Ministère de la Communication : Le Service d’information du gouvernement a un nouveau siège

Publié le mardi 9 octobre 2018

Ministère de la Communication : Le Service d’information du gouvernement a un nouveau siège

Le ministre de la Communication, Remis Fulgance Dandjinou, a visité, ce mardi 9 octobre 2018, le nouveau local du Service d’information du gouvernement (SIG). Situé sur la route de Pô, juste après l’échangeur de Ouaga 2000, le nouveau siège, un immeuble R+3, compte plus de 30 bureaux pour une cinquantaine d’agents.

Après un audit de la communication gouvernementale, il est ressorti que les locaux du SIG étaient très exigus. Il y avait quatre bureaux pour une cinquantaine d’agents. Cette question de locaux est aujourd’hui résolue. Le gouvernement a trouvé un local, un R+3, pour les agents chargés de la communication du gouvernement. Ce mardi 9 octobre, le ministre de la Communication, accompagné de son collègue de la Culture, des directeurs de la RTB et de Sidwaya, a visité les nouveaux locaux. Le ministre a pu constater que le nouveau siège contient 30 bureaux sans cloisonnement. Le bâtiment dispose également de trois grandes salles de conférences et d’une cafétéria.

Le patron de la communication gouvernementale s’est dit satisfait qu’on ait pu répondre aux attentes des travailleurs. Remis Dandjinou a invité ses collaborateurs du SIG à travailler de sorte à répondre aux attentes en matière de communication gouvernementale. Pour lui, il faut des résultats. Il a fait remarquer que le SIG doit être capable de suivre tout ce qui touche le Burkina Faso, même à l’étranger. Le ministre a expliqué qu’en Hexagone, il y a des choses qui sont dites sur le Burkina qui sont loin de la réalité.

L’invitation du ministre n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Le coordonnateur du SIG, Félix Kambiré, a rassuré le ministre que son équipe mettra tous les moyens en œuvre pour réussir la communication gouvernementale. Il a remercié les autorités pour les efforts consentis pour les mettre dans des conditions optimales de travail. Toutefois, le coordonnateur souhaite que ses collaborateurs puissent bénéficier de formations pour s’adapter aux enjeux du moment. Il aussi exprimé le besoin en ressources matérielles pour mieux conduire la politique communicationnelle. En attendant, c’est tout joyeux que les agents du SIG ont intégré leurs nouveaux bureaux.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Messages

  • Juste une question ; loue ou construit ? je croyais que le ministere de la communication se faisait un nouveau siege... qu’en est-il ?

  • Le siège du SIG est une location ou un investissement du gouvernement ? Il est important d’apporter une réponse à une telle question ?

  • Le bâtiment appartient à l’Etat j espère ou c’est encore un bail administratif avec des rétro commission sur le loyer ?

  • Le contribuable a besoin savoir si ce bâtiment est en location. Et combien coûte-t-il par mois ?

  • Au lieu de SIG je vous propose SCG (Service de Com du Gouverne - et - ment ). Les journalistes du Faso font déjà à merveille le boulot d’info depuis des années, faites la com pour équilibrer les choses. Puis, il n’y a pas de honte à faire la com et dire qu’on fait de la com car quoiqu’on dise, le gouvernement réalise toujours quelque chose de bien aussi minime soit-elle. Je vous loue ma proposition.

  • Il s’agit d’une location, ce n’est pas une acquisition de l’Etat. Sognons honnêtes !

  • A ma connaissance l’ancien siège est en construction voire même terminé.
    A voir le bâtiment, ça sent du gombo. La diminution du train de vie de l’État, c’est de la poudre à nos yeux. a-t-on besoin vraiment de ce bail ? le SIG, est-elle une institution indispensable à tel point qu’il lui est un bail ? Avec vous dites aux Financiers de serrer la ceinture pendant que tous ces paperasses passeront sous leurs yeux. DIEU garde le BURKINA FASO

  • En lisant entre les lignes ce local est loué, je site : « Le gouvernement a trouvé un local, un R+3, pour les agents chargés de la communication du gouvernement ».

  • Bon voila la triste realite (si c’est jamais le cas) ; ce batiment appartient probablement a un individu du serail politique actuel. Le tour est joue et leur systeme est huileux ; on vole l’Etat, on investit, et on loue a l’Etat.

  • C’est une location, c’est sûr. De la maniére donc la finition de ce batiment a été accelérée, c’etait sûr que la propriétaire a eu un gros client. Ma curiosité de contribuable intègre m’amène à poser un certain nombre de questions : 1-combien coute le loyer mensuel ? 2-Qui en est le proprietaire, ou quel gourou est le proprietaire ? 3-Comment cet immeuble a été identifié et retenu ? (parce que aussitôt terminé, aussitôt pris). Il y’a des choses pas du tout honnêtes qui se passent dans ces locations. A titre d’exemple, avant 2010, un projet du ministère de l’enseignement de base a squaté toute sa durée de vie dans un immeuble en face de l’UEMOA alors qu’un local était loué en face du grand marché et payé regulièrement. Et pourquoi le projet n’a pas rejoint ce local. Explication reçue en son temps était l’accès difficile et en plus à sa devanture etaient assises des vendeuses de repas et garés des charettes. On perd beaucoup d’argents dans ces locations d’immeubles qui sont des filons d’or pour des personnes sans scrupules qui s’enrichissent sur le dos des contribuables. Vraiment il faut un audit indépendant des baux de l’Etat par un cabinet d’audit international

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.