Lutte contre le VIH/Sida et les IST : La fondation Rayimi sensibilise les élèves et les étudiants de Koudougou

Publié le jeudi 6 décembre 2018

Lutte contre le VIH/Sida et les IST : La fondation Rayimi sensibilise les élèves et les étudiants de Koudougou

La fondation Rayimi a rencontré plus d’une centaine d’élèves et d’étudiants pour des échanges directs sur le VIH/Sida et les IST, le samedi 25 novembre 2018, dans les jardins de la chefferie Maasme d’Issouka. L’objectif était d’entretenir les jeunes sur le VIH, les IST et la santé sexuelle et reproductive. Selon les dernières statistiques issues de la 16e session ordinaire du Comité national de lutte contre le Sida et les Infections sexuellement transmissibles (CNLS-IST), le taux de prévalence est passé de 0,9% à 0,8% de 2014 à 2016.

Le chef de l’Etat a indiqué aussi que 69% seulement des personnes vivant avec le VIH sont sous traitement antirétroviral. Même si des efforts sont faits, ce mal représente toujours une menace pour le Burkina Faso. Sachant que le taux moyen de prévalence varie d’une région à l’autre au plan national, la région du Centre-Ouest est moins bien lotie avec un taux de 2,3%. C’est-à-dire au-delà de la moyenne nationale qui s’établit à 0,8%.

C’est pourquoi la fondation Rayimi, basée à Koudougou, entend apporter sa contribution à cette lutte en organisant cette rencontre d’échanges avec plus d’une centaine de jeunes dont la moitié était composée de jeunes filles (la couche la plus exposée, selon le CNLS). Ainsi, les participants à cette rencontre ont eu des communications données par le CNLS sur les modes de contamination du mal et la nécessité de tous s’engager pour lutter contre cette maladie.

Ils ont également échangé à bâtons rompus avec le chef d’Issouka, Naaba Saaga 1er, sur le VIH/Sida et les Infections sexuellement transmissibles (IST). Occasion pour le chef d’Issouka de leur rappeler qu’ils ont la lourde responsabilité de construire le pays et de prendre soin de leurs parents. D’où la nécessité pour eux, jeunes, d’avoir des comportements honorables et le devoir aussi de sensibiliser leurs camarades aux bonnes pratiques en matière de sexualité.

Certains ont évoqué le mythe qui entoure l’éducation sexuelle au niveau du noyau familial et l’ignorance qui font que des personnes se retrouvent du jour au lendemain, porteuses de ce mal. Ensemble, ces jeunes, devant le chef d’Issouka, ont pris l’engagement d’avoir un bon comportement sexuel et de porter le message autour d’eux. Le slogan proposé par le chef et accepté par les jeunes est celui-ci : « Le Sida ne passera pas par moi ici à Koudougou ».[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]


Sabouna OUEDRAOGO
Communication chefferie de Issouka

Messages

  • Les catastrophes naturelles Sida H1N1 Ebola les virus météorite astéroïde incendie les accidents crash d’avion des punitions d’ ALLAH aux non musulmans de se convertir a l’islam et aux musulmans d’appliquer le Coran a 100% immédiatement pour éviter les pertes humains animales végétales et dégât matériel par ces punitions d’ ALLAH si la fin du monde Décembre 2018 pour éviter l’enfer.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.