Diaspora de Washington DC : La 2ème édition du Burkina Day a tenu toutes ses promesses

Publié le mercredi 3 octobre 2018

Diaspora de Washington DC : La 2ème édition du Burkina Day a tenu toutes ses promesses

Après les Burkinabè de New York les 22 et 23 septembre dernier, c’était au tour des Burkinabè de Washington DC d’organiser ces 29 et 30 septembre la 2ème édition du Burkina Day. Placé sous le parrainage du ministre de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, Paul Robert Tiendrébéoo et le co-parrainage de Son Excellence Monsieur Seydou Kaboré, ambassadeur du Burkina aux USA, cet événement initié par l’Association des Burkinabè vivant à Washington DC vise la promotion de l’image et de la richesse de l’identité culturelle du Burkina.

C’était un événement attendu qui, deux jours durant, a mobilisé la communauté autour d’un certain nombre d’activités culturelles. Présent aux côtés de nos compatriotes pour leur témoigner le soutien et les encouragements du gouvernement, le ministre Tiendrébéogo a eu des échanges directs avec la communauté. Des échanges qui ont porté sur la situation nationale et les actions à l’endroit des Burkinabè de l’extérieur dont il est le ministre. Tout en déplorant la situation sécuritaire qui prévaut dans certaines régions du pays, il les a surtout invités à la solidarité car pour lui chaque Burkinabè, où qu’il soit, a sa partition à jouer.

Il a, en outre, évoqué les dernières décisions du gouvernement relatives à l’indemnisation des victimes de ces attaques terroristes. Sur le vote des Burkinabè de l’extérieur, le ministre Paul Robert Tiendrébéogo leur a réaffirmé qu’ils voteront en 2020 en leur expliquant le bien fondé du choix des documents de votation (la CNIB et le passeport). Dans la foulée il a annoncé la tenue très prochaine des missions consulaires pour l’établissement de ces documents.

Enfin, il est revenu sur le Forum national de la diaspora tenu du 11 au 13 juillet dernier et les recommandations qui en ont résulté, notamment la mise en place des réseaux professionnels des Burkinabè de le l’extérieur, l’élaboration d’une Politique nationale pour une meilleure gestion des Burkinabè de l’extérieur, et la mise en place d’un comité de suivi des différentes recommandations où les Burkinabè de l’extérieur sont justement représentés.

Avant le ministre, l’ambassadeur Seydou Kaboré a fait la genèse du Burkina Day et souligné son importance, appelant au passage les différentes communautés burkinabè à l’organiser pour magnifier leur union. On retiendra également de son intervention que si seulement 3 communautés de ressortissants burkinabè organisent le Burkina Day en 2018, il y en aura plus de 5 qui le feront en 2019.

Les préoccupations de nos compatriotes ont porté entre autres sur les lieux de vote retenus dans la loi (ambassades et consulats) et les actions du gouvernement pour sensibiliser les populations sur la situation sécuritaire.

Après les échanges, place au Faso Night à proprement parlé, avec d’abord un défilé de mode qui a fait découvrir ou redécouvrir le talent du styliste Soro Bis, et ensuite des prestations d’artistes, notamment Tifa Ouédraogo, Youmali, Hamed Smani, Sam’s K le Jah, Tall Moutaga, Kaberic et Abibou Sawadogo.

Le Burkina Day à Washington DC a mobilisé les Burkinabè résidant dans d’autres régions des Etats unis, notamment ceux de New York et du New Jersey et de bien d’autres contrées du pays. Du reste, de nombreux présidents des structures faitières de ces Burkinabè étaient à la soirée.

Idem pour le Dassan-daaga du lendemain dimanche 30 septembre à Valley Mills Special Park. Lieu de retrouvailles et de réjouissance autour des mets locaux burkinabè. C’est cette activité couplée avec le lancement du tournoi de football de l’artiste Tifa dénommée « Zems taab n’tum » qui a opposé l’équipe des Burkinabè de Washington DC à celle des Burkinabè de New York qui a mis un terme au Burkina Day de Washington DC et rendez-vous a été pris pour le Burkina Day du New Jersey prévu pour le week end des 6 et 7 octobre prochain.

A noter qu’en marge des activités du Burkina Day, le ministre de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, Paul Robert Tiendrébéogo a également échangé le dimanche, en fin d’après-midi, avec les fonctionnaires internationaux burkinabè résidant à Washington DC.
Ces fonctionnaires travaillant pour la plupart à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international (FMI) ont salué l’initiative du ministre et réaffirmé leur engagement à accompagner la mère patrie sur le chemin du développement à travers leur expertise.

DCPM/Ministère de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur

Messages

  • Chacun créé un évènement dans le but de se faire de.... Burkina Day aux USA, ça veut dire quoi ? Et le jour de l’indépendance, qu’est-ce qu’on en fait ? il faut qu’on arrête ça. Nous continuons toujours à danser et à manger. Nous les Burkinabè, nous croyons tout connaitre. Ce n’est pas de cette façon qu’on se fait connaitre à l’extérieur. Seul le travail le permet. Y-a-t-il USA Day à Ouaga. Ya –t-il France Day ici ? Le jour de l’indépendance de notre pays ne suffit-il pas ? N’importe quoi

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.