Lettre ouverte de Dr Poussi Sawadogo, ancien SG du Gouvernement, au Ministre des Finances : Un appel à la justice pour tous les agents de l’Etat

Publié le vendredi 15 mars 2019

Lettre ouverte de Dr Poussi Sawadogo, ancien SG du Gouvernement, au Ministre des Finances : Un appel à la justice pour tous les agents de l’Etat

Je saisis une opportunité inédite pour vous adresser cette correspondance d’expression d’un sentiment d’injustice vécu depuis novembre 2014. En effet, l’opportunité est votre lettre n° 2019_00470/MINEFID/SG/DGTCP/DAMOF du 12 mars 2019 adressée au président de l’APBEF-BF relative au projet de saisie de salaires d’agents du MINEFID.

Dans cette correspondance, vous attirez l’attention des banques et des établissements financiers que conformément à la réglementation en vigueur, la saisie du salaire ne peut s’opérer au-delà de la quotité cessible.

Ceux mêmes que vous défendez ont violé cette loi en 2014 contre des citoyens de ce pays.

Je vous écris cette lettre ouverte par devoir de témoignage de l’injustice d’un Etat à l’endroit de ses agents. Je vous écris cette correspondance en tant que père ayant en charge une famille de quatre (04) enfants scolarisés et devant supporter toutes les charges afin de rester digne et intègre dans son couple et dans la société.

En effet, depuis la fin du mois de novembre 2014 jusqu’à la fin du mois de février 2019, la Solde de l’Etat burkinabè m’a remis chaque mois, pour vivre, un solde sur salaire de huit mille (8000) francs CFA. L’Etat burkinabè a jugé qu’un serviteur de l’Etat qui a perdu son poste de Secrétaire Général du Gouvernement et du Conseil des Ministres, suite à l’insurrection populaire devait subir un tel sort. Pour l’Etat burkinabè, il devait récupérer son argent suite au prêt contracté pour acheter un véhicule, droit conféré par le poste occupé.

Je crois avoir servi loyalement et avec conscience mon pays durant vingt-deux mois à la tête de cette structure d’accompagnement de l’action gouvernementale. Etre récompensé de la sorte, me paraît comme une injustice. Je n’ai été, et nous sommes nombreux, qu’une victime collatérale de cette Transition qui a voulu montrer qu’elle était porteuse d’une gouvernance vertueuse. Chacun de son côté fera son bilan et en tirera les conséquences.

J’ai cru qu’avec l’arrivée du nouveau pouvoir, l’injustice serait corrigée afin de permettre à des citoyens de vivre normalement et de participer à la vie de la nation. Cela n’a pas été le cas. Personnellement, j’avais foi en mes qualités et à la volonté de la Nature. J’ai opté de subir et de croire au miracle et il s’est produit.

Ayant réintégré mon ministère et mis à la disposition de la DRH sans bureau depuis novembre 2014, j’ai poursuivi mes activités d’enseignement, de formation et de recherche. Cela m’a permis de supporter cette terrible injustice. Je n’ai jamais été quelqu’un qui passe le temps à produire des justifications. J’ai toujours opté de produire des résultats. En presque cinq ans avec un solde de huit mille (8000) francs CFA, je ne dois pas à une personne physique ni à une personne morale, sauf à l’Etat dont le prêt sera soldé cette fin de mois de mars 2019. Je me sens alors libéré pour parler.

Le plus important, c’est d’être une solution pour les autres

Ce témoignage n’est pas l’expression d’une haine contre l’Etat. Au contraire, car durant ces années de pénitence, j’ai bénéficié des offres de service de structures étatiques. D’ailleurs, c’est ce même Etat qui a reconnu mon mérite en me recrutant, sur test, comme expert en gouvernance et droits de l’homme en septembre 2018 pour le Centre National de Coordination du Mécanisme d’Alerte Précoce et de Réponses aux Risques sécuritaires, structure rattachée au Premier ministère, la plus haute administration après la Présidence du Faso. Ce Centre, dont la mission est d’activer, de coordonner et d’assurer le suivi du mécanisme de réponse du gouvernement et de la société civile dans le but de faire face aux questions liées à la paix et à la sécurité humaine, me donne une raison de vivre. Il fait partie d’une expérience pilote de la CEDEAO et bénéficie d’un accompagnement financier des Etats-Unis d’Amérique.

Je témoigne surtout pour interpeller ceux qui ont la responsabilité de la gestion de la chose publique qu’il y a des cadres qui vivent l’enfer pour avoir été à un moment associé à la gouvernance de ce même Etat.

Je témoigne pour éclairer la jeunesse que notre pays, malgré les discours savants sur le manque d’emplois, reste un paradis, un terrain vierge pour se faire une place au soleil. Le plus important, c’est d’être une solution pour les autres. C’est d’être un porteur de réponses aux attentes immenses des autres.

Je témoigne pour confirmer que la vie d’un individu est toujours faite de hauts et de bas. Avec l’assurance et la compétence, on peut défier les plus grandes difficultés et faire son chemin dans la vie.

Monsieur le Ministre, votre correspondance me donne l’opportunité de témoigner. Je comprends très bien votre démarche d’accompagner des agents de l’Etat en difficultés. J’aurais aimé qu’en 2014, sans passion et sans haine, les dirigeants de la Transition nous accordent la même attention. Vous êtes peut-être en train de mettre en œuvre leur slogan : « Plus rien ne sera comme avant. »

Pour la paix et la prospérité au Burkina Faso, soyons solidaires et œuvrons à plus d’équité et de justice.

Recevez, Monsieur le Ministre, l’assurance, de ma considération distinguée.

Dr Poussi SAWADOGO
Conseiller des Affaires étrangères

Messages

  • BONJOUR ET COURAGE A TOUS CEUX QUI ONT SUBI ET QUI SUBISSENT DES INJUSTICES DANS CETTE ADMINISTRATION. EN EFFET ILS SONT NOMBREUX A PORTER LEUR CROIX . FACE A CETTE SITUATION NOUS DEMANDONS QUE JUSTICE SOIT FAITE.IL Y VA DE LINTERET DE TOUS.
    JUSTICE AU DOCTEUR POUSSI LENFANT PRODIGE DU SANMENTENGA. JUSTICE A TOUS CEUX QUE LINSURECTION A CREE DU TORT. CA NARRIVE PAS QU AUX AUTRES. EN AVANT POUR RECONCILIATION VRIAI ET SINCERE. A BON ENTENDEUR SALUT

    • Gouba il ya quelle injustice ici ? Dites moi s’il ya une loi qui dit que dans le cas de Poussi l’Etat devait l’aider. Poussi est allé s’endetter de lui même. C’est pourquoi le blanc avance mieux que nous. Le noir est trop sentimentaliste. Les salaires sont personnels et confidentiels. Comment l’employeur (l’Etat) de Poussi peut-il ou doit-il savoir son salaire ? Pourquoi avait-il octroyé un tel prêt tout en sachant que le poste qu’il occupait était politique donc éphémère. Poussi l’a chercher et il doit le supporter.

    • Bien sur il y a violation de la loi ici quindit qu’aucune institution ne doit deduire plus du montant feasible qui est en Generale 1 tiers du salaire. C’est cet arrangement qui est fait pour les agents des finances. Relisez bien et depassionnez le debat. Ne transposez pas la heine contre le regime compaore a tous ceux qui ont serai sous lui. Analysez les faits avec.les elements legislatifs sans passion

    • c’est vraiment très compliqué avec des gens comme ça, qui ont des yeux mais ne voient pas. Relis le texte mon ga

    • Je pense que vous n’avez pas compris le post. Il attaque la position du gouvernement à faire respecter les quotités cessibles conformément à la loi par les banques alors que l’État lui même a violé ses propres lois de par son cas.

  • Votre plume, j’admire ! comme votre simplicité
    accessible, travailleur plein de volonté
    Dr SAWADOGO, le meilleur est à venir
    tant que la nature ne cessera de fleurir.

    Voyez-vous, vous êtes toujours Conseiller des affaires étrangères, et pourtant, ils sont nombreux des moins valeureux Conseillers des affaires étranges qui sont Ministres-Conseillers, plénipotentiaires et que sais-je encore !

    Y a rien dans tout ça ! DIEU seul est fort ! et heureux êtes-vous qui marchez sous sa conduite

  • Dr Poussi, je suis deçu qu’un "intellectuel" écrive sur de tels sujets. Est ce que c’est l’Etat qui est allé prendre le prêt en votre nom ? N’aviez vous pas pris une assurance pour couvrir le prêt ? Ne me dites pas que l’assurance-prêt ne vous assiste qu’en cas de décès ou d’invalidité totale. Il faut plutôt se battre pour que les assurances incorporent les cas tels que le vôtre. En réalité les assurance-prêts devraient prendre le relais dès lors que la quotité cessible n’arrive plus à couvrir les traites. Les assureurs sont là pour couvrir les risques. Votre cas est purement un cas de force-majeure. S’il ya un responsable à votre cas c’est bel et bien Blaise Compaoré car c’est lui qui a provoqué l’insurrection avec bien sûr l’aide de l’ADF-RDA. Vous savez bien que si l’ADF n’avait pas voulu soutenir les votes du CDP l’insurrection ne serait pas arrivée.
    Votre proposition (soutien de l’Etat aux fonctionnaires qui prennent des prêts au delà de leur salaire de base) est conjoncturelle alors que mon idée sur la couverture des assurances est une solution structurelle et permanente. Il ya beaucoup de choses à changer ici au Faso. N’accusez pas la Transition pour ce qu’elle n’est pas responsable. Espérons que des assurances tiendront compte de mon idée dans leurs futurs produits.

    • Monsieur "Un Burkinabè",
      Félicitations pour votre pertinente proposition. Mais pour le cas évoqué, il faut noter qu’il s’agit d’un prêt octroyé par l’Etat aux responsables de certaines structures étatiques. L’Etat solde le crédit avec le concessionnaire et prélève mensuellement une somme donnée sur le salaire de l’autorité concernée. Lorsque la mission de l’intéressé prend fin avant le terme du contrat, l’Etat rééchelonne la dette en tenant compte du niveau de salaire de la personne concernée. La Transition n’a pas respecté ce principe et a appliqué une mesure qui ne respecte pas la réglementation. En tant que fonctionnaire, les personnes concernées ne peuvent pas être insolvables et l’Etat dispose de tous les moyens pour rentrer en possession de son argent.
      Merci pour votre contribution au débat.

    • La solution est alors simple.
      1- l’Etat ne fait plus ces genres de faveurs aux hauts-fonctionnaires. Ces véhicules ou maisons acquis sont inutiles puisque ces fonctionnaires sont supposés en avoir (via les indemnités) avant même d’être appelés à ces hautes fonctions. La bonne gouvernance nous impose que chaque appelé vienne servir et non se servir. Nous devons inculquer celà à nos enfants dès leur bas âge et le leur ennseigner à l’école.
      2- l’Etat retire le matériel acquis et leur laisse leur salaire.

  • Dans ce pays de m’as tu vu,il faudra qu’on apprenne à être modeste en vivant humblement.Monsieur le Docteur Poussi Sawadogo avec tout le respect que je vous dois,parce que du fait du prince vous vous êtes retrouvé du jour au lendemain secrétaire général du gouvernement et du conseil des ministres alors pour vous,cette mission vous appartient à vie et donc vous pouvez faire tout ce que vous voulez jusqu’à prendre des crédits à gauche à droite.Eh non monsieur,on n’a pas besoin d’être docteur pour savoir que n’importe quelle mission peut se terminer du jour au lendemain.Ailleurs,on a vu des hommes/femmes qui ont été ministres moins d’une semaine.S’ils devaient se permettre dès les premiers jours de leur nomination avoir des yeux plus gros que le ventre en se permettant tout et du n’importe quoi,à qui la faute ?En plus vous ne pouvez pas accuser les dirigeants actuels d’ostracisme contrairement à votre ancien serviteur puisque sur test,vous occupez maintenant une fonction d’expert en gouvernance et droits de l’homme.Estimez vous donc très heureux que vraiment "plus rien ne sera comme avant" car si on était au temps de votre bilaise kouassi né compaoré,malgré vos compétences,ce test que vous avez concouru allait livrer un résultat certain en votre défaveur d’ancien secrétaire général du gouvernement et du conseil des ministres où il ne s’y reconnaissait pas.Vrai ou faux ?

  • Lorsqu’on vous nomme ministre, comme vous ne savez pas c’est pour combien de temps, il faut éviter de s’engager dans ce prêt qui vous permet d’avoir une grosse voiture. L’argent public ne doit pas être prêté sans être recouvré. Je sais que certains gardent encore des prêts de ce genre et refusent de le rembourser du fait de la complaisance des hommes au pouvoir. Tôt ou tard cela finira par se savoir et il répondront devant l’histoire et les contribuables burkinabè.

  • Je suis désolé "un burkinabé" ! une injustice est une injustice quelque soit l’auteur de celle ci. L’objectif de ce message ce n’est pas de chercher des point avec n’importe qui mais de sensibiliser l’Etat à abandonner un certains nombre de pratique. Venir yada yada parler de Blaise c’est incongrue et discourtois de votre part . Car que ce soit Blaise où poussy ce sont des personnalité qui ont donné de leur temps, de leur connaissance au service du pays.
    Ne ce reste que ça ils méritent respect.

    • Niissongo, ne rabaissez pas le niveau du débat.
      1- Poussi se plaînt d’une chose dont la source est le fait qu’il n’occupait plus son poste. Si Blaise et son CDP avaient fait une étude du risque lié à leur projet de modification de l’article 37 ils auraient su (si toute fois ils en avaient les compétences) que l’un des risques était qu’ils perdent le pouvoir et les privilèges liés au pouvoir. Et c’est cette problématique que le cas Poussi soulève. C’est pourquoi avant de prendre une décision il faut faire une étude des risques même les plus improbables et identifier les conséquences même sur ses ennemis.
      2- "Car que ce soit Blaise où Poussy ce sont des personnalités qui ont donné de leur temps, de leur connaissance au service du pays.
      Ne ce reste que ça ils méritent respect.
      " Pensez vous que ce sont les seuls à donner leurs temps et se sacrifier pour notre pays ? Où mettez-vous les enseignants ? En quoi le respect est il lié à la jouissance matérielle ? C’est ça notre véritable problème en Afrique, le culte de la personnalité. Pensez-vous que ces 2 personnes payaient plus de taxes/impôts que certains opérateurs économiques ici ? Le respect que vous parlez doit se sentir dans la fonction et non l’individu. Dès lors que votre fonction cesse on vous respecte en temps que Homme.

  • "Ma foi" il faut cesser d’être désabusé et cauteleux. L’objectif de ce message est de sensibiliser l’Etat et non du m’as tu vu. D’ailleurs ce qui pensent comme ça ne seront ni Dr ni SG du gouvernement. Souffrez qu’il pose une injustice que souffrent bon nombre de fonctionnaire.

    • @Niissongo,qui t’a dit que j’envie un dg ou un secrétaire général du gouvernement ?Je suis très heureux là où je suis en vivant selon mes moyens par rapport à ce que je gagne très honnêtement.Il ne me reviendra donc jamais de m’engager dans des prêts toxiques hypothétiques pour venir après chialer en accusant à tort et à travers l’Etat.Quel est ce pays où l’intérêt général se confond à la somme des intérêts particuliers ?Du grand n’importe quoi.Que chacun apprenne enfin à être responsable dans ce pays,ça ne fera pas du mal.Je te souhaite tout de même un excellent week-end

  • Internaute Mafoi je suis d’accord avec vous
    C’est vrai que beaucoup de choses ne marchent pas bien dans ce pays mais souvent au fond d moi même je dissimule une certaine fierté. Le Fr semble en vouloir à l’insurrection et à la transition oubliant qu’il jouit aujourd’hui des fruits de cette insurrection. Il ne lui reste qu’à porter plainte devant les juridictions compétentes. Il en a le droit et doit en profiter.

  • Les agents du MINEFID doivent aussi porter leur croix. Pourquoi l’Etat doit les aider à supporter leurs prêts égoistes qu’ils ont contracté avec les banques. Si l’Etat doit aider ces agents, ce même Etat doit aider tous les autres fonctionnaires mêmes ceux du privé et du secteur informel à rembourser leurs dettes avec les banques.
    Depuis 2011, 2014 et 2015 ces agents du MINEDID étaient conscients que leur vol de FC était decrié par la population. Ils n’ont qu’à s’en prendre à leurs SG des SYNAFI, SATB, SYNAID. Ce sont eux les auteurs du Malheur des agents du MINEDID.

    • @paNpouRRI !

      Ravale illico presto ta veulerie et ramène (enfin, essayer ? Non, fais juste semblant ; sans grand espoir évidemment), essaye donc disais-je de ramener ta science (ce qui est fort conjectural) juste pour avoir un peu de pitié pour toi e et ta famille. Parce que vois-tu, quand tu finiras par faire un AVC à force de te faire une fixation abérrante sur les agents du MINEFID, à boire ta bouillie avec de la paille ; affaissé partiellement ou totalement dans un fauteuil ; eh bin, le soleil et les planètes continueront leur course comme d’ordinaire et LE FC-MINEFID AUSSI.
      Evites-toi une telle perspective et toute autre mocheté apparentée. Si ! Tu peux le faire et il faut le faire "vieux frère".
      Allez ! On t’aime bien ; même dans ton anonyme animosité gratuite, laide et aviissante. On veut que tu aies ce qui est à toi, que le soleil (un jour) brille pour toi aussi envers et contre tout.

      "L’esprit c’est comme le parachute. Plus c’est ouvert, mieux ça marche". Le Dalaï-Lama.

      Zitai.

    • Toi tu es un éternel aigri aux yeux globuleux. Tu vas mourir pauvre et de jalousie. Teint noir, cheveu noir coeur noir. Fiaaaaaaa

    • Mon type, les AVC ca n’arrive pas qu’aux autres ! un peu de respect pour ceux qui en sont affectés. Bonne chance à toi et à ton entourage. La maladie ne trie pas.

  • J’ai une proposition à faire au gouvernement pour résorber la crise liée aux prêts FC accordés par les banques aux agents du MINEFID :
    - D’abord, il faudra que le gouvernement négocie avec les banques pour qu’elles supportent la moitié du risque qu’elles ont pris en accordant au hasard des prêts sans mesurer le risque et cela, en supportant la moitié du capital prêté et la considérer comme perdu.

    - Secondo, il faudra que le gouvernement accorde sur une période de cinq ans une indemnité spéciale de 250 000 FCFA par mois à tous les agents du MINEFID afin que ceux qui ont contracté des prêts FC puissent rembourser aux banques la moitié des prêts qu’ils ont contractés et que ceux qui n’ont pas contracté de prêts puissent disposer de ces 300 000 FCFA par mois comme bon leur semble. C’est une question d’équité. Ainsi, l’Etat n’aura qu’à dépenser par an et pour les 3000 agents du MINEFID (300 000FCFA x 12 mois x 3000) = 10 800 000 000 FCFA ( 10 milliards 800 millions de FCFA) par an au lieu des 55 milliards de FCFA par an dépensés pour payer les FC de tous les agents du MINEFID, soit une épargne de près de 44 milliards de FCFA par an.
    Par ailleurs, sur les 5 ans, chaque agent aura eu 18 000 000 (18 millions de FCFA) pour rembourser son prêt s’il en a ou l’investir s’il n’a pas contracté de prêt. Ainsi, celui qui va trouver que les 18 000 000 FCFA qu’il a eus pour rembourser son prêt ne sont pas suffisants pourra vendre la maison ou la voiture qu’il a acquise sur prêt FC pour compléter et rembourser son prêt bancaire. Tant pis pour ceux qui ont contracté des prêts colossaux dépassant les 18 millions de FCFA ou qui ont contracté des prêts pour faire la bamboula.

    • Ton idée est très bonne mais il faut revoir l’effectif car ils sont environ 8000 agents. Aussi je ne sais pas si les enseignants seront d’accord avec ton idée car ils vont encore dire que il ya injustice tout en oubliant de regarder dans leur propre assiette car c’est rempli d’injustice envers d’autres fonctionnaires.

    • Toi tu es un idiot. Un moins que rien. Reflechis un peu. Tu pense que l’état a l’argent à dilapider ainsi ?

  • Tu crois que c’est fini non ? Même si le prêt fini en fin Mars il faut encore les agents des finances pour régulariser ta situation et comme tu es contre leur bien être tu vas attendre longtemps encore car eux même ont décidés de ne plus faire de correction de salaire à cause de leurs problèmes

    • Zot, votre proposition n’est pas responsable. Les prêts sont personnels. Comme je l’ai dit, je pense que tout prêt en banque exige qu’on lui adosse une assurance. Les assurances sont là pour ces cas de risques. Si les agents du MINEFID n’avaient pas pris des assurances en disant que le FC était risque zéro, alors bonjour les dégats.
      Par rapport au FC je trouve que l’Etat ne devrait pas le couper. Pour moi la solution était de stabiliser le FC en disant aux agents qui le reçoivent que les 55milliards resteront tels pour les prochains 5 ou 7 ou 10 ans. Et même profiter ajouter une close de lutte contre la corruption en leur disant : "désormais si on prend un agent qui se fait corrompre ou fraude ou qui tombe sous le delit d’apparence alors là ce sera le calvaire pour lui". Le département des Finances est tellement important pour notre pays qu’il faut réfléchir avant de prendre des décisions. Avec la situation actuelle il ya plus de risques (avec une forte probabilité) que les agents du FC soient des champions dans la fraude et la corruption. Et comme la loi "dêlit d’apparence" n’est toujours pas appliquée, bonjour les dégats !

    • Un Burkinabé, j’ai pas fait de proposition moi, j’ai seulement apprécié la proposition de quelqu’un d’autre. Parce que il faut reconnaître que autant que nous sommes personne ne va apprécier qu’on lui retire un acquis du jour au lendemain c’est aussi cela le problème que les aigris ne veulent pas voir, pour eux c’est ici et maintenant

  • Je ne sais pas si j’ai bien compris. Mr Sawadogo est un agent public .il est donc payé par la solde qui retient de son salaire de fonctionnaire la mensualité de son prêt. Pendant ce temps il est recruté par un service pour une consultation pour laquelle il reçoit un deuxième salaire d’un service de la primature. De mon point de vue cette situation est irrégulière. En effet l’état lui paie deux salaires ce n’est pas conforme aux textes. Le fonctionnaire consacre l’entièreté de son travail à l’employeur . Il perçoit un salaire sur lequel son prêt est adossé alors qu’il ne travaille pas . Si tel est le cas il doit rembourser ce salaire.

  • Personne ne peut se réjouir des problèmes d’autrui, mais ce monsieur est foncièrement malhonnête et ne livre pas tout le problème. D’abord quand, on occupe le poste que vous citez, on a droit à une voiture de la république. Ainsi, si vous avez fait le choix d’acheter une voiture à crédit à votre épouse où à votre maitresse.... c’est une autre histoire qué l’on peut respecter.
    Enfin, vous voulez donner des leçons, mais un haut fonctionnaire ne prend pas de prêt pour acheter une voiture qui ne produit aucune richesse. Dr consort...????

  • On commence à découvrir comment Blaise tenait les intellectuels (si on peut les appeler ainsi) entre les mains. tu t’endettes et par conséquent tu es prêt à défendre l’Article 37 et tout autre projet de pouvoir à vie de BC vaille que vaille pour conserver ton poste et payer ta dette. On se rappelle qu’il ne donnait pas le choix aux députés et ministres et députés ODP/MT puis CDP. Dr Poussi, vous devez en vouloir à vous-même et à BC. Vous devez vous en vouloir à vous même car votre poste pouvait prendre fin à tout moment même 1 mois près l’endettement. Mais vous avez accepté l’endettement. J’espère au moins que le véhicule est en bon état et pourra vous servir pendant longtemps.

  • En effet bon nombre des anciens Préfets ont subis les mêmes humiliations et les mêmes misères lorsqu’ils ont été tous relevés de leur fonction en 2012 soit disant qui n’etaient du ministère de l’aadministration territoriale , tandis qu’ils avaient contractés des prêts soit pour s’équiper , soit pour construire, soit pour scolariser les enfants, , etc.... Il est à signaler que certains ont même perdu la vie suite à cette situation de détresse et d’humiliation de la part de l’État qui les a ramener à salaire initial le mois suivant..,.....

    • Nous sommes quand même dans un drôle de pays et on comprend dès lors pourquoi il continue de marcher sur sa tête.Monsieur l’ancien préfet,quand vous aviez été nommé préfet,aviez-vous signé un contrat de travail ?Si oui,un CDD ou un CDI ?Bien sûr vous serez en incapacité de me répondre.Pourquoi alors pour une mission d’intérim car elle peut s’arrêter du jour au lendemain,quelqu’un qui est responsable peut se permettre de prendre des prêts à la pelle pensant qu’il occupera son poste ad vitam aeternam ?Il faut vraiment manquer de jugeote pour faire des conneries pareilles et on se dit préfet,secrétaire général du gouvernement,dg etc....!Pitiééééé !!!Qu’est ce qui vous empêche de vivre comme avant tout en profitant de votre statut actuel surtout avec les privilèges qui vont avec pour mettre de l’argent de côté au cas où tout s’arrête net ?Nonnnn...vous faites tout le contraire en cherchant plutôt à montrer à la terre entière que votre statut social a bien changé et pour cela,vous faites tout pour en mettre plein la vue à votre entourage.D’ailleurs au delà même de cette histoire des prêts,c’est ce goût du paraître qui amène certains indélicats à voler,à piquer dans les caisses de l’Etat mais loin de moi de vous accabler puisque c’est un comportement presque typiquement africain.Dommage

  • Ou bien je n’ai rien compris, ou bien monsieur le "docteur" fait une fausse querelle à l’État, donc à nous tous. Parce que l’argent de l’État c’est notre argent à nous tous, le fruit de notre sueur et de notre sang. et on ne doit pas et on ne peut pas le partager à tout vent. Prendre un crédit me semble-t-il est une affaire personnelle et privée quelque que soit le rang qu’on occupe. Si vous avez acceptez qu’on vous coupe tout votre salaire parce que vous occupiez un poste qui vous permettait d’avoir d’autres revenus licites ou illicites, et que vous avez aujourd’hui perdu du fait de la chute de votre régime, ne venez pas vous plaindre et geindre devant les gens. Chacun porte sa croix sans compter sur qui que ce soit. Et votre cas n’est pas le pire monsieur le "docteur". Votre témoignage est caduque et n’engage que ceux qui vous croient. On a connu pire sous votre régime. Quel mérite en dehors de celui du simple fait du prince , aviez vous pour occuper ce poste de SG du SG/Gouvernement en dehors de vos accointances avec les puissants de l’époque ?

  • # BAGORO

    # DJANDJINOU

    # ET AUTRES,

    # PRENEZ EN DE LA GRAINE !!!

  • bonjour je suis avec beaucoup d’intérêts vos réactions suite à l’écrit du DR. je voudrais simplement en tant qu’humain compatir à la souffrance que certains de nos collègues financiers endurent présentement. Cependant l’arbre ne doit pas cacher la foret. un vrai financier ne doit pas pleurnicher surtout que nous avons eu des occasions et le temps d’investir dans l’immobilier, l’élevage, les entreprises prêtes noms, les restaurations.Moi personnellement j’ai su utiliser mes prêts dans des investissements structurants. Courage pour ceux qui ont investi dans les fesses, les 2emes bureaux. Que le seigneur vous pardonne pour vos péchés.

  • MON FRÈRE CETTE INJUSTICE EXISTE BEAUCOUP DANS NOS ADMINISTRATION. JE PRENDS L EXEMPLE DU MINISTÈRE DES TRANSPORTS. UN MINISTRE EST ARRIVÉ IL VOULAIT INTÉGRER SES PARENTS ET VOULAIT FAIRE NOMMER SES FRÈRES COMME DIRECTEUR RÉGIONAL. IL A MONTÉ DES DEMARCHEURS POUR NUIRE DES DIRECTEURS RÉGIONAUX AFIN DE LES ENLEVER ET PLACER SES HOMMES. ET TOUT ÇA EN COMPLICITÉ D UN SECRÉTAIRE GÉNÉRAL AFFAIRISTE QUI A TOURNER SA BOSSE DANS LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS DEPUIS QU’ IL EST ENTRÉ DANS L ADMINISTRATION. CE MINISTRE A PRÉFÉRÉ ENVOYÉ DES DR EN PRISON POUR LIBÉRER DES POSTES VACANTS ET POUR MIEUX GÉRER UN PROJET DE SÉCURISATION DES TITRES DE TRANSPORT DE 15 MILLIARDS EN MODE PPP. VOUS VOYEZ CE QUE ÇA RAPPORTE. EN TERME DE RETOMBER. IL A CRÉÉ UNE DIRECTION RÉGIONALE CHEZ LUI ET IL A PU PLACER 15 AGENTS DANS L ADMINISTRATION SANS CONCOURS. QUAND ON VEUT FAIRE DES BASSES BESOGNES A T ON BESOIN DE NUIRE D AUTRES.?TROP DE FRUSTRATION DANS L ADMINISTRATION .

  • Pourquoi tout ce désordre dans la fonction publique Burkinabè ? Avant de relever un agent de ses fonctions, il faut au moins prendre des mesures transitoires afin de lui éviter des situations désagréables. A ce que je sache, on leur octroi un minimum lors de leur nomination pour l’installation, pourquoi avant de les débarquer, on ne ferait pas la même chose ? J’ai aussi un conseil à donner aux fonctionnaires, arrêtez de pleurnicher quand on vous relève de votre poste. Il y a pleines d’opportunités au Burkina. On peut entreprendre dans l’élevage, dans l’agriculture notamment dans les activités génératrices de revenu. Pour ceux qui ont une bonne expérience, ils peuvent s’essayer à l’international(Institution, ONG, etc...). Il est temps de changer notre situation. Enfin, éviter de prendre des prêts ou des gros prêts lorsqu’on est dans un poste de nomination. Que Dieu nous aide.

  • Tout cela est à mettre sur le compte de des burkinabè qui pensaient que rien n’existait avant le régime de Compaoré et que rien n’existerait après Compaoré ! Je ne vois pas en quoi, cette histoire doit être un problème pour une Nation entière ! Oui, personne n’a parlé des autres catégories d’agents qui sont dans la même situation et ont compris qu’ils ont pris des risques inutiles pour eux-mêmes et pour leurs familles en s’engageant dans ces genres d’opérations. On veut simplement rappeler que tout être humain doit éviter de vivre au-dessus de ses moyens. Cet écrit servira au moins pour les jeunes générations de fonctionnaires qui ne confondrons plus jamais un salaire aux avantages éphémères d’un poste de nomination ! Que Dieu sauve le Burkina !

  • cela n’arrive pas qu’aux autres. Une injustice reste une injustice. Ne soyons pas aveugle jusqu’au point de vouloir chacun un morceau de l’enfant.
    Dieu veille.

  • De la palabre jaillira la lumière ! J’inviterai par ailleurs ceux qui ne connaissent pas l’homme (Dr Poussi) de scanner son parcours, ils seront édifiés sur la qualité de l’homme, qui contrairement à d’autres, a été sollicité pour ses qualités humaines !
    Enfin, notons que tout pouvoir a besoin pour se consolider, de l’avoir et du savoir ; vous ferez les extrapolations utiles !

    • @Sampawindé,tu es hors sujet car on s’en fout du parcours de ton docteur.D’ailleurs s’il était si ingénieux,il n’allait pas faire ce qu’il a fait pour maintenant venir pleurnicher car par essence, tout poste politique est éphémère.Comme tu le prétends naïvement c’est pas parce qu’il avait été "sollicité" que le poste de secrétaire général du gouvernement lui était acquis à vie pour qu’il se permette de prendre des prêts n’importe comment alors qu’il disposait de tout et aux frais des contribuables d’au moins une voiture de fonction avec chauffeur,une villa de fonction avec des majordomes,il ne payait ni électricité,ni eau,ni essence etc...etc...!Je pense plutôt que c’est l’aigreur qui anime ton docteur qui ne pensait pas que cette belle vie pouvait prendre fin un jour

    • Mafoi, je respecte votre foi débordante qui vous empêche de lire entre les lignes pour comprendre que le message du Dr Sawadogo. Cet écrit est pour tous ceux qui souffrent pour avoir servi l’Etat de façon loyale. Il s’agit plus d’une interpellation pour les autres car l’auteur du message, même s’il a souffert, c’est beaucoup plus du sentiment d’injustice et non d’une situation de précarité dont il a vécu. Depuis l’insurrection populaire jusqu’à ce jour, il n’a jamais fait un mois sans être sollicité. Même le régime de la Transition a eu recours à ses services pour faciliter un atelier sur la réconciliation à travers la Commission en charge de cette question qui relevait du premier ministère et logé au CES.
      Sachez qu’avant d’être au poste de SG du gouvernement, l’intéressé avait déjà trouvé sa voie. Après la fin de sa mission, il a encore retrouvé sa voie. Tous ceux qui l’ont connu comme enseignant, comme formateur et comme consultant peuvent témoigner. Vous pouvez lire ses ouvrages sur son expérience gouvernementale, notamment le leadership administratif publié à Ouagadougou en 2014 et le Gouvernement, de l’esprit à l’action, rédigé à la suite d’un séminaire gouvernemental donné par le Gouvernement nigérien en 2016 et publié à Niamey. Pour votre gouverne, il avait droit à certains avantages, mais il a renoncé à loger dans une villa d’Etat et est resté dans sa cour personnelle dans une commune rurale et rejoignais Ouagadougou tous les matins pour son travail.
      Cherchez à connaître les autres avant de juger. Quand on est guidé par la foi, elle peut être bonne ou mauvaise, on peut manquer de capacité d’analyse. On vous comprend et on vous respecte dans votre position. De toutes les façons, un tel écrit ne peut pas ne pas avoir des compréhensions différentes. En homme public, le Docteur a accepté de s’exposer pour juste souligner une injustice.
      Vous avez, la même gifle peut être considéré comme une tape amicale pour l’un et un acte de tentative de tuer pour l’autre. Tout dépend de la capacité de résilience de chacun. Le même niveau d’eau d’une inondation peut faire tomber une maison dans le quartier et sembler comme une petite pluie pour une autre maison dans le même quartier. Ceux qui crient ne sont pas forcément ceux qui ont faim : "C’est la chèvre qui fait du bruit qui fait donner l’eau à celle qui est resté silencieux." L’action syndicale est illustrative à ce propos. Quand les syndicats revendiquent et ça marche, ça profit à tout le monde.
      L’acte du Dr est un acte d’un ressenti d’injustice et il crie pour les autres car lui n’en a pas tellement souffert. Il a subi par choix pas par obligation... Que Dieu nous permette d’avoir des choix dans la vie !!! Amen !!!

  • Un pays pauvre sans accès à la mer, sans puits de pétrole mais avec de l’or et autres ressources naturelles mal exploitées, l’État est donc le pourvoyeur des ressources a tout ce beau monde paysans, tisserand, fonctionnaires, commerçants, industriels bref, toute la population a l’intérieur du pays comme a l’extérieur dans les ambassades. seule source de revenu de l’État c’est impôt, trésor, douane et vous osez politiser ces secteurs clés de l’économie du pays, ces centres névralgiques. il est temps d’ouvrir les yeux avant qu’il ne soit trop tard. n’écoutez pas les internautes sans matricule car ils ne connaissent pas la valeur du salaire. aux autorités, je rappelle ceci :un bon état résonne en terme de rendement. qu’est ce que tu rapportes a l’État pour sa survie . a bon entendeur , salut. arrêtez de politiser l’affaire de FC car ce n’est pas ça qui va assurer le mandat. on sait que le burkinabè est mauvais et donc le gouvernement veut utiliser cette situation, mais c’est échouer d’avance. changer de stratégie. je me demande souvent s’il y a des économistes dans ce pays ?

  • A en savoir c’est ce même Etat qui a autorisé les financiers à s’octroyer les prêt sur FC et en retour veut le faire couper sur leur salaire. Ah bas vous aussi . je ne m’y connais pas trop mais mes renseignements m’ont donné ces résultats

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.