Déficit alimentaire au Burkina : Le plan de soutien aux personnes vulnérables en marche

LEFASO.NET | Par LEFASO.NET

Publié le mercredi 17 avril 2019

Déficit alimentaire au Burkina : Le plan de soutien aux personnes vulnérables en marche

27 milliards de FCFA environ, c’est le montant alloué par le gouvernement pour le dispositif national de sécurité alimentaire pour soutenir les personnes vulnérables à travers l’ouverture de 150 points de vente de céréales par la Société nationale de gestion du stock de sécurité alimentaire (SONAGESS) sur le territoire burkinabè à prix subventionnes. L’opérationnalisation de ces boutiques a eu lieu, ce mardi 16 avril 2019, à Ouagadougou dans l’arrondissement 3 et 9 sous le regard du ministre de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricoles Salifou Ouédraogo. Ce plan vise à mettre à la disposition des boutiques, 30 mille tonnes de céréales afin de permettre aux personnes vulnérables d’avoir accès aux céréales à des prix réduits.

Face au déficit alimentaire au Burkina, le gouvernement, à travers le Plan de réponse et de soutien aux populations vulnérables à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition (PRSPV) 2019, veut apporter une réponse concrète aux besoins spécifiques des ménages à risque d’insécurité alimentaire et de malnutrition. C’est le but du lancement officiel de l’opérationnalisation des 150 points de vente de céréales dans les boutiques de la Société nationale de gestion du stock de sécurité alimentaire (SONAGESS) à prix réduits.

A travers ces boutiques, c’est environ trente mille tonnes de céréales, d’un coût global de 27 de milliards de FCFA, que le gouvernement entend mettre à la disposition des personnes vulnérables à prix subventionnés. Dans les points de vente des céréales, on trouve le maïs blanc, le mil local, le sorgho blanc et autres produits au prix de 6000 FCFA le sac de 50 kilogrammes.

JPEG - 124.3 ko
Le ministre en explication des procédures pour ce qui concerne cette opération

Cette opération vise à contribuer à l’atteinte de la sécurité alimentaire et aussi à jouer un rôle dans la stabilisation des prix des céréales au Burkina Faso. Pour le directeur général de la SONAGESS, Aimé Roger Kaboret, « au regard de l’expérience de l’année passée, des dispositions ont été prises pour toucher le plus grand nombre dans le cadre de cette opération. Et pour améliorer l’opération, un numéro vert (80 00 12 43) est même mis à la disposition des populations pour recueillir les conseils pour une meilleure réussite de l’opération ».

Ainsi, le client doit se présenter devant l’agent de vente avec une pièce d’identité et une somme 6000 FCFA pour avoir droit à un sac de 50 kilogrammes. Ces points de vente ont été installés dans les arrondissements avec la collaboration des responsables locaux afin de mieux toucher les personnes vulnérables.

Pour les premiers responsables des communes, des mesures seront prises pour permettre aux personnes vulnérables de bénéficier de cet accompagnement du gouvernement. « Cette mesure du gouvernement est à saluer car elle va permettre aux moins nantis d’avoir à manger et c’est que nous attendions », a confié Maimouna Konfé de l’arrondissement 9, une bénéficiaire.

JPEG - 105.2 ko
Le ministre remettant un sac à une bénéficiaire

Ce Plan de réponse et de soutien aux populations vulnérables à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition (PRSPV) 2019 a été élaboré suite à l’analyse de la vulnérabilité alimentaire du pays à partir des résultats prévisionnels de la campagne agropastorale 2018-2019. Cette analyse fait ressortir en situation projetée (juin-août 2019) un déficit alimentaire dans plusieurs zones du pays.

JPEG - 102.1 ko
S.G de la SONAGESS Aimé Roger Kaboret

En vue de faire face à cette situation, des dispositions ont été prises pour soutenir les personnes vulnérables afin de minimiser les risques d’insécurité alimentaire. « Ce lancement d’ouverture des points de vente est la réponse mise en œuvre par le gouvernement pour juguler le déficit alimentaire dans certaines zones du pays afin de soutenir les personnes vulnérables », a affirmé le ministre de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricoles, Salifou Ouédraogo.

JPEG - 95.3 ko
Le ministre de l’agriculture et des aménagements hydro-agricoles Salifou Ouédraogo

Les premiers responsables des arrondissements, à cette occasion, n’ont pas manqué d’interpeller le ministre en charge de l’Agriculture à travailler à multiplier les points de vente pour encore plus toucher les personnes vulnérables et surtout collaborer avec les élus locaux qui connaissent les zones les plus touchées par cette crise alimentaire.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Messages

  • Je veux juste savoir si avec 27 milliards on ne peut pas doter en machines agricoles les régions les plus fertiles et arrosées du pays pour nourrir tout le reste ?Donner à chaque village des zones de LEO, Bobo, boucle du Mouhoun, Gaoua des tracteurs et intrants agricoles.Sans quoi, ce que vous faites n’est peut constituer des solutions à long terme !

  • 30 000 tonnes ne peuvent pas couter 27 milliards, revoyez vos chiffres une tonne à 900 000 f cfa Ah ba

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.