Procès du putsch du CND : Le témoignage de l’ancien DG de la Police nationale remis en cause

LEFASO.NET

Publié le lundi 11 février 2019

Procès du putsch du CND : Le témoignage de l’ancien DG de la Police nationale remis en cause

L’audition de l’ancien directeur général de la Police nationale, Lazare Tarpaga se poursuit ce lundi 11 février 2019. Ce matin à la barre, le témoin est revenu sur quelques détails qui lui ont échappé le vendredi dernier. Parmi celles-ci, le nom de la personne qui a reçu la somme de un million de FCFA des mains du capitaine Abdoulaye Dao, le 17 septembre 2015. Il s’est agi du commissaire divisionnaire Simon Soubeiga, indique le témoin.

Ces détails et certaines versions qui ne sont pas constantes de la part du témoin, font douter les avocats de la défense. "Comment pouvons-nous prendre au sérieux les témoignages qui varient", s’est interrogé Me Yelkouni de la défense.

Me Olivier Yelkouni a demandé au témoin pourquoi il n’a pas gardé cette somme pour servir de preuve aujourd’hui. Lazare Tarpaga de répondre que "même si j’avais cet argent intact, le capitaine Dao allait me demander aujourd’hui s’il s’agit du même argent" ?

Les débats ont également tourné autour des coups de fil entre le général Gilbert Diendéré et le témoin le 16 septembre 2015.

Lazare Tarpaga reconnait qu’il peut se tromper de l’heure d’appel du général Gilbert Diendéré, mais il insiste sur le fait qu’il a reçu des appels du général le 16 septembre dans l’après-midi. Il a aussi ajouté qu’on peut aller à l’Office national des télécommunications (ONATEL) pour vérifier afin de les départager.

Lefaso.net

Messages

  • Je pense que c’est à Younoussa Sanfo plutot qu’on doit demander. Il a fait l’expertise des appareils électroniques donc tous les appels du général sont censés y figurer.

  • Le témoignage de MR Lazare Tarpaga n’est pas crédible. De plus il est incohérent dans ses propos. C’est plutôt un arrangement entre les copains de la transition pour charger le Gal Diendéré et le RSP en honneur de sainteté. On accuse le RSP avec 13 morts et l’armée régulière vient d’être accuser d’exaction de 56 morts dans les villages Banh.

    • "...Le témoignage de MR Lazare Tarpaga n’est pas crédible. De plus il est incohérent dans ses propos. C’est plutôt un arrangement entre les copains de la transition pour charger le Gal Diendéré et le RSP en honneur de sainteté. On accuse le RSP avec 13 morts et l’armée régulière vient d’être accuser d’exaction de 56 morts dans les villages Banh"

      oui, en effet, car d’ordinaire, c’est très difficile de réveiller celui qui ne dort pas. D’ailleurs, qui a accuse le RSP d’avoir tué 13 personnes et quelle comparaison mal place.

    • Nous sommes en guerre en 2018. En Septembre 2015 le rsp et nous n’étions pas en guerre.

    • Nabiiga. Je sais bien que comparaison n’est pas égale raison. C’est pour vous dire que l’histoire d’une nation il y a des înjustices irréparables et les 13 morts du coup de force rendre cette ligne de compte comme le massacre des peulhs. Il faudrait que les burkinabe apprennent à vivre avec l’injustice car la justice ne peut pas faire éclater la vérité. Dans ce putsch il existe des zones d’ombres que ce tribunal ne pourrais pas jaillir la vérité. La seule chose que vous connaissez certainement c’est l"implication du gal Diendere.

    • Nabiiga. Je sais bien que comparaison n’est pas égale raison. C’est pour vous dire que l’histoire d’une nation il y a des înjustices irréparables et les 13 morts du coup de force rendre cette ligne de compte comme le massacre des peulhs. Il faudrait que les burkinabe apprennent à vivre avec l’injustice car la justice ne peut pas faire éclater la vérité. Dans ce putsch il existe des zones d’ombres que ce tribunal ne pourrais pas jaillir la vérité. La seule chose que vous connaissez certainement c’est l"implication du gal Diendere.

  • Non internaute "Rasman". Pour moi, si l’information peut être fournie par la société, il faut la leur demander par commission rogatoire. Il en est de même pour tout ce qui a un lien avec les communications. Même si la société ne pourrait pas fournir le contenu des appels, elle peut au moins les tracer. Le sieur Sanfo semble rejeté par les accusés. A tort ou à raison, eux seuls le savent puisqu’il semble qu’ils se connaissent.
    Je pense même que si leurs téléphones sont toujours là, on peut consulter surtout que je suppose que celui du Gl avait été mis sous scellés.

  • Il convient pour ma part de mener des enquêtes sérieuses sur les témoignages de TARPAGA,car du moment ou le travail préliminaire semble à mon avis mal fait et à dessein les gens mentent à nous charger de contre vérités.Ce procès risque ne servir qu’à utiliser l’argent du contribuable à payer les anciens amis .

  • Un DG de tout une police nationales ne doitvpas avoir une mémoire de poule pour ne pas se rapeller de simplement des chose de moins de quatre ans, autrement il a oublié tout ce qu’il a appris dans sa profession.

    Tu es utilisé par ceux là qui en veulent au général pour autres raisons mais pour ce fameux désordre créé au niveau de la hiérarchie militaire et surtout au niveau des unités telles le RSP, pour qualifier cela de coup d’État. Ce faux procès accouchera dune souris.

    Ta récente nomination me fais beaucoup réfléchir, ceux là qui t’on fait confiance à ce poste, c’est pour eux que tu est obligé de mentir. Le général à la connaissance n’avait pas besoin de toi pour s’assumer, il te demande de dire ce que tu sais des événements.

    Je pense que c’est tes collègues qui ton poussé à la démission pour la simple raison que tu as abusé d’eux. Les agents qui assuraient la sécurité dans les services privés et qui devraient normalement être bien renumerés manquaient du minimum pour assurer le service pendant ce temps vous viviez sur leurs dos, qu’elle honte ?
    Et tu étais mis là-bas pour satisfaire certaines personnes, cela se comprend, mais de grâce ai le courage de dire ce qui est juste , le général ne te demande pas de la défendre, mais de dire ce que tu sais en toute objectivité.

    • Pour tout ces energumenes il n y a meme pas eu de coup d etat au Burkina.Tout cela est une vue de l esprit des autres qui sont jalous de la reuissite du General.Pauvres d hommes de mauvaises foi.Ils ont tellement menti qu ils finissent par croire a leur mensonge.Ohe !!Ohe !!! Circulé pcq il ya rien a voir.

    • Pour tout ces energumenes il n y a meme pas eu de coup d etat au Burkina.Tout cela est une vue de l esprit des autres qui sont jalous de la reuissite du General.Pauvres d hommes de mauvaises foi.Ils ont tellement menti qu ils finissent par croire a leur mensonge.Ohe !!Ohe !!! Circulé pcq il ya rien a voir.

    • Sidbala, on parle ici du putch et les propos de l’ancien DG de la police sont très clairs et très cohérents.
      SI tu as quelque chose contre lui dans un autre cadre, tu peux aller porter plainte : c’est ton droit.

  • Non internaute "Rasman". Pour moi, si l’information peut être fournie par la société, il faut la leur demander par commission rogatoire. Il en est de même pour tout ce qui a un lien avec les communications. Même si la société ne pourrait pas fournir le contenu des appels, elle peut au moins les tracer. Le sieur Sanfo semble rejeté par les accusés. A tort ou à raison, eux seuls le savent puisqu’il semble qu’ils se connaissent.
    Je pense même que si leurs téléphones sont toujours là, on peut consulter surtout que je suppose que celui du Gl avait été mis sous scellés.

  • Monsieur Tarpaga, au-delà de votre relevé téléphonique, le parquet peut obtenir l’itinéraire des différentes personnes (celle qui a remis ou qui a reçu l’argent), ainsi que votre propre itinéraire du 16 septembre.
    Mieux, l’officier de police que Ka et autres décrivent comme sincère et rigoureux doit avoir noter les activités de la journée du 16 comme toute personne rigoureuse le ferait. Ce Monsieur, pour ceux qui ne savent pas fait parti du cercle des amis et hommes de mains d’une personnalité politique du MPP.
    En plus, le document que la police appelle Main courante, peut être réclamé pour vérification. Le parquet dispose de plusieurs sources d’accès à l’information.

  • Donc en clair la stratégie du général était de donner un peu peu( argent) à certains hauts gradés de la haute sphère pour avaliser son "coup d’état" ?
    La méthode de si tu prend tu es avec nous. L’arsenal militaire dont disposait le Gl à l’époque demandait de gérer la situation avec beaucoup de tact.
    Pour être auditionné il faut au moins être parmi les vivants...

  • C’est le même TARPAGE non, le commissaire de SANS LOI dit on. Il nous dira aussi où on appelait son commissariat : ’’sans loi’’ avant de tenter d’enfoncer les autres.

  • Ecoutez !
    Pourquoi c’est le chef de la Police seul qui discute avec Guinguéré,le capitaine Dao, les Kiéré et autres membres de l’ex RSP au moment du coup d’Etat ? Lui il n’a pas d’adjoint ou de collaborateurs ? Tout est lui seul qui communique avec les putchistes.Où as tu mis les 1millions ?Son Soubeiga est il son Daf ?
    Cette attitude est flou pour moi.Et puis lui et Guinguéré sont des partenaires depuis longtemps là.Puisque ce Gl gérait la Police par procuration à travers lui et sa bande au seins de la Police.Pareille à la Gendarmerie.Il qu’il s’assume.

  • Moi je peux comprendre, le Contrôleur TARPAGA, je crois qu’il a le trac et même si le Gal DIENDIERE est au gnouf, il le craint beaucoup et cela peux justifier ses doutes et hésitations et oublis mommentannés. S’il ment il y a des possibilités technologiques pour le contredire. Il y a des gens qui sont en prison mais qui sont plus dangereux que s’ils étaient libres et ça même un officier de la police le sait.

  • Bonjour à toutes et à tous. Y avait il un État au Burkina Faso après le départ de Blaise.? Merci d’éclairer ma lanterne. Sinon je vais croire au Président Donald Trump. Burkinabé, allez à la réconciliation pour la cohésion, la paix et le développement. Vous dispersez trop vos énergies et vous oubliez l’essentiel. C’est la navigation à vue qui est la cause de vos problèmes actuellement. La France en profite. Attention à la guerre civile. Regardez la RCA et....Bonne chance au Burkina.

  • C’est juste monsieur le DG. Si vous aviez osé défier le Général Diendiéré avec son RSP pendant leur putch, c’est votre avocat et votre famille qui allaient témoigner pour vous aujourd’hui. Ils vous disent qu’il fallait être ferme avec eux pour leur faire reculer. Eux qui ne reculaient devant rien nous disent aujourd’hui qu’il fallait la fermeté d’un DG aux mains nues. Seule la fermeté du peuple tout entier pouvait venir à bout de votre forfaiture et ce au prix d’énorme perte en vies humaines. Vive le Burkina

  • Ce jugement va affaiblir notre pays et son armée dont les failles sont exposées publiquement.il aurait fallu que l’état répare les dégâts poses par ses employés en arme et traduisent simplement les fonctionnaires fautifs de ’l’armée devant le conseil de discipline de l’armée sans nécessairement passer par la situation actuelle qui fragilise nos fds en dévoilant nos failles aux terroristes.on continue le cinéma alors que le pays est en danger

  • On a pas besoin de l’onatel pour ça vu que le sieur SANFO avait l’expertise du téléphone du général. si cette partie des appelles ne se retrouve pas dans son rapport d’expertise cela nous amènera à douter.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.