Médias : 38 promoteurs de radios renouvellent leurs conventions avec le CSC

LEFASO.NET | Par Yvette Zongo

Publié le vendredi 12 avril 2019

Médias : 38 promoteurs de radios renouvellent leurs conventions avec le CSC

Le président du Conseil supérieur de la communication (CSC), Mathias Tankoano, a présidé, ce vendredi 12 avril à Ouagadougou, la signature de conventions de concession de service public avec 38 promoteurs de radiodiffusion au Burkina Faso.

Ce sont au total 38 sur 61 promoteurs de radiodiffusion au Burkina, dont quatre nouveaux, qui ont renouvelé leurs conventions de concession de service public avec le Conseil supérieur de la communication (CSC), ce vendredi 12 avril 2019 à Ouagadougou. Ces conventions définissent les règles de concession et les obligations que les promoteurs des radios ont avec le CSC, les auditeurs et la société de façon générale.

Pour le président du CSC, Mathias Tankoano, ces contrats engagent les promoteurs de radiodiffusion à être des médias au service de l’intérêt général et de la paix. Et conformément à la nouvelle législation, la durée de l’autorisation de ces conventions est passée de 5 à 10 ans pour tout service de radio ou de télévision, a-t-il indiqué.

Le président du CSC a par ailleurs rappelé aux promoteurs que dans le contexte de lutte contre le terrorisme, les médias peuvent jouer un rôle important, par la diffusion des valeurs qui fondent le vivre-ensemble et en aidant les forces armées à mieux appréhender les perceptions et attentes des citoyens. Cependant, dit-il, les médias peuvent aussi faire le jeu des terroristes, si des précautions ne sont pas prises dans la publication d’informations stratégiques sur les otages ou le déroulement des opérations, etc. « C’est pourquoi, je vous engage à davantage de professionnalisme afin que la presse, qui a joué un rôle primordial dans le renouveau démocratique, puisse poursuivre son œuvre de construction nationale, au-delà des difficultés et des contingences diverses », a-t-il appelé.

Pour le représentant des promoteurs, André Eugène Ilboudo, promoteur de la « Radio des écoles », la signature des conventions est une preuve que les radios continuent de respecter leurs programmes et leurs cahiers de charges.

Faire vivre une radio relève de l’exploit

La cérémonie de signature des conventions a en outre été l’occasion pour le représentant des promoteurs d’égrener les difficultés auxquelles les radios sont confrontées. Pour lui, créer une radio et la maintenir en vie pendant plus de cinq ans relève de l’exploit. « Pour créer une radio, le seul émetteur vous coûte les yeux de la tête et, chaque jour, vous devez émarger soit pour la SONABEL, soit pour le gasoil du groupe [électrogène] ; donc créer une radio relève de la folie mais il faut bien être lucide pour la gérer », s’est-il justifié. C’est pourquoi il convient, selon lui, de magnifier tous les promoteurs qui font vivre les radios.

Le respect de la convention collective des journalistes

Parlant du respect de la convention collective des journalistes, le président du CSC a rassuré que le plaidoyer se poursuit avec les promoteurs des médias pour son application effective. Mathias Tankoano a donc rappelé à ceux dont les radios entrent dans le champ d’application de la convention collective, notamment les radios commerciales, que sa mise en œuvre effective comporte des avantages certains, à savoir l’amélioration des conditions de vie et de travail des journalistes et animateurs et, partant, un meilleur fonctionnement des médias.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.