Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La voie de l’homme sage s’exerce sans luttеr.» Li Eul, dit Lao-Tseu

Bassin de collecte des eaux de ruissellement : Une solution aux poches de sécheresse

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET | Dimitri Ouédraogo • samedi 15 septembre 2018 à 16h00min
Bassin de collecte des eaux de ruissellement : Une solution aux poches de sécheresse

Le Burkina Faso est un pays sahélien. En saison pluvieuse, les cultures sont constamment confrontées à des poches de sécheresse. Pour faire face à ces aléas, des organisations de développement se sont engagées dans la recherche de solutions de résilience. Parmi les remèdes possibles, l’on a pensé à la technique du Bassin de collecte des eaux de ruissellement (BCER). Focus sur cette technologie agricole.

En mars, nous avons visité, à l’Association Formation Développement Ruralité (AFDR) de Ouahigouya, dans la région du Nord, les cultures hors-sol. C’est une technique qui permet d’utiliser l’eau, de manière rationnelle, pour produire efficacement. Pour cette saison des pluies, l’AFDR a mis en place une autre technologie agricole. C’est la construction des Bassins de collecte des eaux de ruissellement (BCER).

Selon Amidou Ouattara, directeur exécutif de l’association, cette technologie a été mise en place pour contrer les manques de pluies pendant les campagnes agricoles.

La région du Nord, tout comme bon nombre de zones dans notre pays, souffre souvent de poches de sécheresse pendant la campagne agricole. Cette technique consiste à construire un bassin à ciel ouvert. Lorsqu’il pleut, une partie de l’eau coule directement dans le bassin. Elle est ainsi stockée. Selon Yves Sawadogo, coordinateur de l’AFDR, lorsqu’il fait trois ou quatre jours sans pleuvoir, cette eau peut être utilisée pour irriguer le champ.

Mais la construction du bassin se fait en fonction des semis. Les semis doivent être en ligne, séparés par des voies d’eau. Avec une pompe à motricité humaine, l’eau est tirée, puis mise sur la première ligne. On prend le soin de bloquer l’eau avec de la boue. Stoppée, elle suit la ligne où il y a les pieds des plantes. Une fois que la première ligne est bien arrosée, on détruit la boue. On avance sur la 2e ligne avec le même scénario, ainsi de suite.

Cette technique est faite pour aider les populations. Des paysans l’ont déjà adoptée. Ousmane Sawadogo de la commune rurale de Tangaye, à 17 kilomètres de Ouahigouya, l’apprécie positivement. Il cultive du mil, du maïs et du haricot. Dans les années antérieures, il a subi des pertes dues à l’absence de pluies à des moments cruciaux de la vie des plantes.
Il raconte : « Au moment où le haricot commence à donner des fleurs, ou quand il commence à avoir ses tout petits fruits, en cas de manque de pluies, soit la fleur se fane ou bien le petit fruit reste tel et sèche. C’est pareil pour le mil quand il est à l’étape de l’épiaison. C’est le cas aussi pour le maïs à l’étape de la fécondation ». Mais cette année, il veille au grain grâce son bassin.

Avec le soutien de l’AFDR, il a pu construire son BCER. De forme trapézoïdale (8,5m/12), avec 2,30m de profondeur, son ouvrage a une capacité de stockage de plus de 200 m³ d’eau. Il lui permet de sécuriser une surface 0,25 hectares. Avant que la technique ne soit vulgarisée dans les villages, l’AFDR a tenu à l’expérimenter dans son centre de formation.
Elle a été utilisée pour produire du maïs. « Ça a été une grande réussite », nous a confié Amidou Ouattara. La technologie est déjà présente dans plusieurs localités dont le Passoré, le Zondoma, le Sanguié, le Nayala et le Bam. Le BCER est d’une grande importance mais sa construction nécessite de l’investissement. Il faut du ciment et des outils de creusage. Le gouvernement gagnerait à développer cette technologie en accompagnant les paysans avec des moyens.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Déclassement de la forêt de Kua : Les forestiers menacent de passer à la « vitesse supérieure »
Forêt de Kua : Le Balai citoyen prêt à descendre sur le terrain
Forêt de Kua : Une marche contre le déclassement prévue pour le 1er juin 2019
Forêt de Kua : le député Moussa Zerbo annonce la création d’un mouvement
Forêt de Kua : Des forestiers en colère déterrent les bornes délimitant l’espace réservé à la construction de l’hôpital
Forêt de Kua : Des étudiants de l’ULB proposent une simulation de médiation
Forêt classée de Kua : La Chine prête à accepter n’importe quel site
Promotion du droit à l’eau et à l’assainissement : Société civile et médias en première ligne (VIDEO)
Environnement : Un million d’espèces menacées d’extinction dans le monde
Visite du député Moussa Zerbo au prix Nobel alternatif : « Le tout premier hôpital que Dieu a donné aux hommes, c’est l’environnement »
Déclassement de la forêt classée de Kua : « La forêt prévient les maladies et soigne aussi les malades » (Ganaba Souleymane, maître de recherche Biologie et écologie végétales)
Changement climatique : Un projet d’environ 190 millions de FCFA pour atténuer les effets du phénomène
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés