Bobo-Dioulasso : Une campagne pour éradiquer les hépatites B et C et le VIH/Sida chez les étudiants

LEFASO.NET | Romuald Dofini

Publié le mercredi 5 décembre 2018

Bobo-Dioulasso : Une campagne pour éradiquer les hépatites B et C et le VIH/Sida chez les étudiants

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Pr Alkassoum Maïga, a présidé, dans la soirée du lundi 3 décembre 2018 à Bobo-Dioulasso, la cérémonie de lancement de la campagne de sensibilisation et de dépistage sur les hépatites B et C et le VIH/Sida. Cette campagne se tiendra du 3 au 7 décembre 2018, à la cité universitaire de Belle-ville. Elle a pour objectif de contribuer à améliorer la santé des étudiants.

Au Burkina Faso, les étudiants font face à de nombreux fléaux comme le tabagisme, la drogue, l’alcoolisme, les grossesses non-désirées, le VIH/Sida, les Maladies sexuellement transmissibles (MST) et autres. Selon les statistiques données par Dr Fatou Ouédraogo, directrice des services de santé, de l’action sociale et des personnes vulnérables, sur au moins 2 000 étudiants, environ 30 à 50 cas d’hépatites sont détectés en milieu universitaire, par mois. « Cela est vraiment inquiétant », a-t-elle décrié.

JPEG - 44.5 ko
Pr Alkassoum Maiga

C’est pour éradiquer un tant soit peu cette maladie, qu’il a été initié une vaste campagne de sensibilisation sur les hépatites virales B et C et sur le VIH/Sida dans les cités universitaires du Burkina Faso, afin d’éduquer les étudiants et afin de lutter contre ces maladies au sein des universités. Le lancement de la première phase de cette campagne a été fait par le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Alkassoum Maïga, le lundi 3 décembre dernier, à la cité universitaire de Belle-ville.

Organisée par la Direction des services de la santé et de l’action sociale et par la direction générale du Centre national des œuvres universitaires (CENOU), cette campagne a pour objectif de contribuer à améliorer la santé des étudiants. Elle va contribuer à réduire de 70% l’incidence des Infections sexuellement transmissibles (IST) dans les universités publiques, d’ici 2020.

En effet, c’est pour faire face à ce phénomène (les hépatites) que le service de santé du CENOU, conformément aux orientations stratégiques du Plan national de développement sanitaire du Burkina Faso (PNDS) 2011-2020, mène, depuis 2016, des actions de lutte contre les maladies, en collaboration avec ses partenaires. En milieu jeune, notamment chez les étudiants, les activités de santé sont orientées vers le développement du leadership et de la gouvernance dans le secteur de la santé ; l’amélioration des prestations de services de santé ; le développement des ressources humaines pour la santé ; la promotion de la santé et la lutte contre la maladie ; le développement des infrastructures, des équipements et des produits de santé, etc.

C’est dans le cadre de l’exécution de ces missions que le CENOU et la Direction des projets cités universitaires ont initié ces activités de renforcement de capacités du personnel de santé et des journées de sensibilisation et de dépistage des hépatites B et C, considérées de nos jours comme des IST. Au cours de cette campagne, au moins 1 500 tests de dépistage de l’hépatite virale B et C seront réalisés ainsi qu’une communication sur les hépatites et le VIH/Sida au profit du personnel de santé.

Pour le Pr Alkassoum Maïga, cette campagne de sensibilisation est une initiative louable. « C’est pourquoi nous avons décidé de venir accompagner les médecins du CENOU, mais aussi tous les acteurs du Projet cité universitaire », a-t-il indiqué.

Toutefois, il estime que « pour permettre à ces étudiants formés de participer au développement de notre pays, il est important qu’on puisse leur donner un certain nombre de savoirs et de connaissances, pour leur permettre de maintenir leur état de santé et d’être physiquement aptes pour affronter les chantiers qui sont ouverts pour le développement du pays ». Il a par ailleurs invité tous les étudiants à prendre soin de leur santé, car, selon lui, c’est la base de toute réussite. Il les invite également à être prudents, à se comporter convenablement et à ne pas s’exposer à des maladies qui peuvent être fatales.

Durant la campagne, des informations sur la maladie, son mode de transmission, les virus et les moyens de prévention seront abordés avec les participants. A l’issue des dépistages, les cas positifs seront pris en charge et référés plus tard auprès des médecins spécialistes pour une prise en charge beaucoup plus adaptée.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Messages

  • Mr le ministre vous avez fait une œuvre utile et elle va amener beaucoup de jeunes à prendre leur responsabilité. Si tous les ministres s’impliquaient dans cette lutte auprès des fonctionnaires de leur département, on arriverait à réduire efficacement le taux du VIH

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.