Situation nationale : « Ceux qui nous gouvernent aujourd’hui ont royalement trahi les aspirations qui les ont portés au pouvoir », regrette Zéphirin Diabré

LEFASO.NET | Par OL

Publié le mercredi 4 juillet 2018

Situation nationale : « Ceux qui nous gouvernent aujourd’hui ont royalement trahi les aspirations qui les ont portés au pouvoir », regrette Zéphirin Diabré

Le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF) a animé, ce mardi 3 juillet 2018 à son siège, sa traditionnelle conférence de presse. Si le mardi dernier a été un rendez-vous manqué, cette semaine, c’est le porte-parole de l’institution politique himself, Zéphirin Diabré, qui a conduit la séance. Un seul point à l’ordre du jour : la situation nationale, avec pour appui les dernières sorties médiatiques du président du Faso pour son bilan de mi-mandat.

D’entrée dans le vif du sujet, Zéphirin Diabré et ses camarades se sont réjouis, sourire moqueur aux lèvres, que le point de presse du CFOP-BF soit devenu un « évènement médiatique majeur » que le gouvernement et la majorité ont « maladroitement » tenté de copier.

Pour donner sa lecture et celle de son institution sur la situation nationale, Zéphirin Diabré a pris prétexte des dernières sorties-bilan du président du Faso. Le CFOP-BF, estimant que l’examen de deux ans de la vie d’un pays comme le « Burkina Faso d’aujourd’hui » est difficile à épuiser en une conférence de presse, s’est focalisé sur ce qu’il a qualifié de « tendances de cette période ». Il promet d’y revenir dans une forme « plus élaborée » et « plus analytique ».

Puis, Zéphirin Diabré de situer qu’à travers ce bilan du président du Faso, les masses laborieuses du Burkina s’attendaient à un véritable diagnostic de la situation nationale, à un récapitulatif des actions posées et à une orientation claire du premier des Burkinabè. « Au lieu de cela, la sortie, qui semblait improvisée et impréparée, a donné lieu à du déjà-vu », observe le CFOP-BF, M. Diabré, pour qui cette sortie n’aura été qu’une tribune pour Roch Kaboré d’annoncer sa candidature à la présidentielle de 2020.

Pour l’opposition, la seule hypothèse qui peut pousser un président en exercice à mi-mandat à « annoncer avec précipitation » sa candidature à sa propre réélection, c’est sa crainte que son camp ne lui préfère quelqu’un d’autre. « C’est donc pour éviter l’émergence d’un candidat de rechange que le chef de l’Etat a anticipé son annonce », scrute le CFOP-BF qui déduit que cette déclaration implique que, dès lors, le Burkina n’est plus dirigé par un président au-dessus de la mêlée, mais plutôt par un « président-candidat » qui est entré en campagne. « Désormais, nous allons le traiter comme tel ! », averti le porte-parole de l’opposition burkinabè.

Sur la vie nationale à proprement dite, les responsables du CFOP-BF pensent que le gouvernement, qui a fait de grandes publicités autour des 18 000 milliards F CFA de la conférence internationale sur le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES) en décembre 2016, s’est, depuis lors, laissé bercer par des illusions, alors que les intentions (ces 18 000 milliards) sont une chose et la mobilisation effective de ces ressources en est une autre.

« Où sont passés ces 18 000 milliards de ce PNDES pour la santé, l’éducation, l’emploi de la jeunesse, le commerce, l’élevage, l’agriculture de nos braves et laborieux paysans, les bourses des scolaires et étudiants, etc. ? Quand le MPP somme tous les maires de comptabiliser toute réalisation sur leur territoire au compte du PNDES, point n’est besoin de démontrer que le programme politique, économique et social est une arnaque du peuple », conclut le CFOP-BF, Zéphirin Diabré.

Réactualisant ses deux mémorandums sur les 100 jours et l’an 1 du pouvoir, par lesquels elle jugeait insuffisants les efforts consentis et attirait l’attention du régime sur le fait que les « camarades MPP » nommés aux postes stratégiques n’étaient pas assez compétents pour rédiger les projets que les bailleurs de fonds du PNDES attendaient, l’opposition affirme qu’aujourd’hui, on a le sentiment unanime que les choses ne bougent véritablement pas.

« Une situation politique et sécuritaire dégradée, une situation économique caractérisée par la morosité, une situation administrative prise en otage par l’incivisme et la corruption, une situation sociale gagnée par la grogne, voilà ce qui caractérise le Burkina Faso sous le règne du MPP. Elle a, en toile de fond, ce constat désolant qui s’impose à tous : ceux qui nous gouvernent aujourd’hui ont royalement trahi les aspirations qui les ont portés au pouvoir », regrettent les responsables du CFOP-BF.

« L’Etat burkinabè est en train de disparaître ! »

Sur le point de la gouvernance politique, le CFOP-BF affirme que l’Etat burkinabè est en train de disparaître. « Diriger un pays, c’est prendre des décisions quand il le faut. Malheureusement, nous avons un gouvernement poltron qui refuse de s’assumer. De l’économie au social, la pagaille ne fait que s’enraciner irrémédiablement dans la mentalité collective. Notre Etat et notre nation sont en train d’être submergés par l’incivisme et autres mauvais comportements de masse.

Cet avis est de plus en plus transcendant au sein même du MPP où certains caciques, face à la déconfiture, ne peuvent plus se taire. Le professeur Etienne Traoré, membre éminent de la majorité, dit vertement que le président-candidat tourne en rond. Evoquant la question lors de son entretien, le président-candidat a dit que celui qui pense que l’Etat n’a pas d’autorité, il n’a qu’à essayer et il va voir. Nous pensons que président-candidat a une mauvaise compréhension de la question.

L’autorité de l’Etat, ce n’est pas l’autoritarisme. Quand on vole allégrement les deniers publics, c’est que l’Etat n’a plus d’autorité. Quand un chef d’Etat, à qui on a révélé que ses collaborateurs ont monnayé des rendez-vous avec lui, et qu’il se contente de dire qu’il les a grondés, c’est que l’Etat n’a plus d’autorité. Quand l’impunité protège les puissants et fait croupir en prison les voleurs de poussins, c’est que l’Etat lui-même favorise l’incivisme », enfonce Zéphirin Diabré.

Pour l’opposition, le président Roch Kaboré est « très mal » entouré. « A la faveur de sa prise du pouvoir, des pseudos-conseillers et des partisans de piètre qualité ont investi les allées de Kosyam [palais présidentiel, ndlr] au détriment des cadres compétents et sérieux qui ont fait le succès du MPP », pointe Zéphirin Diabré, qui pense que l’image donnée par certains d’entre eux n’honore pas le pays.

Le CFOP-BF estime qu’avec un président du Faso coaché par des gens sans expérience, « qui ne peuvent pas se conseiller eux-mêmes », l’on ne doit s’étonner que le Burkina soit devenu un pays piloté à vue, qui demeure dans une insécurité grandissante, une économie en panne, un chômage endémique des jeunes et des femmes, « avec le retour à grandes enjambées de la corruption, la politisation de l’administration et la persistance des difficultés d’accès aux services de base ».

L’opposition est sans appel : « l’incompétence est devenue, en deux ans, la vertu la plus récompensée au Burkina », pendant que des cadres et autres employés compétents se tournent les pouces dans les services publics. Mieux, ajoute l’opposition, l’appartenance politique est devenue la garantie de la promotion professionnelle et économique et « c’est là que le pouvoir MPP excelle plus que tout autre dans l’histoire » du pays.

L’institution politique dénonce le fonctionnement de la démocratie, que les Burkinabè s’entendaient pourtant voir autrement à l’arrivée du MPP au pouvoir. Pour étayer cette chute, Zéphirin Diabré indexe une « séparation des pouvoirs devenue un leurre » (l’exécutif contrôle le judiciaire et Kosyam impose aux députés MPP aussi bien les nominations à l’Assemblée nationale que le contenu des débats) ; le respect de l’institution parlementaire qui a disparu (les ministres font de ce qu’ils veulent des convocations de l’Assemblée nationale et le gouvernement change l’ordre du jour des débats à sa guise et envoie les documents aux députés souvent la veille de leur examen) ; etc.

Sur un autre plan, Zéphirin Diabré trouve que depuis l’avènement du pouvoir MPP, le Burkina est devenu « un pays quelconque » sur la scène internationale par une gestion des affaires internationales qui s’enferment dans une « diplomatie sans relief, taciturne, honteuse qui ternit l’image jadis enviée » du pays. « La qualité et la qualification du personnel de notre diplomatie est aux antipodes de son utilisation et de sa rentabilité au regard des défis actuels de la politique étrangère de notre pays », jauge M. Diabré, qui fait en outre observer qu’en deux ans et demi de gouvernance, aucune conférence des ambassadeurs, « haute instance de la diplomatie de notre pays », ne s’est tenue.

Au plan de la justice, il retient que le déroulement de l’instruction et du procès du coup d’Etat de septembre 2015 a révélé que les dirigeants se livrent à un « véritable tripatouillage » juridique dans lequel, la justice est devenue un « instrument soit de chantage, soit de règlement de comptes ». L’opposition dit prôner, sur ce dossier comme sur tous les autres, un procès juste et équitable qui débouche sur la vérité.

« Libertés en danger ! »

« Nos libertés sont en danger ! », à en croire le CFOP-BF, qui s’appuie ici sur des investigations de l’Observatoire pour la démocratie et les droits de l’Homme, menées entre mai et octobre 2017. Selon les responsables de l’opposition, la gouvernance du MPP est truffée de manquements au niveau des libertés d’expression et de la presse, des libertés publiques, démocratiques et de détentions arbitraires. Ils en veulent pour entre autres preuves, « l’interdiction à deux reprises par la mairie de Ouagadougou », d’un meeting d’une organisation de la société civile ; l’interdiction, par la municipalité, d’une manifestation publique de ressortissants étrangers en soutien à la contestation de l’opposition de leur pays ; la tentative d’interdire les sit-in et la répression qui a suivi certains piquets de grève de syndicalistes.

« C’est une tentative de musèlement des libertés publiques, un retour des vieux démons, des ingénieurs-concepteurs des zones rouges anti-manifestations publiques à Ouagadougou », constate M. Diabré qui conclut qu’on ne devient donc pas un vrai démocrate du jour au lendemain. Il est également convaincu que le Burkina excelle maintenant dans les détentions arbitraires à caractère ouvertement politique. « La plus emblématique de ces détentions arbitraires, c’est sans doute la mise en résidence surveillée du général Djibrill Bassolé.

Détenu malgré l’avis du Comité d’experts de l’ONU et malgré le recours infructueux du ministre de la justice contre cet avis, Djibrill Bassolé se voit refuser le droit aux soins, tout simplement parce qu’il est un candidat potentiellement dangereux à l’élection présidentielle de 2020 », a remis au goût du jour le porte-parole de l’opposition, ajoutant à la liste, le cas du lanceur d’alerte Naïm Touré. Pour « Zèph. », la justice burkinabè peine à convaincre qu’elle est indépendante, compétente, sérieuse et incorruptible.

Volet sécuritaire, le CFOP-BF dit constater une dégradation de la situation avec en sus de nombreuses pertes en vies humaines, le ralentissement de la reprise de l’activité économique, etc. Tout en relevant la nécessité de donner les moyens aux Forces de défense et de sécurité, l’opposition pense également qu’il faut élaborer une politique cohérente de la défense du territoire. « Tous les diplomates et autres experts internationaux disent aujourd’hui que dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, il y a deux ventres mous : le Burkina et le Mali », révèlent Zéphirin Diabré et ses « camarades » du CFOP-BF, qui décèlent en cette situation, cinq défaillances fondamentales (l’absence de vision : il y a urgence à élaborer une véritable stratégie nationale de sécurité ; le manque de compétence ; l’information ; les moyens ; la mise en œuvre d’une approche régionale pertinente).

Ils pensent également que pour un pays qui sort d’une crise socio-politique qui a sapé les fondements de la société, la réconciliation doit être le préalable du processus de la refondation nationale. Pour l’opposition, si une telle initiative est du rôle et du devoir des tenants du pouvoir, rien n’indique qu’ils en prennent le chemin. « La volonté politique pour aller à la réconciliation n’existe pas au MPP. Bien au contraire, c’est un pouvoir qui se montre plus enclin à diviser les Burkinabè qu’à reconstruire le tissu de la cohésion nationale. A l’occasion de la récente crise sociale (grève au ministère de l’Économie, des Finances et du Développement, ndlr), on a vu comment ce pouvoir excelle dans l’art de diviser les Burkinabè et à opposer les catégories sociales les unes et les autres », regrettent les responsables de l’opposition.

Gouvernance locale et vote des Burkinabè de la diaspora

Au niveau de la gouvernance administrative, l’opposition a également un regard mitigé de la situation. « Une administration responsable et transparente, fondée sur des valeurs d’intégrité et de probité, un sens élevé du service public, la compétence et le mérite, doit être le souci premier de tout gouvernement qui cherche à créer les conditions d’un développement durable de son pays. C’est bien dans cette dynamique qu’a été adopté en juillet 2011, le Plan stratégique décennal de modernisation de l’administration (PSDMA) dont la finalité était de promouvoir une administration publique moderne susceptible de produire des biens et services de qualité.

En juillet 2013, le gouvernement a élaboré un code d’éthique, qui met l’accent sur l’obligation de rendre compte et la transparence », confie M. Diabré. Fort de cet existant, il fait le constat que le MPP et ses alliés ignoreraient ces instruments, que l’administration burkinabè va mal et a perdu en qualité (affairisme et absentéisme, clientélisme, nominations par complaisance, etc.).

C’est dans ce pincement qu’il relève aussi que le processus (de recrutement par appel à candidature pour les directeurs généraux des établissements publics de l’Etat EPE, les sociétés d’Etat, les sociétés d’économie mixte à participation majoritaire de l’Etat et toute autre structure assimilée), qui a l’avantage de promouvoir les compétences et d’amenuiser les risques d’une politisation de l’administration publique, est de plus en plus subtilement contourné pour des nominations partisanes, d’amis et de parents.

En ce qui concerne la gouvernance locale, le principal animateur de la conférence est revenu sur les violences qui ont caractérisé les élections municipales dont l’essentiel provenaient, dit-il, de conflits entre candidats MPP. Pour exemples, il cite les situations des conseils municipaux de l’arrondissement N°3 de Ouagadougou, de Saponé, de Gourcy.

Toujours dans le même chapitre, le CFOP-BF relève de la timidité dans la mise en œuvre du Programme d’urgence pour le Sahel burkinabè (PUS-BF), lancé en août 2017 pour un coût 455 milliards F CFA.

Même diagnostic au titre de gouvernance du développement, le CFOP-BF note un manque de politique agricole, un accès des Burkinabè aux services sociaux de base (électricité, eau potable, assainissement, éducation, santé, télécommunications, l’habitat…) qui reste faible.

« L’ensemble des investissements réalisés entre 2010 et 2015 dans le domaine des routes a permis de faire passer le linéaire de routes bitumées de 3 000 km à 4 900 km, soit un accroissement de 63%, contrairement aux récentes déclarations honteuses du ministre des infrastructures, alors même qu’une majeure partie de son programme de construction des routes bitumées est constituée de legs de l’ancien régime.

L’on peut citer comme preuves, la construction et le bitumage de la route Dédougou-Tougan (91 km), la construction et le bitumage de la route Didyr-Toma, la construction et le bitumage de la route Kongoussi-Djibo (96km), la construction et le bitumage de la route Koupèla-Bitou, la construction et le bitumage de la route Diapaga-Kantchari, les études de faisabilité du projet de l’autoroute Ouagadougou-Yamoussoukro dans sa section Ouagadougou - Bobo-Dioulasso, la réalisation de l’échangeur du nord aux intersections de la RN22 et de la RN2, le bitumage de la route de la voie de délestage et des voies de déviation de l’échangeur du nord (environ 10km).

Autant d’infrastructures structurantes qu’on n’hésitera pas à verser pompeusement dans les réalisations du PNDES dont on attend toujours le premier projet structurant. Heureusement que l’administration, c’est une continuité ! », a détaillé Zéphirin Diabré.

Cette lecture survolée, « chiffres à l’appui », de l’opposition sur le bilan à mi-parcours de mandat du « président-candidat » tranche avec l’autosatisfaction de certains gens, confient les responsables du CFOP-BF. « Comme vous le constatez, le président-candidat et les Burkinabè ne semblent pas vivre dans le même pays », a constaté le porte-parole de l’opposition, Zéphirin Diabré.

Sur une question relative au vote des Burkinabè de l’étranger, l’opposition dit avoir l’impression que le pouvoir est en train de tout mettre en œuvre pour qu’« au mieux des cas », ce vote soit minimisé (se référant aux documents requis) et « au pire des cas », qu’il n’ait pas lieu. Pour l’opposition, le pouvoir MPP a, en réalité, peur du vote des Burkinabè de la diaspora (surtout ceux vivant en Côte d’Ivoire). Mais, poursuit Zéphirin Diabré, l’opposition ne se laissera pas faire sur cette question. « Non seulement le vote doit être effectif, mais également donner la possibilité au maximum de Burkinabè [emplacement et disponibilité des bureaux de vote] », s’engage le CFOP-BF.

OL
Lefaso.net

Messages

  • Bien dit Zeph. Soutien !

  • Donc les 500.000.000 que l’Etat vous alloue chaque année sert juste à des conférence de presse pour critiquer les autres quoi ?
    Et si seulement vous montrez l’exemple en prélevant rien que le 1/10 soit 50 000 000 pour construire au moins une école quelque part au Burkina Faso au nom du CFOP ?C’est facile de critiquer hein.Dites nous ce que vous en faites de cette somme.

  • Taisez vous si vous n avez rien a dire.mr cfop.dites nous plutôt,pourquoi l organisateur des fraudes aux concours de 2015,est maire upc.confirmée nous q u ils ont fraudé pour le compte de l upc.puisqu’ils étaient 3 candidats de l upc aux législatives a être condamnés.la preuve est que contrairement a votre déclaration au cbc,vous ne les avez pas exclu du parti.Vous êtes,incohérent, sans convictions, et sans principes,contrairement a Son Excellence RMCK qui sait où il va et qui se donne les moyens d y aller.je parie qui en 2020,vous perdrez même le CFOP au profit du CDP.un parti qui a des voyoux comme maire ne peut prospérer. Dans tous les cas,le grand,intègre, et digne MPP avance avec le FASO

    • Armel, son Excellence Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso sait où il va ? OK, tout le monde, le doigt sur la couture du pantalon dans les rangs y compris le CFOP et on attend la suite en 2020. Y a vraiment des gens qui n’ont jamais tiré leçon du passé récent. Tu ne mangeras pas ton piment dans ma bouche bien que je ne sois pas sûr que tu rendes un service au PF. Vas-y. Paul KERE.

  • C’est cela le vrai bilan. Félicitation au Cfop et vive l’alternance.

  • Ce pouvoir de Roch déçoit énormément. Au début, on pensait que c’était Salif Diallo. Au finish, on remarque que c’est Roch le problème.

  • INCAPABLE DE PROPOSER, TOUJOURS TU ES RIDICULE.
    TU PROPOSES QUOI AU JUSTE.NE PASSE PAS TOUT TON TEMPS A CONTESTER, 0 METTRE LE MAL DES AUTRES ET TOI TU PROPOSES QUOI.
    DONNE BEAUCOUP DE TOI MEME ET DEMANDE PEU DES AUTRES. NOUS AVONS COMPRIS CE QUE TU VEUX, TUNES UN INCAPABLE

  • Taisez vous si vous n avez rien a dire.mr cfop.dites nous plutôt,pourquoi l organisateur des fraudes aux concours de 2015,est maire upc.confirmée nous q u ils ont fraudé pour le compte de l upc.puisqu’ils étaient 3 candidats de l upc aux législatives a être condamnés.la preuve est que contrairement a votre déclaration au cbc,vous ne les avez pas exclu du parti.Vous êtes,incohérent, sans convictions, et sans principes,contrairement a Son Excellence RMCK qui sait où il va et qui se donne les moyens d y aller.je parie qui en 2020,vous perdrez même le CFOP au profit du CDP.un parti qui a des voyoux comme maire ne peut prospérer. Dans tous les cas,le grand,intègre, et digne MPP avance avec le FASO

  • Roch n’a toujours pas compris que c’est lui qui sera jugé et non les ventriotes vempire de la république. Un jugement sévère !

  • Nous nous sommes trompés une fois en portant au pouvoir le Mpp. Il n’y aura pas une deuxième fois. Crise économique, terrorisme, famine, incivisme, grèves, atteintes aux libertés, copinage, ...C’est quel pouvoir ça ?

  • Je dois reconnaître que l’opposition est de plus en plus unie, et se présente comme une alternative face à l’échec historique du MPP. NB : Je ne suis d’aucun parti

  • Le vote des Burkinabè, dans leur écrasante majorité, est non négociable en 2020. Zephirin et Eddie, tenez le MPP à l’œil.

  • l’opposition est toujour une opposition mème si ROCK a bien travaillé,il y aura des failles pour ZEF.moi je suis sur que c’est campagne il est en train de battre comme çà.

  • Bien dit. si l’autorité existait on allait entendre et juger les personnes qui monnaient les audiences auprès du chef de l’Etat. Si c’est faux aussi et que si l’autorité de l’Etat existait on allait poursuivre le journal en justice.En plus c’est avec l’avènement du MPP et acolytes au pouvoir que des professeurs et autres occupent des postes techniques au sein du ministère de la femme et quand les syndiqués disent non on les muselle et on les intimide. Ou se trouve votre dialogue avec les partenaires sociaux ? Pourquoi avec votre pouvoir discrétionnaire vous ne nommez pas aussi les professeurs au postes techniques au niveau de la santé, de la jeunesse et autres ministère. Les travailleurs sociaux sont assermentés est ce que le pouvoir du MPP et acolytes connaissent cette situation ? Non ce n’est pas normal pouvoir du MPP et acolytes mais il n’est jamais tard pour bien faire.
    Nous ne sommes pas contre le pouvoir du MPP nous sommes objectifs car la gratuité des soins des enfants de moins de cinq est une bonne chose, la réfection des routes aussi

  • Bien dit. si l’autorité existait on allait entendre et juger les personnes qui monnaient les audiences auprès du chef de l’Etat. Si c’est faux aussi et que si l’autorité de l’Etat existait on allait poursuivre le journal en justice.En plus c’est avec l’avènement du MPP et acolytes au pouvoir que des professeurs et autres occupent des postes techniques au sein du ministère de la femme et quand les syndiqués disent non on les muselle et on les intimide. Ou se trouve votre dialogue avec les partenaires sociaux ? Pourquoi avec votre pouvoir discrétionnaire vous ne nommez pas aussi les professeurs au postes techniques au niveau de la santé, de la jeunesse et autres ministère. Les travailleurs sociaux sont assermentés est ce que le pouvoir du MPP et acolytes connaissent cette situation ? Non ce n’est pas normal pouvoir du MPP et acolytes mais il n’est jamais tard pour bien faire.
    Nous ne sommes pas contre le pouvoir du MPP nous sommes objectifs car la gratuité des soins des enfants de moins de cinq est une bonne chose, la réfection des routes aussi

  • Ouedraogo Yamwekkre, le Cfop n’est pas un cabinet de consultation gratuite pour le Mpp. Si tu veux les propositions de Zeph, lis son programme. Votre disque est maintenant rayé.

  • Internaute Joan quand vous n’êtes pas sûr d’une information, il faut vous abstenir de diffamer ! Vous dites que le CFOP reçoit 500 millions de fcfa /an, ce qui est faux ! Le CFOP ne reçoit pas plus de 100 millions/ans et ce, pour une trentaine de partis membres !
    Concernant la conférence du Chef de File de l’’opposition, nous trouvons même qu’il a été tendre avec ses critiques : la gestion du MPP est plus que chaotique ! L’Etat burkinabé est en déliquescence !

  • Internaute Armel, tu dis que l’UPC a des maires voyous ? Mais dis donc ? Et le directeur de cabinet de la présidence, ex maire de Koudougou, Seydou Zagré qui a été revoqué en plein midi du conseil municipal en 2012 pour deals de parcelles ? Et Lassané Sawadogo, ex ministre de la fonction publique qui a été épinglé par l’ASCE pour des dépenses non justifiées et sauté du gouvernement en son temps ? Si on va citer les recalcitrants du MPP, demain matin risque de nous trouver ici !

  • On en a assez marre maintenant de vos chansons de tous les jours. Le supporteur connait jouer plus que joueur, malheureusement vous avez de la peine à être joueur pardon président pour connaitre la réalité.

  • Là où le MPP m’a complètement deçu, c’est le fait de prendre 3 milliards payer des véhicules de luxe pour des ministres. ça peut me tuer. Pendant que le pays vit la famine et des attaques terroristes, c’est tout ce que leur imagination a donné. Désolant !

  • Si chaque mardi,c’est pour raconter les mêmes salades,j’ai peur que vous finissiez par ennuyer les Burkinabè d’ici les élections présidentielles puisque c’est la seule chose qui vous intéresse.Malheureusement je crains qu’arriver au pouvoir,vous ne puissiez pas faire mieux que le président actuel.C’est dire que la critique est facile,l’argumentation moins.Ensuite s’agissant du vote des Burkinabè de l’étranger,je suis toujours contre pour 2 raisons.Première raison,son coût exorbitant mais un résultat infime.Quel est le taux de participation aux différentes élections au Faso ?Moins de 30% et pourtant le bureau de vote est à moins de 5 km de chaque électeur.Alors si vous pensez que des compatriotes à l’étranger qui pour certains,il faudra parcourir des milliers de km pour voter se bousculeront en masse,vous vous pincez pour rire.Bien sûr,nous voyons la ficelle qui est trop grosse et il s’agit du cas très singulier de la CI,d’où la 2ème raison de mon refus de ce vote de la diaspora.En CI,ça sera une vraie mascarade avec des votes massifs de "faux" Burkinabè ou des Burkinabè fictifs et si notre Zeph national croit tirer les marrons du feu si ce vote des Burkinabè de l’étranger devait avoir lieu,il se trompe lourdement.En piètre politicien comme à son habitude,il est entrain de faire le nid des perruches

  • Yamsoaba,dit moi quel tribunal a condamné Mr zagre et sawadogo.Si vos camarades fraudeurs n avaient pas été condamnés,ils seraient considérés comme innocent.ici ,le maire de l arrondissement 07 et les autres ont été condamné a 12 mois fermes le 23 octobre 2015.Peine confirmé en appel le 1 avril 2016.Ils ont été donc reconnu comme des voyoux.ailleurs ils ne pourraient même plus s inscrire sur une liste électorale.veut tu que je publie l intégralité du jugement ?

  • Le coût de la vie est beaucoup plus élevé aujourd’hui que sous l’ancien régime. Je suis déçu. Avant l’insurrection, je vivais mieux. L’ancien régime était meilleur. Il y a quelque chose qui ne va pas ! Roch Marc Christian KABORE n’est pas l’Homme de la situation ! Je donne raison à laurent Bado qui dit que la gouvernance du président Roch est molle ! on ne voit pas le décollage économique tant attendu !

  • Bravo, Zéphirin Diabré : « Où sont passés ces 18 000 milliards de ce PNDES pour la santé, l’éducation, l’emploi de la jeunesse, le commerce, l’élevage, l’agriculture de nos braves et laborieux paysans, les bourses des scolaires et étudiants, etc. ? Quand le MPP somme tous les maires de comptabiliser toute réalisation sur leur territoire au compte du PNDES, point n’est besoin de démontrer que le programme politique, économique et social est une arnaque du peuple »

  • Quand on critique le MPP sur sa gestion, quand on dit que le pays va mal, ils s’énervent ! On n’a pas besoin de faire un dessin pour décrire la situation de précarité qui prévaut ! La majorité des burkinabé vivent un malaise social indescriptible, jusqu’au point où ils sont obligés de développer des stratégies de survie ! C’est regrettable...

  • Depuis l’arrivée du MPP au pouvoir, notre pays excelle maintenant dans les détentions arbitraires à caractère ouvertement politique. La plus emblématique de ces détentions arbitraires, c’est sans doute la mise en résidence surveillée du général Djibril BASSOLET. Détenu malgré l’avis du Comité d’experts de l’ONU et malgré le recours infructueux du Ministre de la Justice contre cet avis, Djibril Bassolet se voit refuser le droit aux soins, tout simplement parce qu’il est un candidat potentiellement dangereux à l’élection présidentielle de 2020.
    A celle là, on peut ajouter la détention récente du blogueur Naim Touré, qui paye sans doute la nouvelle résolution du «  celui qui essaye il va voir » doublée d’un règlement de compte par procuration de la vielle querelle idéologique qui a déchiré le mouvement étudiant il ya 40 ans.
    Notre justice peine à convaincre qu’elle est indépendante, compétente, sérieuse et incorruptible. Le dossier d’enquête ayant conduit à l’indexation et à la sanction de plusieurs magistrats révèle cette situation qui ne l’honore guère. Là encore, l’on note que le Président du Faso a tenté d’empêcher le conseil de discipline de poursuivre son travail. Et c’est là que je donne raison au Chef de File de l’Opposition par rapport à la situation nationale !

  • Merci m CFOP, on t’a compris tu vera pa jamais kosyam en que président. je prefere le CDP que l’upc. ce que vous savez c’est critiqué meme ce qui est bien ne l’est pas chez vous. 2020 on vous vera, continue ta campagne ? Tu te contredis, le pouvoir est une continuité. Donc pour toi ils doivent abandonnés les projets qui vont profiter au peuple meme si l’ancien regime je pense que cest le burkina a nous tous. D’autres viendront achever ce que ROCK a commmecé. Si tu ne veut pas CFOP, il ne faut pas etre candidat. Le meme peuple est la nous n’allons inventer un new pays nous allons le construire.

  • Le Burkina Faso demeure confronté à des défis sécuritaires majeurs.Tous les diplomates et autres experts internationaux disent aujourd’hui que dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, il ya deux ventres mous : le Burkina et le Mali. Nous devons le fait d’être tombés si bas à 3 défaillances fondamentales :
    1_ absence de vision de la part du gouvernement
    2_ manque de compétences
    3_ renseignement faible
    Le pouvoir du MPP n’est pas à la hauteur de sécuriser le pays !

  • Aujourd’hui, c’est comme si le MPP et ses alliés ignoraient l’existence de tels instruments. L’administration burkinabè va mal et a fortement perdu en qualité : l’emploi public répond à un besoin de survie. Outre ce recul remarquable, l’administration se caractérise par l’affairisme et l’absentéisme, le clientélisme et les nominations de complaisance (les récompenses politiques et familiales) alors même qu’elle est le bras ouvrier du processus de développement durable du pays.
    De 2016 à nos jours, il n’y a pas ce secteur administratif qui n’a pas connu de remous ; même le secteur de la sécurité publique et des collectivités territoriales n’ont pas été épargnées. La seule année 2017 a enregistré un record jamais égalé de grèves et sit-in : 233 jours non travaillés tous syndicats confondus. Une telle situation qui se radicalise cette année, appelle un certain sursaut. Vraiment, ce gouvernement gère le pays de façon laconique ! Très décevant la gestion du MPP !

  • Je suis né et j’ai grandi à Tampouy ! Depuis que j’y suis, je n’ai jamais vu autant de délestages comme ces deux dernières années ! Chaque jour que Dieu fait il y’a délestage ! Il faut penser à nous autres du secteur informel ! Pourtant pendant les campagnes les gens du MPP nous on promis l’Eldorado, car disaient-ils, "Nous sommes la solution" !
    Mais on constate que la Solution est devenu le problème ! Nous sommes déçus de ce régime !

  • yam soaba.ceux dont tu parle n ont jamais été condamnés. par contre ceux dont parle Armel ,tes camarades ,ont été condamnés par les tribunaux.on a donc la preuve qu ils sont coupables.et donc Armel a raison quant il dit que vous avez des maires fraudeurs,et donc voyouy

  • Nous tous nous savons que tous les projets en cours de réalisations ou en attentes de réalisation sont bien et belle du régime déchu que l’autre qui bénéficie aujourd’hui le diabolise.
    Le président KABORE pourrait lancer les quelques chantiers de son régime qu’après 2020 si il est reconduit et en plus qu’il arrive à réunir les fonds dit ci la fin ce mandat actuel.
    En plus je demande à M. BOUGMA Eric de se comporter comme un Ministre plutôt comme un Directeur de campagne.

  • internautes yam soaba.c est pas Armel qui dit que l upc a des maires voyoux.non.c est la justice.dites donc,le maire du 07 qui a été condamné a 12 mois ferme est un saint ?un chat est un chat,et donc un condamné est un voyou

  • internaute YAMSOABA, suis OK avec vous qu’il y a aussi des brebis au MPP mais le cas de l upc m indigne à plus d’un titre. il m est difficilement acceptable que monsieur DIABRE garde effectivement au sein de ce parti des fraudeurs connus et condamnés pour écarts de comportement relatifs aux concours de la fonction publique.
    Surtout ne comparez pas des choses non comparables, ceder des pparcelles à des burkinabè hors procédure , illégal certe, est de loin pas comparable à qu’à fait le maire UPC. Mieux l upc de DIABRE n’a aucunement intérêt à tolérer en son sein certaines pratique au motif qu’en face c’est pareil. PAs de citerus parabus qui tienne ici

  • Bravo Zeph ! Quand tu parles, c’est toujours nikel. N’en deplaise à ceux qui emargent au MPP.

  • Autant je suis OK avec le bp de l’ upc que les frondeurs doivent, avec honneur remettre leur mandat, j estime que le meme bureau politique de l’UPC devrait exclure de ses rangs ce maire notoirement connu pour ses comportements peu catholiques

  • Jeune de Tampouy
    Sur 27 ans y a pas courant c’est en deux ans que il n’y aura pas delestage, meme si vous etes jeunes mais vous etes intelligent ou bien ? Combien de temps le fonctionnaire arrive a se construire une maison. Si il ya des barrages, et si il ne pleut pas, vous Jeune de Tampouy , elu President du Faso, que vous pouvez malgre votre intelligence ? Pourquoi au niveau des infrastructures et la sante des enfants de moins de 5 ans et des meres enceintes, on voit le changement personne ne parle. Malgre les greves de sabotage, nous avancons quand meme. Quand les gens parlent de chomage on dirait qu’en France, aux USA et autres y a de chomeurs ? Ce petit Burkina va faire l’exception quand CDP et UPC seront au pouvoir !!!

  • Ma foi,
    ca va te tuer pour les vehicules. Si vous venez au pouvoir,vendez les vehicules et roulez a pied ou a velos.

  • On en a assez marre maintenant de vos chansons de tous les jours. Le supporteur connait jouer plus que le joueur, malheureusement vous avez de la peine à devenir président pour connaitre la réalité.

  • Moi je ne suis d’aucun parti politique, mais j’aime les politiciens qui disent la vérité comme Zephirin DIABRE ! Dites nous en toute franchise qu’est-ce qui va dans ce pays ? Le MPP qui a promis ciel et terre pendant les campagnes, l’éléphant annoncé est arrivé avec 4 pieds cassés ! le Burkina a regressé dans tous les domaines !
    Santé ZERO !
    Sécurité ZERO !
    Economie ZERO !
    Logements sociaux ZERO !
    Gouvernance vertueuse ZERO !
    Justice ZERO !
    Salubrité ZERO !
    C’est comme si ce pays n’était pas gouverné tellement qu’il y’a un laxisme et une incompétence notoire au sommet de l’Etat !

  • Garkou, il faut te départir de tes sentiments de militant du MPP et accepter la réalité ! jamais notre pays n’a connu de délestages comme ces deux dernières années, jusqu’au point où le DG de la SONABEl était obligé d’animer une multitude des conférences de presse pour se justifier ! Je ne sais pas si vous habitez au non lotis et que vous avez des plaques solaires pour raconter des inepties à dormir debout ! Franchement si à cette date déjà le pouvoir est incapable de nous fournir de l’électricité, j’en veux fort à tous ceux qui ont donné leurs voix au MPP.

  • Internautes Paul et Zoenabou, c’est difficile de défendre les leaders du MPP, tellemnt qu’ils traînent des dossiers sales ! Ce pays là est une savane !

  • Le Tchad vient de modifier pour supprimer le poste de Premier Ministre, le Conseil Economique et Social et le Médiateur. Pourquoi ne pouvons nous pas pendre les bons exemples en débarrassant notre république des institutions inutiles et budgétivores tels que le Haut Représentant, le ministre d’Etat et autres SG des ministères ? Tout ça c’est pour récompenser les camarades politiques du MPP, pendant que le pays manque de tout et que le peuple tire le diable par la queue au quotidien ! Le chien ne change jamais sa manière de s’asseoir ! Pfff...

  • j’ai bien apprécié cette phrase du Chef de File de l’Opposition :« Ceux qui nous gouvernent aujourd’hui ont royalement trahi les aspirations qui les ont portés au pouvoir »
    Zephirin a parfaitement raison, parce que les leaders du MPP et de l’UNIR/PS ont divorcé avec l’esprit de l’insurrection, en témoigne leur gouvernace qui n’est pas vertueuse ; corruption, détournements, clientélisme et copinage !

  • C’est avec le pouvoir du MPP et acolytes que des professeurs occupent des postes techniques ou des travailleurs sont assermentés (ministère de la femme). Ce que les gens ont appelés nomination de complaisance ; Avec le MPP et acolytes ,oh yé, vive la politisation de l’administration.

  • YAAM SOBA, comme tu a des preuves, tu peux amener ceux que tu a cité en prison. Pour l instant, on s en tient à la condamnation de ces voyous de l upc à 12 mois de prison ferme, c est à dire que leurs casiers judiciaires sont sales.

  • Mon cher ZEPH, si je peux me permettre une petite observation dans votre longue reproche au pouvoir, votre soif du pouvoir vous conduit à confondre le rôle de la justice et du pouvoir. Pire, votre alliance pour arriver à tout prix au pouvoir sera votre obstacle.
    Autre chose, voulez-vous dire au peuple que la continuité des investissements initiés par le pouvoir défunt est une anomalie ?
    Voyez-vous mon cher ZEPH, si le Président COMPAORE avait continué les projets d’investissement du Président SANKARA, mon Burkina était à l’image du RWANDA et peut être mieux.
    Critiquer oui, mais le CFOP de nos jour n’est pas mieux. Voyez par vous même.

  • Un bon politicien doit accepter les critiques pour mieux avancé mais ici au Faso chacun se comporte en dindon de zoulou,ce pays connaîtra beaucoup d’histoire dans la vie politique.

  • Jeune de Tampouy
    Presentez vous comme candidat, je vais vous voter car dans mon quartier il ya delestages, on dirait que le courant arrive miraculeuseument comme le soleil. Courages

  • l’homme politique ! un roublard, un traître, un éternel penchant au gré des vents digestivement favorables.
    Que de forfaitures ! Après avoir insulté le CDP et chasser N’guessan Blaise Cocoumbo, voilà que l’on se baobaisme avec l’ennemi ancien.
    Merci pour cette franchise. Basta l’UPC version Baobaisée ! mon vote futur ira certainement ailleurs. des partis comme le paren, l’upc baobaisé, l’undd et autres qui n’ont de véritable identité que le simple sigle.

  • internaute yam soaba,au moins tu ne peut pas nous montrer un élu du MPP qui a été condamné. c est la preuve qu ils sont blancs comme neige.Vous,vous avez votre fraudeur Seydou compaore, un voyou maire de l arrondissement 07.un voyou est un voyou

  • Une nation se construit par tous ces filles et fils. Ceux qui sont au pourvoir ne sont que des employés du peuple pour gérer les biens de la nation qui les ont confié. Inclut les employés du secteur publique. C’est comme un chef de famille. Bien sure que la stratégie de gestion repose sur la capacité stratégique, analytique, la bonne volonté, la liberté et les moyens mis a leur disposition.
    Comme l’internaute Joan, la souligner, que faite vous des 500 000 000 FCFA, les dons que vous recevez et votre capacité intellectuel et capacité a gérer la nation.
    Vous n’avez pas besoin d’attendre que le peuple vous confit le sommet de l’état pour bien faire.
    Nous avons besoin que vous aider a construire des écoles, des centres de sante, aider a la construction ou a l’entretien d’infrastructures routières, mener des actions aux développements du monde paysan …
    Donner des conférences sur la responsabilité de chaque Burkinabé dans le développent positive de la nation.
    Par exemple, le CHU Yalgado OUEDRAOGO, est un mouroir, et vous le savez, a votre place, je mènerais des actions afin qu’en collaboration avec le gouvernement, le CHU Yalgado OUEDRAOGO soit rénover a 100%.
    Je suis convaincu, que si vous concentrer vaux efforts dans la construction de la nation vous vendrez mieux votre stratégie politique que d faire des conférences que sur la gestion de la nation par les responsables actuel.
    Je vous demande de nous faire le point des 500 000 000 FCFA ainsi que le bilan de vos activités et réalisation en faveur de la nation.
    Un peuple peut exister sans ETAT, mais un ETAT ne peut exister sans son peuple.

  • pour moi en 2020 on verra qui va gagnent les élections pour moi ce mpp passe que le président Kabore travail vraiment bien

  • Je viens de lire : "Les travaux du plus grand parc d’attraction de l’Afrique de l’Ouest lancés à Abidjan". Au lieu de critiquer pour critiquer, même étant dans l’opposition, voilà le genre de projet à proposer et proposer même le site d’hébergement. Vous imaginez un tel parc à Bobo Dioulasso (le HUB de l’Afrique de l’Ouest) ? Tous vont y converger et le développement serait exponentielle. Que de temps perdu à discuter du sexe des anges !

  • C’est marrant ce cirque. A croire que nous sommes tous devenus amnésiques. Lorsque
    CFOP parle, je n’arrive pas y voir une quelconque opposition au pouvoir. C’est comme deux avocats qui " s’empoignent" comme des adversaires au tribunal, mais qui se retrouvent après pour boire la bière.
    Si notre opposition, ressemblait à....hé ! Dieu, je ne trouve pas, bon disons à BADO, en plus crédible, je m’en consolerai. Sinon notre salut ne viendra certainement pas de cette classe politique actuelle. Les principaux leaders politiques ont été formatés par le même système.

  • Elections présidentielles en 2020 Moi je vois L’UPC en 3eme position après le MPP -CDP. après c’est pour crier su RFI et France 24 que ya eu Fraude.
    Reste là-bas à parler Gros gros Français ! Toi tu connais pas Burkinabé.

    • TOKILI, tu as raison mais tu n’as pas continué le raisonnement. Voilà je te le complète : Mpp premier, Cdp deuxième, Upc troisième. Après les deux baobabs (Cdp et Upc) se mettent ensemble contre le Mpp et voilà, le tour est joué. Si vous ajoutez les autres partis comme la NAFA, l’ADF/RDA, c’est la razia au deuxième tour. Alors les Eric BOUGOUMA n’auront que leurs yeux pour pleurer à chaudes larmes. Tous les détournements qui ont été faits au ministère des infrastructures par les créations d’entreprises de circonstance pour happer les marchés publiques seront mis au grand jour et voilà l’occasion de la revanche contre cet arrogant ministre. Lui n’aura pas le temps de prendre l’avion comme Zida. Il faudrait le neutraliser directement. Yam ni yam ti Naab tuuk mooro.

  • Les gens ont voté Roch parce qu’ils croyaient qu’il allait régler le problème de logements et des non lotis ! mais hélas ! Ils se sont trompés !
    Leur programme de 40000 logements sociaux est un vrai fiasco pour ne pas dire une arnaque ! Mais en 2020 on saura qui voter ! tout sauf le MPP !

  • Le projet de loi PPP gré à gré voté par le MPP est un gâchis de l’argent du contribuable ! Des routes mal construites, des écoles mal construites, des surfacturations à couper le souffle ! Un an après le gouvernement de Roch n’a pas le courage de faire le bilan médiocre de ces PPP !

  • Zeph toi aussi, je croyais que tu t’étais retrouvé malgré toi à composer avec des gars comme ceux du CDP au CFOP malgré l’image de patriote que je voyais en toi au temps de Blaise, mais là je suis tenté de dire que je me trompais sur toi. As-tu jamais été du côté du peuple ?
    Ne trompe-tu pas le peuple, toi qui connais beaucoup en leur disant qu’on pouvait mieux faire que ce que Rock fait après 27 ans de gâchis ?
    Ce que j’ai contre Rock aussi :1° il dit qu’il va régler le problème des non lotis, ici à taabrenga rien ne se fait ; 2°) il dit qu’il va enlever les ralentisseurs sauvages, des gens ont balayé les tas de poussière et laisser les ralentisseurs béton qui coulent les véhicules, pour aller léo ou à Korsimoro marché c’est un problème.

  • Doucement Zeph. A vous attendre on dirait que le Burkina n’existe pas alors que tes joues ne cessent de gonfler

  • L’hôpital Yalgado et Sourou Sanou sont une honte nationale ! ces hôpitaux manquent de tout ! mais le gouvernement du MPP trouve des moyens pour acheter des V8 et des renault talismans à 3 Milliards, juste pour leur confort matériel ! Je regrette d’avoir fait cette insurrection

  • Tout d’abord, je remercie Monsieur ZEPHIRIN DIABRE, pour sa clairvoyance ! L’on espérait l’avènement d’un quatrième opérateur électronique quand, c’est plutôt au rachat de la compagnie Airtel auquel l’on a assisté en 2017 avec toutes les opérations de charme qui entourent de tels évènements (promesses de maintien du personnel et d’investissements massifs). Le comble, ce fut la décision du Gouvernement de vendre à Maroc Télécom, une partie des actions que l’Etat détenait dans la société ONATEL SA, société dans laquelle Maroc Télécom est déjà l’actionnaire majoritaire. Le volume des actions cédées équivaut à 10% du capital de la société. Nous avons ainsi assisté à une fuite de responsabilité du Gouvernement du MPP qui, au lieu de veiller à ce que les intérêts de l’Etat burkinabè soient préservés, a préféré se désengager en vendant 10% de ses actions à cette même société qui n’aurait pas respecté ses engagements. ! Vous voyez que ces deux jours les syndicats des travailleurs de l’ONATEL sont en grève parce que Maroc Telecom gère de façon chaotique la boîte !

  • Internaute TOAKILI, vous êtes vraiment rigolo lorsque vous dites que l’UPC viendra à la 3eme place. Roch même sait que c’est son dernier mandat, voici pourquoi il appelle l’opposition à son secours.

  • Deux années après l’accession au pouvoir du président, aucune réforme ou mesure n’a été prise, aussi bien au primaire, au secondaire, qu’à l’université.
    Selon toujours ses ambitions programmatiques, Roch devrait proposer une politique
    d’incitation et d’encouragement des entreprises à l’emploi des jeunes diplômés et
    stagiaires, mais à la date d’aujourd’hui rien n’y est fait. A quand cette politique ? Je me demande bien ce qu’il dira pour justifier son programme durant les campagnes de 2020... Une chose est sûre, ce ne sera plus facile pour lui de rebeloter un second mandat après tous ces échecs ! Ce qui me rassure c’est que l’UPC et le CDP vont rafler l’électorat en 2020 !

  • Face à certaines situations vécues par notre pays, on en vient à se demander où se trouve
    l’autorité du Président du Faso. Face à toute cette gabegie et ces détournements de fonds, le président est silencieux ! Même jusqu’à Kossyam des "dealers" monnayent les audiences et rien n’est fait ! Je m’excuse le président Roch n’a pas un bon leadership et il est loin d’être un capitaine à bord du navire qui ne fait que couler !

  • Dieu aime le FASO donc il ne permettra pas aux Burkinabè de voter Zeph comme presi. Il va tout mélanger en tant que président. D’une part Il dit que les infrastructures réalisées actuellement sont le fruit d’un héritage et étaient déjà financées par Blaise. Par conséquent il ne semble pas d’accord que le MPP en profite des retombées politiques. D’autre part il dit que les maux ,les tares , l’incivisme et la corruption actuels sont le fait du MPP. Il omet exprès de dire que cette chienlit c’est pas la création du MPP mais un héritage laissé par Blaise. Quand c’est du bon alors c’est Blaise qui a planifié mais quand c’est mauvais c’est l’œuvre du MPP. Décidément les résultats de 2015 sont restés à la gorge de Zeph. Quid de ceux de 2020 ? Diarrhée, vomissement ? En tout cas même le poste de CFOP N’est plus sûr puisqu’il reviendra au CDP. En 2020 Dans le meilleur des cas tu sera "Mr honorable" à l’assemblée ou "Mr le conseiller municipal" au quartier. Continue avec ton populisme sans sens.

  • Chaque peuple mérite ses dirigeants. Nous méritons ceux que nous actuellement.

  • Internaute Indjaba vous dites que c’est Blaise qui délabré le pays. Où nétaient Roch Salif Simon et les autres leaders du MPP durant ces 27 ans du régime Compaoré ? C’étaient eux les piliers de ce régime ! Cessez de vouloir infantiliser l’opinion publique.
    En matière de gestion, Zeph n’est plus à présenter, car c’est un technocrate de renommée mondial ! En 2020, quand il sera président vous aurez l’occasion d’apprécier son travail.

  • quel honte et de retournement pour cette conférence, tu organise et tu participe à la chute de Blaise compaoré et son entourage et aujourd’hui cest toi qui nous dis ça. je suis complétement déçu de la conférence de ZEph ; franchement tu oublier ce que tu disais hier a la place de la nation et dans les ondes des radios. soyez bénis et vive le Burkina faso

  • Maurice Yameogo achevé les chantiers des colonisateurs, Lamizana a achevé les chantiers de Maurice Yaméogo. Sankara à initié des projets que Blaise à pris à son compte, Rock continue les projets de Blaise et Diabétiques se donne les chances de pouvoir parachever le PNDES. L’administration n’est elle pas une continuité ?

  • Lire Diabré au lieu de "Diabétiques", mot malencontreusement imposé par le dictionnaire de mon écritoire.
    Avec toutes mes excuses, merci

  • bien dit mon president, un pays ou tout ne fait reculer.les gens vous comprendront plus tard.il faut vraiment mettre l’accent sur les votes des burkinabés de l’etranger

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.