Commission de l’informatique et des libertés : Halidou Rouamba jure de remplir sa fonction avec impartialité et loyauté

LEFASO.NET | Cryspin Masneang Laoundiki

Publié le lundi 4 juin 2018

Commission de l’informatique et des libertés : Halidou Rouamba jure de remplir sa fonction avec impartialité et loyauté

Le nouveau membre de la Commission de l’informatique et des libertés (CIL), l’architecte logiciel Halidou Rouamba, a prêté serment, ce lundi 4 juin 2018, à la Cour d’appel de Ouagadougou. Par cet acte, il prend officiellement fonction à la CIL. La cérémonie s’est déroulée en présence de ses collègues et de sa famille.

Le juge : « Je jure solennellement, de bien fidèlementremplir ma fonction de membre de la Commission de l’informatique et des libertés en toute indépendance et impartialité, de façon digne et loyale, de garder le secret des délibérations ».
Halidou Rouamba : « Je le jure ! ».

C’est par ces propos que le nouveau membre de la Commission de l’informatique et des libertés (CIL), Halidou Rouamba, a prêté serment devant la Cour d’appel de Ouagadougou. Ainsi, la famille des membres de la CIL s’agrandit avec l’arrivée de cet architecte logiciel.

Le Conseil des ministres, en sa séance du 24 janvier 2018, a nommé,au titre des associations nationales des professionnels de l’informatique, Halidou Rouamba, membre de la CIL. L’article 2 du décret de nomination stipule que « Le présent décret prend effet pour compter de la prestation de serment de l’intéressé ».
Selon toujours ledit décret, un membrede la CIL a un mandat de cinq ans renouvelable une fois.

Défis à relever

JPEG - 85.5 ko
Halidou Rouamba

Le nouveau membre de la CIL, Halidou Rouamba, dit déjà mesurer le défi de la protection des données avec les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) qui ne semblent pas leur faciliter la tâche. « Il faut dire que la protection est un très grand défi parce qu’actuellement, nous sommes à l’ère du numérique et on constate que cela nous gouverne, que ce soit dans nos mœurs ou habitudes. Aussi, il y a beaucoup d’informations que nous fournissons sur les réseaux sociaux sans connaître souvent l’ampleur ou le degré d’utilisation de ces informations », a-t-il indiqué.

Et de rappeler que de nos jours, il y a beaucoup de systèmes d’informations qui arrivent à automatiser et à systématiser les profilages des données des gens ou même à anticiper sur les habitudes de consommation. C’est un acte qui, selon Halidou Rouamba, entre en flagrant délit dans tout ce qui concerne les caractères personnels.

JPEG - 88.2 ko
Photo de famille

« La mission que les plus hautes autorités de ce pays nous ont confiée, c’est de pouvoir protéger ces informations afin de donner un peu d’intimité aux gens pour permettre à chacun d’être autonome dans ses choix au lieu que les systèmes informatiques puissent influencer nos vies de tous les jours », a-t-il affirmé.
Ainsi, « notre rôle est d’aider les entreprises à protéger ces informations et surtout à ne pas en abuser aussi. Il s’agit également de permettre aux utilisateurs de ces informations de pouvoir les supprimer quand ils veulent, de bénéficier de ce qu’on appelle le Droit à l’oubli », a-t-il conclu.

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.