Mécanisme de financement mondial : Un milliard de dollars US pour améliorer la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents

Publié le mercredi 7 novembre 2018

Mécanisme de financement mondial : Un milliard de dollars US pour améliorer la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents

Dix nouveaux investisseurs (le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire le Danemark, la Commission européenne, l’Allemagne, le Japon, Laerdal Global Health, les Pays-Bas, le Qatar et un donateur anonyme) ont rejoint le Mécanisme de financement mondial (GFF) depuis le lancement de son processus de réapprovisionnement. Ils rejoignent les bailleurs de fonds existants, la Fondation Bill & Melinda Gates, le Canada, MSD for Mothers, la Norvège et le Royaume-Uni, pour financer le GFF et améliorer la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents.

-  Le milliard d’US$ engagé aujourd’hui à Oslo pour le Fonds fiduciaire du GFF devrait être associé à 7.5 milliards d’US$ supplémentaires de l’IDA/BIRD et cela, pour la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents.

-  Le Burkina Faso a réaffirmé son engagement de consacrer au moins 15% de son budget annuel pour améliorer la santé ; la Côte d’Ivoire s’est engagée à accroître son budget de santé à raison de 15% par année ; et, le Nigeria s’est réengagé à investir annuellement 150 millions d’US$ de son budget pour durablement financer la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents.

-  Ce milliard d’US$ aidera le partenariat du GFF à progresser dans sa démarche qui vise à s’étendre à l’ensemble des 50 pays aux besoins les plus importants et à transformer la façon dont la santé et la nutrition sont financées. Avec d’autres initiatives mondiales de santé, cela peut contribuer à sauver et à améliorer des millions de vies dès 2030.

OSLO, NORVÈGE – Aujourd’hui, le Mécanisme de financement mondial (GFF) en soutien à Chaque Femme, Chaque Enfant, a annoncé un total de 1 005 000 000 US$ de contributions de la Fondation Bill & Melinda Gates, du Burkina Faso, du Canada, de la Côte d’Ivoire, de la Commission européenne, du Danemark, de l’Allemagne, du Japon, de Laerdal Global Health, des Pays-Bas, de la Norvège, du Qatar et du Royaume-Uni. Cela aidera le partenariat du GFF à progresser dans sa démarche qui vise à s’étendre à l’ensemble des 50 pays aux besoins de santé et de nutrition les plus importants et à contribuer ainsi à sauver et à améliorer des millions de vie dès 2030.

L’événement d’aujourd’hui constitue une étape importante pour lever jusqu’à 2 milliards d’US$ afin d’étendre le partenariat du GFF à un total de 50 pays ; le GFF s’attend à recevoir des engagements additionnels de la part d’investisseurs, nouveaux et existants, qui envisagent de nouveaux engagements pluriannuels.

Le GFF est un catalyseur pour le financement de la santé qui aide les pays à transformer la façon dont ils investissent dans les femmes, les enfants et les adolescents et cela, parce que depuis bien trop longtemps leur santé et leur nutrition ont été négligées et sous-financées—entraînant, chaque année, 5 millions de décès évitables parmi les femmes et les enfants. Le GFF appuie les pays de trois façons spécifiques :

(1) En développant un dossier d’investissement et un plan de mise en œuvre qui privilégient la santé de la reproduction, de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent et la nutrition ainsi qu’un solide système de santé primaire ;
(2) En renforçant une plateforme pilotée par le pays qui aligne toutes les parties prenantes avec un plan de santé et de nutrition priorisé ; et,
(3) En travaillant avec les pays pour mobiliser et coordonner les ressources financières requises pour accélérer les progrès réalisés pour les populations les plus vulnérables et les plus difficiles d’accès.

« Aujourd’hui, nous fondons le grand espoir de voir les pays les plus pauvres du monde se constituer un avenir sain et dynamique dans lequel aucune femme, aucun enfant et aucun adolescent ne sera laissé pour compte. Le partenariat du GFF est efficace et efficient—travaillant avec les pays pour les aider à développer les capacités requises pour construire et maintenir les systèmes de santé dont les femmes et les enfants ont besoin pour survivre et prospérer », a déclaré Erna Solberg, Premier Ministre de la Norvège et Co-Présidente du groupe des Défenseurs des Objectifs de développement durable.

Plus de 2 milliards de personnes vivent dans des pays où les dépenses de santé sont inférieures à 25$ par personne et par an, ce qui constitue moins du tiers requis pour fournir des services vitaux de base à leurs populations. À travers leur collaboration avec le GFF, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Nigeria et d’autres pays appuyés par le GFF ont démontré qu’il était possible pour tous les pays d’améliorer leur avenir et d’investir dans les populations les plus vulnérables de leurs sociétés et cela, en accroissant les investissements de santé.

Ils ont également démontré que des contributions financières généreuses, mais de petite taille—lorsqu’elles sont alignées et dépensées de manière catalytique et efficace pour appuyer des dossiers d’investissement nationaux—peuvent avoir un impact exponentiel, en mobilisant des financements supplémentaires et en sauvant des millions de vies.

Aujourd’hui à Oslo, le Burkina Faso a réaffirmé son engagement de consacrer au moins 15% de son budget annuel pour améliorer la santé ; la Côte d’Ivoire s’est engagée à accroître son budget de santé à raison de 15% par année ; et, le Nigeria s’est réengagé à investir, chaque année, 150 millions d’US$ de son budget pour durablement financer la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents. L’accroissement des ressources nationales fait partie intégrante des priorités de chaque pays appuyé par le GFF.

« La raison d’être du GFF est l’appropriation nationale — travailler avec les pays pour établir des priorités et favoriser la mobilisation des ressources nationales. Cela constitue la grande force du GFF. Il plaide de façon convaincante pour que les pays soient aux commandes et investissent leur propre argent et, renforce la priorisation de l’allocation des ressources pour les secteurs sociaux de base, en particulier, le secteur de la santé », a déclaré Roch Marc Christian Kaboré, Président du Burkina Faso.

Aujourd’hui, les bailleurs de fonds et les pays ont répondu au besoin urgent des pays de transformer le financement de la santé et, cela, pour accélérer leur progression vers une couverture sanitaire universelle et contribuer ainsi à la réalisation des cibles des Objectifs de développement durable (ODD) qui visent à mettre fins aux décès évitables de mères, de nouveau-nés et d’enfants et à améliorer la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents.

« En 2018, toutes les mères devraient être en mesure de protéger leur propre santé ainsi que la santé de leurs bébés et de leurs enfants. Mais, chaque jour, 830 femmes meurent de complications liées à la grossesse ou à l’accouchement et, chaque mois, 450 000 enfants de moins de cinq ans meurent inutilement », a dit Kristalina Georgieva, PDG de la Banque mondiale.
« Le GFF apporte une réflexion audacieuse pour mettre fin à cette injustice et cela, à travers des interventions intelligentes et des financements coordonnées qui peuvent transformer la santé, le bien-être ainsi que les chances de vie des femmes, des enfants et des adolescents des pays en voie de développement. »

Aujourd’hui, la Banque mondiale, qui héberge le GFF, a annoncé que les financements de 482 millions d’US$ du Fonds fiduciaire du GFF ont été associés à 3.4 milliards d’US$ de l’Association internationale pour le développement (IDA) et de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) et cela, au cours des trois dernières années seulement.

Il est prévu que les engagements de 1 005 000 000 US$, effectués aujourd’hui à Oslo pour le Fonds fiduciaire du GFF, seront associés à 7.5 milliards d’US$ de l’IDA/BIRD et cela, pour la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents

En outre, en partenariat avec le GFF, la Banque mondiale a annoncé que la série d’Obligations pour le Développement durable, lancée par la Trésorerie de la Banque mondiale pour sensibiliser les investisseurs aux avantages significatifs et pérennes des investissements en faveur de la santé et de la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents, avait levé 935 millions d’US$ et cela, depuis juin 2018.

Ces obligations apportent un capital privé au pool de financement de la BIRD et servent de point d’entrée pour que les investisseurs prennent conscience des opportunités qui existent en matière d’investissement durable.

Pour réduire les barrières qui entravent la capacité des pays à accéder à ces fonds, le GFF fournit des co-financements et subventionne l’achat de prêts à taux d’intérêt réduit, leur permettant ainsi de catalyser des fonds publics et privés et d’investir dans la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents.

Une étude récente, revue par des pairs et publiée dans The BMJ Global Health—qui reflète les efforts combinés qui contribuent à modifier la tendance en matière de mortalité maternelle, néonatale et infantile, notamment du GFF ; de Gavi, l’Alliance du Vaccin ; du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la Tuberculose et le Paludisme ; de UNAIDS ; du FP2020 ; et d’autres partenaires a estimé que les pays peuvent sauver jusqu’à 35 millions de vies dès 2030 et cela, si les investissements de santé au niveau mondial continuent de croitre aux taux actuels, si d’autres initiatives mondiales de santé atteignent leurs cibles et, si le partenariat du GFF peut étendre sa portée et appuyer l’ensemble des 50 pays aux besoins de santé et de nutrition les plus importants.

Elle a également estimé que les financements en faveur du Fonds fiduciaire du GFF avaient le potentiel de mobiliser 50 à 75 milliards d’US$ supplémentaires pour la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents, dont 70% seraient constitués par les ressources nationales des pays.

« Les femmes, les enfants et les adolescents en bonne santé contribuent à un cercle vertueux », a déclaré Melinda Gates, Co-Présidente de la Fondation Bill & Melinda Gates. « Avec la santé vient la capacité d’aller à l’école et d’apprendre, ce qui aide les individus à prospérer en tant qu’adulte et à élever des enfants capables de poursuivre le cycle. C’est pour cela que le GFF représente un excellent investissement. »

Avec les engagements annoncés aujourd’hui, un total de 1.005 milliard d’US$ a été levé pour la période du réapprovisionnement qui s’étend de 2019 à 2023 et qui vise à mobiliser un total de 2 milliards d’US$ pour une expansion du GFF à un total de 50 pays.

« Aujourd’hui, nous nous trouvons à l’orée d’un changement transformateur dans le domaine de la santé mondiale, où aucune femme, aucun enfant et aucun adolescent ne sera laissé pour compte. Le partenariat du GFF aide les pays à transformer l’avenir de leurs populations et cela, à travers une intégration culturelle, politique et financière de la priorisation de la santé.
Il est essentiel d’appuyer les dirigeants à travers le monde pour qu’ils puissent opérer ces changements et, aujourd’hui, nous sommes ravis d’obtenir un tel soutien pour faire de cette vision une réalité », a déclaré Mariam Claeson, Directrice du GFF.

Le GFF a été fondé en 2015 par la Banque mondiale, les Gouvernements du Canada et de la Norvège, les Nations Unies et d’autres partenaires. Agissant en tant qu’éclaireur pour un financement novateur des ODD, le GFF aide à aborder le programme inachevé de la santé et de la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents et à combler le déficit de financement.

Pour plus d’information sur le réapprovisionnement du Mécanisme de financement Mondial : https://www.globalfinancingfacility.org/fr/réapprovisionnement-du-gff
Photos pour les médias : https://drive.google.com/drive/folders/1U54KVVy27l55D6NMNwq_X005ZQ44xU0i

À Propos du Mécanisme de financement mondial

Le Mécanisme de financement mondial (GFF) est un partenariat à multiples parties prenantes qui aide les pays à aborder les plus grands problèmes de santé et de nutrition qui affectent les femmes, les enfants et les adolescents. Le Fonds fiduciaire du GFF est appuyé par le Burkina Faso, le Canada, le Danemark, la Commission européenne, l’Allemagne, le Japon, Laerdal Global Health, les Pays-Bas, la Norvège, le Qatar, le Royaume-Uni, la Fondation Bill & Melinda Gates, MSD for Mothers et un donateur anonyme.

Le GFF aide les gouvernements à rassembler les partenaires autour d’un plan piloté par le pays qui privilégie les domaines de santé à fort impact qui demeurent sous-financés. Le Fonds Fiduciaire du GFF joue un rôle de catalyseur de financement, avec les pays utilisant des subventions modestes pour significativement accroitre leurs ressources nationales et cela, en parallèle aux financements de l’IDA et de la BIRD de la Banque mondiale, aux financements externes alignés et aux ressources du secteur privé.

Chaque investissement de taille relativement modeste est multiplié par les engagements des pays eux-mêmes—produisant d’importants retours sur investissement et sauvant et améliorant des vies. Pour en apprendre davantage : www.globalfinancingfacility.org/fr et @theGFF

Contacts Média
Melanie Mayhew, Mécanisme de financement mondial, +1 (202) 459-7115, mmayhew1@worldbankgroup.org
Arvid Samland, Bureau du Premier ministre, Norvège, +47 930 51 458, arvid.samland@smk.dep.no
Aisha Faquir, Banque mondiale, +1 (202) 458-5465, afaquir@worldbankgroup.org
Fondation Bill & Melinda Gates, + 1 (206) 709-3400, media@gatesfoundation.org

Note pour les éditeurs : Engagements pour la période de réapprovisionnement du Fond fiduciaire du GFF

Investisseur

Engagement

Fondation Bill & Melinda Gates

200

Burkina Faso

1

Canada

39

Côte d'Ivoire

1.5

Danemark

15

Commission européenne

30

Allemagne

58

Japon

50

Laerdal Global Health

12.5

Pays-Bas

68

Norvège

360

Qatar

30

Royaume-Uni

65

Donateur anonyme

75

TOTAL

1,005

 

Messages

  • En regardant le tableau, nous constatons que nous sommes dernier avec le chiffre 1. Cela devrait nous permettre de réfléchir davantage. Nous devons nous demander comment faire pour augmenter nos engagements. C’est très simple, dans les pays comme la Norvège, le Danemark, l’Allemagne,.... la gouvernance est vertueuse, il n y a de nomination de complaisance, il n y a pas d’institution budgétivore mais inutile, la corruption, la gabegie sont punies sévèrement, le train de vie est très réduit. Certains ministres partent au travail souvent en bus, métro et même à vélo. Dans ces pays les autorités ne roulent pas en V8, payent le courant et l’eau et tous les autorités ont un langage responsable cela encourage le citoyen à être responsable. Dans ces pays, il n y’a pas de poste de haut représentant du chef de L’État. Dans ces pays on ne nomme pas des amis juste pour leur faire bouffer le gâteau.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.