Sites miniers : Des non-conformités et des points faibles relevés en matière de protection de l’environnement

LEFASO.NET | Par Dimitri Ouédraogo

Publié le mardi 15 mai 2018

Sites miniers : Des non-conformités et des points faibles relevés en matière de protection de l’environnement

Le ministère en charge de l’Environnement, à travers le Bureau national des évaluations environnementales (BUNEE), a fait le point des inspections environnementales sur les sites miniers en 2017, ce lundi 14 mai 2018, à la mine de zinc de Perkoa, dans la province du Sanguié. L’inspection a relevé des non-conformités et des points faibles. L’activité a été présidée par Nestor Bassière, ministre en charge de l’Environnement, qui a aussi lancé officiellement les inspections des mines pour 2018. C’était en présence du conseiller technique du ministre des Mines et des Carrières, des autorités de la région du Centre-Ouest et de la province du Sanguié, du directeur de la mine de zinc de Perkoa et de son personnel.

Des sites miniers sans plan de protection de l’environnement ou encore des non-conformités et des points faibles sur 28 sites miniers, c’est le constat qu’a fait le BUNEE en 2017. Cette structure, chargée de veiller à l’application des règles en matière de protection de l’environnement sur les sites miniers, a fait des contrôles inopinés en 2017. Ce lundi 14 mai 2018, les acteurs de l’environnement se sont rencontrés sur le site de zinc de Perkoa pour faire le point des activités réalisées au cours de l’année écoulée.

Pour le BUNEE, les inspections environnementales sur les sites ont révélé des dysfonctionnements. Sur les 28 mines contrôlées, 17 ont fait l’objet de suivi et quatre ont été interpellées. Il ressort que dans certaines mines industrielles, il y a des manquements liés au non-respect des règles en termes de gestion des déchets. Non seulement les déchets ne sont pas collectés en fonction de leur typologie, mais il y a aussi l’absence de système d’étanchéité. Au niveau des ateliers de maintenance, l’inspection a noté de mauvaises gestions des huiles et des boues. En ce qui concerne les parcs à résidus, l’on cite le manque de dispositif pour empêcher la faune aviaire de s’y abreuver. L’inspection a aussi pointé du doigt une gestion non-réglementée des eaux cyanurées.

Ce n’est pas tout. Dans certaines petites mines, il n’y a pas de service environnemental. Ce qui fait qu’il n’y a pas de bilan annuel sur la situation environnementale. Des décharges aussi se font à l’air libre. Mais fort heureusement, ce ne sont pas dans toutes les mines que l’on constate cette situation.

Dans la mine de zinc de Perkoa, des dispositions sont prises, selon le directeur général Olaf Meijer, pour protéger l’environnement. Réalisant que le travail de la mine a un impact sur la nature, la faune et la flore, le mine du zinc de Perkoa travaille à réduire considérablement cet impact en respectant les exigences réglementaires prescrites par la législation burkinabè, rassure-t-il. Pour lui, la protection de l’environnement est une priorité car cela y va de la santé des travailleurs de la mine, de la population et de la biodiversité.

Le BUNEE fait toujours des recommandations à l’endroit des exploitants de sites miniers pour améliorer la prise en compte des aspects environnementaux. Parfois, révèle un agent du bureau, des responsables de mine sont attraits en justice pour non-respect de la règlementation. En dépit des pressions de toutes sortes exercées quelquefois, le bureau exécute sa mission comme il se doit, conclut-il.

Le ministre en charge de l’Environnement, Nestor Bassière, a salué le travail abattu par les agents du BUNEE. Il les a exhortés à continuer dans ce sens afin que l’environnement soit protégé. Il a également salué le travail en matière de protection de la biodiversité dans la mine de Perkoa. A l’issue des échanges, Nestor Bassière a déclaré officiellement lancés les travaux d’inspection environnementale sur les sites miniers pour l’année 2018. L’occasion faisant le larron, le ministre a visité les installations de la mine de zinc de Perkoa.

Dimitri OUEDRAOGO
Bonaventure PARE
Lefaso.net

Messages

  • C’est déja bien de savoir que l’Etat fait un effort pour les différents controles reglementaires. Quand vous allez finir avec les mines, venez controller aussi les industries situées dans les différentes zones industrielles de Ouaga et de Bobo Dsso. C’est là que vous verez que ya pas photo. C’est là que vous verez que les entreprises nationales ne respectent meme pas un temps soit peu les norms en matières d’environnement. Dans la zone de Kossodo, ça sent des mauvaises odeurs à longueur de journée. Les résidus et les huiles sont déversées dans les caniveaux et bien visible.

  • Il existe des mines qui ne payent même pas les taxes pour exploiter l’eau issue des nappes phréatiques. Restons-là à les regarder détruire. Ensuite, nous allons prendre des bateaux pour aller nous noyer !

  • Je trouve biaisé d’aller faire une telle restitution sur le site même de la personne soumise à la réglementation. Une telle restitution se fait dans la salle de conférence du ministère et on invite les acteurs et la presse au besoin.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.