Crise à Yirgou : Les autorités coutumières et religieuses prônent le pardon et la réconciliation entre les communautés

LEFASO.NET

Publié le lundi 11 février 2019

Crise à Yirgou : Les autorités coutumières et religieuses prônent le pardon et la réconciliation entre les communautés

Le début de l’année 2019 a été sanglant à Yirgou, village de la commune de Barsalogho. Suite à l’assassinat du chef et de 5 de ses frères le 1er janvier par des terroristes, des représailles ont eu lieu et les autochtones s’en sont pris à la communauté peulh accusée de complicité dans cette affaire. A la date du 29 janvier 2019, le bilan officiel faisait état de 68 morts et de 19 832 déplacés internes. Face à cet afflux massif, un plan de réponse a été élaboré par le gouvernement en créant des sites d’accueil pour les sans-abris. C’est pour conjurer un tel drame que sa majesté, le Dima Sonré de Boussouma a initié une journée de réconciliation entre les communautés le samedi 9 février 2019 dans les sites des réfugiés à Barsalogho et à Foubé , suivie d’une prise d’engagements fermes à Korko.

Une délégation d’autorités coutumières et religieuses conduite par sa majesté le Dima de Boussouma est allée inviter les communautés de Yirgou au pardon et à la réconciliation le samedi 9 février dernier. Composée de sa majesté le Dima de Boussouma, du président de la Communauté musulmane du Burkina Faso, El Hadj Abdoul-Rasmané Sana, du président de la Fédération des églises et missions évangéliques (FEME) du Burkina, Pasteur Dieudonné Sawadogo et du Cardinal Philippe Ouédraogo de l’ Eglise catholique, tous des fils de la région du Centre-Nord, la délégation est arrivée à Barsalogho avec un seul message : « le retour de la paix qui est le bien commun le plus précieux, le pardon et la réconciliation entre les différentes communautés ».

De Barsalogho à Korko en passant par Foubé, les leaders traditionnels, coutumiers et religieux ont invoqué le nom du Dieu Tout Puissant et les mânes des ancêtres pour un retour à la paix à Yirgou et que plus jamais ce genre de tragédie ne se reproduise.

C’est au regard de l’ampleur de la situation que le Dima, malgré sa santé fragile, s’est déplacé sur les lieux afin d’échanger franchement avec ses sujets et de dire non à la violence et à la stigmatisation. Et à chaque étape, ce sont des milliers de personnes qui ont accueilli le Dima de Boussouma et sa délégation.

Au nom du Dima de Boussouma, le Naba Tigré de Pickoutenga s’est adressé aux populations de Foubé à travers ces propos : « Seuls l’oubli et la tolérance gouvernent le monde ». L’émotion était si forte que certaines personnes ressources ont eu de la peine à retenir leurs larmes.

L’étape de Korko a été une occasion pour les Peulhs et les Mossés de prendre l’engagement séance tenante d’accepter le pardon sollicité par les messagers de la paix. Chacun de son côté a juré de laisser tomber ce qui s’est passé et promis de regarder vers l’avenir. Lire la suite

Tibgouda Samuel SAWADOGO (correspondant)

Messages

  • Très bonne initiative de la part de nos chefs coutumiers et de nos chefs religieux, car un peuple sans culture est un peuple sans âme. Depuis la nuit des temps, le linge sale dans une famille Burkinabé a toujours été lavé en famille, surtout devant un sage ou un chef coutumier. Et le problème de Yirgou ne peut s’effacer qu’à travers nos continuités des coutumes qui est aussi notre culture la racine de notre jeune démocratie. Et comme je le dit très souvent : ‘’’La culture est la seule valeur pour identifier tout un peuple. Et ceux qui sont les porteurs de ses valeurs culturels sont nos chefs coutumiers, dont leurs continuités des coutumes de l’ancêtre au grand-père, allant au père en fils, restent une référence de notre jeune démocratie qui cherche son vrai chemin.’’’ Chez les mossis dès qu’il y a un conflit important et qui se termine par demande de pardon, le coutume exige qu’un peulh ou un Yarga ou Silmimoaga des ethnies neutres soient sur le terrain pour sceller le pardon : Avec cette rencontre, le pardon sera scellé pour de bon. Que les uns écoutent les autres pour un Burkina de paix. Pour une paix durable, que les auteurs de la tuerie soient poursuivis et soient punis par la justice.

    • Je comprend toujours très difficilement ce vieux. Des fois il plutôt pour la vérité et la justice avant de parler de réconciliation, des fois il dit allons a la réconciliation tout simplement. Que peut justifier de telles positions ambivaliques

    • Non ! Tu n’as compris la critique fondée du vieux Ka. J’ai bien précisé que les auteurs des tueries sauvages qui a endeuillé des fa-milles soit poursuivis par la justice, pour une paix durable. Si tu es un vrai Burkinabé, tu sais très que dans un conflit comme ce qui s’est passé à Yirgou, même avant nos tribunaux coloniaux, il est de coutume que les chefs coutumier calment la situation en tendant la main aux deux partis opposées par le pardon et condamnent par la suite le coupable ou les coupables, même les bannir pour la vie si les faits sont graves comme ce qui s’est passé à Yirgou.

      Si tu ne comprends pas les agissements de ces chefs coutumiers ou les chefs religieux, demande aux sages de ton village qui t’expliqueront que même s’il y a pardon, les auteurs échapperont a la justice comme veulent la CODER ou Me Paul Kéré et consorts pour la famille Compaoré. Les chefs coutumiers ou les chefs religieux présents a Yirgou n’ont jamais prononcé que la justice ne soit pas dite pour les auteurs. Leur but est de calmer la turbulence qui secoue Yirgou, mais sont pour la justice qui doit être dite pour les auteurs qu’ils soient des Kolgweogo, ou des peulhs, comme le chef de l’état l’a dit, ‘’la justice doit agir.’’ Je suis d’accords avec toi, car on peut parfaitement avoir une opinion (ce qui est la moindre des choses pour un individu intelligent), mais on n’est pas forcé pour autant de la claironner sur tous les toits de ce qu’on n’a pas compris comme une critique fondée. L’opinion est à priori une af-faire purement personnelle, vouloir la faire connaître, et plus encore, adopter par les autres c’est une autre affaire. Ce que j’ai dit rentre dans la ligne dont je lutte depuis fort longtemps, ‘’’Contre l’impunité et l’injustice.’’’ Merci de me lire.

    • je pense bien qu’ils ne devraient pas garder le mot justice en eux à l’intérieur mai l’exprimer de façon claire. comme vous dites des gens doivent être punis pour l’exemple et ces seigneurs se doivent en tout cas de le signifier aux familles de victimes. vivre ensemble d’accord, mais des auteurs paient.
      .... A dire vrai je sais même pas comment ils pourront payer une telle horreur.

  • Quelle est cette association Racine ? L’auteur du reportage pourrait-il nous en dire davantage sur cette association ? N’ a t-elle pas été inventée juste pour la circonstance ?

    En attendant, cette journée de réconciliation donne l’impression que l’on s’amuse avec des choses très sérieuses au Burkina.

    Une soixantaine d’homicides volontaires passés en pertes et profits divers des fêtes de fin d’années 2018.

    De toutes les façons, TANT MIEUX si cette journée de réconciliation scelle définitivement la paix à Yirgou et dans les autres zones de risque potentielles au Burkina. C’est ce que tout le monde cherche.

    • On pourait creer ainsi un ministere du pardon à confier a albert tocsin.c est son terrain de predilection.

    • Racines est une association qui fait la promotion de la tradition et prône le retour à nos valeurs. Elle regroupe des enseignants -chercheurs ; des chercheurs et des chefs coutumiers. C’est une vieille association

  • Que Dieu bénisse les messagers de la paix et que vivement leurs messages soient entendus et appliqués pour un Burkina Faso de paix.

  • Excuses aux lecteurs car je vais être très grossiers , je ne peux me contenir face à cette escroquerie spirituelle et morale.
    Bandes de faux coutumiers et religieux, rien à foutre de vos faux pardons commandés par vos "employeurs", les politiciens !
    Assez de ces pardons-réconciliation comme Journée Nationale du Pardon qui consacrent l’impunité et ouvre la voie à de nouveaux massacres.
    Assez de cette inconséquence sempiternelle
    Assez de cet Etat faiblard qui se camoufle derrière la religion et les coutumes pour se débiner de sa responsabilité regalienne.

    On tue impunément...on pardonne..on tue..on pardonne..et le cycle reprend. Il faut stopper ce cycle maintenant !

    Tant qu’il n’ya pas de justice pour Yirgou ;
    Tant que les malfrats , tueurs ethniques mossis dits Kolgweogo vont continuer de se balader et narguer la justice avec arrogance ;
    le pays ira au naufrage de sa république et de sa cohésion sociale et ce sera la loi de la jungle.

    Il faut que la justice passe sinon....Yirgou sera une bombe à retardement dont l’explosion nous sera tous fatale.

    #MOLOTOV

    • Molotov vous avez parfaitement raison. Malheureusement le pouvoir refusé de comprendre. Ils sont habitués au cycle crimes-pardon-crime. Ce que proposait Bassolé à la barre récemment. Indemniser les victimes du coup d’état et on passe au suivant. Ça veut dire tout simplement qu’il faut se préparer au pire. Quelle honte !

  • Sublime vocation de nos ACR. Sublime demonstration de la precellence des 2 grandes valeurs deonto-axiologiques sur les 2 valeurs classiques dont les herauts se croient omnipotents dans le maintien ordre social. Pour plus de details, lire mon livre à venir : "Le changement : le vrai, le pur et l’equitable". Que la Grande Providence vous benisse TOUS !

    "Dieu est et reste Burkinabè"

  • Les gens critiquent RMCK mais apparemment il est l’image de son peuple. Sages, coutumiers et religieux, pensez-vous vraiment qu’un peuple peut se construire dans l’arbitraire et l’impunité ? Moi je ne crois pas. Vous demandez à des centaines de veuves et leurs milliers d’orphelins de mettre la croix sur la mémoire des leurs assassinés il y a juste 5 semaines ? Pendant que vous y êtes, dites leur c’est à quand le prochain massacre de peuls ?

  • Bonjour. Je suis d’accord avec Molotov. Je suis ahuri de voir la tournure que prennent les suites du génocide peulh de Yirgou. Comment peut-on passer par pertes et profits le massacre de 210 personnes ? Il est clair que ce qui s’est passé n’est pas un conflit inter-communautaire mais un génocide perpétré par une bande de hors-la loi, de criminels et de génocidaires. Comment les bourreaux de ce génocide vont-ils continuer à narguer la pauvre communauté peulhe installée dans cette contrée de notre pays ? Je n’arrive pas à croire et à accepter qu’il n’y aura pas de poursuites judiciaires contre ces bourreaux et que ceux-ci pourront continuer s’ils le souhaitent leurs forfaits sans être inquiétés. Sacré Burkina Faso !

  • C’est bien mais il faut que le Dima de Boussouma commence par rechercher la paix et la cohésion sociale à Boussouma en sensibilisant ces partisans pour qu’ils arrêtent de menacer de bruler les maison de ces propres oncles car ça ne l’honore pas.

  • Honte à ces autorités coutumieres et religieuses instrumentalisées par les politiques. Le pardon et la reconciliation oui mais avant tout que justice soit faite. Vous aviez raison, c’est parceque vous n’aviez aucun parent parmi les victimes. Sache que tout se paye sur terre ; tot ou tard. Le comble de tout ca, c’est de voir des representants religieux associés à ce plan diabolique. Peu importe ses robes ou boubou blanches que vous portez, sache que vous faites hontes. Laisser la justice faire son travail, vos manigances souterraines pour tenter de les influences, tot ou tard les consequences tomberont.

  • Molotov, jusque-là tu es seul à réagir ainsi. Et celà dénote la grande hypocrisie des uns et des autres même sur cette toile, à commencer par ce héron de Ka, vantard devant l’éternel autant il est ignorant devant l’éternel et l’insondable. Ce sont tous des mossis qui ovationnent ici leurs faux chefs autant hypocrites !

    • Qui que tu sois, tu peux te faire éclater la tête en lisant Ka. Et comme je ne cesse de dire a des espèces de ton genre qu’on trouve seulement en Afrique, ‘’’l’extrémisme exprime la pensée de celui qui n’admet pas qu’on lui oppose une autre manière de penser.’’’ A ce jeu de mot contre les mossis, tu nous montre des insuffisances mentales. Je suis un Africain-Burkinabé, et je parles au nom de tous et non seulement d’une ethnie. Et comme je l’ai dit à la fin de ma critique, qu’il soit mossi ou peulh, ceux qui ont ôté la vie de leurs prochains doivent être sanctionnés par la justice. Tu n’es pas obligé de lire Ka. Alors tu la ferme de bon.

  • Il y a de cela quelques jours, le chef coutumier de Bobo-dsso a refusé d’intervenir pour ces deux individus qui avaient agressés un instituteur. Il a tenu à ce qu’ils répondent de leur acte devant les juridictions. voilà qu’on veut passez l’éponge sur des assassinats de centaines de personnes innocentes par des criminels sans foi. Je ne crois pas à mes oreilles. NON NON NON et NON. Justice d’abord ! et ensuite...

  • Très belle initiative. Que Dieu entende nos prières et ramène la paix, la quiétude et la cohésion entre les communautés du centre nord.
    Aux critiques acerbes (tout à fait compréhensible), il faut simplement rappelé que les initiateurs ont précisé que cette cérémonie ne veut en aucune façon dire, abandon de la procédure judiciaire, ils estiment qu’elle vise à faciliter et à préparer le terrain aux acteurs de la justice. Le pardon et la réconciliation ne peuvent être une entrave à la justice ont-ils rappelés. Ils ont donc invité l’État à s’assumer en ce qui concerne la sécurisation et la justice..

    • @MS, je n’ai pas vu là où ils ont parlé de justice. Ou bien c’est dans un autre média ? Pouvez vous m’éclairer ? Parce que si ils ont parlé de justice, leur initiative peut prendre de la valeur.

    • @Moktar,
      Ils ont rassuré le collectif à plusieurs reprises lors des différents échanges qu’ils ont eu avec le collectif. Et jusqu’à preuve de contraire, on va croire à leur bonne foi : ils ont expliqué que leur initiative vise à sauvegarder ce qui peut encore l’être ; qu’il est urgent que les déplacés puissent retourner sur leur terre et reconstruire leur maison avant le début de la saison pluvieuse sinon, c’est encore d’autres problèmes qui vont naitre. De toute évidence l’Etat ne fait rien dans le sens d’apporter des réponses aux problèmes (justice, sécurité) je crois pas qu’il le fera sous ce régime incapable de MPP ; donc on prend toutes les initiatives qui peuvent permettre d’aller de l’avant en attendant.

  • Bonsoir,
    Vraiment, jai une et une seule QUESTION à poser : POURQUOI ON NE PARLE PARLE, OU ON EVOQUE RAREMENT LE CHEF QUI A ETE ASSASSINE AVEC 5 AUTRES PERSONNES ? repondez moi ; On parle peu du chef et de ses gens qu’on a assassiné. Je pense que c’est la mort du chef et des 5 personnes qui a entrainé cette tuerie ? Pourquoi il y a des gens moindre chose ils ne tardent pas à degainer ? Meme antre eux ils attraquent les femmes de leur frère et ils se hachent. C’est monnaie courante. Pourquoi à chaque fois ils sont chassé (Batié, Zabré, plateau centrale... ) Que certains cessent d’etre viloents et les autres vont les respecter. On les connait, ils sont les premiers à poser leur acte et quand il y a riposte ils crient au sorcier

    • @Sanou Paul, On ne parle pas du Chef assassiné parce qu’il semble qu’il a été lui aussi assassiné par les koglweogo pour déclencher leur opération bien planifiée. Il (le Chef) était opposé au plan des koglweogo de chasser les peuls de la zone parce que ces derniers refusaient de payer les taxes que les koglweogo exigent. Ce n’est pas bon qu’on admette que les koglweogo ont tué le chef de Yirgou. Il faut cacher ça vite.

    • HEE MOCTAR intox tu ne connait même pas comment fonctionne les koglweogo. ils ne font pas du raquetage ni impose de taxe. non. mais vous m’eclairez un peu de la situation. je prend votre analyse dans le sens contraire. sais-tu combien d’arme et de minition cachés ont-ils incendié ou accaparé ? il y a bel et bien complicité. et les terroristes dans leur fuite ont effacé tous temoin et trace. ils ont utilisé la technique de la terre brulée mon beau terroriste MOCTAR. Vous avez tout planifier et mettre tout sur les veillants koglweogos en commençant par le chef du village et sa famille et deux des koglweogos. mais sachez une chose vous avez échoué car Les Burkinabè sont mur d’esprit et de discernement. Vous serez surpris d’être etonner de votre echec.

    • je suis sure k tu n’es pas 1 SANOU, mais un usurpateur indigne.
      il faut accepter que les transhumants peuls sont tes souffre-douleurs kan les récoltes ne sont pas bonnes ou kan tu as trop pris des frelatés ou du traumazole . tu tombes à raccourci sur eux pcq tu te dis autochtone. ki t’empeche de parler du chef et de ses proches tués.

    • INTOX , INTOX. RACISTE. ON COMPREND MAINTENANT CETTE HISTOIRE DE PARDON ET QUE VOUS CRAIGNEZ LA JUSTICE.

  • Ce n’est pas croyable !!!!
    La présence des chefs religieuses me déçoit beaucoup, surtout celle du cardinal.
    L’église a toujours exigé la justice avant la réconciliation, alors dite moi mon père cardinal, pourquoi participer à une cérémonie qui sacrifice la justice sur l’autel de l’injustice ?
    Vous serez comptable du malheur du Burkina Faso ici bas et Dieu vous demandera des comptes pour le massacre des peulhs à Yirgou.
    Que Dieu bénisse le Burkina Faso !!!!!

  • Mon cher MS c’est toujours comme ça . C’est une manière maligne et subtile parfaitement conçue et planifiée pour gêner ou de ramollir l’action judiciaire contre ceux qui ont massacré ces peuls et fait des centaines d’orphelins et de veuves . En réalité tout sera fait pour que les auteurs de ces crimes n’aient jamais à répondre et n’écopent pas les sanctions les plus sévères que méritent tous les criminels . Ah le BURKINA est grave seulement .

  • J’espère que notre ami Cisco entendra cet appel. Lui qui compte bien se remplir les poches sur le dos des victimes des terroristes.

    #s8pascomplicedesterroristes
    #jesuisBurkina

  • Chassez le naturel, il revient toujours au galot.
    Au BF, les questions de justices sont toujours misent sous le joug de la religion et de la tradition qui demande "PARDON ET RECONCILIATION". mais cela n’a jamais réussi. EXEMPLE : le 30 mars de blaise "JOURNEE DE PARDON"

    Pour une fois, dans vos rangs de KÔRÔCRATIE acceptons que nous sommes dans un ETAT laïc "la république du BURKINA FASO" et qu’il y’a eu INJUSTICE donc que la JUSTICE soit faite.

    Ainsi votre autorité y va de même que l’autorité de l’état. SINON le cas de BLAISE COMPAORE sera enviable.

  • L’initiative est très louable puisque ces personnalités n’étaient pas obligées de faire le déplacement pour tenter de faire quelque chose de positif pour le pays d’autant que ces bonnes volontés ne sont pas payées pour ça.Normalement il revenait à ce fameux haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) de nous démontrer qu’il n’était pas un machin de plus et pour cela,les responsables de ce HCRUN auraient pu,auraient dû se déplacer sur le terrain pour entreprendre quelque chose.Les avez-vous entendu sur le sujet depuis ces événements malheureux ?Non.Ces (ir)responsables de ce fichu HCRUN préfèrent courir d’atelier en atelier,de salon feutré en salon feutré pour se faire voir ou pour parler de justice transitionnelle avec pour seule finalité,les perdiems.En tout cas je ne serai pas contre la suppression ce machin qui ne sert absolument à rien

    • SANOU PAUL , que DIEU te donne longue vie, une bonne question, les même causes provoquent les mêmes effets ; la vérité fait toujours mal, que le bon Dieu bénisse notre chère patrie

  • BONJOUR CHER TOUS
    Moi ; je vous aime tous.
    Mais j ai une quéstion . Pourquoi durant 4 jours les terroristes kogloweogos de yirgou on terrorisez nos fréres peuls et, ni les coutumiers ni les réligiers n ont réagient pendant les massacres . Et aprés le carnage ils se lévent pour demander pardont qui ne sevirons point aux victumes de Yirgou, qui sont mertruent et plein de rage .Et comme ils sont réspectés les soit disant religiers et coutumiers dés le premier jour s ils avaient hausser le ton il n y en aurai pas beaucoup de degas .merci a tous et bonne journée

  • Que des gens s’insurgent contre cette initiative, je le comprend mal. La justice est à rechercher à travers le pardon et l’apaisement. C’est dans quel conflit un tribunal à siéger en pleine crise ? Que ceux qui ne voient que le justice nous amènent le tribunal qui va ramener à la vie ceux qui sont morts, ce serait là la vraie justice ; On peut rendre quelle justice pour compenser la vie d’un être humain ? La justice ne peut rien résoudre s’il n ’ y a pas le pardon.

    • Cher Yawoto, vous avez l’art d’inverser le jour et la nuit, au risque de place votre charrue avant les boeufs. Comment pouvez vous dire que "La justice ne peut rien résoudre s’il n ’ y a pas le pardon." Vous voulez imposer le pardon, avant que la justice est un sens, si je comprend bien vos propos. On tue quelqu’un, on vient lui imposer un pseudo "pardon et réconciliation" en promettant qu’une justice qui n’existe quasiment pas, verra plus tard, et après on recommence le même scénario, parfois avec les même auteurs du crime. Comment dans un pays, on peut laisser une mère mourrir sans savoir arrêter les assassins de son fils pour faire son deuil ? Je parle de la mort de Norbert Zongo, aussi des parents de Sankara. Vos enfants sauront ils pardonner, si des criminels s’en prennent à vous sur simple accusation, alors que votre famille sait que vous êtes quelqu’un d’honnête ? Il faut parfois avoir le courage de vous mettre à la place des victimes pour appréhender certaines réalités. LA JUSTICE EST LE SOCLE DE NOTRE COHABITATION.

  • J AI VU QUE VOUS AVEZ SANCTIONNE MON MESSAGE SUR L ASSOCIATION " RACINES". fasonet a un parti pris et est partial

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.