qui est allé vendre la mèche. Qu’est-ce qui prouve que c’est vrai ce qu’il a dit ?
    Comment se fait-il que ce pandore ne soit jamais inquiété ?

    Du reste, c’est suite à une convocation / invitation du Colonel à la gendarmerie qu’il a été immédiatement mis aux arrêts.

    Un coup d’état dans lequel ce sont uniquement que des civils qui sont mis aux arrêts me semble du dilatoire. Le cas Barry reste et restera un os au travers de vos gorges.

    Dans tous les cas, le rapport qu’il s’apprêtait à rendre public confirme l’inefficacité de nos forces armées. Si l’état-major des armées a pu être inquiété, c’est qu’il y a eu défaillance à quelque part. nous continuons toujours de subir de lourde perte tant sur le plan matériel qu’humain et pourtant le mode opératoire des « bandits » n’a pas changé et il reste toujours le même.

    L’actuel service de renseignement dont vous bénéficiez a été mis au point par le Colonel Barry. Vous si efficace pour intercepter des communications du Colonel, mais pas pour les « bandits ».

    Ce pouvoir ne fait que penser aux échéances de 2020 et est prêt à museler toute personne qui l’empêchera de se maintenir au pouvoir.

    Sans le savoir, le MPP a ressuscité le CDP.

    A partir du moment où ce sont les mêmes méthodes (ère CDP) qu’ils utilisent et que rien à changer, alors la majorité des burkinabè étant analphabète, elle se retrouve dans l’ancien parti.

    Faites un tour dans nos contrées, et montrez aux paysans les photos de Roch et Blaise. Vous serez édifiés par les réponses données.

    • théorie du complot mal exécutée. une preuve que nous ne pouvons pas compter sur ceux qui l’ont organisé en tout cas pas sur paresseux intelos

  • "Le 28 décembre au soir, on a signifié aux jeunes en question que le « boss » demandait à ce qu’ils aillent à la place de la Nation pour manifester en vue d’exiger le départ du régime légalement élu." Analphabète que tu es le régime de COMPAORE était bel et bien un régime légalement élu. Il faudrait que c’est pas juste que les gens s’organisent pour les soulèvements ou encore de dire que ceux qui voulaient un soulèvement ont été neutralisés par leurs adversaires qui sont plus forts que eux. Il faut prendre les gens aux sérieux juge "Cube magie"

  • Sans doute que la coalition Borry Bana s’inscrivait dans cette nouvelle insurrection. Borry Bana signifiant en dioula finie la course.On voulait stopper le mandat du président Kaboré.

  • Il me fait pitié ce Alioune Zanré, obligé qu’il est de trouver une explication à l’arrestation d’Auguste Dénise Barry. Je n’aimerais pas être à ta place. Yako.

  • Hummm !!!! C’est tout ce que vous avez dans le dossier pour parler de tentative de déstabilisation ? Je vois que vous n’arrivez même pas à vous convaincre vous même de ce que vous avancez, comment voulez vous nous convaincre avec ça ???
    C’est mieux de nous donner la vraie raison de son arrestation, ou dans le cas contraire il faut le libérer immédiatement. On est dans un état de droit ou pas ?

  • il faut que rokzilla s’entourent de bons conseillers pour lui permettre de rebelotter aux prochaines elections sinon avec ces genres d’arrestations tonton papou risque de subir le même sort que le blaiso. a gounssi

  • M. Zanré, relisez les preuves que vous avancées et, en tant que militaire, voyez vous même s’il est réellement possible de faire un coup d’État avec ce scénario. Vous aussi.

  • Pour le Cas BARRY, le scénario ne tient pas route...
    Il y a des non dits...et tout cela se saura....
    RAGOMZANGA

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.