ONU : Le chef du HCR appelle les bailleurs de fonds à aider à stabiliser le Mali, le Niger et la Libye

Publié le mardi 26 juin 2018

ONU : Le chef du HCR appelle les bailleurs de fonds à aider à stabiliser le Mali, le Niger et la Libye

A l’issue d’une visite en Libye, au Niger et au Mali, le chef de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Filippo Grandi, a appelé les pays bailleurs de fonds à aider à ramener la stabilité dans ces pays par lesquels transitent beaucoup de personnes qui vont chercher la sécurité en Europe.

« Les communautés ici ont besoin de stabilité », a-t-il déclaré lors de sa visite au Mali. « Les migrants et les réfugiés ont besoin de stabilité. Mais les ressources sont des plus limitées. Les agences internationales sont bien trop démunies. Et le gouvernement ne peut à lui seul résoudre l’ensemble des problèmes ».

« Les Européens se plaignent continuellement des réfugiés et des migrants qui tentent d’atteindre leurs côtes, mais cela ne fera que continuer s’il n’y a pas de véritable investissement ici », a encore dit le chef du HCR, cité dans un communiqué de presse de l’agence onusienne.

Lors de sa visite au Mali, M. Grandi s’est notamment rendu à Gao, dans le nord du pays, où il a rencontré des réfugiés du Burkina Faso et du Niger.

Plus de 5.000 personnes sont arrivées du Burkina Faso voisin au cours des derniers mois. Elles sont originaires de villes frontalières où des affrontements opposent l’armée aux rebelles.

M. Grandi a aussi rencontré des réfugiés récemment arrivés du Niger. Ils ont fui les villes frontalières pour échapper au conflit entre les opposants islamistes et les forces de sécurité. Les combattants ont attaqué les habitants et affirmé qu’ils avaient donné des informations sur leurs déplacements aux forces de sécurité. Plus de 1.000 personnes ont pris la fuite.

Le Mali était la dernière étape de cette visite de Filippo Grandi pour marquer le 20 juin, Journée mondiale des réfugiés. Dans ces pays - Mali, Niger et Libye - qui sont tous des zones de conflit, il a lancé un appel à la prudence aux diverses armées de la région qui combattent pour rétablir la sécurité.

Visite au Mali d’un expert des droits de l’homme de l’ONU

De son côté, l’Expert indépendant sur la situation des droits de l’homme au Mali, Alioune Tine, a annoncé qu’il se rendrait dans ce pays du 24 au 29 juin 2018, dans un contexte d’insécurité croissante avant la tenue des élections prévues pour le 29 juillet 2018.

« Mon centre d’intérêt va porter sur cette période pré-électorale et sur les questions liées aux droits humains. Je suis conscient que la campagne officielle pour les élections présidentielles doit débuter le 7 juillet 2018, et le vote se déroulera le 29 juillet de cette année. Je tiens à voir si les mesures sont en place pour que les élections se déroulent dans de bonnes conditions », a dit l’Expert dans un communiqué de presse.

« Je suis préoccupé par des informations qui me parviennent selon lesquelles la violence intercommunautaire dans la région du centre et du nord du Mali a connu une escalade dramatique », a-t-il ajouté. « A cela s’ajoute l’expansion des activités des groupes extrémistes violents qui terrorisent les populations avec des enlèvements, des assassinats ciblés et d’autres traitements cruels ».

Source : https://news.un.org/fr/story/2018/06/1017422

Contact pour plus d’informations : CINU / Ouagadougou, Tél : 25306076

Site web : http://ouagadougou.unic.org

E-mail : unic.ouagadougou@unic.org

Messages

  • Monsieur Filippo GRANDI,
    C’est vraie que nous compatissons. Nous souffrons à l’intérieur même de nous quand on voit ce qui se passe en Afrique d l’Ouest jusqu’en Libye.
    Mais Monsieur Filippo, e serait ce pas plus juste et plus judicieux de demander à la France et aux USA qui ont bombardé la Libye, permis la dispersion des armes de donner l’argent pour la résolution de ce problème ?
    Vous ne voudrez pas vous mettre du côté de macron pour dire : Oui, nous avons fait la merde mais vous devez la laver (Nous avons créé le refugier et vous devez les accepter).
    Dans ce monde, on a beau être bon on fini par dire du mal de certaines personnes. C’est maudire ; c’est des gens comme le Hibou au regard gluant (Sarkosy Nicolas) et tous ceux qui pensent comme lui par rapport à la Libye ou et à l’Afrique. Eux aussi sont des hommes et font des enfants sauf celui là qui refuse d’en faire. N’oublions pas que l’Histoire à une fameuse façon de recommencer de la même façon. SI l’Histoire se répétait, on verra qui ira défendre qui.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.