Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Chaque nation qui délaisse la foi en dieu et l’éducation est une nation en proie aux incivilités.» Salim Boudiaf

Promotion des droits à l’eau et à l’assainissement : Les femmes juristes du Burkina en ordre de bataille

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mission Faseau • LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • jeudi 19 juillet 2018 à 19h02min
Promotion des droits à l’eau et à l’assainissement : Les femmes juristes du Burkina en ordre de bataille

Créée le 14 novembre 1993 et reconnue officiellement le 25 février 1994, l’Association des femmes juristes du Burkina Faso a fait de la défense des droits des femmes sa raison d’être. Forte d’une centaine de membres actifs, l’association est aujourd’hui membre de la Mission Fas’eau, ce consortium d’ONG et de médias qui œuvrent à la promotion des droits humains à l’eau et à l’assainissement. Alors qu’elle s’apprête à procéder bientôt au démarrage des activités de son projet initié dans le cadre de la Mission, nous avons rencontré sa vice-présidente, Rosine Bogoré/Zongo.

Assister la femme dans la défense de ses droits et acquis, faire connaître tous les droits de la femme et de la famille par l’information et la sensibilisation, soutenir la femme dans sa lutte contre tous actes injustes et discriminatoires. Ce sont entre autres les objectifs poursuivis par l’Association des femmes juristes du Burkina (AFJ/BF). Un quart de siècle après sa création, l’association peut se réjouir d’avoir contribué à l’éveil des consciences des femmes.

Réunion présentation du plan de changement (2)

Avec sa clinique juridique implantée à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso, l’ AFJ/BF offre une assistance aux femmes en difficulté en les orientant soit vers un huissier ou un avocat qui, grâce à l’accompagnement des partenaires (Royaume du Danemark, Union européenne, PNUD, Onu Femmes Médecins du Monde, PPGlobal, PPFA, Alliance Fas’o Medicus Mundi, etc.) va s’occuper du dossier jusqu’au niveau des juridictions s’il y a lieu. Notons que l’association compte en son sein toutes les compétences. On y trouve des avocates, des magistrats des huissiers de justice, des notaires, des juristes de banque, des juristes de l’administration publique, etc.

Rosine Bogoré Zongo, Vice-présidente de l’AFJBF

Et puisque les droits des femmes sont au cœur de ses actions, l’AFJ/BF n’a pas hésité une seconde à épouser la philosophie et la vision de la Mission Fas’eau. Car parler de la question de l’eau, c’est aussi défendre la cause de l’autre moitié du ciel, qu’elle soit de la ville ou de la campagne.
Cette année, l’association a présenté un projet dénommé « Promotion de l’approche fondée sur les droits humains par l’éducation des femmes et des filles sur le droit d’accès à l’eau et à l’assainissement dans les communes de Dédougou et de Nouna ». Ce projet qui s’étendra sur une période de dix mois va bientôt débuter ses activités, à en croire Rosine Bogoré/Zongo, la vice-présidente de l’AFJ/BF.

Selon cette dernière, l’objectif poursuivi à travers ce projet, c’est de contribuer à promouvoir une prise de conscience des populations des communes de Dédougou et de Nouna pour l’effectivité des droits dans le secteur de l’eau et de l’assainissement. Pour ce faire, il est prévu à Ouagadougou une session de formation sur le droit d’accès à l’eau et à l’assainissement au bénéfice de 15 membres de l’AFJ/BF et de 18 points focaux dans les deux communes d’intervention.

L’association compte également organiser huit sessions de sensibilisation à l’endroit des femmes et des filles à Dédougou et Nouna, à raison de quatre sessions par commune. Deux plaidoyers seront conduits auprès des autorités communales toujours sur la promotion et la protection du droit d’accès à l’eau et à l’assainissement. L’AFJ/BF n’oublie pas les boites à images qu’elle envisage confectionner pour mieux faire passer son message aux femmes et aux filles.

Le projet est ambitieux et apportera sans nul doute des résultats probants dans le combat que mène la Mission. Et le souhait de la vice-présidente c’est de toujours « accompagner les femmes dans la mise en œuvre de leurs droits inaliénables ».

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Soukuy (Mouhoun) : L’eau potable est rare, les latrines aussi
Village de Kari (Mouhoun) : Les populations manquent d’eau potable
Burkina : Le SPONG et des OSC du consortium Fas’Eau interpellent le gouvernement sur les mécanismes de redevabilité de l’ODD 6
Colloque international sur l’assainissement : Le Burkina et ses pairs prennent des engagements pour améliorer le cadre de vie des populations
Promotion des droits à l’eau et à l’assainissement : Le SPONG, interface d’une société civile crédible
Ouvrages d’assainissement en milieu scolaire : Le CG2E veut faciliter l’accès des jeunes filles
Droits à l’eau et à l’assainissement : La Ligue des consommateurs veut créer une plateforme numérique de plaintes
Promotion des droits à l’eau et à l’assainissement : Les femmes juristes du Burkina en ordre de bataille
Droit à l’eau et à l’assainissement : le MBDHP veut élaborer un guide
Mission Fas’eau : Bientôt un « kiosque à eau » pour la promotion des droits à l’eau et à l’assainissement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés